à la une

Catégories livresÉtiquettes , , ,

Alain Kan, L’enfant veuf (Séguier)

Alain Kan / Photo : DR Séguier
Alain Kan / Photo : DR Séguier

Dans la préface l’élégance de la chute, Philippe Roizès commence par ces mots, « J’ai loupé Alain Kan. ». Il n’est pas le seul. Moi aussi, j’ai loupé Alain Kan, pour une raison toute simple : j’étais beaucoup trop jeune et provincial. Pour autant, il a toujours été là, sans que je le sache vraiment, quand j’écoutais avec obsession Minuit Boulevard, l’un des chefs d’œuvre de la musique française qu’il avait coécrit avec Christophe. Je me souviens d’ailleurs d’une interview où Christophe s’était mis à parler de cet homme, disparu sans laisser de traces en 1990 – Pas vu, pas pris – et dans son regard, j’y ai perçu une tristesse qui ne s’était jamais éteinte et qui m’avait troublé. C’est ça Alain Kan, une présence, un fantôme, qui apparaît, puis disparaît, sans que l’on sache pourquoi. Continuer la lecture de « Alain Kan, L’enfant veuf (Séguier) »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama : Jane Weaver

Jane Weaver / Photo : Nic Chapman
Jane Weaver / Photo : Nic Chapman

Après un virage pop réussi avec Flock en 2021, Jane Weaver sortira Love In Constant Spectacle chez Fire Records le 5 avril prochain. Plus expérimental et sombre que son prédécesseur, on y retrouve tout ce que l’on aime chez Jane Weaver (les vieux synthés bricolés, une batterie motorik) sans jamais avoir l’impression de l’avoir déjà entendu. C’est d’ailleurs ce qui fait de Jane Weaver une des artistes pop les plus passionnantes de sa génération. Avec douze et albums solos au compteur et de nombreux projets parallèles, elle n’a jamais cessé de se renouveler, de chercher de nouvelles pistes à explorer, sans noyer l’auditeur grâce à une balance parfaite entre la complexité et l’accessibilité. Il suffit d’écouter attentivement les dix titres de ce Selectorama, et de lire à quel point elle se passionne pour ces artistes, pour comprendre à quel point cela ressort dans sa musique unique et onirique. Continuer la lecture de « Selectorama : Jane Weaver »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , ,

The Long Ryders, Native Sons (1984, Frontier Records / réédition Cherry Red)

On en est persuadé depuis longtemps : la transmission de témoin peut devenir parfois, en matière de musique, un art à part entière. Et même une forme majeure pour tous ceux qui bénéficie de l’expertise transitionnelle des passeurs les plus doués et les plus convaincus de la nécessité impérieuse de défendre une cause presque perdue. En 1984, The Long Ryders font partie de ceux-là. Depuis quelques années, les membres du groupe gravitent alors autour de cette scène californienne au sein de laquelle des connections de plus en plus directes s’établissent entre la spontanéité crue et brutale du punk contemporain et la fascination légèrement teintée de nostalgie pour le rock garage des années 1960. Continuer la lecture de « The Long Ryders, Native Sons (1984, Frontier Records / réédition Cherry Red) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Uranium Club, Infants Under the Bulb (Static Shock Records / Anti-Fade Records)

L’air de rien, cela va bientôt faire dix ans que Brendan Wells, Harry Whol, Ian Stemper et Matt Stagner ont commencé à se produire sous la bannière d’Uranium Club (ou parfois de The Minneapolis Uranium Club), devenant sans débat possible l’un des groupes de post-punk américain les plus excitants de ces dernières années. Mais après une poignée de singles, de E.P., et avec trois albums au compteur – dont l’incontournable All Of Them Naturals, sorti en 2017 -, on aurait pu croire que les quatre agités du Minnesota se seraient essoufflés. Leur plus récent album The Cosmo Cleaners et leur dernier single en date – l’excellent Two Things at Once – nous avaient définitivement démontré que le quatuor en conservait encore beaucoup sous la pédale, pourtant presque toujours poussée à fond. Continuer la lecture de « Uranium Club, Infants Under the Bulb (Static Shock Records / Anti-Fade Records) »

à la une

Catégories playlistÉtiquettes , ,

LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS DE FÉVRIER 2024

Vous l’aurez peut-être remarqué, en ce début d’année, nos publications se sont faites un peu plus espacées. Alors oui, on peut assumer cette phase un peu moins active et motivée de la part de nos équipes qui ne me contrediront pas. Pas toujours évident de maintenir ce cap ambitieux que nous nous étions fixé il y a presque 6 ans, à savoir un choix éditorial de passionnés, aussi diversifié que possible dans sa vision de la pop moderne, au rythme d’un article par jour, le tout 100% indépendant et bénévole. Illusoire peut-être dans ce contexte où labels indépendants mettent clé sous la porte à tour de bras, où une bonne partie des auditeurs imaginent encore que tout est gratuit, où la presse papier musicale n’en finit plus de tirer la langue, où certains sites de référence souffrent du rachat par de gros groupes, où la mondialisation galopante tend à favoriser les artistes de grande envergure autant sur scène que sur les sites de streaming. Mais nous n’avons pas dit notre dernier mot. Plus que jamais, nous croyons sincèrement au partage de la culture, entre générations, entre genres, entre milieux, entre identités. Tant qu’on aura envie de vous donner envie d’écouter ces trente-cinq nouveautés par mois (sans compter le reste, à peu près tous les jours sur le site), et surtout tant qu’elles seront de cette qualité-là (non, l’indie n’est pas mort, chers pisse-vinaigre), section26 existera, envers et pour vous.

Thomas Schwoerer
Écoutez cette playlist sur votre plateforme favorite : YouTube, Deezer, Spotify.
NDLR : Les playlists Deezer et Spotify ne comportent pas l’intégralité des titres de cette sélection.

Continuer la lecture de « LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS DE FÉVRIER 2024 »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Mathilde rêve toute éveillée

Mathilde
Mathilde

C’est peu dire qu’on apprécie et qu’on admire depuis longtemps la capacité de Fred Fortuny à mettre ses talents de compositeur et de metteur en sons au service des voix féminines – de Valérie Leulliot à Brisa Roché, la liste est longue. Premier single issu de sa collaboration avec l’autrice-compositrice Mathilde (alias MonteRosso pour quelques titres publiés sur les compilations Kitsuné), Rêve De Gloire nous plonge d’emblée dans le son westcoast de la fin des années 1970 : une voix limpide, directe, dépourvue de ces chichis superflus qui noient trop souvent sous les effets de style la variété contemporaine, une mélodie à la fois évidente et raffinée, un arrangement pop d’esthète. Continuer la lecture de « Mathilde rêve toute éveillée »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , ,

Selectorama : Rrrrrose Azerty

Rrrrrose Azerty
Rrrrrose Azerty

Rrrrose Azerty, c’est la vie 4.0, c’est-à-dire ce qui grouille d’encore vivant sous la bannière fière de celle.ux du camp du faire, c’est-à-dire, encore autrement dit, de ce qui reste d’enrichissant et d’autonome sous les échangeurs mornes des autoroutes de l’information siglées GAFAM. Rrrrose Azerty, vous la croiserez au détour d’un clic, tout comme moi un jour enjouée par le vidéo-clip génial et HYPER-rom-CORE de son titre Extrêmement PD de toi mis en images par la vidéaste Sofia Versaveau. Ou bien encore sur Twitch au cours du premier épisode d’un podcast prometteur, Gamedolls Advance, à tirer les fils du lien fort convaincant entre Erik Satie et Hatsune Miku. Rrrrose Azerty, c’est donc la personne à suivre si vous aimez les blips et les bloops du DIY extraordinaire, la musique utilitaire et libératrice accessible à tous.tes, les catalogues infinis de musique noise et improvisée, les oscillations entre dark folk et chiptune, quelque part exactement donc entre Animal Crossing et The Caretaker. Continuer la lecture de « Selectorama : Rrrrrose Azerty »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Grandaddy, Blu Wav (Dangerbird/Soundworks)

Sans doute faut-il commencer par faire taire toutes les tentations d’évaluation comparative. Ne pas chercher à savoir si Blu Wav est le meilleur album de Grandaddy depuis le meilleur album de Grandaddy, depuis etc… Le passé est loin, The Sophtware Slump (2000) aussi. Peu importe après tout et Jason Lytle va manifestement assez mal pour ne pas le condamner dès la première écoute à trimballer son œuvre comme un boulet supplémentaire. En 2017, au moment de la sortie de Last Place, il avait semblé encore vaguement décidé à jouer le jeu. Non sans réticences, mais quand même un peu. Le jeu du collectif, du grand retour, des entretiens promotionnels où il nous racontait que ses seuls contacts avec l’humanité se limitaient désormais à ses balades dominicales dans la cafétéria IKEA la plus proche de son domicile californien. Continuer la lecture de « Grandaddy, Blu Wav (Dangerbird/Soundworks) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , ,

The Chi-Lites, (For God’s Sake) Give More Power To The People (Brunswick, 1971)

Avant que la house n’enflamme les pistes de danse de Chicago, la ville de l’Illinois avait développé dans les années 60-70 une tradition soul, dans un paysage marqué par la Motown ou la Stax. Au delà de Jackie Wilson ou Curtis Mayfield (avec/sans The Impressions), Chicago pouvait en effet compter sur une scène particulièrement riche : Tyrone Davis, Gene Chandler, Jerry Butler, Fontella Bass, Billy Stewart, Baby Huey, The Staple Singers, The Dells, Rotary Connection ou encore les Chi-Lites qui nous intéressent aujourd’hui. Ces artistes adoptaient évidemment les codes de leur époque, mais y injectaient une vraie sensibilité, propre à la Windy City. Définir le son de la Chicago soul n’est pas si aisée, pourtant dès que vous mettez un disque produit dans cette métropole, quelque chose de spécial se passe. C’est groovy, avec un balancement presque nonchalant, plus soyeux que la southern soul, moins pop et amphétaminé que la northern soul. Continuer la lecture de « The Chi-Lites, (For God’s Sake) Give More Power To The People (Brunswick, 1971) »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , , , ,

Thomas Jean Henri (Cabane) : « J’ai essayé de me persuader que j’étais capable d’écrire des chansons. »

Cabane / Photo : Thomas Jean Henri
Cabane / Photo : Thomas Jean Henri

On s’attendait à des échanges colorés de mélancolie, voire de tristesse. Pas forcément à ce que la cause principale soit de cet ordre. En ce vendredi 26 janvier, Thomas Jean Henri est de passage dans la capitale pour célébrer la concrétisation matérielle – longtemps incertaine et différée – du deuxième volet du triptyque Cabane. La veille, Anderlecht, son club de cœur, a perdu contre l’Union Saint-Gilloise pourtant réduite à dix et il semble en éprouver encore quelques traces de frustration désabusées. Ou de résignation sereine. Entre les deux. Passions supportrices mises à part, c’est très précisément dans cet espace interstitiel entre les émotions contrastées que se prolongent la conversation et surtout la découverte admirative de Brûlée. Les sensations éprouvées au cours des premières sessions d’écoute organisées au printemps 2023 se confirment. S’intensifient même. La délicatesse avec laquelle Thomas Jean Henri y organise le dialogue entre ses interprètes masculins et féminins ne laisse de surprendre et d’émouvoir, tout au long de ces évocations intimes et justes des résidus incertains des sentiments éphémères. Continuer la lecture de « Thomas Jean Henri (Cabane) : « J’ai essayé de me persuader que j’étais capable d’écrire des chansons. » »

à la une

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , , , ,

Gnac, The Echoes On Departure (Vertical Features)

Dans l’histoire des musiques modernes, le statut de musicien culte est – si ce n’est enviable – bien souvent envié. Parce qu’après tout, combien auraient finalement préféré ne jamais (mais vraiment jamais) tutoyer le succès et les ors des majors pour mieux rester dans le périmètre du cool et se voir désigné par leurs pairs (et leurs descendants) figure tutélaire sans plus aucun risque de date de péremption ? Il y en a quelques-uns bien sûr, mais le premier qui (me) vient à l’esprit est peut-être Guy Chadwick, un Monsieur Tout le Monde ayant raté son rendez-vous néo-romantique avant de devenir un de ces orphelins du Velvet et damer le pion à ses copains Peter Astor et consorts en approchant le presque grand succès avec des chansons aux titres parfois désespérants – Beatles And Stones, quand même – et une deuxième version ratée d’un premier single qui avec le recul aurait peut-être dû rester le seul disque de The House Of Love – tant qu’à être culte, autant viser haut… Alors voilà, Guy Chadwick ne sera plus jamais Lawrence ou Vini Reilly, et plus rien ni personne n’y pourra rien changer.

Continuer la lecture de « Gnac, The Echoes On Departure (Vertical Features) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

The Reed Conservation Society, La Société de Préservation du Roseau (Violette/Kuroneko)

Tout change un peu, rien ne change vraiment. Après avoir achevé une première trilogie sur format court – 3 Ep’s (2021) – The Reed Conservation Society a donc décidé de franchir le Rubicon linguistique en passant de l’anglais au français. « Je suis curieux de retrouver le cœur des chansons, mais dans un autre contexte. » C’est ce qu’annonçait déjà Stéphane Auzenet il y a bientôt deux ans, en évoquant ici ce long cheminement vers un premier album très attendu. De fait, c’est bien la même inspiration palpitante qui anime aujourd’hui ces compositions façonnées avec toute l’attention et le soin du détail qui caractérisent cet amoureux de l’artisanat pop et ses compagnons d’aventure. Continuer la lecture de « The Reed Conservation Society, La Société de Préservation du Roseau (Violette/Kuroneko) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , ,

Dubstar, Disgraceful (Food, 1995)

Les années 90, si proches et si loin de nous… Fun Radio passe les hits de Nirvana, Pearl Jam ou Soundgarden tandis que les ados pointus écoutent en boucle les albums de Fugazi, Guided By Voices, Teenage Fanclub, Blonde Redhead ou The Breeders. Il n’était pas cependant que question de rock ! La musique électronique connaissait aussi ses premiers grands succès populaires avec les Daft Punk, Underworld, Basement Jaxx ou Laurent Garnier. Dans cette ambiance parfois presque psychédélique (Deee-Lite), des formations tentèrent de créer un pont entre la musique indépendante (rock, pop) et la dance music électronique. Continuer la lecture de « Dubstar, Disgraceful (Food, 1995) »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Les Pheromoans en ont remis partout

The Pheromoans
The Pheromoans / Photo : le groupe lui-même

En 18 ans d’existence, c’est le déjà le treizième album du groupe du sud-est de l’Angleterre, connu et souvent adulé des féru.es de pop revêche matinée d’expérimentations mais encore trop méconnue par chez nous. Le sextette Pheromoans revient donc avec Wyrd Psearch à paraître le 1er Mars chez Upset ! The Rhythm, la bonne crèmerie Londonienne. En guise de première mise en bouche, Downtown, jolie balade sonique aux guitares carillonnantes et à la rythmique toujours solide, qui s’articule autour de la voix et des paroles de Russell Walker. Celles-ci abordent une tentative de remonter le temps, pour s’échapper de l’ennuyeuse réalité. La formule classique du morceau n’enlève pas moins toute la nostalgie qu’il dégage. Le temps qui passe et la crise de la quarantaine sont d’ailleurs des sujets récurrents dans l’album. Un premier single qui laisse à penser que ce nouvel album sera comme les précédents, un petit bijou collectif.


Downtown, filmé par Samuel Mitchell et réalisé par Mad Headed Octogram, est le premier extrait de l’album Wyrd Psearch à paraître le 1er Mars chez Upset ! The Rhythm
à la une

Catégories interviewÉtiquettes , ,

Sextile : « Depeche Mode a sauvé ma vie »

Sextile
Sextile

Sur papier, Sextile semblait promis à un bel avenir. Fondé en 2015 à la suite d’une rencontre en rehab, le quatuor avait enfin trouvé la bonne formule avec leur single Current Affair et leur EP 3 sortis en 2018. Résumer leur son de l’époque à de l’EBM serait un peu réducteur tant leurs influences semblent dépasser les étiquettes. Si le projet était avant tout celui de Melissa Scutado et de Brady Kheen, le décès en 2019 d’Eddie Wuebben, membre fondateur, guitariste et joueur de synthé, a entraîné le split du groupe. Mais aussi sa reformation en 2022, comme le racontent de façon très touchante Melissa et Brady dans cette interview. De retour avec Push, énorme album en forme de déclaration d’amour à la musique qui les a construits (électro, punk, rave etc), le groupe réussit l’exploit de retranscrire en studio l’énergie qui fait d’eux l’un des meilleurs groupes de scène actuels. Continuer la lecture de « Sextile : « Depeche Mode a sauvé ma vie » »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , , ,

Selectorama : Maxwell Farrington & Le SuperHomard

Maxwell Farrington & Le SuperHomard
Maxwell Farrington & Le SuperHomard / Photo : Anais Oudar

Il y a des villes avec lesquelles on ne plaisante pas. Brisbane est de celle-ci, berceau de groupes qui comptent, ici et sans doute ailleurs aussi – The Saints dans le rôle de parrains, mais surtout The Go-Betweens et The Apartments. C’est la ville d’où est originaire Maxwell Farrington, baryton gouailleur passionné de cuisine et de vins bio, autant de passions qui pourraient en faire, toute proportion gardée, une sorte de Pepe Carvalho de la pop moderne – version orchestrée. Cette pop moderne orchestrée, elle est imaginée par Christophe Vaillant, son acolyte de quelques années son ainé et au nom de héros de bande dessinée. Continuer la lecture de « Selectorama : Maxwell Farrington & Le SuperHomard »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , ,

Gruff Rhys, Sadness Set me Free (Rough Trade / Beggars)

Dans l’interview dans les colonnes de Section26, Gruff Rhys confesse être accro aux mauvais disques de country des 80’s. On peut lui pardonner cette sortie de route tant ses chansons adoucissent nos journées. Enregistré en trois jours dans les studios de La Frette, le nouveau disque est aussi bon que le précédent et devrait, en toute logique, être du même niveau que le prochain. Depuis que les Super Furry Animals sont rentrés en hibernation plus ou moins prolongée au début des années 2010, Gruff Rhys n’a de cesse d’étonner par sa capacité à se réinventer et surtout à publier des disques de grande qualité. Sur son nouvel album Sadness Set me Free, le Gallois rend hommage à Jean-Claude Vannier tout en prenant position contre la monarchie et les promoteurs immobiliers. Continuer la lecture de « Gruff Rhys, Sadness Set me Free (Rough Trade / Beggars) »

à la une

Catégories documentaireÉtiquettes , , , ,

Patti Smith, La Poésie du Punk

Patti Smith
Patti Smith

C’est comme ça. Il y en a qui n’aiment pas Casillas, il y en a qui n’aiment pas Coppola, il y en a qui n’aiment pas Joy Division (et encore moins New Order), il y en a qui n’aiment pas Godard, il y en a qui n’aiment pas Camus, il y en a qui n’aiment pas Leiter, il y en a qui n’aiment pas Madame Bovary, il y en a qui n’aiment pas Huguenin… Moi, je n’aime pas Patti Smith. Ou plutôt, je n’aime pas ses disques, ses chansons. Ou plutôt, je n’aime pas la grande majorité de ses chansons – parce que comme souvent, il y a une exception, et cette exception est ici son plus grand hit – “le seul”, peut-on entendre au début du documentaire et je dirais que ce n’est pas tout à fait exact, en France en tout cas, tant je me souviens des passages en boucle de People Have The Power vers 1988 et exemple quand même assez parfait que le fond, aussi intéressant et pertinent soit-il, a (presque) toujours besoin de la forme. Son plus grand hit, donc ? Une histoire d’amour sur fond de piano entêtant, à la musique composée par Bruce Springsteen, qui en a aussi coécrit le refrain. Because The Night est une belle chanson, une chanson qui fédère, une chanson qui colle des frissons. Et pour moi, ça s’arrête un peu là. Continuer la lecture de « Patti Smith, La Poésie du Punk »

à la une

Catégories playlistÉtiquettes , ,

LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS DE JANVIER 2024

Back in biz pour cette nouvelle année où le grand cirque politique nous navre de plus en plus. « Écoutez les oiseaux, pas les infos » nous suggère l’illustrartiste Clémence Michon. Nous, on vous conseille de déconnecter avec cette savoureuse playlist, riche de plein de projets aimés et de découvertes emballantes. Croyez-nous, en cette période où on essaye de nous faire croire que même les sites internet consacrés à la musique sont moribonds, c’est salvateur. (TS)

Écoutez cette playlist sur votre plateforme favorite : YouTube, Deezer, Spotify.
NDLR : Les playlists Deezer et Spotify ne comportent pas l’intégralité des titres de cette sélection.

Continuer la lecture de « LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS DE JANVIER 2024 »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , , ,

Gruff Rhys : « J’ai une passion pour les mauvais disques de country des 80’s ».

Gruff Rhys
Gruff Rhys / Photo : Alain Bibal

Avec 25 albums au compteur, Gruff Rhys fait désormais partie des vétérans de l’indie. Là où d’autres ont eu largement le temps de perdre musicalement en cours de route ou bien de griller leur santé physique et/ou mentale, Rhys continue d’étonner par la diversité et la qualité de son parcours artistique depuis la création de son premier groupe, Ffa Coffi Pawb, en 1988. Son dernier album en date, Sadness Sets Me Free, est sans doute l’un des plus variés de sa carrière. Ce n’est pas pour autant qu’il s’égare un focus sur les instruments acoustiques et un sens inné de la mélodie pop parfaite sont le point commun entre l’indie pop, la bossa et la country. Enregistré live en studio et en un temps record, la spontanéité de Sadness Sets Me Free en fait un disque à part, où le plaisir de jouer est palpable, et la complicité évidente entre les musiciens. Gruff Rhys, tout juste arrivé de Liverpool après un concert en ouverture de The Coral, le confirmera lors de cet entretien pendant lequel il nous parlera également du morceau qui a déclenché son envie de composer, de Lee Hazlewood et de l’importance du Surf’s Up des Beach Boys lors de la formation de son groupe Super Furry Animals. Continuer la lecture de « Gruff Rhys : « J’ai une passion pour les mauvais disques de country des 80’s ». »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , , ,

Marbled Eye de retour après cinq ans d’attente

Marbled Eye / Photo : Jeremy Chiu
Marbled Eye / Photo : Jeremy Chiu

Cinq ans après Leisure, leur unique album, la bande d’Oakland (composée de Chris Nativitad, Alex Shen, Michael Lucero & Ronnie Portugal, qui succède à Andrew Oswald parti du groupe récemment) a su être patiente. Après moult événements de vie (séparations, naissance d’enfants ou autres déménagements), Marbled Eye nous fait le plaisir d’un nouvel album, Read The Air, enregistré dans divers lieux de répètes ou piaules de la ville, à paraître chez Digital Regress (label de qualité qui célèbre la scène locale et d’ailleurs telles les Shifters, The Kiwi Animal, Exek ou Bobby Would pour ne citer qu’eux) et Summer Shade (Tony Molina en sortie unique). Continuer la lecture de « Marbled Eye de retour après cinq ans d’attente »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

The Maureens, Everyone Smiles (Meritorio)

C’est très exactement le genre d’album avec lequel on rêvait de tourner la page hivernale d’une nouvelle année. Non pas un monument qui en imposerait par sa stature démesurée ou sa majesté exigeante. Simplement une collection de treize chansons qui réchauffent, remplies de mélodies aimables à fredonner, d’accords de guitares qui tranchent la grisaille nocturne et d’harmonies constamment réconfortantes. The Maureens appartient en effet à cette Internationale discrète qui réunit, par-delà les frontières, quelques artisans entièrement dévoués à une cause désuète et presque désespérée : perpétuer avec une ferveur enthousiaste des formes musicales anciennes sans pour autant renoncer à l’espoir un peu vain d’en entendre surgir quelque chose de neuf et d’inédit. Continuer la lecture de « The Maureens, Everyone Smiles (Meritorio) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , ,

Stone face à Charden, Fuzz-ci, fuzz-ça ! (1966, réédition Pop Supérette)

recto.w1PxzZ7yvr

Si vous avez bien suivi, c’est un peu la suite du Mardi Oldie de la semaine dernière, parce que chez Pop Supérette, on a de la suite dans les idées. On vous avait quitté avec les fabuleux Boots et la réédition de leur super (là c’est pas un superlatif, c’est juste le nom du format d’époque) 45t, Vingt ans. Sur ce disque, il y a une chanson qui m’a bien plu (je l’ai même fait rentrer dans le hit parade de l’arrière-magasin), c’est Les gens sont méchants, imparable : eh bien, il est écrit par Eric Charden. Et Eric Charden, à la même époque, il écrivait des chansons et il rencontrait Stone, de son vrai nom Annie Gautrat. Ils ont un coup de foudre et ils se marient et vont voguer sur les vagues du succès. Continuer la lecture de « Stone face à Charden, Fuzz-ci, fuzz-ça ! (1966, réédition Pop Supérette) »

à la une

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , , , , ,

Xavier Boyer, Soda Coda (Human Sounds)

La carrière solo de Xavier Boyer s’écrit, doucement mais sûrement, en parallèle de celle de Tahiti 80, groupe dont il est le chanteur. La formation normande construit, depuis plus de 25 ans, une discographie pop érudite aux atours séduisants. Tahiti 80 publie ainsi régulièrement – entre deux et quatre ans pour une nouvelle livraison – des albums qui ravissent leur fan base toujours présente et enthousiaste. Les échappées de Xavier se nichent alors dans les interstices. Continuer la lecture de « Xavier Boyer, Soda Coda (Human Sounds) »

à la une

Catégories sunday archiveÉtiquettes , , ,

I Love You But I’ve Chosen Darkness, Fear Is On Our Side (Secretly Canadian, 2006)

On n’y croyait plus. Trop longtemps, ce groupe est resté le secret le mieux gardé de la scène musicale américaine : concerts distillés au compte-goutte, disques livrés avec parcimonie. Depuis ses premiers balbutiements en 2001, il n’en avait sorti que deux – Un CD constitué de cinq morceaux, débarqué sans crier gare au crépuscule de l’année 2003 (et remerciements éternels à Etienne Greib pour avoir attiré notre attention sur We’re Still The Weaker), puis un maxi vinyle, fort de deux nouveaux titres, distribué en catimini quelques mois plus tard. C’était à la fois peu et en même temps, tellement suffisant. Suffisant pour créer une incroyable dépendance, susciter une curiosité quasi-maladive. Qrcrui pouvaient donc bien être ces types ayant trouvé l’un des noms les plus géniaux de l’histoire du rock, de ceux qui donnent juste ce qu’il faut d’indices sur leurs aspirations et ambitions artistiques, sans non plus les étaler au grand jour ? Qui étaient les auteurs de ces chansons à la grâce diffuse, au charme suranné, aux mélodies entêtantes, un pied ancré dans le passé, le regard désespérément tourné vers le futur ? Leur origine, Austin, Texas, ne dévoilait rien du mystère. Leurs accointances, un peu plus. Continuer la lecture de « I Love You But I’ve Chosen Darkness, Fear Is On Our Side (Secretly Canadian, 2006) »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Purpur Spytt : un punk bricolo suisse frais comme la bise

Purpur Spytt
Purpur Spytt / Photo : Charlotte Mermoud

Depuis Glueams, Kleenex puis Liliput et bien sûr Grauzone, la Suisse s’est souvent distinguée dans la catégorie punk. Plus récemment, The Staches avait remis le pays à l’honneur et l’une de ses membres, Charlotte Mermoud, s’est échappée en solitaire, basse à la main, en fondant Purpur Spytt. Quelques productions communes avec ses potes de Maraudeur sous forme de split, un EP Nitpick et une compilation cassette chez les américains de Vacant Stare Records plus tard. Charlotte sortira le 22 Janvier son premier album Scavenges, Time-travels and Scrapbooks sur le label Mini Distro Label Records, fondé par Isumi de Sun Cousto. Continuer la lecture de « Purpur Spytt : un punk bricolo suisse frais comme la bise »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , , ,

Tonn3rr3/Bikaye, partie n°2 : Bony Bikaye

Bony Bikaye
Bony Bikaye

Se retrouver à deux poignées de main (et d’un uppercut, sans doute) de Mohamed Ali, j’avoue que ça m’a troublé. Mohamed Ali, donc, qui s’entrainait en rythme avec Big Black, le percussionniste – pas le joueur de poker – qui lui-même rejoignait faire le bœuf avec le groupe dans lequel Bony Bikaye jouait à l’Intercontinental de Kinshasa en cette fiévreuse année 1974. Que de légendes. Une légende, ce « Monsieur Bony », parce qu’il avait marqué le début des années 80 avec une pierre angulaire des musiques de l’ailleurs, Noir et blanc (Crammed, 1983), disque où, en compagnie d’Hector Zazou et du binôme mystérieux CY1, il redéfinissait le périmètre des musiques africaines, ou plus précisément il amenait sa voix, porteuse de sa culture congolaise et de son admiration pour Cluster, à se brûler au froid des synthés et des ordis balbutiants. Quarante ans plus tard, une éternité, on le retrouve, en compagnie de Guillaume Gilles avec lequel on s’entretenait la semaine dernière, à la proue du navire Tonn3rr3 pour un disque étonnant de fraîcheur et de profondeur, It’s a Bomb paru chez Born Bad Records. Continuer la lecture de « Tonn3rr3/Bikaye, partie n°2 : Bony Bikaye »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , ,

Selectorama : Arnaud Le Gouëfflec

Arnaud Le Goëfflec
Arnaud Le Goëfflec

Heureux ceux qui comme moi ont eu la joie de trouver le livre Underground, Grandes prêtresses du son et rockers maudits au pied de leur sapin le 25 décembre dernier ! Voici typiquement le genre d’ouvrage qu’on ouvre pour ne plus le lâcher, porté par le plaisir compulsif d’aller de chapitre en chapitre. De quoi s’agit-il ? D’une remarquable petite histoire illustrée du rock de l’ombre, indispensable à tout obsédé musical, dont on se demande par quel mystère personne n’avait eu l’idée de l’écrire plus tôt. C’est en quelque sorte un excellent complément au Dictionnaire du rock de Michka Assayas – qui a d’ailleurs préfacé Underground -, mais consacré plus spécifiquement aux oustiders du rock, aux marginaux et déglingués en tous genres dont le succès n’aura jamais vraiment atteint le grand public. On peut aussi voir dans cet ouvrage, un lointain cousin du Dictionnaire snob du rock de Steven Daly et David Kemp, mais avec une place plus importante accordée aux dessins, brillamment exécutés par Nicolas Moog, dont le style rappelle celui des maîtres américains du comic book que sont Daniel Clowes et Charles Burns. Continuer la lecture de « Selectorama : Arnaud Le Gouëfflec »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Minuit à midi, le clair obscur d’Astrel K

Astrel K
Astrel K / Photo : Liam Warton

Après une année de tournées tous azymuts en 2023 pour célébrer la sortie de leur magnifique et complexe LP Compact Trauma (Tough Love), les cinq londoniens Ulrika Spacek ne s’accordent presque pas de pause, puisque leur leader Rhys Edwards revient avec son projet solo Astrel K. Avec Darkness At Noon, premier single annonciateur de l’album The Foreign Department, attendu le 8 mars toujours chez Tough Love Records, tout porterait à croire que le soleil ne se lêverait pas de sitôt. N’allons pas chercher quelque métaphore saisonnière, ou même de sens caché dans le roman éponyme d’Arthur Koestler où un individu dénonce le totalitarisme, laissons-nous plutôt emporter par ce morceau idéal au tempo alangui et à la trompette détente, où la voix d’Astrel K nous dit « Je sais que je veux être vu, mais je déteste la plupart de ce qui sort de moi« . On a évidemment envie de lui dire qu’il a tort. Continuer la lecture de « Minuit à midi, le clair obscur d’Astrel K »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , ,

Les Boots, Vingt Ans (1966, réédition Pop Supérette)

« On doit me prendre pour Pompidou,
je ne lui ressemble pas du tout »

Il y a quelques années dans les commentaires d’un blog, j’avais croisé le fer avec quelqu’un, lui affirmant que le disque chroniqué sur ce site me semblait difficilement crédible : tout était trop parfait, il s’agissait d’une compilation d’un groupe de Lyon des années 1980, inconnu dont l’esthétique était tellement parfaite et la musique tellement dans son jus que ça m’avait rendu parano au point que j’imaginais une entourloupe : des gens de maintenant avaient tout recréé, avec bon goût, et une connaissance fine et pointue des codes de l’époque (musique synthétique parfaite, polaroids délavés…). Tout sonnait tellement de façon incroyable que j’avais été troublé au point de faire part de mon effarement en public. J’avais été remis en place fermement, comme tout bon troll relou : tout cela existait vraiment, le pays n’avait pas déterré tous ses trésors. Et on n’était pas encore envahi de ce nuage radioactif au pouvoir divin (Satan !) qu’est le fameux IA et son corolaire des fameux fakes, vous imaginez mon état actuel de méfiance. Non, rassurez-vous, je me un peu suis assoup(l)i) : la preuve, à aucun moment, je n’ai douté de l’existence des Boots. Continuer la lecture de « Les Boots, Vingt Ans (1966, réédition Pop Supérette) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Les Playboys, Garagisme (Dangerhouse Skylab)

Les Playboys traversent les décennies avec une grâce que beaucoup doivent leur envier. Le groupe de Nice est fidèle au poste depuis plus de quarante ans. Mieux, les Playboys gardent le cap et creusent le même sillon, celui des 45 tours de garage-rock des sixties. Plus que les Nuggets ou les Back from the Grave, nos Français rendent hommage aux mythiques Pebbles Garagisme propose ainsi treize interprétations, piochées dans le répertoire nord-américain des années soixante, et un de leurs propres titres originaux. L’exercice de la reprise est souvent casse-gueule : l’équilibre est délicat, et peut facilement osciller entre l’hommage pénible et le contre-pied qui tombe à plat. Beaucoup de groupes garage revival s’y sont d’ailleurs cassé les dents ! Heureusement, la proposition des Playboys évoque plus (qualitativement) le premier album culte des Crawdaddys que beaucoup de tentatives plus hasardeuses. Continuer la lecture de « Les Playboys, Garagisme (Dangerhouse Skylab) »

à la une

Catégories sunday archiveÉtiquettes , , , , , , ,

Chromatics, Night Drive (2007)

Où il sera forcément question de réinvention. Un art qu’ils ne sont pas si nombreux à dominer dans le milieu de la musique moderne. Sans prendre trop le temps de la réflexion, on pense immédiatement à The Beloved, quatuor anglais post-new-wave métamorphosé en duo hédoniste sur un album, le bien nommé Happiness (1990), qui pour avoir tutoyé d’un peu trop près le soleil, n’aura jamais la descendance qu’il aurait été en droit d’espérer. Ou Simian, autre groupe “classique”, adepte d’une pop déstructurée baignée de psychédélisme ouaté auquel peu de gens rendront Justice avant que deux de ses membres, Messieurs James Ford et Shaw, ne se décident à investir dans une Mobile Disco. Aujourd’hui, ces deux-là comptent parmi les producteurs les plus réputés de la planète et leurs noms suffisent à emplir les dancefloors. Et comme le hasard fait parfois bien les choses, dans leurs derniers coups de cœur, ces deux-là citent souvent ChromaticsContinuer la lecture de « Chromatics, Night Drive (2007) »

à la une

Catégories hommage

Phill Niblock (1933-2024)

Phill Niblock
Phill Niblock / Photo : Alessandro Farese

Il peut paraître trop évident d’évoquer, à propos de l’œuvre de Phill Niblock (1933-2024), certains grands noms de l’abstraction picturale américaine de ces 60 dernières années : les monochromes de Robert Ryman ou de Barnett Newman, par leur profondeur et puissance, rejoignant en effet la densité texturale de ses pièces sonores. L’impression surtout d’un travail ancré dans une séquence très précisément délimitée : celle du minimalisme new-yorkais, de la scène des lofts, de la « new music » de Downtown à Manhattan, etc. Mais ce serait aussi réduire la portée d’un travail qui s’est échelonné pendant plus de 60 ans et qui a irrigué toute une internationale expérimentale. Continuer la lecture de « Phill Niblock (1933-2024) »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , , , , ,

Tonn3rr3/Bikaye, partie n°1 : Guillaume Gilles (Tonn3rr3)

Tonn3rr3/Bikaye, de gauche à droite : Guillaume Gilles, Olivier Viadero, Bony Bikaye, Yoann Dubaud, Gaëlle Salomon et Guillaume Loizillon / Photo : François Griooix
Tonn3rr3/Bikaye, de gauche à droite : Guillaume Gilles, Olivier Viadero, Bony Bikaye, Yoann Dubaud, Gaëlle Salomon et Guillaume Loizillon / Photo : Sylvain Gripoix

Le disque It’s A Bomb paru en fin d’année dernière chez Born Bad Records montre qu’il est toujours possible d’imaginer une musique du présent (pour le futur, on verra) en faisant fi des barrières : celles des générations – il lie le groupe actuel Tonn3rr3 à un des personnages emblématiques de la musique électronique des années 1980, Bony Bikaye (connu pour son alliance avec Hector Zazou, et CY1, on en reparle), celles des styles – un psychédélisme qui naît d’une passerelle tendue entre les musiques africaines qui dansent et les machines qui font la fête. On n’est ni dans la sono mondiale, slogan 1980 qui a sans doute fait son temps, ni dans la World, étiquette plus ou moins publicitaire des années 1990 – notez que ces deux tentatives d’étiquetage maladroit, parfois moqué, parfois décrié, avaient la vertu de l’ouverture au monde (et pas qu’à sa composante anglo-saxonne) – on est dans quelque chose du nouveau siècle de l’information qui tient de la vitesse des échanges et des cultures musicales, quelque chose qui nous lie au-delà des frontières, dans les plans discrets de musiciens punk d’ici qui vont jouer avec les bluesmen du Sahara, de jeunes musiciennes béninoises qui se retrouvent têtes d’affiche sur la BBC, ou d’un poète crooner australien qui échoue en région parisienne sur la banquette de fans du Velvet. Une histoire de rencontres et de voyages (l’agence de voyage Born Bad) qui forment la jeunesse (et tout le monde dans son sillage), tout simplement. Rencontre avec Guillaume Gilles, architecte et penseur du son chez Tonn3rr3/Bikaye. Partie 1. Continuer la lecture de « Tonn3rr3/Bikaye, partie n°1 : Guillaume Gilles (Tonn3rr3) »

à la une

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , , ,

The American Analog Set, For Forever (Hometown Fantasy)

2024 commence à peine et c’est déjà l’heure du bilan des bilans. A peine achevé l’exercice rituel des palmarès de fin d’année, les doutes et les regrets affluent inéluctablement. On en revient à tous ces albums que l’on n’a mal écoutés ou pas assez, ceux qui ont mis un peu plus de temps que les autres à parvenir jusqu’au cœur parce qu’ils ont débarqué tardivement – fin octobre pour celui-ci – et qu’ils réclament davantage d’attention pour que leur importance cruciale finisse par s’imposer clairement. Un brasier à combustion lente, donc. Mais, après tout, The American Analog Set n’a jamais brillé par son aisance dans les sprints. Même au cours de sa première vie, celle qui s’était achevée en 2005 et dont les souvenirs avaient fini ensevelis sous l’indifférence. Continuer la lecture de « The American Analog Set, For Forever (Hometown Fantasy) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , ,

V/A, Nome Noma 2 : Québec Post Punk & New Wave 1979 – 1983 (Trésor National)

Trésor National est une structure indépendante de rééditions dédiée au patrimoine de la Belle Province. Si le catalogue est varié, comportant notamment une bande originale (Viens Mon Amour de Paul Baillargeon & Dean Morgan), le label semble avoir développé une certaine appétence pour les années 80. Un choix judicieux : la musique québécoise de la décennie yuppie n’a pas eu en France la résonance des artistes de la génération précédente (Robert Charlebois, Harmonium, Offenbach, Michel Pagliaro etc.). Pourtant nos camarades francophones ont eu quelques belles réussites à leur actif.
Continuer la lecture de « V/A, Nome Noma 2 : Québec Post Punk & New Wave 1979 – 1983 (Trésor National) »

à la une

Catégories billet d’humeurÉtiquettes , ,

Chère Madame Del Rey,

Chère Madame Del Rey,

Comment allez-vous ?
Nous espérons que la douceur californienne vous a permis de savourer des fêtes de fin d’année plastiques, les auréoles californiennes de rigueur, plages et montagnes, océans et continents, autoroutes et voisinages à perte de vue, à perte de soi. Nous espérons aussi que l’accordeur a pu passer pour le piano, que la gazinière fonctionne de nouveau et que, malgré les événements, effusions et autres tempêtes qui ne manquent jamais d’animer la fin de décembre, vous avez pu vous asseoir un peu, chaque jour, pour coller de nouveaux mots à d’autres, de nouvelles mélodies à d’autres, cet art qui vous est unique, et que vous continuez de vouloir le partager avec le monde, les autres mondes que le vôtre, à la faveur d’éventuels albums. Continuer la lecture de « Chère Madame Del Rey, »

à la une

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , , , , ,

Hola Lis, Foravila (El Genio Equivocado / Les Disques Bleus Enregistrements)

Ça commence mal : le premier coup de  – “au” serait peut-être plus pertinent – cœur de l’année 2024 date de 2023. Ça ne continue guère mieux : à l’aune d’une biographie succincte, on n’en apprend guère sur l’auteure de ce disque – a priori, une sorte de deuxième premier album (la formule est je l’avoue un peu tirée par les cheveux car le premier disque “n’est qu’une” collection de maquettes enregistrées pendant le confinement de 2020).  Un disque dont heureusement le titre en catalan confirme l’origine et annonce, lui, la douceur. Foravila, donc. Qui “signifie campagne, nature, monde rural, où la vie s’écoule au rythme du soleil et des saisons…” Continuer la lecture de « Hola Lis, Foravila (El Genio Equivocado / Les Disques Bleus Enregistrements) »

à la une

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , , ,

Guided By Voices, Nowhere To Go But Up (Guided By Voices Inc.)

Meet Me in the Bathroom de Lizzy Goodman a quelques mérites, dont les deux principaux sont de rappeler le rôle fondamental des Jonathan Fire*Eater et le culte voué par les Strokes aux Guided By Voices. Nick Valensi et les autres membres du groupe n’ont de cesse de le rappeler dans les pages de ce livre : ils voulaient juste sonner comme les Guided By Voices lorsqu’ils ont commencé à jouer ensemble. Pourtant, en 2000, le groupe de Robert Pollard est totalement dans la sauce. Les Guided By Voices ont quitté Matador, leur label historique, pour TVT Records, le label des débuts de Nine Inch Nails. Et c’est le début de la fin du Guided qui se retrouve avec Rob Schnapf ou Ric Ocasek en studio. Deux disques putassiers et c’est le retour à la maison-mère un an plus tard pour faire des disques plus recommandables. Continuer la lecture de « Guided By Voices, Nowhere To Go But Up (Guided By Voices Inc.) »

à la une

Catégories playlistÉtiquettes , , ,

LA PLAYLIST BEST OF 2023

Dernier tournant avant la fin de l’année, un petit cadeau pour ambiancer vos apéritifs du réveillon et / ou vos lendemains de cuite. Et Dieu seul sait s’ils seront confus, vu le chaos ambiant. Chez section26, tout ce qu’on peut vous promettre, c’est de continuer à défricher les terres fertiles de la pop moderne en 2024, quoi qu’il arrive. Santé et prospérité à vous tous, chers lectrices et lecteurs.

Écoutez cette playlist sur votre plateforme favorite : YouTube, Deezer ou Spotify.
NDLR : Les playlists sur les plateformes de streaming ne comportent pas l’intégralité des titres de cette sélection.

Continuer la lecture de « LA PLAYLIST BEST OF 2023 »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , ,

François Huet (Snipers) : Franc Tireur

Les Snipers, avec François Huet au milieu.
Les Snipers, avec François Huet au milieu.

Ils n’étaient pas nombreux à Dijon à la fin des années 1970. Une poignée résiduelle de croyants, encore fervents, occupés à traverser leur jeunesse un peu à côté de leur époque. Quelques vigies du rock frappées de strabisme divergent : un œil tourné vers un passé malheureusement révolu trop tôt pour eux, l’autre occupé à scruter un avenir localement très incertain. Pas de quoi constituer une scène, tout juste un groupe ou deux. Les Snipers donc. Et puis les Ambulances et, ensuite, de nouveau les Snipers. Une valse-hésitation des patronymes qui n’est que le symptôme des turbulences inévitables et des engagements de jeunesse qui fluctuent : il y a ceux qui partent et ceux qui reviennent, ceux qui renoncent un peu plus vite, avant que tout le monde finisse par rentrer, non sans réticences ou atermoiements, dans la vraie vie.

Continuer la lecture de « François Huet (Snipers) : Franc Tireur »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , , ,

Selectorama : Karina Gill (Cindy, Flowertown)

Karina Gill, chanteuse du groupe de rock américain Cindy le 3 mai 2023 à Paris. Photo : Mathieu Zazzo
Karina Gill, chanteuse du groupe de rock américain Cindy le 3 mai 2023 à Paris. Photo : Mathieu Zazzo

« Il y a quelquefois dans les personnes ou dans les choses un charme invisible, une grâce naturelle qu’on n’a pu définir, et qu’on a été forcé d’appeler le je ne sais quoi. » remarquait Montesquieu dans son Essai sur le goût. C’est justement ce charme qu’on retrouve dans la musique de Karina Gill et les groupes auxquels elle participe, dont la beauté discrète et naïve ne peut que ravir l’âme des amateurs de pop intime et artisanale. Depuis 2018, sous les avatars de Cindy, de Flowertown ou de Hospital, souvent accompagnée par son acolyte Mike Ramos, la Californienne a su conquérir son auditoire avec ses chansons délicates, dont l’ami Xavier Mazure avait remarqué en 2021 dans les colonnes de Section 26 la troublante ressemblance avec l’univers de Slumber Party, groupe qu’on ne s’est jamais consolé d’avoir vu disparaître des écrans radars. Continuer la lecture de « Selectorama : Karina Gill (Cindy, Flowertown) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Alexandre Bazin, Therapy (Important Records)

Therapy et I Wish I Pas, les deux titres ouvrent la nouvelle cassette d’Alexandre Bazin, mobilisent respectivement un Synthi A et un Buchla Music Easel. Deux synthétiseurs historiques, constitutifs d’un son, celui d’une early electronic immédiatement identifiable. Il y a toujours quelque chose d’étrange à constater à quel point le charme de cette esthétique opère. Comme si la nostalgie, ou le retrofuturisme, constituaient les principales modalités d’une musique pourtant initialement caractérisée par le goût du futur. Continuer la lecture de « Alexandre Bazin, Therapy (Important Records) »

à la une

Catégories classementÉtiquettes , , , , , , , , , ,

Le classement 2023 des invités

Visuel : Pauline Nunez

Une fois n’est pas coutume, après les classements de la rédaction, nous avons choisi quelques invités triés sur le volet pour nous raconter à leur tour 2023 en disques, mais parfois aussi en livres, films ou expositions. Chacun à leur façon ont marqué l’année, et nous continuerons à vous donner régulièrement de leurs nouvelles. C’est toujours ça de pris sur cette funeste année et l’avenir non moins joyeux qui nous attend… (TS) Continuer la lecture de « Le classement 2023 des invités »

à la une

Catégories seasons greetingsÉtiquettes , , ,

Christmas Lullaby

L’hymne de Noël de Shane MacGowan, regretté leader des Pogues, n’est peut-être pas celui qu’on croit.

Shane MacGowan
Shane MacGowan

Comme Humphrey Bogart, Cab Calloway et le petit Jésus, Shane MacGowan est né un 25 décembre. La Camarde n’aura malheureusement pas laissé l’ancien leader des Pogues vivre jusqu’à Noël 2023, brisant le cœur des fans du plus destroy des bardes irlandais. Mais on peut déjà trouver miraculeux qu’elle lui ait foutu la paix jusqu’à l’âge de 65 ans, au regard de son train de vie quasi-suicidaire, à base de millions de cigarettes, de litres de whisky et de bière, sans compter les diverses drogues qui auraient dû avoir raison de lui il y a bien longtemps. Même Keith Richards n’aurait pas pu tenir la distance à un tel niveau de déglingue. Continuer la lecture de « Christmas Lullaby »

à la une

Catégories classementÉtiquettes , ,

Le classement de la rédaction 2023

Visuel : Pauline Nunez
Visuel : Pauline Nunez

Il y a toujours quelque chose de l’artifice à tenter de redonner une cohérence collective à l’addition des préférences individuelles, à tous ces enthousiasmes singuliers et incommensurables que chacun d’entre nous essayons de mettre en mots et de partager le plus régulièrement possible. Pour la sixième année consécutive et, franchement, personne parmi nous n’aurait jamais espérer continuer jusque-là. Nous sommes encore surpris et heureux d’être ensembles, avec toutes les divergences manifestes qui traversent toutes nos listes. Peut-être est-ce cela qui reste le plus intéressant à constater ou à explorer : les subjectivités sont évidemment multiples et il suffit d’avoir deviné, au fil des chroniques et des billets, desquelles on peut se sentir le plus proche pour trouver ici de quoi défricher curieusement pour les jours et les semaines qui viennent. Et pourtant, même si les grandeurs restent mesurées à des aunes bien différentes, la somme collective n’est pas dénuée de toute signification : elle porte la trace des effets d’âge, mais pas complètement. Il y a beaucoup de vieux encore fringants – et même deux fois cités pour certains – et même une quinquagénaire sur le podium et aussi, quand même, quelques pousses bien plus jeunes, et des débutants dont nous sommes fiers – c’est un peu bête, mais c’est humain – d’avoir admiré les premiers pas. Un entrelacs de styles et de générations : la somme de nos différences nous ressemble bien un peu. (Matthieu Grunfeld)

01. BAR ITALIA, Tracey Denim (Matador)
02. PJ HARVEY, I Inside The Old Year Dying (Partisan Records)
03. THE LEMON TWIGS, Everything Harmony (Captured Tracks / Modulor)
04. YO LA TENGO, This Stupid World (Matador)
05. BLUR, The Ballad of Darren (Parlophone / Warner)
06. BLONDE REDHEAD, Sit Down for Dinner (Section1)
07. SINAIVE, Répétition (Antimatière)
08. WILCO, Cousin (dBpm Records / Sony)
09. LAEL NAELE, Star Eaters Delight (Sub Pop)
10. THE WAEVE, The Waeve (Transgressive)

Continuer la lecture de « Le classement de la rédaction 2023 »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , ,

Selectorama : Nicolas Paugam

Dans le vortex des sorties musicales à la micro seconde – comme les opérations financières, tiens -, on est comme dans une boîte de nuit, frôlé par les corps qui bougent, saturé par le son et aveuglé par le lumières, on se cogne, on trouve son chemin tant bien que mal, on regarde des corps fuselés qui nous attirent l’œil, des sirènes qui nous font tourner la tête, on ne sait plus où donner de l’attention. Nicolas Paugam, dans ce bordel, c’est un peu le gars mal peigné, en pull de ski, qui est tranquille, un petit verre à la main, il ne transpire pas, il observe. Au début, on se dit, c’est qui ce mytho ? Et puis au fil de la soirée, on est attiré, on se retrouve à l’écouter raconter sa life, il a des bonnes phrases, on se marre, on est ému et lui, il reste frais malgré l’heure qui tourne (GIF animé d’une horloge avec les aiguilles qui bougent de ouf). Après on sait pas ce qui s’est passé, mais on se retrouve dans son chalet, à l’air pur (enfin ce qu’il en reste, on va pas délirer), il y a un brasero dans le jardin, on entend les oiseaux, et puis il joue de la guitare, il chante et c’est bien. Cette année, Nicolas Paugam a sorti son 6e album, La Délicatesse, dans lequel il propose une relecture de chansons choisies dans son répertoire, comme une belle introduction à ceux qui auraient manqué le début. On a demandé à Nicolas ce qu’il écoutait en ce moment. Continuer la lecture de « Selectorama : Nicolas Paugam »

à la une

Catégories livresÉtiquettes , , , , , ,

Trois livres en passant…


Continuer la lecture de « Trois livres en passant… »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , ,

Fugazi, The Argument (Dischord Records, 2001)

Il y a vingt ans déjà, les membres de Fugazi annonçaient faire une pause d’une durée indéterminée. Deux ans auparavant sortait ainsi leur septième (ou neuvième si nous comptons 13 songs et Instrument Soundtrack) album : The Argument. Celui-ci conclut une saga entamée une douzaine d’années plus tôt, avec deux EPs (Fugazi et Margin Walker), définissant le son de l’underground nord-américain de l’époque. Avant d’être un pivot de la scène post-hardcore des années 80-90, Fugazi est surtout la rencontre de quatre musiciens exceptionnels, issus de la fantastique scène de Washington DC. Continuer la lecture de « Fugazi, The Argument (Dischord Records, 2001) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Harp, Albion (Bella Union / PIAS)

Tim Smith n’a aucun problème avec Radiohead. Dans une vieille interview dont j’ai oublié la source, il avait même le culot de déclarer : « J’écoute beaucoup plus Jethro Tull que Radiohead ; seulement faire des chansons de la trempe de celles de Jethro Tull c’est complètement hors de portée pour moi. » On connait de visu et in situ le sens de l’humour souvent fastidieux des texans, ça n’en pose pas moins le problème. Parce qu’on voudrait bien aimer plus que de raison ce disque, le premier en solo de l’ex-leader de Midlake, attendu par les fans (dont je ne suis pas mais certains amis chers, si) comme le messie depuis une éternité. Il parait que sur The Courage Of Others (2010) le dernier album de Midlake avec Tim Smith, il avait été évoqué Pentangle et Fairport Convention. Du peu de souvenirs qu’il m’en reste, l’écoute du disque avait du me mettre en rogne en ces augures puissantes mais rarement atteintes. Continuer la lecture de « Harp, Albion (Bella Union / PIAS) »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , , ,

Selectorama : Andrew Hitchcock / Action Painting!

Action Painting!
Action Painting!

These Things Happen. Il n’aura échappé à aucun fan d’indie pop que le titre donné par Jane Duffus à son récent livre consacré à l’histoire de l’iconique label Sarah Records, a été emprunté à celui de l’immortel tube d’Action Painting!, sorti en 1990. Un hommage bien mérité à ce single du groupe d’Andy Hitchcock qui pourrait passer pour l’Idée platonicienne de la chanson jangly pop venue s’incarner dans le monde sensible, morceau qui n’a rien à envier aux meilleurs titres des Field Mice ou autres McCarthy. Continuer la lecture de « Selectorama : Andrew Hitchcock / Action Painting! »

à la une

Catégories avant-première, borne d'écouteÉtiquettes , , , ,

Critical Energy ou le retour des Wireheads en mode hélveto-aussie

Critical Energy
Critical Energy

Surprise automnale en provenance d’Australie et de Suisse. Echappés en duo des Wireheads – certainement le groupe qui résume le plus le son Australien : savamment négligé, mélodique et plein de rudesse – qui reste malheureusement trop souvent hors des radars médiatiques européens, Liam Kenny (Zipper, Nylex et Wireheads) et son pote Dom Trimboli (Dom and The Wizards) viennent de former à distance Critical Energy et sortent un 45 tours sur le label Helvète Chrüsimüsi Records (Romain de Léopardodeux bornes d’écoutes chez nous déjà -, Elias de Augenwasser et Gabrielle). Un côté pile au ralenti, à l’environnement vaporeux, ou les voix se croisent et se mélangent à la perfection. Face B, le rythme s’accélère, nonchalant et incisif, avec une basse lointaine qui bourdonne. L’atmosphère australe rappelle évidemment les Wireheads, et leur compatriote exilé en France, Nathan Roche, ainsi que son projet Laverie Nuns paru en 2016. La sortie est prévue demain le 15 Décembre sur le bandcamp de Chrüsimüsi Records, idéalement à glisser sous le sapin de tout bon fan de sons du bout du monde et à écouter en exclu ci-dessous !  Continuer la lecture de « Critical Energy ou le retour des Wireheads en mode hélveto-aussie »

à la une

Catégories chronique rééditionÉtiquettes , , , , , ,

The Apartments, Apart (Hot Records / Talitres)

Apart

C’est l’album qu’il est devenu presque impossible de réécouter en faisant abstraction de la suite – les drames intimes, les dix-huit années de silence qui ont suivi sa publication et même les retrouvailles plus récentes. Impossible de ne pas y entendre les signes avant-coureurs de l’effacement à venir dans ces chansons de ruptures, d’abandon, d’ambulances et de départ. Continuer la lecture de « The Apartments, Apart (Hot Records / Talitres) »

à la une

Catégories avant-première, documentaireÉtiquettes , , , , ,

Dans les arcanes du laboratoire expérimental de Veik

Thibault Jehanne et le trio Veik
Thibault Jehanne et le trio Veik

Il y a toujours une forme de fascination envers le processus créatif d’un artiste. Un questionnement permanent quant à ses sources d’inspiration, son cadre de travail ou ses modalités de création. Nous ne connaissons finalement la plupart du temps que le projet final, la face visible de l’iceberg. A Caen, le trio Veik a choisi de présenter les choses à l’envers. En amont d’une nouvelle production à venir, ils ont collaboré à la fois avec l’artiste sonore et plasticien Thibault Jehanne, et le vidéaste et photographe Mathieu Lion. Le résultat est un documentaire de 33 minutes (à visionner ci-dessous) en forme de plongée immersive dans leur travail collectif, d’où émerge à la fois la captation de son, la création de pédales d’effets, et leur utilisation dans la composition de nouveaux titres.

Continuer la lecture de « Dans les arcanes du laboratoire expérimental de Veik »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , ,

Pop Crimes, Gathered Together (Howlin’ Banana, Safe In The Rain, Les Disques Du Paradis)

Évidemment, c’est une histoire qui n’est plus vraiment la mienne. D’autres – plus jeunes, plus proches du cœur de l’action ou plus directement concernés par les rencontres qui ont permis l’émergence du groupe – se sont déjà chargé de l’évoquer. Depuis les premiers tâtonnements, il y a déjà plus de trois ans jusqu’à la sortie très attendue de ce premier album en passant par la publication de quelques titres et deux Ep’s très alléchants. On y croise des noms, des lieux et même quelques visages familiers des heureux témoins de la vitalité réjouissante de la scène indie-pop – à Paris, mais pas seulement. Eggs, En Attendant Ana, Special Friend ou le Supersonic et l’International à Paris : les destins ont fini par s’entremêler au fil des concerts communs, des départs et des amitiés reconfigurées entre Romain Meaulard, Nicolas Pommé, Morgane Poulain et Quentin Marquès. Continuer la lecture de « Pop Crimes, Gathered Together (Howlin’ Banana, Safe In The Rain, Les Disques Du Paradis) »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Un Jeanines par jour éloigne le docteur pour toujours

Jeanines
Jeanines

On aurait pu imaginer que New York, ville-monde, ville-monstre qui a vu naître tant de groupes depuis des décennies, finirait un jour par ne plus être féconde. Ce moment est pourtant bien loin d’être arrivé. Et les fans de pop ne s’attendaient certainement pas à voir apparaître au cœur de la Big Apple de très bons groupes à tendance twee, comme  Ribbon Stage ou Jeanines. D’ailleurs, le virus twee n’a pas non plus épargné le reste du pays, comme en témoigne la musique des Californiens de Cindy – dont le dernier LP Why Not Now est un petit bijou –, ou encore celle de The Umbrellas, eux aussi réminiscents de ce genre musical qui a fait florès dans les glorieuses années 1980 au Royaume-Uni, avec The Pastels et autres Talulah Gosh. La twee est donc bien vivante outre-Atlantique. Continuer la lecture de « Un Jeanines par jour éloigne le docteur pour toujours »

à la une

Catégories hommageÉtiquettes , , ,

Taï-Luc, soldat perdu du punk français

Tai-Luc, La Souris Deglinguée
Tai-Luc, La Souris Deglinguée / Photo : Eric Mullet Dalle

Taï-Luc vient de nous quitter. Il était le chanteur charismatique de La Souris Déglinguée. LSD, un groupe légendaire, mythologique, de punk-rockabilly-ska-funk qui a poussé sur le pavé parisien de la fin des années 1970. Il n’a jamais connu ni la gloire médiatique ni l’honneur des disques d’Or. Mais l’aventure de LSD tient autant à son public, à ses « fans », sa « Raya » si vaste que s’y côtoyaient des profils a priori inconciliables (skin natios et gauchistes de toute chapelle), qu’à l’indiscutable (aucun débat autorisé, car aimer LSD c’est parfois marier le paradoxe de l’intelligence et de la mauvaise foi) qualité musicale et du propos (ils furent nos Jam, nos Ramones et nos Madness, tout en un, faute de véritable concurrence). Continuer la lecture de « Taï-Luc, soldat perdu du punk français »

à la une

Catégories livresÉtiquettes , , , ,

Nick Cave, Foi, Espérance et Carnage (Éditions de la Table Ronde)

My solution was a simple one. I decided to avoid whenever I could all of these words and instead use the one simple English word that evokes the whole notion of relationship : you.

Norman Fischer

La personne se tient debout, au bord gauche de la fosse, tournée vers jardin. Juchée sur l’une de ces parois qui guident et séparent les foules quand on les regroupe, elle pousse le ciel de sa main. Et le public, tout le public face à elle fait de même, un geste lent et répétitif qui forme une vague, une autre, un déferlement ralenti, c’est une ballade, c’est Push the Sky Away, et nous poussons le ciel de la main de même, comme s’il pouvait attendre. Après, le silence et la nuit.

Nick Cave sait mettre sa discrète ironie en pause aux moments opportuns – chacun de ses concerts.

    Continuer la lecture de « Nick Cave, Foi, Espérance et Carnage (Éditions de la Table Ronde) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , , , ,

Guided by Voices, Bee Thousand (Scat Records / Matador, 1994)

Par quel disque appréhender un artiste ou un groupe ? Il est souvent coutume de préférer l’album au best-of. Pourtant, certaines de ces anthologies ont leurs propres lettres de noblesse, comme par exemple The Singles (1969-1973) des Carpenters ou l’incroyable Singles Going Steady (1979) des Buzzcocks. La question se révèle encore plus épineuse quand le groupe se nomme Guided by Voices et a sorti pas moins de trente-huit albums en presque autant d’années de carrière, dont deux disques cette année : Welshpool Thrillies et Tremblers and Goggles by RankContinuer la lecture de « Guided by Voices, Bee Thousand (Scat Records / Matador, 1994) »

à la une

Catégories chronique réédition, photosÉtiquettes , , ,

Bérurier Noir : « L’agonie fait encore partie du combat »

Quarante ans après ses débuts, le groupe majeur de la scène rock française réédite ses exploits discographiques.

Bérurier Noir en concert aux Transmusicales de Rennes il y a 20 ans pile, le 04.12.2003 / Photo : Éric Pérez
Bérurier Noir en concert aux Transmusicales de Rennes il y a 20 ans pile, le 04.12.2003 / Photo : Éric Pérez

40 ans. L’épopée des Bérus aurait commencé voici 40 ans. Difficile à dater en fait, les deux principaux protagonistes Loran et François avaient déjà une vie musicale avant, et le groupe avait déjà connu plusieurs moutures quand ils décident de se produire une ultime fois lors d’un concert d’adieu en février 1983, dans le squat de l’usine de la rue Pali-Kao à Paris. De fait, beaucoup y voient la véritable naissance des Bérurier Noir, un des groupes le plus importants du rock français (toutes périodes confondues). Depuis, ils sont rentrés dans la légende et patrimoine commun de l’abonné à Spotify. Leurs badges fleurissent encore parfois sur les blousons des lycéens en manif. Mouloud Achour porta leur tee-shirt lors de ses émissions sur MTV. Sans oublier une reformation ardente lors des Transmusicales de Rennes en 2003, qui rappela aux madferits français qu’il existait aussi bien (ou pire) que Noël et Liam dans l’hexagone. Cinq mille places écoulées en quinze jours. Une foule d’ados pogotant de la scène à la porte. Des vieux de la vieille débarquant de partout. Des incidents, largement prévisibles entre des organisateurs dépassés par l’affluence, les punks à chien et les provocations policières. Continuer la lecture de « Bérurier Noir : « L’agonie fait encore partie du combat » »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , ,

Selectorama : Marius Atherton

Marius Atherton
Marius Atherton

Par deux fois le jeune homme prénommé Marius nous a cueillis en concert. Au plaisir de la découverte d’un musicien doué, cultivé et inventif s’ajoutait celui, non moins immédiat, d’une émotion jouée avec une justesse communicative. Ces deux soirs, Marius Atherton (également connu chez Stratocastors, Golden Q, Nick Wheeldon…) faisait sonner Thee Oh Sees comme du Purcell, et Purcell comme du Suicide quand ses propres compositions évoquaient Julien Gasc, The Space Lady et la musique baroque. A l’image de sa magnifique chanson Mes Amis (aucun lien avec Bove), tout le travail de Marius tient dans une tension parfaitement maîtrisée entre la richesse (mélodique et émotionnelle) et le minimalisme (économie de moyens et ligne claire). A l’occasion de la sortie du très beau single Sémaphore et en pleine gestation d’un nouvel album, nous avons demandé à Marius Atherton d’esquisser son portrait en dix titres écrits par d’autres.

Continuer la lecture de « Selectorama : Marius Atherton »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , , , , , ,

Cœur Sacré, un hommage de Frédéric Lo à Daniel Darc (Universal Music France / Virgin Music France)

On se lasse de tout sauf d’aimer. Si j’avais pu lui parler, une minute, rien qu’une toute petite minute, j’aurais aimé lui dire ça à Daniel Darc, ces quelques mots. Puis, je me serais comme on dit éclipsé, ça aurait été ma manière à moi de lui rendre hommage. Dix ans qu’il n’est plus là, dix ans qu’il est devenu ce que j’aime appeler un fantôme doré et certains ont choisi aujourd’hui, pour lui rendre hommage, de reprendre ses chansons et nous devons les remercier. Reprendre des chansons milles fois écoutées, ancrées en nous à jamais – Chercher Le Garçon, La pluie Qui Tombe, Les Armées De La Nuit –, quand je l’ai appris, un soir aux Vinzelles, de la bouche de Frédéric Lo, je n’ai pas su quoi en penser. Et puis, je me suis souvenu de ces mots de Daniel Darc – “Je suis la fleur dans la poubelle, ne me laissez pas me faner” – et puis, j’ai vu, et entendu, Frédéric Lo et Bill Pritchard chanter – I Remember Oh So Well –  et puis, j’ai vu, et entendu, Frédéric Lo et Peter Doherty chanter – Without Use & All Used Up – et puis, je me suis dit qu’avec Frédéric Lo aux commandes, on risquait de fréquenter la beauté et puis, je me suis mis à attendre ce disque et puis, ce disque est arrivé, il s’appelle Coeur Sacré. Continuer la lecture de « Cœur Sacré, un hommage de Frédéric Lo à Daniel Darc (Universal Music France / Virgin Music France) »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , ,

Magnifique Harcourt

Ed Harcourt
Ed Harcourt

Ed Harcourt est (enfin) de retour. Son nouvel album El Magnifico accompagnera l’arrivée du printemps 2024 mais on peut d’ores et déjà passer son hiver avec ce sublime single Strange Beauty. « En tant qu’auteur-compositeur, tu dois être capable de savoir ce que tu as fait. Quelles sont tes forces, tes faiblesses, mais aussi savoir comment s’améliorer en faisant des choses qu’on n’a jamais faites auparavant. Après Furnaces, qui était assez lourd et expérimental, j’ai senti qu’il était temps de revenir un peu aux sources. Alors peut-être y a-t-il ici une impression de s’inspirer de ce pour quoi les gens me connaissent peut-être, mais il y a aussi un grand pas en avant. » On ne peut au final qu’acquiescer et se demander si ce grand pas en avant n’est pas tout simplement le simple retour d’Ed Harcourt au chevet de ses propres chansons.

Continuer la lecture de « Magnifique Harcourt »

à la une

Catégories livresÉtiquettes , , , , , ,

Queen, par David Rassent (Le mot et le reste)

There is nothing simple about this.
Hanif Abdurraqib

Un bout de génération se reconnaîtra : au tournant des années 1980-1990, les visages du rock d’avant l’adolescence – et d’avant Nirvana, disons – porteront haut une certaine flamboyance, une guitare rouge et une moustache, et enseigneront de premiers mots anglais, Greatest Hits Vol. 1. Dans les chambres de fin d’enfance et des premiers CD – le plus souvent acceptés sur la platine familiale –, il y aura souvent un groupe dépassant alors la notion d’art pour être autre chose – de la musique, du rock, du camp, des chansons – pour devenir très vite, puberté venue et passée, un souvenir plus ou moins accepté, plus ou moins honteux, consommé ensuite avec nostalgie lors des passages à la radio ou des ivresses œcuméniques en quête de pardon – car vraiment, tout le monde – ou presque – aime de bonne foi au moins un tube de Queen, ou aime l’écouter même sans l’aimer. Continuer la lecture de « Queen, par David Rassent (Le mot et le reste) »

à la une

Catégories À écouter, playlistÉtiquettes , ,

LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS DE NOVEMBRE 2023

Dernière tournée avant la fin de l’année, puisque nous vous proposerons un best of de l’année fin décembre, après la trêve des confiseurs qui nous épargne généralement de sorties d’albums. Ici, quelques obsessions de nos auteurs : Stereolab, Spring, Julia Holter, Cat Power, Gruff Rhys ou Bonnie Prince Billy, mais aussi une myriade de cailloux blancs délicatement déposés sur ce chemin pop moderne jonché d’étoiles. En attendant les fêtes, bien sûr.

Écoutez cette playlist sur votre plateforme favorite : YouTube, Deezer, Spotify.
NDLR : Les playlists sur les plateformes de streaming ne comportent pas l’intégralité des titres de cette sélection.

Continuer la lecture de « LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS DE NOVEMBRE 2023 »

à la une

Catégories festivalsÉtiquettes , , , , ,

Elsa Kuhn : In Felt She Trust

De salles de concert en disquaires (notons également le rayon chat du supermarché), Elsa Kuhn ne manque jamais un détour par un magasin de couture. Feutrine et fils de toutes les couleurs sont la base de son œuvre : des albums de légende réinventés par sa main précise, avec un soin du détail incroyable. Depuis son atelier-cocon de Bastille, elle prête son inspiration à ceux dont la musique est, comme elle, essentielle à leur vie. Après une exposition au Yeah Festival l’an passé, la voici en région parisienne pour l’édition 2023 du BBMix, qui accueille ce week-end A Certain Ratio et Arab Strap à Boulogne Billancourt. En guise de présentation quatre étoiles, nous vous proposons le texte d’introduction à son livre publié aux éditions Le Boulon, signé par JD Beauvallet. Comme le disait notre bien-aimé Etienne Greib, également en préface de ce livre : « Ce n’est pas rien. »

Continuer la lecture de « Elsa Kuhn : In Felt She Trust »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , , ,

Stéphane Milochévitch : « L’important est de rester soi-même à tout prix »

Stéphane Milochévitch / Photo : Philippe Mazzoni
Stéphane Milochévitch / Photo : Philippe Mazzoni

Si vous lisez Section26, vous savez combien on a adoré l’arrivée de Stéphane Milochévitch dans le paysage francophone de la chanson d’ici, sous le nom de Thousand bien sûr, avec deux disques Le tunnel végétal (2018) et Au paradis (2020) et cette suite qui en est une sans l’être, La bonne aventure, sous son propre nom. C’est toujours sur le label Talitres, fidèle refuge bordelais de cette aventure qui prend des proportions inespérées (un article du journal Le Monde, des passages sur France Inter…), mais compréhensibles tant l’ex-Thousand donne le vertige avec sa chanson incroyablement personnelle et sa façon d’écrire kaleïdoscopique : télescopage d’images, d’expressions, de mots, de couleurs, sans cesse en mouvement, toujours différent d’une écoute à l’autre. On avait évidemment envie de lui poser quelques questions, avant son premier concert parisien au Point Ephémère  sous son nouveau patronyme, jeudi 23 novembre. Continuer la lecture de « Stéphane Milochévitch : « L’important est de rester soi-même à tout prix » »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Les Marquises, Soleils Noirs (Les Disques Normal)

Je ne retiendrai rien de ce départ

Soleils noirs, le cinquième album des Marquises, est sorti vendredi dernier, et il ne semble pas exagéré de dire qu’il s’agit du disque le plus aventureux, le plus radical (et là le terme de radicalité très souvent utilisé à tort et à travers semble approprié) du collectif lyonnais ou, devrais-je dire pour être plus exact, de Jean-Sébastien Nouveau, cette fois seul maître à bord ou presque. Presque car les deux longues compositions de vingt minutes chacune sont traversées par les nappes de violon de la musicienne Agathe Max. Il faut prendre le temps d’écouter ce disque élégiaque tranquillement et d’une traite- c’est préférable- car une écoute inattentive pourrait faire croire que les deux morceaux se ressemblent ou sont trop proches. Proches ils le sont dans la tension qui les parcourt, et pourtant il me semble que l’un est l’envers de l’autre. Continuer la lecture de « Les Marquises, Soleils Noirs (Les Disques Normal) »

à la une

Catégories fanzinesÉtiquettes , , , , ,

Musical Ecran 2023 / « The Birthday Party, Mutiny In Heaven » de Ian White

Nick Cave & The Birthday Party
Nick Cave & The Birthday Party

Il y a les faits. Et la légende. Dans le cas présent, les frontières sont plus que ténues. C’est un brouillard épais d’alcool, de fumées de cigarette, d’héroïne – celle bien sûr qu’on croise seulement dans les chansons de Lou Reed –, de notes griffonnées sur des feuilles arrachées, de sueur, de bière et autres alcools, c’est ce brouillard qui empêche de discerner le vrai du faux, de ce qui a été réellement vécu et de ce aurait pu (ou dû) l’être… Et vous savez quoi ? On s’en fout – vraiment. Alors voilà. Avant d’être père martyr et caution pour toute personne désireuse d’avoir une discothèque prise un tant soit peu au sérieux, Nick Cave était le chanteur d’un groupe complètement hors-sol, complètement intransigeant, complètement différent de ce qui se faisait alors. Alors ? Le début des années 1980.  Continuer la lecture de « Musical Ecran 2023 / « The Birthday Party, Mutiny In Heaven » de Ian White »

à la une

Catégories livresÉtiquettes , , , ,

Charles Salles, Alain Pacadis, Face B (La Table Ronde)

Alain Pacadis, c’était le “Reporter de l’underground”, celui qui avant tout le monde et mieux que quiconque avait su capter l’énergie du punk et l’amener jusqu’en France, chroniquer les nuits folles et scintillantes du Palace ou des Bains-Douches pour embarquer tout lecteur des articles de nightclubbing (dans Libération) avec lui vers la fin des seventies, de concerts branchés en soirées disco décadentes, entrer en bonne compagnie entre les enfers et paradis artificiels. L’homme a marqué de son empreinte les années 1980, musicalement et journalistiquement, incarnant l’exubérance de la mode et les folies du nightclubbing. Mais comme tout être intense, il peut avoir plusieurs visages dont un plus intime, plus réservé, moins connu puisque moins mondain. Et ce (premier) roman nous offre cette délicieuse Face B d’Alain Pacadis, en évitant la biographie amalgamant les stéréotypes, en nous plongeant dans une vie trouble, claire, touchante, via une écriture étonnante et très littéraire. Continuer la lecture de « Charles Salles, Alain Pacadis, Face B (La Table Ronde) »

à la une

Catégories festivalsÉtiquettes , , , , , ,

Musical Ecran 2023 / « Louder Than You Think, a Lo-Fi History of Gary Young and Pavement » de Jed I. Rosenberg

Gary Young
Gary Young

« Dans ma vie j’ai du prendre plus de 6000 doses de LSD. » Au moins c’est clair dès le début, Gary Young aura du mal à s’extraire de l’image d’un histrion toxique et intoxiqué. Que ce documentaire va toutefois tenter de dissiper en partie, mais pas assez. Imaginez, vous êtes Stephen Malkmus, branleur génial en banlieue californienne, vous faites ou voudriez faire un groupe, vous faites la chose plus ou moins par-dessus la jambe et là, vous tombez sur votre mauvais génie. Un freak, un vieux hippie aguerri aux choses du métier. A son niveau, mais le niveau rejoint le génie en jachère de ses nouveaux petits protégés. Continuer la lecture de « Musical Ecran 2023 / « Louder Than You Think, a Lo-Fi History of Gary Young and Pavement » de Jed I. Rosenberg »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Cat Power Sings Dylan: The 1966 Royal Albert Hall (Domino)

Dès les premières secondes de l’une des chansons les plus chéries, une autre voix, la même voix pourtant, les mêmes accords, la même évidence, et tous les fils sont tirés, on aperçoit la trame, on la voit, on ne voit qu’elle, rien d’autre que ce moment, une chanson. On ne se demande rien, on ne fait pas mine d’être surpris·e : c’est tellement là.

Elle porte une bague égyptienne, qui brille avant qu’elle ne parle.

Continuer la lecture de « Cat Power Sings Dylan: The 1966 Royal Albert Hall (Domino) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , , ,

Grand Hotel, Phare Ouest (Antimatière, 2002)

Je n’ai jamais été un spécialiste des artistes de l’Hexagone – et mon niveau plutôt médiocre en anglais au collège puis au lycée ne saurait expliquer pourquoi, une fois ma passion déraisonnée pour l’adaptation française par Sacha Distel du fameux Raindrop Keeps Falling On My Head de Burt Bacharach, j’ai jeté mon dévolu sur les chansons et disques anglo-saxons, avec une nette préférence pour les productions britanniques. Pour résumer, sans tomber dans le mépris roboratif  que Luz peut porter à la chanson d’ici – ses drolatiques volumes J’Aime Pas La Chanson Française –, on ne peut pas dire que j’en étais un fan acharné. Continuer la lecture de « Grand Hotel, Phare Ouest (Antimatière, 2002) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , ,

Mike Johnson, Bon Vivant (autoproduit)

C’est la bonne nouvelle de ce mois de novembre : une compilation de Mike Johnson. Vivant en France depuis des années, l’ex-bassiste de Dinosaur Jr. n’a rien publié depuis 2006. Il sort, via son Bandcamp, une cassette composée de démos enregistrées avec Jack Endino et Tim O’Heir entre Seattle et Boston en 1993. Guitariste des Snakepit à la fin des années 80, Mike Johnson accède la Ligue des Champions au début des années 90 en intégrant le poste de bassiste de Dinosaur Jr., le temps de trois albums. Mais coincé entre un Lou Barlow et un J Mascis, Mike Johnson est confiné dans l’ombre. Continuer la lecture de « Mike Johnson, Bon Vivant (autoproduit) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Charlene Darling, La porte (Disciples)

« Des regards tout mous de demi hommes, d’enfants de 30 ans, de demi hommes, pas comme les hommes d’avant, ceux dont on parlait dans les films »

Là où il semblait que son précédent effort Saint Guidon, paru en 2019, cherchait à arrondir les angles en trouvant une hypothétique et fantasmée voie de sortie vers une sorte de variété apaisée, La porte s’ouvre vers un territoire moins balisé et pas moins intéressant. Clairement défini par son introduction comme un disque de rupture amoureuse, il permet une catharsis âpre à son auteure qui – on s’en doutait – n’est pas là pour jouer les demoiselles en détresse. Continuer la lecture de « Charlene Darling, La porte (Disciples) »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , , ,

Le collectif TRUC lance sur orbite une Golden Cassette !

Guido Möbius
Guido Möbius

Le collectif TRUC continue son petit bonhomme de chemin dans les marges des marges, en toute discrétion, comme s’ils sortaient d’une aventure d’une série inédite de Franquin, genre des aventuriers à la Spirou et Fantasio à la recherche d’enregistrements perdus d’un gaffophone oublié. C’est ce qui nous vient en tête quand on échange avec eux à propos de ce numéro nouveau de leur série de compilations cassette. Ce coup-ci, ils se sont mis en tête de sortir une Golden Cassette, tentative humble et fauchée de donner une suite, sinon une alternative à ce disque en or envoyé par la NASA par les sondes Voyager dans les années 1970, et contenant des enregistrements sonores de notre planète. Ceux qui lisaient Pif Gadget quand ils étaient petits ont sans doute garder précieusement une petite plaque de métal doré avec un homme et une femme à poil faisant un salut poli et distant à destination de nos amis extraterrestres. Bref, TRUC a réuni des artistes du monde entier pour faire le point sur notre époque, un petit polaroid qui se développera en partie au Cirque électrique le 10 novembre à Paris. Ne manquez pas le lancer de la cassette dans le ciel, à l’aide de ballon gonflé à l’hélium, c’est tellement plus poétique que des lanceurs à carburants. Continuer la lecture de « Le collectif TRUC lance sur orbite une Golden Cassette ! »

à la une

Catégories post liveÉtiquettes , , , , , , ,

The Apartments, Thank You For Making Me Beg (live at Les Vinzelles)

Peter Milton Walsh
Peter Milton Walsh / Photo : Sébastien Faits-Divers

Samedi 4 novembre 2023, sous un ciel d’automne noir d’encre, Peter Milton Walsh avait posé sa guitare aux Vinzelles, un lieu dont on dit depuis quelque temps qu’il rend possible l’impossible – mais pour croire à cela peut-être faut-il y avoir vu Frédéric Lo et Bill Pritchard jouer dans la moiteur du printemps l’album Parce Que…. Ou peut-être faut-il avoir été parmi la centaine de personnes présentes samedi dernier à ce concert, pour lequel l’artiste Australien était juste accompagné à la perfection par le guitariste Antoine Chaperon. Parce que ça a été le genre de concert dont on ne peut pas sortir indemne – et dont on sait qu’il y aura forcément un avant et un après. (Ici, je pourrais sans doute parler de The Cure 1984, New Order 1985, Echo & The Bunnymen 1987, Nick Cave 1988, The Go-Betweens 1989 […], Peter Milton Walsh 2009, mais on pourrait y passer plusieurs soirées).

Si l’on avait quand même pas mal fantasmé (avouons-le) sur ce moment – qui durera plus d’une heure et demie, avec des chansons nouvelles, des classiques métamorphosés par la voix d’un Walsh au meilleur de sa forme et quelques anecdotes pince-sans-rire –, la réalité a été bien plus belle que les fruits de notre imagination. Mieux que cela : la réalité sera même beaucoup plus belle que ce que notre mémoire plus ou moins neuve nous offrira dans quelques jours, quelques semaines, quelques mois. Car ce concert a été filmé par Sébastien Faits-Divers, un passionné d’images et de musique qui avait déjà croisé la route de The Apartments à Lyon il y a cinq ans – c’était aussi l’automne, la pluie et la mélancolie de couleur bleue. Sébastien a dévoilé aujourd’hui un premier extrait de ce moment comme suspendu, une version bouleversante d’une chanson écrite par Walsh à l’âge de 25 ans. Une version bouleversée qui vient prendre rendez-vous avec l’éternité.