à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , ,

Selectorama : David Christian & The Pinecone Orchestra

David Christian
David Christian / Photo : Anne-Laure Guillain

Si l’on devait trouver un exemple de dévotion, il faudrait parler du cas de David Christian. Il lui aura fallu passer presque trente ans à la tête des passionnants Comet Gain avant d’avoir l’idée de publier un album solo. Et la surprise est de taille. S’il ne s’éloigne jamais complètement de l’univers de Comet Gain avec ses paroles parfois mordantes, Christian a choisi d’approfondir le pendant folk rock du groupe. En laissant entrer plus de chaleur musicalement et sans en faire des tonnes, For Those We Met On The Way est sans doute son disque le plus touchant à ce jour. Expatrié dans le sud de la France, David Christian semble vouloir tourner une page en jouant avec les souvenirs du passé. Que ce soit ceux de son Angleterre natale où ceux liés à de vieilles connaissances. La réussite de l’album tient également au casting parfait qu’il a réuni sous le nom de The Pinecone Orchestra. On y retrouve aussi bien l’ex Teenage Fanclub Gerard Love que des membres de The Clientele, Zombie Zombie et, oh surprise, Comet Gain. Sorti trop discrètement en fin d’année dernière, on sait malheureusement For Those We Met On The Way condamné à un quasi anonymat. Ne reste plus qu’à souhaiter que les chansons de l’album comptent autant pour une poignée d’auditeurs que celles qui ont marqué David Christian au fer rouge, et qu’il nous présente dans ce Selectorama. Continuer la lecture de « Selectorama : David Christian & The Pinecone Orchestra »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

« Sixty Forty » annonce une triple réédition de Broadcast chez Warp

Trish Keenan / Broadcast
Trish Keenan / Broadcast

La nouvelle fait chaud au cœur même si ce n’est pas celle que nous attendions le plus. Alors que le discret James Cargill doit être encore être en train de faire et défaire l’album inachevé de Broadcast, Warp vient d’annoncer de très belles éditions inédites en vinyle de quelques trésors déjà connus de longue date par les fans. Ainsi les deux mini-CDs de Microtronics (2003 et 2005), le tour CD Mother Is The Milky Way (2009) qui annonçait la dernière mue du groupe devenu duo et la BBC Maida Vale Sessions seront enfin disponibles en version vinyle dans les écrins qui leur siéent. Les râleurs regretteront que le fabuleux 45 tours avec The Focus Group, Familiar Shapes And Noises, ne connaisse pas le même traitement. Les fabuleuses Peel Sessions enregistrées entre 1996 et 2003 nous rappelleront que Broadcast fut bel et bien l’un des plus grands groupes live sur terre. Pour preuve, cette reprise de Nico qui vient clore la dernière Peel Session de Broadcast. En écoutant à nouveau cette voix irréelle, on réfléchit encore au mystère de Trish Keenan : comment peut-on peut être si présent… et tellement absent ? Au fond, cette voix n’a-t-elle pas toujours été trop pure pour être véritablement incarnée ? A ce sujet, nous vous conseillons de (re)lire le très beau texte de Tom Gagnaire publié le 28 septembre dernier.


Les rééditions de Microtronics – Volumes 1 & 2, Mother Is The Milky Way et des BBC Maida Vale Sessions de Broadcast sortiront le 18 mars chez Warp Records.
à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Ari Roar, Made To Never Use (Autoproduit)

Ari RoarLe texan Ari Roar – projet autarcique du chanteur/compositeur Caleb Campbell, qui assure peu ou prou l’ensemble des instruments – est l’un des secrets les mieux gardés de l’indie-pop américaine, l’un des plus doués aussi. Le garçon est apparu à la fin des années 2010, signant deux belles collections de vignettes pop au format de poche (Calm Down en 2018 sur le label Bella Union et Best Behavior en 2019, déjà autoproduit) aussi indolentes que pourtant d’une furieuse inventivité. Made To Never Use, dernier effort en date, essentiellement disponible pour l’instant sur Spotify, est une nouvelle fois un petit bonheur de disque bref, concis et totalement accrocheur. Continuer la lecture de « Ari Roar, Made To Never Use (Autoproduit) »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

« Six Hills », nouveau cours-jus des bataves underground Lewsberg

Lewsberg
Lewsberg / Photo : Els Kuijt

L’écrivain contemporain Néerlandais Robert Loesberg aura laissé une trace dans le monde du rock indépendant au Pays-Bas. Un son pop et répétitif, des textes désabusés influencés par ses lectures dans les morceaux de Lewsberg en sont le témoin. La formation de Rotterdam revient le 15 Avril chez Speedy Wunderground avec un 45 tours, ce sera la première sortie du groupe sur un label pas des moindres pour ces habitués à l’autoproduction. Après In Your Hands, dernier album plus policé et moins bourdonnant, le groupe revient à ses premiers amours soniques qui rappellent bien évidemment le Velvet Underground mais aussi des formations comme les Feelies et Performing Ferret Band. La mélodie entêtante mais rêche de Six Hills, sa batterie métronomique et le long moment instrumental tortueux parfaitement dosé devraient ravir tout le monde, du néophyte au fan absolu du groupe.


Le 7 » Six Hills de Lewsberg est en précommande sur le site de Speedy Wunderground.
à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , ,

Autechre, Chiastic Slide, 1997 / LP5, 1998 (Warp Records)

La séquence 1997-1998 est charnière dans l’évolution du genre IDM. Un moment qui a marqué la progressive mise à distance d’une matrice post-rave en direction d’une exploration des marges les plus déviantes du dancefloor ou d’une écriture plus pop d’un côté – Aphex Twin, Boards of Canada, Bogdan Raczynski. Pour, d’un autre, voir un grand nombre de musiciens s’engager dans le formalisme et le conceptualisme arythmique – du label Mille Plateaux à la laptop music des labels Mego ou Raster-Noton par exemple. Assurément, Sean Booth et Rob Brown ont choisi d’emprunter la deuxième voie, au point d’en incarner l’une des formes idéal-typiques : c’est ce qui frappe à la réécoute de Chiastic Slide (1997) et du LP5 (1998), deux disques réédités au mois de novembre par Warp Records, qui renvoient à un tournant esthétique majeur dans une œuvre que l’on peut rétrospectivement appréhender selon certaines lignes de force. Continuer la lecture de « Autechre, Chiastic Slide, 1997 / LP5, 1998 (Warp Records) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Jake Xerxes Fussell, Good And Green Again (Paradise Of Bachelors/Modulor)

Il y a souvent quelque chose d’ingrat à fréquenter trop assidument les traditions archaïques. Pas facile d’y puiser, en tous cas, autre chose que ces mises en perspective qui surplombent et écrasent un peu les velléités d’expression singulière. Trop de recul historique tend parfois à tuer l’intime, à le noyer en l’incluant dans du gigantesque ou du massif. Jake Xerxes Fussell publie depuis sept années des albums de folk au sens le plus littéral du terme, sur lesquels il interprète essentiellement quelques-unes de ces œuvres sans âge ni auteur précisément déterminés qui ont fini par constituer un patrimoine populaire pour érudits. Et, pourtant, il parvient à chaque fois – et mieux encore sur ce quatrième essai, sans doute le plus plein et le plus abouti – à incarner ces chansons avec une humanité vivante et personnelle qui suffit à balayer d’un seul geste la poussière qui stagnait sur les pages des grimoires dont elles sont extraites. Continuer la lecture de « Jake Xerxes Fussell, Good And Green Again (Paradise Of Bachelors/Modulor) »

à la une

Catégories climatsÉtiquettes , , , ,

Climats #2 : Jean Eustache, Claire Marin, Jana Horn

Joseph Mallord William Turner, Ostende (1844)

This could be the saddest dusk ever seen
You turn to a miracle high-alive
Michael Stipe

Peut-on écouter Vauxhall and I de Morrissey sous le franc soleil de juillet ? Et un Antônio Carlos Jobim empêtré dans un crachin de février, c’est toujours du Antônio Carlos Jobim ? Climats met en avant les sorties disques et livres selon la météo.

Continuer la lecture de « Climats #2 : Jean Eustache, Claire Marin, Jana Horn »

à la une

Catégories livres, selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama Livres : JB Hanak

JB Hanak
JB Hanak

Il fut un temps où Jean-Baptiste Hanak n’avait pas franchement volé son surnom de mec le plus drôle d’internet. Autant d’inconscience affirmée (et c’est parfois encore le cas, son compte twitter est particulièrement finaud) et de réactivité sur des sujets proactifs dont même lui se fout éperdument ne peuvent faire obstacle au fait que la vie est passée par là et que, mine de rien, diverses saloperies dont une belle, la perte de son grand frère Fred Hanak, avec qui il menait une guerre souterraine sous le nom de dDamage, lui ont sûrement imposé, sinon, une sagesse, parfois une pudeur et l’envie de retracer leurs aventures hautement improbables. Pratiquant l’animal depuis plusieurs décennies, je peux dire que cet humain (après tout) est à la fois autant hypersensible qu’épuisant. Mais une vraie considération nous préoccupant au-delà d’une haute fanitude pour le groupe grunge originel Mudhoney (dont il a finalement réalisé une pochette, eh ouais, la classe, un peu) et après plusieurs rendez-vous avortés (à propos de son disque avec Pierre Richard, de sa BO pour l’ultime prestation de Brigitte Lahaie, et surtout pour cette pizza que tu m’as promise à la suite d’un pari perdu d’avance, et que tu me dois toujours, salopard de merde) j’ai décidé de prendre le trublion par les sentiments en changeant drastiquement de sujet. Ça tombait bien puisqu’il (en plus de tout le reste) vient de publier un livre intitulé Sales chiens chez Léo Scheer. Et ce livre, aussi court, nocif et nonobstant exaltant qu’une pointe de mauvais speed polonais au petit matin, se lit comme un témoignage effarant de quelques aventures vécues en tournée. C’est rapide, perturbant, épuisant et c’est un lien qu’il tisse avec celui qui est parti, c’est une scansion qui ne demande qu’à perdurer et dont on espère (lire) la suite. Sans jamais compter sur aucune forme de relâchement. Donc on sort des dix morceaux du Selectorama, et on passe aux dix livres qui font ce qu’il est. Et franchement, ça n’était pas le pire galop d’essai pour cette nouvelle rubrique. Prenez-en de la pointe de couteau au petit matin. Sous vos applaudissements. Et je rajoute que si vous n’avez jamais lu Donald Goines, je vous plains et je vous envie à la fois. Continuer la lecture de « Selectorama Livres : JB Hanak »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , ,

Selectorama : JJ Ulius

Monokultur
Monokultur
L’an dernier, un nom mystérieux avait surgi du néant : JJ Ulius, un suédois dont la seule particularité concrète était sa géolocalisation, du côté de Södra Hamngatan à Göteborg. Son formidable premier album aux compositions ténébreuses et bancales, laconiquement intitulé VOL I avait suivi celui paru sous le nom de Monokultur, Ormens Väg, composé aux côtés de Elin Engström (avec qui il partage aussi un autre alias, Skiftande Enheter) pour son label Mammas Mysteriska Jukebox.
Nous en parlions en ces termes : « Cette collection de rêveries sonores marie dans les limbes le familier et l’étrange. Tout au long de ce disque, on repère de nombreuses influences qui semblent limpides : ici Grouper, là Peaking Lights, His Name Is Alive, Delia Derbyshire ou encore Scientist. » En cette fin d’année, nous avons été quelques-uns a saluer la beauté singulière de cet album hors du temps dans nos comptes-rendus de l’année, l’occasion rêvée d’interroger l’homme sur ses morceaux de chevet. Bonne nouvelle, sa sélection prouve la vivacité d’une scène suédoise qui mérite bien plus qu’une attention lointaine.
à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Poupard, Cérémonie Malgache (Choléra Cosmique)

« Au pied de ton immeuble
tu descends tes poubelles

Tes deux mains dans la merde
Je t’attends bouche ouverte

Pour te dire que je t’aime
et avaler celle pour laquelle
j’ai patienté 13 heures devant un HLM

J’aurais préférer aller à H&M »

On ne sait pas trop sur quel pied danser avec ce couple de Grenoble (Poupard, donc : Laurie et David) qui consigne des petites tranches de vie sur 4-pistes (visiblement pour la troisième fois, parce qu’on a pas tout suivi, il faut bien l’avouer). Une étonnante chanson faussement réaliste piano-voix qui fait mouche en préambule (Le pont de ma jeunesse), des séquences de talk over sur un petit mur de son qui galope (l’adorable et effrayant Coma où un fil  semblerait pouvoir se tisser naturellement avec Bambi de Diabologum période Palladium Rock  ou Heaven Boulevard, par exemple), un duo garçon-fille forcément réussi (Pendant des mois), pas parce que c’est, en grammaire pop, mon exercice favori, mais parce qu’on dirait une version disloquée d’un duo Jacky-Lio qui me colle à la peau en ce moment, Un flic au coeur tendre  concourant, lui, au prix du plus mélancolique hommage à nos génériques télé des années 80 (entre Cosma et De Roubaix). Mais vous n’étiez pas nés pourtant ? Vous connaissez Kojak, sérieux ? Continuer la lecture de « Poupard, Cérémonie Malgache (Choléra Cosmique) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , ,

Dwight Druick, Tanger (Bobinason, 1980)

Historiquement, les États-Unis et l’Angleterre inspirent de très nombreux courants musicaux de la musique pop. Chaque pays interprète ces tendances à l’aune de sa propre culture et ses préférences. Il est passionnant de constater les différentes versions d’une même idée, notamment dans la francophonie. Le Soft Rock californien (aussi appelé AOR, Westcoast ou Yacht Rock) n’échappe pas à la règle. Apparu au début des années soixante-dix dans le sillon du mouvement hippie, le genre connaît sa forme la plus aboutie et élégante à la fin de la décennie avec Fleetwood Mac ou Steely Dan. La France comme le Québec s’y sont bien sûr essayés, de même que de nombreux autres pays (la City Pop japonaise). Du coté de l’Hexagone, Véronique Sanson, France Gall, Michel Berger, Weekend Millionnaire ou encore le duo Grimaldi/Zeiher ont fantasmé sur la côte ouest américaine. Dans la Belle Province, ils s’appellent Diane Tell, Gilles Rivard ou encore Dwight Druick. Continuer la lecture de « Dwight Druick, Tanger (Bobinason, 1980) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Gas, Der Lange Marsch (Kompakt)

GasQu’elle emprunte un chemin ou un autre, la musique de Wolfgang Voigt, co-fondateur du légendaire label électronique allemand Kompakt, se reconnaît entre mille. Der Lange Marsch (« la longue marche » pour les non-germanistes) ne fait pas exemption à la règle et s’inscrit dans la droite lignée des œuvres du producteur depuis la réanimation de son projet Gas au mitan des années 2010. Un foisonnement d’effets ambient enveloppe dès les premières secondes l’auditeur qui, s’il y consent, s’en ira pour une longue échappée (presque 70 minutes) hypnotique, poisseuse, parfois lumineuse aussi, baignant dans des vagues orchestrales empruntées à la musique symphonique et portée par une pulsation sourde et éthérée, un rythme lourd et plus puissant qu’à l’accoutumée qui disparait et revient comme issu d’un songe. Continuer la lecture de « Gas, Der Lange Marsch (Kompakt) »

à la une

Catégories climatsÉtiquettes , , , , , , ,

Climats #1 : Adrien Bosc, JD Beauvallet, David Loca

David Horowitz, Yesterday (Détail) / Galerie Yvon Lambert, Paris

This could be the saddest dusk ever seen
You turn to a miracle high-alive
Michael Stipe

Peut-on écouter Vauxhall and I de Morrissey sous le franc soleil de juillet ? Et un Antônio Carlos Jobim empêtré dans un crachin de février, c’est toujours du Antônio Carlos Jobim ? Climats met en avant les sorties disques et livres selon la météo.

Continuer la lecture de « Climats #1 : Adrien Bosc, JD Beauvallet, David Loca »

à la une

Catégories hommageÉtiquettes ,

Bye-Bye, Ronnie.

Ronnie Spector
Ronnie Spector

La fabuleuse Ronnie Spector nous a quitté avant-hier soir à l’âge de 78 ans, emportant avec elle un monde de mascara, de minijupes et de folie qu’elle aura réchauffé de sa voix éraillée pendant 65 ans d’une carrière en rose et noir.

Retour en arrière. En 1961, Veronica et Estelle Bennett, avec leur cousine Nedra Tally se rendent dans un club de la 45ème rue : le Peppermint Lounge, alors « le seul endroit rock’n’roll de New-York ». À 15, 17 et 19 ans (dans l’ordre, Nedra, Ronnie et Estelle), elles viennent d’enregistrer leurs premiers morceaux, mais lassées d’attendre depuis déjà quatre ans à l’ombre du Brill Building qui les ignore, elles décident d’abandonner les sucreries infantiles des harmonies tubesques pour le rythme du rock’n’roll. Continuer la lecture de « Bye-Bye, Ronnie. »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Clara Le Meur, Hier à la plage (Le Syndicat des Scorpions)

« T’as fait un glitch dans mon cerveau,
je n’arrive plus à trouver les mots,
je mets de la reverb sur le loop,
pour brouiller les pistes »

Et s’il suffisait de deux chansons pour bien commencer cette année 2022, deux chansons très belles diffusées sur la cassette de Clara Le Meur, parue le 26 décembre 2021, l’idée parfaite pour passer inaperçue aux yeux du monde, mais c’est un projet comme un autre après tout. Il s’agit d’abord de T’as fait un glitch située sur la face A : mini précis de la journée de la musicienne amoureuse où tout se mélange. Mode d’emploi et enregistrement, sentiments, confusion entre les deux et synthèse dans la chanson de 02’40, comme un Electrelane au ralenti, privées de ses guitares, avec ses harmonies vaporeuses et émouvantes. Continuer la lecture de « Clara Le Meur, Hier à la plage (Le Syndicat des Scorpions) »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , ,

Exclu : « Pour qui est cette chanson » par Colombey

A l’Est de la Seine-et-Marne à un moment indéterminé, a lieu une fête, celles avec des sounds systems sauvages qui crachent des musiques hypnotiques et violentes. Dans son nouveau morceau Pour qui est cette chanson, Colombey nous raconte l’histoire de celui qui déambule depuis des heures au sein de ce fracas. La morosité s’installe lorsqu’il s’éloigne des enceintes, alors que le DJ ralentit le tempo en passant un 45t plus lent et mélancolique. Comme à son habitude, spleen et désolation plantent le décor, toutefois moins cafardeux qu’à l’habitude avec l’auto-tune qui confère une ambiance cotonneuse au morceau. Cette chanson sort donc aujourd’hui en exclusivité sur section26 et « se retrouvera ou pas dans mes prochaines productions », nous dit Thibault, alias Colombey.

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , ,

True West, Kaleidoscope Of Shadows : The Story So Far (Bring Out Your Dead Records)

Les périodes de transition musicale sont souvent les plus intéressantes et les plus riches, en particulier quand elles s’animent dans les marges. Celle dont il s’agit ici est communément désignée – aussi bien d’ailleurs par les commentateurs que par les acteurs eux-mêmes – sous le terme de Paisley Underground. Début des années 1980, sur la côte Ouest des USA : une cohorte de jeunes musiciens locaux amorce une relecture originale et considérablement influente de l’histoire du rock. Sur le fond, ils demeurent profondément marqués par les soubresauts telluriques du punk dont ils ont essentiellement retenu l’appel à la création libre, émancipée de toute contrainte technique ou commerciale. Sur la forme, en revanche, ils refusent toute prétention à la pratique nihiliste de la table rase et revendiquent d’emblée une filiation claire et assumée avec les aînés négligés de la légende alternative. The Velvet Underground sert, évidemment, de point ralliement. Mais aussi Love, The Stooges, The Byrds et pas mal d’autres. Continuer la lecture de « True West, Kaleidoscope Of Shadows : The Story So Far (Bring Out Your Dead Records) »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , , , ,

« Crazy », le nouveau single de Spiritualized

La fièvre monte à mesure que la sortie du nouvel album de Spiritualized Everything Was Beautiful se rapproche (le 25/02 chez Bella Union/PIAS). Après avoir partagé le premier extrait Always Together With You il y a quelques semaines, on découvre ou presque un nouveau single intitulé Crazy. Ballade country-soul mystique magnifiée par les chœurs de l’ américaine Nikki Lane. En sus, un superbe scopitone, réalisée par Jason Spaceman himself et probablement inspiré par le Kiss d’Andy Warhol. Crazy love for Crazy days.


Everything Was Beautiful de Spiritualized sortira le 25 février chez Bella Union/[PIAS]. Interview à venir dans ces colonnes.
à la une

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , , , , , ,

Silk Sonic, An Evening With Silk Sonic (Aftermath Entertainment/Atlantic, 2021)

L’art de faire des albums à la fois populaires et exigeants est un noble sacerdoce très sous-estimé. Il est si agréable d’aimer immédiatement une chanson et d’en saisir la qualité d’écriture au fil des écoutes. Silk Sonic, le duo formé par Bruno Mars et Anderson .Paak, appartient à cette catégorie de musiciens pas si prolifiques que ça : les orfèvres de la pop. De Quincy Jones en passant par Electric Light Orchestra, Teddy Randazzo ou la Motown ; ils sont quelques uns à faire des merveilles dans le format imposé du couplet-refrain. Silk Sonic maintient en vie la tradition avec leur premier album An Evening With Silk Sonic (2021). En une trentaine de minutes, le chanteur perfectionniste et le talentueux batteur déploient huit chansons écrites, enregistrées et arrangées selon des codes plus anciens que l’âge du duo réuni. Loin d’être rétro ou un vulgaire pastiche, An Evening With Silk Sonic est une ode aux grooves ondoyants, une flamme intense de plaisir. Ce geyser de mélodies sucrées saturent les veines de douceur. Les deux musiciens convoquent le meilleur de la Philly Soul et des groupes vocaux des années soixante-dix. Qui aurait cru que nous pourrions citer les Chi-Lites ou les Stylistics dans une chronique en 2021 ? L’affaire sonne, en tout cas, merveilleusement bien. Continuer la lecture de « Silk Sonic, An Evening With Silk Sonic (Aftermath Entertainment/Atlantic, 2021) »

à la une

Catégories sunday archiveÉtiquettes , , , ,

Poésie organique : L’Altra (2002)

L'Altra
L’Altra

Il faut bien l’avouer : au bout de vingt ans les souvenirs parasites avaient fini par prendre le pas sur l’essentiel pour ce qui concerne In The Afternoon de L’Altra. D’abord ceux d’une rencontre, quelques semaines après la sortie remarquée de l’album, dans un hôtel pas très loin de la place Léon Blum, avec deux des membres de L’Altra – Joseph Costa et Lindsay Anderson – qui, sans doute fatigués par les contingences d’une première tournée européenne d’ampleur, étaient restés vautrés sur le lit pendant toute la durée de l’interview ici restituée, ne consentant à répondre qu’entre deux bouchées de ce fromage local et insipide, qui représentait peut-être à leurs yeux le comble de l’exotisme parisien, et dont le nom m’avait semblé, dans l’instant, curieusement correspondre à la beauté de leur musique. Oui, la mémoire s’obstrue de détails futiles mais je suis certain que les deux musiciens s’étaient tapé une boîte entière de Caprice Des Dieux – avec baguette, comme il se doit – en trente minutes. Les souvenirs, surtout, d’une année où ce label de Chicago – Aesthetics – s’était brutalement imposé comme l’un des épicentres les plus captivants de nos passions musicales partagées. Dans cette chaîne unissant Pulseprogramming, 33.3 ou Windsor For The Derby, L’Altra n’apparaissait plus par moments que comme un maillon parmi d’autres, à peine plus éclatant. Continuer la lecture de « Poésie organique : L’Altra (2002) »

à la une

Catégories livresÉtiquettes , , ,

Musiques : Traverses et Horizons, Philippe Robert (Le Mot et le Reste)

Au commencement était le son, ceux qui ne l’ont pas encore compris pourront toujours se pencher sur ce florilège de disques essentiels qui a le mérite de ne pas ressasser le top 100 habituel mais de nous faire cheminer dans des paysages d’air, de vibrations et d’intonations puissantes et décalées.

Traverses et horizons est un recueil d’archives qui compile l’évolution musicale du siècle dernier, une anthologie totale de 400 albums pour 100 ans de musique. S’écartant de tous les classement habituels, Philippe Robert œuvre en musicologue pointilleux qui aurait pour panneaux directionnels le folk, le jazz, le blues, le rock et les musiques expérimentales. Continuer la lecture de « Musiques : Traverses et Horizons, Philippe Robert (Le Mot et le Reste) »

à la une

Catégories coverÉtiquettes , , , , , ,

Bobby Would reprend « And I Love Her » des Beatles

Un son vaporeux, une voix caverneuse, quelques libertés sur l’orchestration et un tempo sensiblement ralenti, mettant en valeur profondeur et romantisme. Tout le travail Bobby Would est concentré dans cette reprise d’And I Love Her des Beatles. Un titre choisi sur les conseils de Roshu, une personne qu’il apprécie, car Bobby ne pratique que très rarement l’art de la cover. Nous n’en saurons pas plus, si ce n’est que cette version fait partie d’une installation, The Seventh Beatle, initiée par son ami Dennis Tyfus (Ultra Eczema Records) pour la Galerie Tim Van Laere à Anvers. Le principe est de reproduire un juke box avec des covers expérimentales des quatre de Liverpool, pourvue d’un seul bouton qui lit de façon désordonnée les morceaux repris. Après un exceptionnel album salué dans nos colonnes dans le classement de l’année passée, Bobby Would persévère dans cette croisée des chemins art / musique qu’il aime régulièrement exprimer dans son travail.

Continuer la lecture de « Bobby Would reprend « And I Love Her » des Beatles »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , ,

Selectorama : Olivier Albert Brion

Olivier Albert Brion
Olivier Albert Brion

Une orbite incertaine, une périodicité fluctuante : à l’instar de certaines comètes, Olivier Albert Brion laisse irrégulièrement entrevoir quelques-unes de ces lueurs pop fulgurantes dont il semble détenir le secret. Des apparitions aussi rares que précieuses qui s’étendent désormais sur quatre décennies. Dorian Gray, The Yachines, Discover, OHIO ou nom de baptême : les appellations changent et le contexte aussi. Cela n’a que peu d’importance puisque c’est toujours ce même sens de la mélodie nostalgique qui irradie, cette expression unique, francophone et anglophile, où les terres à fantasmes anglo-saxonnes servent souvent de toiles de fond aux projections d’un imaginaire singulier et intime. Autant dire que le retour discret et tardif d’Olivier Albert Brion dans les ultimes semaines de l’année révolue est apparu comme un événement digne de considération : un nouveau projet décliné sous forme de triptyque. Vingt et un morceaux publiés au fil de trois Ep’s numériques de vingt-et-une minutes chacun pour ponctuer la fin de l’année 2021 –Potomac, Maryland et Lady Bird.  Il y a du Felt, bien sûr, dans ce petit jeu de la numérologie obsessionnelle et ça n’est évidemment pas pour nous déplaire. En attendant les publications à venir et une évocation plus complète de ce qui pourrait bien devenir l’un des meilleurs albums de 2022, le principal intéressé s’est prêté de bonne grâce à l’exercice du Selectorama. Continuer la lecture de « Selectorama : Olivier Albert Brion »

à la une

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , , ,

Hicks & Figuri, Sayonara Muchacho (Herzfeld)

Hicks & Figuri

« There’s nothing wrong about you
The blues is always right
There’s nothing else you can do
When the blues run wild
Falling in love
Makes the blues run wild »

On pourrait avec un plaisir d’archéologue patenté s’amuser à dresser la liste longue comme dix bras des apparitions de Pierre Walter ces vingt dernières années, depuis son apparition publique sous le nom de Spide pour le label Vergo jusqu’à son deuxième album pour Herzfeld par l’intermédiaire de son alias Hicks & Figuri (j’évoquais déjà le précédent LP, Navaja dans ces colonnes). On le fera sans doute un jour, rien ne presse, et Discogs prendra sa fessée, on vous le promet : projet mystérieux, inconnus, non aboutis, parus en micro quantité sur des micro labels, caché dans des groupes derrière d’autres musiciens, on ne peut pas dire que l’auteur-compositeur-interprète se soit un jour économisé. On peut même dire qu’il joue avec le feu, qu’il arrive même qu’il se brûle sur les flammes de sa production massive de chansons miniatures, toujours à peu près les mêmes, qu’il tisse la journée, pour les défaire la nuit venue, et les remettre sur l’ouvrage le lendemain, telle Pénélope attendant son Ulysse, sous la forme de plus en plus parfaite de LA chanson. Continuer la lecture de « Hicks & Figuri, Sayonara Muchacho (Herzfeld) »

à la une

Catégories chronique rééditionÉtiquettes , , , ,

Neutrals, Kebab Disco (Emotional Response)

Kebab Disco NEUTRALSAprès avoir sorti à l’arrache plusieurs cassettes, les Neutrals avaient fait presser en 2019 un excellent LP au titre des plus loufoques  : Kebab Disco. Victime de son succès, le disque attendait d’être réédité et c’est leur label Emotional Response Records qui a eu la bonne idée de le ressortir en version vinyle orange limitée à 100 exemplaires. On me dira qu’au vu des frais de ports prohibitifs pour l’acheminer vers la France, personne ne l’achètera, mais cette réédition sera une bonne occasion, pour ceux qui seraient passés à côté, de découvrir ce groupe californien.

Neutrals, c’est Allan McNaughton à la guitare et au chant, Phil Benson à la basse et aux choeurs et Phil Lantz à la batterie, trois quadras établis dans la région de San Francisco, qui prolongent allégrement l’adolescence en s’adonnant à une garage pop dans la veine de The Jam, des Undertones et des meilleures groupes de power-pop des années 80. Continuer la lecture de « Neutrals, Kebab Disco (Emotional Response) »

à la une

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , , ,

Cassandra Jenkins, An Overview on Phenomenal Nature (Ba Da Bing)

An Overview on Phenomenal Nature Cassandra JenkinsAll I can do is offer up my own anecdotal evidence.
Alison Bechdel, The Secret to Superhuman Strength

Ça n’a pas fait un pli, ni deux, ni pléthore : quand j’ai écouté pour la première fois, de nombreux mois après sa sortie, An Overview on Phenomenal Nature, le titre y était pour beaucoup, ambiance empirique, phénoménologique, et je me suis pris à rêver – durant les rares secondes avant le premier clic, avant la première écoute – du compte rendu d’une epoche musicale, sans bien savoir précisément où ça pourrait mener, et donc précisément attiré par cette imprécision.

La destination est le chemin, lit-on un peu partout, à raison. Qui vous fait, et vous défait, lit-on aussi, raisonnablement. Ainsi, dès la première écoute du deuxième album de Cassandra Jenkins, a-t-on été fait, et défait, et de nouveau, et ainsi de suite, par le chemin infini de la projection de ce titre. Continuer la lecture de « Cassandra Jenkins, An Overview on Phenomenal Nature (Ba Da Bing) »

à la une

Catégories playlistÉtiquettes , , ,

LA PLAYLIST BEST OF 2021

Pour clôturer ces festivités et l’année désormais écoulée, nous avons remplacé durant la trêve des confiseurs de décembre notre playlist de nouveautés mensuelle par un best of de l’année. Un dernier coup d’oeil dans le rétroviseur, passons à la suite sans trop se retourner et regardons devant nous, comme depuis un certain temps, au jour le jour. On fonce et on verra après. Très belle année de la part de toute l’équipe de Section26.

Écoutez cette playlist sur votre plateforme favorite : YouTube, Deezer ou Spotify et en version mixée sur Mixcloud. Et aussi, sur agnès b. radio.

NDLR : Les playlists ne comportent pas l’intégralité des titres de cette sélection.

Continuer la lecture de « LA PLAYLIST BEST OF 2021 »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , ,

A Certain Ratio : « Découvrir New York a changé nos vies »

A Certain Ratio
A Certain Ratio

Lorsqu’un groupe que l’on respecte publie un album de remixes, ça sent généralement le sapin. Dans le cas précis d’A Certain Ratio, on parlerait plutôt d’un sapin de Noël. Si, sur la longueur de leur carrière, les mancuniens se sont plutôt montrés réfractaires à cet exercice, préférant avec la générosité qui les caractérise publier des inédits sur leurs EPs, on ne peut que les féliciter de ce changement d’avis. Malgré la diversité des remixes, on sent à l’écoute de Loco Remescalada que l’on reste dans l’univers du groupe. Comme si, de The Lounge Society à Skream, en passant par The Orielles, chaque remixeur avait voulu rendre hommage à un groupe qu’ils respectent plus que tout. Les fans absolus ne pourront s’empêcher de penser qu’un seul remix manque à l’appel, un qu’ils ne peuvent imaginer dans leurs rêves les plus fous. Celui de leur fan numéro un et membre de leur garde rapprochée, Andrew Weatherall, malheureusement disparu en 2020. Au-delà de quelques remixes fantasmés, on ne peut que saluer l’absence de gros noms sur cet album. Préférant laisser la place à des artistes émergents ou d’autres plus établis s’essayant à l’exercice pour la première fois, ACR affirme une fois de plus une vision en marge de la norme. Une vision qui rend le groupe aussi essentiel et pertinent en 2021 qu’il l’était en 1979 à ses débuts chez Factory Records. Le récent concert donné à La Boule Noire à Paris en est le parfait exemple. Même avec deux membres bien grippés, ACR a délivré une prestation puissante, éclectique et hypnotisante, où le funk glacial se mélangeait à des envolées jazz ou pop. Nous en avons profité pour échanger avec l’affable et passionné batteur du trio, Donald Johnson, qui nous a offert une interview riche en anecdotes sur le passé du groupe, dont leur date avec Madonna à la Danceteria. Continuer la lecture de « A Certain Ratio : « Découvrir New York a changé nos vies » »

à la une

Catégories Chronique en léger différé, chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Dean Wareham, I Have Nothing to Say to the Mayor of L.A. (Double Feature Records)

Dean Wareham

Pendant de nombreuses années, Dean Wareham a été une icône new-yorkaise. Une icône d’abord musicale : étudiant à la Dalton School de New York, il rencontre Damon Krukowski et Naomi Yang avec qui il forme, en 1987, à l’université Harvard, Galaxie 500. Quatre ans et trois chefs-d’œuvre plus tard (Today, 1998 ; On Fire, 1989 ; This is Our Music, 1990), le groupe se dissout et Wareham recrute un ex-The Feelies et un ex-The Chills pour fonder Luna, deuxième trio mythique. A partir de 2005, tout en composant pour lui-même ou aux côtés de sa femme Britta Phillips pour le duo Dean & Britta, il s’impose aussi dans le cinéma indépendant new-yorkais : des réalisateurs purement brooklyniens comme Noah Baumbach ou Greta Gerwig font appel au couple pour composer la bande originale de leurs films, et il apparaît en tant qu’acteur dans une dizaine de films et séries (y compris, entre deux réalisations pointues, un épisode de New York, police judiciaire). De quoi régulièrement oublier que depuis 2013, c’est dans la capitale-même du cinéma, Los Angeles, qu’il évolue. Son nouvel album, le troisième en solo, est là pour nous le rappeler.

Continuer la lecture de « Dean Wareham, I Have Nothing to Say to the Mayor of L.A. (Double Feature Records) »

à la une

Catégories chronique réédition, mardi oldieÉtiquettes , , ,

The Beau Brummels, Turn Around : The Complete Recordings, 1964-1970 (Now Sounds)

Il aura fallu près d’un mois pour commencer à digérer cette rétrospective quasi-intégrale de l’œuvre initiale de The Beau Brummels : huit volumes remplis à ras-bord – plus d’une trentaine de morceaux sur certains CD’s – qui composent un récit chronologique exhaustif – et pour partie inédit d’une petite épopée. Il y a pourtant bien des raisons valables de consacrer quelques heures d’attention au legs de ce groupe que l’on considère souvent comme secondaire. Réévaluer son importance relative, sans doute. Mais, après tout, cet aspect de la besogne a été déjà préalablement amorcé depuis que, au début du siècle, le jeu érudit des réhabilitations rétrospectives a conduit les amateurs de l’archéologie du folk-rock à panthéoniser au moins deux des albums les plus novateurs et donc remarquables du quintette de San Francisco : Triangle (1967) et Bradley’s Barn (1968). Continuer la lecture de « The Beau Brummels, Turn Around : The Complete Recordings, 1964-1970 (Now Sounds) »

à la une

Catégories classementÉtiquettes , , , ,

2021, les choix de la rédaction.

Visuel : Pauline Nunez

2021, année post pandémie (nous y serions, de fait, encore de plain-pied), pré-électorale avec de grosses gouttes inquiétantes qui coulent de nos tempes à nos pieds. L’angoisse molle est devenue prégnante, se carapatant tel un hérisson, mi-douceur recluse, mi-picots acérés. Il nous reste donc, et toujours et merci bien, l’improbable mais gigantesque évasion de nos disques de l’année. S’échapper, tisser un lien avec le cosmos, prendre la poudre d’escampette ? Plutôt deux fois qu’une, en effet.
De déconstructions victorieuses (Dean Blunt, incontestable, Aquaserge, enfin bouleversants) en retour inespérés (Arab Strap, Cheers mate(s) ou encore Saint Etienne, jamais aussi beaux qu’en roue libre), d’un Cap Canaveral à priori improbable mais qui fait finalement l’unanimité (Floating Points et Pharoah Sanders), c’est bien la porte des songes, de l’intime, de l’eminemment personnel qui semble remporter les suffrages, en en attendant d’autres, bien plus préoccupants. Quelques valeurs sûres jamais fiables (Low, importants mais moins que la dernière fois), toujours vertes (Mica Levi, reine du passe passe glorieux) de nouveau arrivants (Dry Cleaning, Bobby Would aussi bien sur disque qu’IRL) et des valeurs sures (Sufjan, toujours premier de la classe, salut Agnan) et au final un semblant de diversité, libre, démissionnaire (Mendelson, adieu et merci pour tout). Celle qu’on nous vendra surement au rabais dans les mois à venir (à moins de 160 boules, tkt) et ce pourquoi nous sommes là pour faire office de PASSEURs et savourer de concert (sous réserve) DE LA MUSIQUE PAS COMME LES AUTRES, pour faire un clin d’oeil à ceux qui se la coulent parfois douce à Biarritz, sachez qu’en 2022, en marge ou en direct du chaos, nous resterons, même en apesanteur et même s’il faut partir très très loin, fidèles au poste (ACR en force).

Etienne Greib

01. DEAN BLUNT, Black Metal 2 (Rough Trade)
02. FLOATING POINTS, PHAROAH SANDERS & THE LONDON SYMPHONY ORCHESTRA, Promises (Luaka Bop)
03. BOBBY WOULD, World Wide World (Saddle Creek)
04. ARAB STRAP, As Days Get Dark (Rock Action Records)
05. DRY CLEANING, New Long Leg (4AD)

06. LOW, HEY WHAT (Sub Pop)
07. MICA LEVI, Blue Alibi (autoproduit)
08. AQUASERGE, The Possibility Of A New Work For Aquaserge (Crammed Discs)
09. SUFJAN STEVENS & ANGELO DE AUGUSTINE, A Beginner’s Mind (Asthmatic Kitty Records)
10. SAINT ETIENNE, I’ve Been Trying To Tell You (Heavenly)
11. GROUPER, Shade (Kranky)
12. CHEVALREX, Providence (Vietnam)
13. LANA DEL REY, Chemtrails Over The Country Club (Polydor)
14. KINGS OF CONVENIENCE, Peace or Love (EMI)
15. L’RAIN, Fatigue (Mexican Summer)

Continuer la lecture de « 2021, les choix de la rédaction. »

à la une

Catégories billet d’humeurÉtiquettes , , , ,

Darklands, 34 ans plus tard.

The Jesus And Mary Chain viennent de clore leur tournée Darklands, section26 y était en famille.

The Jesus And Mary Chain
The Jesus And Mary Chain à La Rodia, Besançon / Photo : Michel Valente

Si on avait dit aux frères Reid, lors des premiers concerts des Jesus and Mary Chain au printemps 1983, qu’ils se produiraient encore sur scène près de quarante ans plus tard, la chose leur aurait certainement semblé tout à fait improbable. On peut même trouver miraculeux que les deux enfants terribles d’East Kilbride soient encore debout aujourd’hui après avoir traversé tant de tempêtes. Les innombrables engueulades allant parfois jusqu’à la violence physique, les récurrentes descentes aux enfers dans les affres de l’alcoolisme et la fatigue engendrée par une vie d’excès en tout genre auraient dû avoir leur peau. La séparation du groupe en 1998 n’aura pourtant été qu’une pause, et depuis leur reformation en 2007, les démons du passé semblent avoir été définitivement exorcisés. En témoignent leur présence régulière sur scène et la sortie de Damage and Joy en 2017, leur premier disque en presque vingt ans.

A écouter : Transmission#68, un entretien avec Jim Reid réalisé par l’équipe de Section26 et Nicolas Sauvage à La Rodia à Besançon lors du passage de la tournée Darklands de The Jesus And Mary Chain.

Continuer la lecture de « Darklands, 34 ans plus tard. »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , ,

Calvin Love, Lavender (Hidden Treasure Recordings / Taxi Gauche Records)

Lavender by CALVIN LOVE”Je suis incapable de dire pourquoi j’aime tant cet album.”
L’ami qui m’a fait découvrir ce disque – Lavender – , a un jour, écrit ces mots alors qu’il postait, pour la troisième ou quatrième fois, la vidéo de Sailin’ On. À l’ami, à vous, j’avais envie de dire ceci.
Peut-être pour la voix, toute en douleur retenue. Peut-être.
Peut-être pour cette harmonie parfaite entre la voix et les instruments, comme des cœurs entremêlés. Peut-être.
Peut-être pour ces notes de claviers qui surgissent comme des gouttelettes stagnantes, en perles, et qui demeurent en suspension. Peut-être.
Peut-être parce que c’est un disque de nuit et que ce sont des disques que l’on ne s’explique pas. Peut-être.
Peut-être qu’après certaines écoutes qui peuvent amener très loin dans les émotions, il faut alors se palper pour s’assurer d’être vivant. Peut-être.
Peut-être parce que Lavender est d’ores et déjà le mot de passe de ceux qui ont le goût d’une certaine suspension du monde. Peut-être.

Continuer la lecture de « Calvin Love, Lavender (Hidden Treasure Recordings / Taxi Gauche Records) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , ,

Furrows, Fisher King (autoproduit)

Des quelques péripéties biographiques qu’il accepte de confesser, il semble aisé de déduire que Peter Wagner a vécu la plupart de son existence dans les entre-deux. Les espaces qui séparent les continents – entre les USA et l’Allemagne – ou les villes – Baltimore, puis Brooklyn mais également les intervalles entre les genres musicaux – le jazz et la musique improvisée avant d’en venir à la pop : ce sont les zones qui lui sont devenues familières et où il tente de creuser ses propres sillons, dans un certain inconfort. C’est ce qu’on retrouve dans ce premier album, presque solo, de Furrows : une palette sonore tout en nuances pour tenter de donner forme à l’insaisissable, dépeindre des atmosphères, les colorer parfois à petites touches de cordes, de pulsations électroniques. Continuer la lecture de « Furrows, Fisher King (autoproduit) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , ,

A Flock of Seagulls, id. (Jive, 1982)

Charrier des groupes et afficher sa vertu snob sont des attitudes au moins aussi anciennes qu’acheter des disques. Le groupe A Flock of Seagulls a longtemps été une victime facile et la source de nombreuses moqueries. La coupe de douilles du chanteur Mike Score n’y est pas pour rien : avec celle de Limahl, elle représente la quintessence du style quatre-vingt. Venu de Liverpool et ne disposant pas du sceau de bon goût des collègues (Echo & The Bunnymen, The Teardrop Explodes, OMD), A Flock of Seagulls n’en a pas moins signé un premier disque vraiment très solide. Il est devenu, depuis, un classique de la new wave britannique.

Continuer la lecture de « A Flock of Seagulls, id. (Jive, 1982) »

à la une

Catégories sunday archiveÉtiquettes , , , , ,

Epic Soundtracks, Rise Above (Easy Action / Import)

Il nous faudrait d’abord, et 5000 signes de plus ne seraient pas de trop*, évoquer largement le cas Swell Maps. Sur le sujet, Nikki Sudden lui-même fit une assez bonne analyse : « les Swell Maps auraient été bien meilleurs si le punk n’était pas arrivé ». Groupe le plus injustement mésestimé de l’époque punk, même si les récentes rééditions chez Secretly Canadian (2012) ont fait avancer cette cause fondamentale et de moins en moins perdue, faute de combattants. Formés dès 1972 dans la région de Birmingham sous une forme embryonnaire par les frères Nicholas et Kevin Godfrey (Nikki Sudden et Epic Soundtracks, donc) en compagnie de Richard Earl et du futur Television Personalities Jowe Head, ils invoquent des influences plus larges que les Stooges et les New York Dolls de rigueur en ces temps reculés. C’est donc aussi et surtout à T. Rex, à Can, à Faust, à Neu! et à l’inventivité débridée des premiers Roxy Music, de Brian Eno et du Velvet Underground qu’ils doivent leurs constructions effarouchées, dépassant déjà l’époque tout en la saisissant sur A Trip To Marineville (paru tardivement en 1979 chez Rough Trade) un disque sans qui The Pastels, Jesus And Mary Chain et Sonic Youth n’auraient jamais existé, puis déjà de manière arty plus prononcée sur …In « Jane From Occupied Europe » (1980), chef d’œuvre absolu du déjà post-punk. Continuer la lecture de « Epic Soundtracks, Rise Above (Easy Action / Import) »

à la une

Catégories billet d’humeur, livresÉtiquettes , , , , , ,

IndieSide, l’élégance vraie

Montse, l’auteur, Luis, Antonio Luque et quelques autres, un soir de mars 1995 / photo : Nathalie Paco

Si beaucoup d’entre nous sont devenus avec le temps familiers de la Movida, peu savent qu’au début et au mitan des années 1990 la scène indépendante espagnole a connu une effervescence assez folle, où le bruit, les mélodies, les structures indie, la techno intelligente et la mélancolie fricotaient avec candeur et insouciance… Un joli projet de livre de photos a pour ambition de rappeler tout cela. Continuer la lecture de « IndieSide, l’élégance vraie »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , , ,

Borne d’écoute : Some Exercise

Some Exercise
Some Exercise / Photo : Cheyenne Crib

Après un unique titre tendu et fiévreux sorti en 2021 (Some Bias), auréolé d’éloges de radios universitaires et autres blogs obscurs, Sam Pichonsky s’est remis à enregistrer en solo et a produit en deux temps – trois mouvements l’ébauche de ce qui deviendra ce Dolphin Debut EP. Une phase instrumentale assez rapide sur laquelle il a mis du temps à y incorporer des textes, inspirés par la canicule d’été, les commentaires YouTube de ses balades numériques, mais aussi des écrits de Lydia Tomkiw et Aleksandar Ristovski. Le single Cop Dog Anecdote, musicalement proche de pointures telles que Josef K ou Suburban Lawns pour les plus anciens, Deliluh et Women pour les plus contemporains, révèle une guitare cinglante et répétitive, et sa rythmique quasi dub des cinquante premières secondes laisse place à une montée puissante mais contrôlée dans laquelle la voix suave de Sam se noie. Ce petit bijou sortira le 14 Janvier chez Urticaria, le label-distributeur Nantais que l’on aime beaucoup (l’artwork est d’ailleurs signé par le boss Robin Roche), ainsi que chez Contact Minimal, label de Montréal.

Notez que Urticaria sera présent au Marché de Noël des labels indépendants à L’international à Paris ce samedi 18 décembre.

Dolphin Debut EP par Some Exercise sortira sur le label Urticaria.

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama : Kit Sebastian

Kit Sebastian
Kit Sebastian / Photo : Munéyuki Sugiyama

Deux ans après un magnifique premier album, le duo Anglo-Turc revient avec un deuxième disque intitulé Melodi (Mr Bongo). Digne successeur du premier, il enrichit l’univers musical du groupe et témoigne de leur maturité dans leur évolution sonore. Il est difficile de définir d’où vient musicalement et culturellement le duo, tant leurs repères et pied-à-terre sont anglais, turcs, italiens et français. À la croisée des chemins entre musiques traditionnelles et funk venant d’Orient, du Caucase et d’Amérique latine, Kit Sebastian nous montrent qu’ils sont surtout un duo de diggers. Toujours à l’affut de disques oubliés de la musique pop ou traditionnelle originaire des quatre coins du monde, ils continuent à puiser leur inspiration dans ces trésors de vide-greniers. Après un concert mémorable à Paris en novembre dernier, le duo s’apprête à commencer une tournée Anglaise en février prochain et nous fait l’honneur de partager avec nous certains de leurs morceaux fétiches. Continuer la lecture de « Selectorama : Kit Sebastian »

à la une

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , , , ,

Cindy, 1:2 (Tough Love Records / Paisley Shirt Recordings / Mount Saint Mountain)

CindyOctobre 2021. Un échange de regards à la billetterie de l’International, un concert qui se prolonge en after, un baiser, une demoiselle qui monte dans mon Uber et… range les épices de mon tiroir, une nuit de sommeil, deux pains au chocolat partagés puis… plus rien. Cœur d’artichaut plus vraiment arrosé depuis quelques mois, je sais que mon moral des deux-trois prochains jours ne sera pas des plus réjouissants. D’autant plus que j’enchaîne cette soirée terminée sur les coups de l’heure à laquelle je me réveille quand je vais à la fac par un shift au vestiaire de la salle/club suscitée, shift qui lui aussi se termine à l’heure à laquelle je me réveille quand je vais à la fac. Par chance, 1:2, dernier album de Cindy en date – après Cindy en 2018 et Free Advice en 2020 – vient d’atterrir sur Spotify. Continuer la lecture de « Cindy, 1:2 (Tough Love Records / Paisley Shirt Recordings / Mount Saint Mountain) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , ,

Wookie, Wookie (S2S Recordings, 2000)

La dance music se prête historiquement mal au format album. Elle semble s’épanouir en maxi ou sur les mixes CD, désormais quasi-disparus. Logique si nous tenons compte de sa qualité première : elle est là pour faire battre le cœur des écumeurs de clubs et les garder le plus longtemps sur la piste. Cette fonctionnalité première du genre s’accommode ainsi difficilement d’un format porté par le jazz puis le rock, à partir du milieu des sixties. La narration n’est tout simplement pas la même. Wookie (2000), l’unique album de Wookie, est une des exceptions à cette règle. Continuer la lecture de « Wookie, Wookie (S2S Recordings, 2000) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Bill Callahan & Bonnie « Prince » Billy, Blind Date Party (Drag City)

Bill Callahan & Bonnie "Prince" Billy Blind Date Party En principe, il n’y a pas, dans le rock, grand-chose de plus vain, ennuyeux et déprimant que l’idée d’un album de reprises. Bien sûr, il existe quelques exceptions, des disques très réussis comme le Nilsson Sings Newman (1970) de Harry Nilsson, le Cover Magazine (2002) de Giant Sand ou le très beau To Willie (2009) de Phosphorescent, mais, dans l’ensemble, l’exercice semble plutôt réservé à des artistes souffrant d’un manque criant de créativité. Et le fait que Will Oldham en soit déjà à son septième opus du genre (en comptant les disques de réinterprétations de ses propres chansons) depuis 2004 en dit malheureusement assez long sur le lent déclin de son œuvre depuis qu’il a adopté le pseudo de Bonnie “Prince” Billy. Pourtant, Will Oldham est également l’un des rares à maîtriser l’exercice. Certains de ses disques du genre, Greatest Palace Music (2004), The Brave and the Bold (2006), enregistré avec Tortoise, ou l’excellent EP Ask Forgiveness (2007), figurent même parmi ses plus belles réussites depuis vingt ans. Continuer la lecture de « Bill Callahan & Bonnie « Prince » Billy, Blind Date Party (Drag City) »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , , , , ,

Jean-Hervé Peron (Faust) : « Nous étions autodestructeurs »

Faust
Faust en 1971 / Photo : Juergen d. Ensthaler

Cinquante années après la sortie de son premier album, Faust reste un groupe dont beaucoup connaissent le nom, mais peu connaissent la musique. Polydor, leur premier label, pensait pourtant signer les Beatles Allemands. Si le parallèle fonctionne au niveau de l’innovation technologique, des expérimentations et d’une influence pour les artistes des décennies à venir, dans sa première incarnation, les membres de Faust ont, à l’opposé, donné le meilleur d’eux-mêmes pour s’assurer un suicide commercial constant. Tensions internes, refus de tout compromis, concerts chaotiques, tout était réuni pour créer un cocktail explosif et une musique hors norme et exceptionnelle. Le coffret 1971-1974 récemment sorti chez Bureau B permet de mesurer à quel point leurs idées ont été empruntées par The Fall, Sonic Youth, Joy Division, PIL et tant d’autres. C’est à l’occasion d’un étonnant concert Faust IV donné fin novembre au festival BBMix de Boulogne-Billancourt que Jean-Hervé Péron, membre fondateur de Faust, nous a accordé une interview rétrospective dont les détails et les anecdotes permettent de réaliser à quel point ce groupe a été et restera hors norme. Continuer la lecture de « Jean-Hervé Peron (Faust) : « Nous étions autodestructeurs » »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Hand Habits, Fun House (Saddle Creek)

On appelle tel disque, dans l’embarrassant jargon de la critique francophone, un grower.

Un disque qui grandit.

Et qui nous grandit.

Et tel il est, ou mieux encore, un disque casse-pied, un formidable disque, un disque qui enseigne, qui ne se range pas en trois minutes comme une agréable paire de chaussons prête à être dégainée. Les choses bougent. Elles passent. Sans place.

En cherchant trois mots à placer en entrée de chronique – ça donne du cœur à l’ouvrage – ça sort de la zone de confort – je suis tombé nez à nez avec un mujo seppo de Shundo Aoyama à la conclusion inévitable : “Seul l’être humain se plaint de la nature transitoire de toute chose.” Qu’il vaut mieux glisser discrètement dans le ventre des choses. Continuer la lecture de « Hand Habits, Fun House (Saddle Creek) »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama : Bobby Would

Bobby Would
Bobby Would

En janvier dernier, les lecteurs de Section 26 avaient pu se délecter – en avant-première -, de deux excellents titres extraits du deuxième album de Bobby Would, World Wide World (sorti sur le label Low Company). Il ne fait désormais aucun doute que ce disque captivant restera parmi les plus réussis de l’année 2021. Avec son atmosphère hypnotique et étrange, aux accents parfois presque orientaux, ses guitares carillonnantes et lumineuses se mélangeant à des mélopées sépulcrales envoûtantes, ses nappes de synthétiseurs aux sonorités old school, World Wide World nous plonge dans un monde parallèle. Exigeante et audacieuse mais sans jamais verser dans l’autisme de certaines productions expérimentales, la musique de Bobby Would parvient à faire cohabiter élégamment exploration sonore et lisibilité mélodique.

Continuer la lecture de « Selectorama : Bobby Would »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Mo Troper, Dilettante (Bobo Integral)

Dilettante. Le mot est lâché. Comme un paradoxe, si on entend par là l’incapacité d’accomplir, par défaut de volonté ou de ténacité, le travail artistique jusqu’à son terme. Quatre albums – et même un peu plus – en cinq ans : Mo Troper n’est manifestement pas de ceux qui rechignent à l’effort. Généralement adepte de la basse fidélité, le musicien de Portland s’était même risqué pour son précédent album – Natural Beauty (2020) – à gommer quelques aspérités sonores et à peigner quelques-unes des mèches rebelles de ses chansons ébouriffées. Le résultat était en tout point remarquable – du Jellyfish en cure d’austérité budgétaire, pour résumer – mais était passé à peu près totalement inaperçu en plein printemps confiné. Déçu et sans doute un tantinet frustré, Troper s’en est retourné à ses premières passions bricolées. En Dilettante, donc, au sens le plus noble du terme, puisqu’il s’agit ici de vivre plusieurs vies pour composer plusieurs albums à la fois. S’engager dans l’impulsion du moment, accompagner en amateur la sensation isolée ou l’impression éphémère qui s’élèvent au rang d’expérience artistique. Et ce vingt-huit fois de suite. Vingt-huit, c’est bien le nombre de morceaux enregistrés à domicile en moins d’une semaine qui composent donc ce kaléidoscope musical touffu et fascinant. Continuer la lecture de « Mo Troper, Dilettante (Bobo Integral) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , ,

The Prodigy, The Fat of the Land (XL Recordings, 1997)

Décrié par les puristes, le big beat fut un choc esthétique pour beaucoup d’adolescents à la fin des années 90. Si certains groupes frisent la blague potache, d’autres ont démontré que le genre en avait sous la semelle. Parmi eux les Chemical Brothers, Fatboy Slim et The Prodigy auront toujours une place particulière dans notre chair. The Fat of the Land (1997), de ces derniers, fut un pain dans la gueule de ceux qui l’écoutèrent, à la fin des années quatre-vingt-dix. La sainte trinité qu’il forme avec Dig Your Own Hole (1997) et You’ve Come a Long Way, Baby (1998) fut une machine à convertir les teenagers à la musique électronique. Omniprésents dans les bandes originales de jeux vidéos comme Wipeout 2097 (1996) ou Fifa 99 (1998) et de films comme Spawn (1997) ou Matrix (1999), les morceaux de ces groupes ont amené les machines des clubs jusqu’aux chambres des adolescents. Continuer la lecture de « The Prodigy, The Fat of the Land (XL Recordings, 1997) »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Borne d’écoute : « Portrait de l’artiste en pop star », le clip de Bière Noire

Échappé de Satan, formation grenobloise de black métal à tendance punk, Léo aka Riton la Mort vient de sortir un morceau clippé nommé Portrait de l’artiste en pop star présent sur son album Pièce secrète, sorti tout récemment chez Croux Records. Atmosphère moite, voix spectrale, ingrédients répétitifs qui en deviennent psychédéliques.


à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Nicolas Paugam, Padre Padrone (autoproduction)

« Il est temps de dresser des temples
aux ouvriers où les pyramides sont nées,
le chantier patenté exige révérence,
à la lueur des bougies d’Esope
et de Manufrance, en France, en France
»

Parce que Nicolas Paugam a approché deux fortes têtes des affaires de la musique, Vincent Chauvier et son label Lithium quand il officiait avec son frère dans l’entreprise familiale Da Capo ou plus tard Bertrand Burgalat qui le mit à l’honneur de sa très scrutée chronique de Rock’n’Folk, on se dit qu’il en est lui-même une : une tête de pioche, un empêcheur de tourner en rond, un original. Pas grave s’il n’ira pas (pour le moment) imposer le tricot orange et le chapeau de paille dans les armoires impeccables (tendance costume de velours et synthétiques pastel) du label Tricatel, la collusion eut eût du chien. Continuer la lecture de « Nicolas Paugam, Padre Padrone (autoproduction) »

à la une

Catégories playlistÉtiquettes , ,

LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS DE DÉCEMBRE 2021

Feu d’artifice final pour une année résolument compliquée. Alignés comme une configuration astrale prometteuse, nos hérauts (Spiritualized, Dean Wareham, Jarvis), ceux en passe de le devenir (Cate Le Bon, Exek) et ceux qui les côtoient avec grandeur et style dans cette fournée hivernale à écouter au chaud, le temps que tout cela passe.

Écoutez cette playlist sur votre plateforme favorite : YouTube, Deezer ou Spotify et en version mixée sur Mixcloud. Et aussi, sur agnès b. radio.

NDLR : Les playlists Deezer et Spotify ne comportent pas l’intégralité des titres de cette sélection.

Continuer la lecture de « LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS DE DÉCEMBRE 2021 »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Borne d’écoute : Le Chemin de la Honte

Lors d’un rude hiver Drômois, Le Chemin de la Honte, formation au son froid et caverneux, voit le jour lors de répétitions communes hebdomadaires entre Seb Normal, Liliane Chansard, Olivier Lanthlem et Stéphane Calin entrecoupées de discussions, de clopes fumées et de canettes vidées. Des chansons s’esquissent : « Les morceaux parlaient alors d’amour (amical et familial), d’addiction, de non-travail, du temps qui passe« . Au départ de Stéphane, Danièle Venoux rejoint l’aventure, happé par le son si singulier du groupe qu’il voit à leur premier concert. Le premier album éponyme sort en 2015 chez Danger et c’est un succès, un son rond mais rugueux.

Chacun s’affairant à d’autres activités, Le Chemin de La Honte est un point de rencontre de plusieurs personnes qui ont besoin de se retrouver après des temps d’absences plus ou moins longs pour être et composer ensemble.

Leur deuxième album Un Château Perpétuel est prêt dès 2019, mais reste dans le flou du temps qui s’arrête pour les raisons que l’on connaît. Sa sortie est donc retardée mais il n’en demeure pas moins très actuel, au vu des sujets abordés dans les textes de Liliane : « Les thèmes sont d’actualité, des thématiques individuelles qui sont des reflets plus généraux de l’état du monde et des êtres humains.« .  Leurs compositions sont glaçantes, tendues et anguleuses avec néanmoins un côté plus expérimental comme sur Toute Distance et ses douze minutes façon autoroute qui clôturent l’album.


Un Château Perpetuel est disponible dès aujourd’hui en digital sur 24H/Jamais.

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , , , , ,

Selectorama : Nick Drunken Broken Arms & His False Dylan Cobb

Photo : Mono Sterio

Originaire de Sheffield où il jouait au sein de son premier groupe garage-psych-country-soul The Jesus Loves Heroin Band, Nick Wheeldon débarque à Paris en 2012, et à depuis su montrer son talent et son hyperactivité auprès de Os Noctàmbulos, Sex Sux, Necessary Separation et autres 39th and the Nortons. Il compose également en solo de magnifiques balades pop qu’il a sorti récemment sur l’album Communication Problems (Mauvaise Foi / Le Pop Club Records). Parallèlement, Nick organise également des concerts sous le nom de Silence Kills à la Pointe Lafayette à Paris ou tout un essaim de groupes ont pu jouer dans cette cave microscopique où les murs suintent déjà de souvenirs mémorables. Durant le premier confinement, Nick à composé seul une série d’albums dont Everybody’s Trying To Fuck, I Just Want To Make Love est le premier à voir le jour. Il s’entoure de quatre compères Bordelais : Stéphane Gillet (Bootchy Temple), Chop (Prêcheur Loup) et Jules (Cockpit) pour l’enregistrement, et décident collectivement du grain à donner à l’ensemble. Ils forment dans la foulée Nick Drunken Broken Arms And His False Dylan Cobb et accouchent de ce brûlot urgent et incandescent qui sent bon l’Angleterre de Billy Childish comme sur Do You, mais aussi la ballade mélodique (Window Shopping) dont lui seul à le secret de composition. Le groupe prévoit de jouer live début 2022, et ne s’interdit pas de composer ensemble… encore un nouvel album. Pour ce Selectorama , Nick et Stéphane nous livrent leurs influences sur dix titres qu’ils ont choisi ensemble. Continuer la lecture de « Selectorama : Nick Drunken Broken Arms & His False Dylan Cobb »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , ,

Andrew Taylor And The Harmonizers, Andrew Taylor And The Harmonizers (Rock Indiana)

Écouter les mêmes notes ; ressasser les mêmes mots : depuis vingt ans, Andrew Taylor compose des chansons magnifiques et trop peu de gens s’en soucient. Le résumé des épisodes précédents tient donc en une seule sentence lapidaire et ce n’est sans doute la publication de ce nouvel album, vendredi prochain, qui infléchira radicalement la suite du récit. Rien ici n’est fait pour déjouer l’implacable réalisme des prévisions ni même les attentes des rares impatients, déjà séduits par l’œuvre considérable du petit maître écossais et de tous ses alias – Dropkick, The Boy With The Perpetual Nervousness. Continuer la lecture de « Andrew Taylor And The Harmonizers, Andrew Taylor And The Harmonizers (Rock Indiana) »

à la une

Catégories liveÉtiquettes ,

L’agenda des concerts de décembre

Avis à la POP.ulation de la région Parisienne ! Comme tous les mois, on vous propose une sélection de concerts proposée par François Salvador et la rédaction de Section26. Imprimez-le, gardez-le en poche, et allez découvrir des groupes tant qu’on vous le permet encore.

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , ,

Fleetwood Mac, Rumours (1977, Warner)

Fleetwood Mac Rumours1977, la révolution punk gronde, pourtant le soft rock se porte merveilleusement bien et continue de se vendre par palette entière. Si les Ramones ou Talking Heads font vibrer les petits cœurs fragiles de critiques extatiques, le grand public américain se précipitent sur les disques de Steely Dan ou des Doobie Brothers. En France, le rock d’avant le punk se porte aussi très bien. De Dire Straits en passant par Supertramp ou Alan Parsons Project, les Français ne sont pas franchement convertis aux épingles à nourrice. Longtemps considérés avec une certaine défiance, les gros vendeurs des seventies ont, ces dernières années, été largement réhabilités. Cité par de nombreux artistes (Best Coast, Haim etc.) comme une référence, Fleetwood Mac est incontestablement une des têtes d’affiche de la décennie. Continuer la lecture de « Fleetwood Mac, Rumours (1977, Warner) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Jerusalem In My Heart, Qalaq (Constellation)

Qalaq Jerusalem In My HeartA Granular Buzuk, un titre du deuxième LP de Jerusalem In My Heart (If He Dies, If If If If If If, 2015) qui exprime en une image frappante la singularité du projet multimédia du producteur libano-canadien Radwan Ghazi Moumneh. D’un côté le Bouzouki (« Buzuk »), un instrument à corde traditionnel du répertoire de la Méditerranée orientale. D’un autre l’adjectif « granulaire », qui renvoie à une technique de synthèse sonore bien connue des praticiens du sound-design aventureux. Une formule qui évoque un syncrétisme ethno-futuriste qui serait évidemment tout sauf arbitraire : on pense à Jon Hassel et son concept de « quatrième monde », comme esthétique de l’hybridation du modernisme avant-gardiste et des musiques dites « traditionnelles » – « Un son futuriste combinant les caractéristiques des différentes musiques ethniques et traditionnelles avec des techniques électroniques avancées ». Car les disques de Jerusalmen In My Heart explorent ces territoires aux frontières par définition indéterminées que constituent la rencontre des chants mélismatiques arabes et de l’expérimentation électro-acoustique. Continuer la lecture de « Jerusalem In My Heart, Qalaq (Constellation) »

à la une

Catégories sunday archiveÉtiquettes , , ,

Desolation Center de Stuart Swezey (2018)

Mojave Auszug, 1984 / Photo : Fredrik Nilsen Hacke

Pour leur première sortie en DVD le 4 décembre prochain, le festival bordelais de documentaires musicaux Musical Ecran propose un film réalisé par l’américain Stuart Swezey, dont nous vous avions parlé il y a deux ans.

*

Le début des années 1980. Los Angeles. Une scène locale punk (Black Flag, le groupe d’Henry Rollins, The Screamers, avec son chanteur sosie de Jim Carrey, Germs…), filmée par Penelope SpheerisWaynes’s World en 1992, c’est elle – dans le premier volet de sa trilogie The Decline of Western Civilzation (1981) n’a rien à envier à celle de New York et Londres une décennie plus tôt, avec pour correspondance européenne paradoxale, Berlin. Indésirables en ville, quelques activistes fans de musique extrême vont trouver refuge dans le désert de Mojave, celui de Zabriskie Point (1970) de Michelangelo Antonioni puis de la mort de Gram Parsons en 1973, quelques années avant de servir de décor à la pochette du The Joshua Tree (1987) de U2 photographiée par Anton Corbijn. Le réalisateur Stuart Swezey, l’un de ces amateurs paradoxaux de Throbbing Gristle et autres joyeusetés antinomiques du style de vie californien, a proposé de 1983 à 1985 une poignée de concerts, matière de son documentaire Desolation Center, récit d’une jeunesse ô combien sonique. Continuer la lecture de « Desolation Center de Stuart Swezey (2018) »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , ,

Peter Holsapple (The dB’s) : « Je crois que quand R.E.M. a triomphé, nous avons tous triomphé. »

Peter Holsapple / The dB's
Peter Holsapple / The dB’s

The dB’s est toujours apparu comme un groupe interstitiel, de ceux dont l’œuvre, considérablement sous-estimée pendant bien des décennies, se niche dans ces anfractuosités confidentielles qui échappent à bien des classifications réductrices : entre les genres – ni totalement punk ou new-wave, ni vraiment power-pop ; entre les époques ou les scènes. C’est sans doute ce qui a conféré au quartette fondé à New-York en 1978 par Chris Stamey et Peter Holsapple ce statut un peu particulier. Un groupe culte, sans doute. Mais surtout, un maillon essentiel dans la succession des générations qui structure l’histoire de la musique américaine. C’est en effet dans les premiers albums des dB’s – et particulièrement dans les premières démos du groupe, saisissantes de vitalité, rééditées cet automne sur I Thought You Wanted To Know 1978-1981 – que se trouvent à la fois les prolongements du garage-rock des années 1960 et de ces mélodies qui ont surgi sous les doigts d’adolescents encore sous le choc de la British Invasion et les prémisses de l’indie-rock des années 1980. Après avoir contribué à briser quelques barrières, Holsapple et ses camarades se sont fait déborder ensuite – avec une complaisance confraternelle souvent appréciable – par les jeunots qui se bousculaient sur leurs traces de R.E.M. à Yo La Tengo. Il ne leur en tient aucun grief, bien au contraire. Et c’est avec une bonhomie enjouée qu’il accepte de revenir sur un engagement musical qui s’étale désormais sur six décennies. Continuer la lecture de « Peter Holsapple (The dB’s) : « Je crois que quand R.E.M. a triomphé, nous avons tous triomphé. » »

à la une

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , ,

Cour de récré, s/t (Elefant)

« A chacun sa nouvelle vague,
mais la mienne est d’Hokusai »

C’est clair, fallait pas nous inviter : date de naissance – 1971, enfant conscient de 1977 à 1986, incollable pour déjouer toute la quincaillerie années 1980 brinquebalée par Cour de récré. D’abord les citations quasi texto (Le générique de Platine 45 dans Chanson cathartique, Le téléphone d’Elli & Jacno déguisé en Coeur cruel, Vice et Werther sous la mousse de Cache cache dans l’espace / Tétéou de Lio & Jacky), il ne manquerait plus que le disque sorte sur Vogue, ou que la pochette convoque Mondino ou Pierre & Gilles… Et puis ces sonorités à peine troublées par l’autotune (à moins qu’on ne soit en présence d’un vocodeur ?) sorties tout droit des compilations de technopop japonaise, produite par le YMO, Sakamoto, et les trucs catchy aussi bien chipés chez Dorothée, Indochine, Daho, Turboust que dans les tubes bizarres britanniques, « novelty », adorés par Lawrence. Bref, on est pas loin de la crise de foie, celle qui nous prenait après un anniversaire un peu trop arrosé de Fruité ou de Tang, un peu trop gâté de cigarettes en chocolat (celles qui avaient de la farine coincée entre le papier et le chocolat et quand on soufflait, ça faisait comme de la fumée, incroyable). Continuer la lecture de « Cour de récré, s/t (Elefant) »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , , ,

Selectorama : Faust

Faust
Faust / Photo : Juergen Ensthaler

Krautrock ! Qui mieux que Faust, grand pataquès protéiforme, Velvet Underground occulte de Wümme (alors RFA) à l’influence avérée sur des centaines d’autres têtes chercheuses (de Nurse With Wound à Joy Division en passant par Pascal Comelade) aurait pu faire sien et détourner un terme à priori xénophobe ? Car l’appellation, aujourd’hui reconnue AOC de qualité fut au départ un terme vaguement méprisable énoncé par une presse anglaise pas vraiment finaude, ni tout à fait remise du blitz. Rock choucroute, le kraut étant non seulement ce fascinant légume, mais aussi le petit nom donné à nos amis d’Outre Rhin, eut égard aux horreurs d’un conflit alors récent. Alors, quitte à détourner l’insulte, Faust en fit, en ouverture de son quatrième album (Faust IV, chez Virgin, 1973) un morceau hypnotique, terrassant et dont la toxicité ne se démentira toujours pas, presque cinq décennies plus tard. Et qui ouvrira ce concert tant attendu au festival BBMix ce dimanche puisque l’incarnation actuelle rejouera dans son intégralité ledit album. Rarement cité en premier lorsqu’il s’agit de Krautrock, Faust a pourtant eu un retentissement durable et permanent. Sur le marché anglais en faisant vendre son troisième album (The Faust Tapes, 1973) au prix d’un single, et en écoulant ainsi plus que prévu (« Certains s’en sont servi pour jouer au frisbee, pour d’autres ça a changé leurs vies… »), d’autre part en réussissant de manière absolument tonitruante sa reformation au mitan des années 90. Alors même si l’on sait à peu près à quoi s’attendre, on ne saurait pourtant trop vous conseiller d’y aller avec le moindre sentiment de sécurité, un concert de Faust étant par nature beaucoup plus imprévisible, toxique, ouvert et libre que le tout venant, bref, tout sauf ordinaire. En prélude, quelques vraies pépites et pas moins de fausses pistes dans ce selectorama concocté par Jean Hervé Péron. Continuer la lecture de « Selectorama : Faust »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Magdalena Bay, Mercurial World (Luminelle Recordings)

Avant même de se lancer tête baissée dans un plébiscite sans filtre du premier album du duo américain Magdalena Bay, envie de tout simplement leur dire merci pour avoir eu le bon goût d’être à la hauteur des attentes. Une série de quatre singles égrainés au fil des mois, tous plus réussis, entêtants et dingues les uns que les autres, culminant sur un album du même acabit, délesté de toute faute de goût. Ne pas décevoir quand on a tout à prouver, quel bonheur en ces temps de blase. Et d’autant plus grand quand il vient d’un groupe qui jusqu’ici avait eu un léger goût de divertissement, façon verre de grenadine un peu trop dilué. Certes il y avait eu de charmants EP et d’amusants petits tubes (How To Get Physical, bas du front mais diaboliquement attachant), mais il était difficile de parier un organe sur le fait que la paire serait capable de sortir de son chapeau le meilleur album de synthpop de 2021. Et pourtant, nous y voilà, il s’appelle Mercurial World, et il est im-pe-ccable. Continuer la lecture de « Magdalena Bay, Mercurial World (Luminelle Recordings) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , , ,

Patrice Rushen, Straight From The Heart (Elektra, 1982)

Figure essentielle de la scène boogie/post-disco américaine des années 80, Patrice Rushen connaît pourtant un parcours atypique. Après avoir gagné un concours de jazz au Monterey Jazz Festival à 17 ans avec son groupe, la pianiste signe avec le label Prestige. Au début de sa vingtaine, Patrice Rushen publie ainsi trois albums sur le label entre 1974 et 1977. La musicienne opère un virage à 180 degrés un an plus tard lorsqu’elle signe chez Elektra. Label mythique dans les années 60 (The Doors, The Stooges, Love…), la structure est rachetée par Warner au début des seventies. Elektra contribue alors à développer un certain son californien (Leon Ware, Bread, Lee Ritenour, Carly Simon) aux cotés de leurs collègues d’Asylum également chapeautés par WEA. Dans cet environnement moins puriste, Patrice Rushen s’épanouit et ose aller vers une production plus funky, dansante et surtout pop, ce qui est vécu comme une trahison par les amateurs de jazz. Continuer la lecture de « Patrice Rushen, Straight From The Heart (Elektra, 1982) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Rémi Parson, Pour un empire (Isolaa Records)

« J’écris ces phrases avant la nuit,
ce rideau d’enfer qui tombe dru
et tout détruit,
c
hemin de croix,
machines arrières
»

Tout est histoire d’impressions. Quand je chausse mon casque Audio-Technica emprunté au travail, j’attends d’un disque qu’il me promène : géographies intimes ou imaginaires, dimensions temporelles, souvenirs, mondes alternatifs… Je n’attends que ça. A l’écoute de Pour un empire, je suis servi. Continuer la lecture de « Rémi Parson, Pour un empire (Isolaa Records) »

à la une

Catégories portraitÉtiquettes , , , ,

Mark Tranmer (Gnac) : Discographie commentée

Mark Tranmer
Mark Tranmer

Depuis plus de trois décennies, Mark Tranmer est demeuré présent dans bon nombre des histoires musicales qui ont compté à nos yeux. Des histoires de petite dimension : celles, si précieuses, qui sont faites de souvenirs intimes ou collectifs ; celles qui occupent une place considérable dans une vie où l’essentiel semble, un peu plus chaque jour, constitué de l’assemblage de ces détails. La première fois, il était sur scène un soir de février 1990 – le premier concert partagé avec ma future femme, cela compte forcément – pour le festival Sarah Records. Quelques années plus tard, il y a eu ce concert de The Montgolfier Brothers – ce duo si mémorable avec feu Roger Quigley qu’Alan McGee avait comparé à une version de Durutti Column avec Ian Curtis au chant – sur une péniche parisienne où le public était presque exclusivement constitué d’amis futurs et de relations à venir, dont bon nombre de collaborateurs de la Revue Pop Moderne et de soutiens, proches ou lointains, des années de passion musicale partagée, jusqu’à ce jour. Continuer la lecture de « Mark Tranmer (Gnac) : Discographie commentée »

à la une

Catégories sous surveillanceÉtiquettes , ,

Sous Surveillance : Alex Pester

Alex Pester
Alex Pester

Qui ?

Une bouille d’angelot à peine sorti de l’adolescence ; un talent d’un autre âge : à vingt ans, Alex Pester compose, arrange et interprète seul des chansons comme on ne croyait plus pouvoir en entendre. Un vieux Mac de 2011 équipé de GarageBand, quelques instruments : il ne lui en a pas fallu davantage pour commencer à dessiner les contours d’un univers intime aux frontières du folk et de la pop baroque. Il semble y jouir d’une liberté presque sans limite, comme en témoignent les quatorze minutes de Love On Our Shoulders, cette suite invraisemblable publiée il y a quelques semaines où les violoncelles classiques s’entremêlent aux fragments instrumentaux émancipés tout droit sortis d’un vieux disque de Soft Machine. Selon ses propres dires, son épiphanie personnelle a eu lieu lorsque, à treize ans, il a déniché une copie de Bryter Layter de Nick Drake (1970), égarée dans les rayons d’un grand magasin Sainsbury’s. Continuer la lecture de « Sous Surveillance : Alex Pester »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , ,

Selectorama : Mess Esque

Mess Esque
Mess Esque

Lorsque l’on évoque le natif de Melbourne Mick Turner, on pense immédiatement aux essentiels Dirty Three dont il fut le membre fondateur. Ce serait faire l’impasse sur quarante années de projets dont le dernier en date, Mess Esque, vient de sortir sur Drag City. Le groupe est né en 2020 sur la base d’échanges à distance entre Mick Turner et Helen Franzmann qui s’est fait connaître en sortant des albums sous le nom de McKisko. Leurs chansons sont de purs produits de la pandémie, chaque titre respire l’isolation, la solitude et la mélancolie. Il s’en dégage pourtant une chaleur et une beauté qui nous invite à pénétrer dans leur cercle intime sans voyeurisme. On y trouve même un certain réconfort. Cela est d’autant plus incroyable que Mick et Helen ne se sont jamais rencontrés physiquement. La formule fonctionne grâce au juste équilibre entre minimalisme, expérimentations et mélodies foutraques. Ce Selectorama proposé par les deux membres du groupe vous éclairera sur leur univers étrange et fusionnel qui a donné à naissance à deux albums en moins d’un an. On espère qu’il y en aura beaucoup d’autres. Continuer la lecture de « Selectorama : Mess Esque »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

The Parrots, Dos (Heavenly Recordings / PIAS)

Dos by The ParrotsLa dernière fois que j’ai vraiment prêté attention à leurs chansons, c’était en 2019, dans la moiteur d’un été madrilène, pendant un festival où je m’étais rendu avec une femme pour voir The Cure. Je ne connaissais pas grand-chose de ces gars-là : une reprise très addictive d’un hit reggaeton (!) – Soy Peor, le temps d’une version à faire passer les Happy Mondays pour les Petits Chanteurs à la Croix de Bois –, des accointances avec les filles de Hinds – voir et revoir le clip de Davey Crockett (une reprise de Thee Headcoats, je le précise car sinon Etienne et Bertrand, parmi les meilleurs d’entre nous, pourraient avoir envie à très juste titre de me casser le figure alors que je suis plutôt un pacifiste) – et le fait qu’un ami pour la vie était tellement persuadé de leurs talents qu’il s’est entiché de leur destinée – et cet ami-là s’est rarement trompé pour ces choses-là (et pour d’autres aussi). Continuer la lecture de « The Parrots, Dos (Heavenly Recordings / PIAS) »

à la une

Catégories avant-première, interviewÉtiquettes , , , ,

Avant-première : « La Notte » de Radio Hito

Et voilà que Radio Hito nous revient avec Voce Lillà, un nouvel EP à sortir sur le label belge KRAAK ce 27 novembre 2021 et avec le clip vidéo de la piste 7 intitulée La Notte, animée et mise en image par l’artiste et graphiste Morgat Bry offert ici en avant-première à vos yeux et à vos oreilles que nous espérons charmés et émus.

Continuer la lecture de « Avant-première : « La Notte » de Radio Hito »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , , ,

The Primitives, Lovely (RCA Records, 1988)

Formés en 1984 à Coventry dans les West Midlands, The Primitives furent un des groupes les plus à succès de la vague C86. Ils obtiennent, en effet, la sixième place du chart album britannique, avec leur premier disque Lovelysorti en 1988. Ce succès, ils le doivent en particulier à l’inoubliable tube Crash. Comme beaucoup de grandes chansons, le titre a très vite sa propre existence. Six ans après sa parution initiale, un remix, avec d’inutiles nouvelles pistes, se fraye un chemin sur la bande original de Dumb and Dumber, succès des frères Farrelly. Trop pop pour les puristes, pas assez pour le grand public, les Primitives souffrent parfois de cette position intermédiaire. Continuer la lecture de « The Primitives, Lovely (RCA Records, 1988) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , ,

The War On Drugs, I Don’t Live Here Anymore (Atlantic)

The War On Drugs, I Don’t Live Here Anymore

Bribes de conversation avec un ami disquaire :

— Mais bordel, pourquoi tu t’infliges ce genre de merde ?!

— Conscience professionnelle, dude. Si des clients viennent m’en parler je suis un peu obligé de savoir de quoi il en retourne. Même si c’est totalement à chier.

J’ai parfois moi aussi, des crises de conscience professionnelle, un peu moins désagréable qu’une colite, mais tout juste. Aussi, après le formidable album virtuel de Daft Punk d’Abba, j’ai écouté pour vous le nouvel album de The War On Drugs. Je l’ai écouté en entier, vraiment, de bout en bout et au moins deux fois. Je pourrais donc affirmer à la va-vite, mais en toute bonne foi, que c’est une merde de plus mais ce n’est pas si simple. Car, un jour, vers 2011, j’ai eu foi en ce groupe. Voir notre Sunday Archive de la veille, histoire de fournir des preuves tangibles, mais oui, j’y ai cru. Pas bien longtemps et merci bien. Pour paraphraser brièvement un Mark Kozelek qui n’est plus en odeur de sainteté pour cause de metoo : « I Hate This Lead Guitar Beer Commercial Shit ».

Continuer la lecture de « The War On Drugs, I Don’t Live Here Anymore (Atlantic) »

à la une

Catégories sunday archiveÉtiquettes , , , ,

The War On Drugs, Slave Ambient (Secretly Canadian, 2011)

The War On Drugs, Slave Ambient A l’automne 2011, soit 10 ans tout juste ou presque, je restais plein d’espoir sur les premières facéties d’Adam Glanduciel. Je vous expliquerais demain et avec quelques détails, pourquoi, j’avais vu juste mais j’avais, en fait, tout faux.


Forcement à l’ombre du phénoménal deuxième album de Girls, véritable soleil sombre de cette rentrée pop moderne, la deuxième incursion de The War On Drugs mérite tout de même une attention soutenue. Car s’il on reparlera à foison pour les premiers d’un son mercuriel inauguré par Bob Dylan et achevé à Birmingham au mitan des 80’s (Lawrence et Felt, pour ne pas les nommer), on saisira l’importance capitale de ce même songwriting Dylanien sur celui d’Adam Granduciel, lui-même rejoint par quelques obsessions britanniques. Continuer la lecture de « The War On Drugs, Slave Ambient (Secretly Canadian, 2011) »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , ,

Rachel Love (Dolly Mixture) – Amour éternel

Rachel Love
Rachel Love

Au début, elles étaient trois. Trois lycéennes de Cambridge toutes pressées de s’insinuer dans les interstices musicaux entrouverts par le séisme du Punk. Sous le nom de Dolly Mixture, Debsey Wikes (basse), Rachel Love (guitare) et Hester Smith (batterie) ont hissé à des hauteurs durablement appréciables l’étendard d’un amateurisme adolescent et éclairé, laissant derrière elles un héritage dont la maigreur quantitative – une poignée de singles et une double compilation de démos publiée à titre posthume – n’a cessé de contraster, plus intensément encore au fil des décennies, avec l’importance esthétique. C’est, en effet, dans cette fusion originale entre la féminité flamboyante et assumée des Shangri-La’s et l’énergie mélodique rafraichissante des Buzzcocks ou des Undertones qu’une bonne partie des disciples autoproclamés de ce trio éphémère ont commencé à puiser, quelques années plus tard, une bonne partie de leur inspiration. Continuer la lecture de « Rachel Love (Dolly Mixture) – Amour éternel »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , ,

Selectorama : Charlene Darling

Charlene Darling
Charlene Darling

Charlene Darling est née alors que Charlotte avait déjà 16 ou 17 ans, au moment où elle écrivait pour la revue Minimum Rock’n’Roll. Un peu plus tard, elle tentait ses premières expérimentations musicales dans Pussy Patrol. Elle y jouait sans technique, à l’instinct : « J’aimais bien que ça joue mal, parce que j’avais en tête les Shaggs, ce genre de groupe. » Le principe restera le dénominateur commun de tous les projets dans lesquels elle a joué, prouvant que l’amateurisme ou les erreurs peuvent devenir magnifiques. Octobre 2019, Charlotte Kouklia de son état civil, que l’on a pu entendre dans Rose Mercie mais également dans La Ligne Claire, sort Saint-Guidon, un album sous le nom de Charlene Darling.

Un clip exclusif pour commencer…


Continuer la lecture de « Selectorama : Charlene Darling »

à la une

Catégories avant-premièreÉtiquettes , , , ,

En écoute en avant-première, « Guilt », le nouvel album d’Anna chez Howlin’ Banana / Another Record.

 
Anna
Anna


Anna est un groupe de quatre garçons, mais fût à l’origine un projet solo. Du côté de Tours, Martin Vidy bricolait tout seul à la maison ses compositions lo-fi qui ont tout de même fini par donner trois albums. Avec trois nouvelles recrues, il s’émancipe et ouvre ses oreilles au son d’une pop tout à fait kaléidoscopique, en s’illuminant de clins d’œil à ses origines anglaises (Broadcast, Stereolab), allant jusqu’à quelques accents Beck-iens. On le savait fan d’Anna Karina (obligé), Daniel Johnston ou Tim Presley, le voici aux manettes de Guilt, un album à la fraîcheur déconcertante et au mélodies décomplexées qui sortira en fin de semaine chez Howlin’Banana en collaboration avec Another Record, en écoute tout de suite et dans son intégralité ci-dessous.
 


Guilt par Anna sera disponible vendredi sur le bandcamp de Howlin Banana.

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Aimee Mann, Queens Of The Summer Hotel (SuperEgo Records)

Aimee MannDébut de la chanson, début de la consultation, le docteur dit :
Give me fifteen, give me fifteen, give me fifteen minutes
That is all I need to make the call
Give me fifteen, give me fifteen, give me fifteen minutes
Women are so simple after all.
Et hop : hôpital psychiatrique.
Pont :
You’re feminine, you’re crazy
Et hop, et fin de la chanson : le docteur ne demande pas plus de quinze minutes pour se prononcer, et prononcer sa sentence, et en reste là :
Give me fifteen.
Aimee Mann sort un nouvel album, et ce devrait être un événement – dans un monde meilleur – et c’est un événement. Continuer la lecture de « Aimee Mann, Queens Of The Summer Hotel (SuperEgo Records) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , ,

Led Zeppelin, Id. (1969, Atlantic)

Groupe aussi détesté que vénéré, Led Zeppelin ne laisse guère indifférent. Le formation britannique enregistre, en l’espace de trois ans, quatre classiques du rock.  S’il y a beaucoup à dire sur les pillages (de textes, riffs, etc.) opérés par le gang londonien, le talent et la force de Led Zeppelin rayonnent dès leur premier disque en 1969. Le groupe se forme, l’année précédente, sur les limbes des Yardbirds. Devant assurer des engagements avec ces derniers, Jimmy Page (guitariste) et le manager Peter Grant montent les éphémères New Yardbirds. Ils deviennent quelques mois plus tard Led Zeppelin. Jimmy Page est alors un guitariste émérite et expérimenté. En plus de sa participation à un groupe qui a compté trois guitaristes reconnus (lui, Clapton et Beck), il a fait ses armes, à la dure, en tant que session man. Continuer la lecture de « Led Zeppelin, Id. (1969, Atlantic) »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , , ,

« La Mort Des Amants » par La Houle

La Houle
Simon, La Houle / Photo : Jean-Louis Carli

Après un unique album paru chez Croque Macadam et enregistré en groupe, Simon Sokel revient avec ce single, La Mort Des Amants, enregistré en solo dans l’atelier de son grand père situé en terres Boulonnaises à son retour de Londres. Ambiance de fin du monde où de lendemain de fête dans la brume, il y murmure ses sentiments liés à la perte humaine et les questionnements sur l’identité qui en découlent, sur fond de guitares réverbées et de sonorités électroniques. Il s’entourera d’un solide line up pour les concerts, histoire de donner encore plus de puissance à l’affaire. A vérifier le 24 Novembre lors de sa release party à L’international à Paris. Disque à paraître dans la foulée, le 3 Décembre chez October Tone et Music From The Masses.

à la une

Catégories sous surveillanceÉtiquettes , , ,

Sous surveillance : KAEL

KAEL
KAEL

Qui ?

Théo Serre, 25 ans, joue dans le super groupe Pogy et les Kéfars de Marseille. KAEL (en capitales) est l’identité sous laquelle il écrit et interprète ses propres chansons depuis 2016. Rien d’écoutable, dixit le principal intéressé, avant cette année 2021 où il a enregistré au printemps, en trois jours, les sept titres de Diagnostic. Il a hérité du  « blase » KAEL (Michael Kael, Groland, vous l’avez ?), une mauvaise blague, dans son groupe de lycée, et quand il s’en est fait tej, il l’a finalement gardé « par défaut ». Tranquille. Pour KAEL, Théo (basse, guitare, voix) est accompagné de David Hoffman (croisé dans nos pages, déjà dans un Sous Surveillance, celui de Seppuku) à la batterie, de Téo Tannières (chœurs) et de Rudy Romeur qui a enregistré, produit, mixé et masterisé. Continuer la lecture de « Sous surveillance : KAEL »