à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Les Mercuriales, Les choses m’échappent (Hellzapoppin)

Ce n’est pas un hasard si le disque des Mercuriales commence par un tonitruant « LA MORT ! » éructé d’outre-tombe par la voix de Jacques Lacan : morts, nous le sommes déjà vivants. Pas seulement parce que ce qui nous a faits a disparu : décors de l’enfance, arrière-grands-parents qui nous tenaient sur leurs genoux au bord d’une table en formica dans une odeur de Clan ou d’Amsterdamer, mais aussi parce que la mort était déjà depuis longtemps au travail dans la sensibilité même du temps, celle de « l’homme sans immédiateté » qui est à jamais la nôtre, post-adolescents maladifs et fétichistes, fébriles et désorientés, et qu’on retrouve encore dans la voix tremblante de Maurice Ronet qui succède à celle de Lacan en ouverture de ce disque des Mercuriales donc, Les choses m’échappent. Continuer la lecture de « Les Mercuriales, Les choses m’échappent (Hellzapoppin) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , ,

Ulrich Schnauss, Far Away Trains Passing By (City Centre Offices, 2001)

Début des années 2000, l’Allemagne est une place forte de la musique électronique. De la techno du club Tresor à l’electro(clash) d’International DeeJay Gigolo, les Allemands sont présents dans de nombreux registres. Peut-être légèrement plus discrets mais pas moins importants, à Berlin, des labels comme Morr Music ou City Centre Offices défendent une scène s’inspirant de l’electronica comme du rock indépendant. Ils s’appellent Lali Puna, Ms. John Soda, The Notwist, Solvent ou Herrmann & Kleine et s’intéressent aux faux jumeaux : Cocteau Twins et Aphex Twin. Parfois qualifié de plinkerpop, ce son ouvre les portes mystérieuses de la musique électronique à de nombreux popeux, lecteurs des Inrocks ou de la revue pop moderne. Dans cette ambiance exaltée, Far Away Trains Passing By (2001) d’Ulrich Schnauss semble presque être une sortie modeste. Continuer la lecture de « Ulrich Schnauss, Far Away Trains Passing By (City Centre Offices, 2001) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Shellac, To All Trains (Touch And Go)

Shellac, To All Trains (Touch And Go)On pourrait faire comme si rien ne s’était passé et écouter ce nouvel album de Shellac avec les oreilles éperdues du fan en souffrance depuis la parution de Dude Incredible en 2014. Mais la souffrance, l’autre, celle du deuil compliqué est bien là. Steve Albini nous a quittés très brusquement il y a quelques jours. Alors l’expérience sera forcément perturbante. Et c’est là que la puissance du surnaturel prend décidément un tour exceptionnel. NON, Steve Albini n’est PAS mort, il joue de la guitare à côté de vous avec Todd Trainer et Bob Weston. Et To All Trains déchire comme à l’entraînement, celui de ce fight club, nihiliste mais joyeux dont on a rarement rechigné à payer la carte d’adhésion. Continuer la lecture de « Shellac, To All Trains (Touch And Go) »

à la une

Catégories playlistÉtiquettes , ,

LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS DE MAI 2024

Écoutez cette playlist sur votre plateforme favorite : YouTube, Deezer ou Spotify.
NDLR : Les playlists réalisées sur certaines plateformes ci-dessus ne comportent pas l’intégralité des titres de cette sélection commentée ci-dessous.

Continuer la lecture de « LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS DE MAI 2024 »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes ,

Richard Thompson : « J’ai composé environ 450 chansons dans ma vie »

Richard Thompson / Photo : David Kaptein
Richard Thompson / Photo : David Kaptein

Je n’ai pas osé tout lui dire. Ce n’est, de toute façon, pas possible. Comment lui avouer, en effet, ce qui relève indéniablement des travers un peu ridicules qu’engendre la passion musicale. Ce disque dur, que je conserve encore dans un état de marche pour le moins incertain et qui contient une soixantaine de bootlegs non officiels que je n’ai jamais écoutés, pour la plupart, mais dont la seule présence demeure curieusement réconfortante. La conviction totalement infondée que, sur l’enregistrement pirate de son concert au Café de la Danse du 6 février 2011, c’est moi que l’on entend crier un peu plus fort que les autres sur le refrain de Tear Stained Letter. Le fait que, quelques heures avant ce concert, nous nous étions déjà croisés pour la seule fausse interview réalisée au cours de mes vingt-cinq années de non-carrière journalistique – quelques minutes de conversation dans le hall de son hôtel, et dont je savais qu’elles ne seraient jamais publiées, uniquement pour le plaisir ineffable de la coprésence. La demi-finale de la coupe du monde de Rugby perdue à domicile contre l’Angleterre le 13 octobre 2007 et dont la douleur cuisante s’est miraculeusement estompée parce qu’il jouait en concert au Trabendo le soir-même – Danny Thompson affichait, narquois, l’évolution du score sur des panneaux en carton derrière sa contrebasse – et que ma femme lui avait, plus courageusement que moi, extorqué un autographe. Richard Thompson est donc le seul artiste dont je demeure indécrottablement et pathétiquement fan, depuis la découverte de la triple compilation Watching The Dark (1993) et ces chansons d’une tristesse infinie traversés de solos à la fois sobres, intenses et virtuoses. C’est encore ce même désespoir adulte et pudique, teinté d’un humour radieux, qui semble imprégner Ship To Shore, ce nouvel album attendu depuis six ans. La silhouette est un peu plus voutée – soixante-quinze ans, tout de même – mais, cette fois-ci la rencontre est vraie. Et les propos dûment retranscrits. Continuer la lecture de « Richard Thompson : « J’ai composé environ 450 chansons dans ma vie » »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama : Johan Asherton

Johan Asherton
Johan Asherton / Photo : Philippe Dufour

Il n’y en a pas beaucoup. Peut-être n’y a-t-il que lui. Des artistes français capables de chanter : Rock’n’Roll sur un refrain – celui d’Enfant Terrible, le premier morceau de son nouvel album – sans susciter ni cette gêne incrédule ni ce malaise décalé qui accompagnent les tentatives pataudes pour s’approprier les reliques d’une forme lointaine et disparue. Dans les accents élégants de cette voix – de plus en plus grave, de plus en plus belle – on ne discerne aucune prétention vaine à ressusciter ce qui n’est plus. Simplement à faire vibrer, une fois encore, cette nostalgie sereine qui imprègne depuis longtemps l’œuvre essentielle de Johan Asherton. Continuer la lecture de « Selectorama : Johan Asherton »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Cindy Lee, Diamond Jubilee (Realistik Studios)

Il est des engouements inattendus qui donnent le sourire. De fait, la musique du canadien Patrick Flegel, connu auparavant comme chanteur et guitariste du groupe Women et qui, depuis plus d’une dizaine d’années, traîne son spleen bricolo/bruitiste théâtral sous le pseudo queer Cindy Lee, ne respirait jusqu’à présent pas l’accessibilité et l’enthousiasme de masse. Trop étranges, trop bruitistes, trop intimes, les chansons à fleur de peau du canadien étaient continuellement traversées d’impulsions sonores lo-fi couplées à des mélodies façon girls group 60’s parfois sublimes mais masquées derrière des rideaux de larsens et autres éclats noisy. What’s Tonight To Eternity, formidable album de 2020 avait déjà laissé apercevoir un avenir plus pacifié, sur la forme toutefois. Continuer la lecture de « Cindy Lee, Diamond Jubilee (Realistik Studios) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , ,

Eugenius, Mary Queen of Scots (August Records, 1994)

Dans la série « groupe sensationnel qui ne rencontre pas de succès et qui disparaît sans prévenir », Eugenius tient le meilleur épisode. Ayant pour premier fan Kurt Cobain, sonnant bien mieux que Pearl Jam (à la même époque), possédant une palanquée de bonnes chansons, Eugenius avait tout pour réussir. Le public en décida autrement et préféra s’infliger des groupes peu recommandables. Trente ans après sa sortie, l’ultime disque des Eugenius sonne merveilleusement bien et laisse toujours pantois. Comment les fans de Swell, d’Husker Dü et de Nirvana ont-ils pu passer à côté d’un tel groupe ?
Continuer la lecture de « Eugenius, Mary Queen of Scots (August Records, 1994) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

LORD$, Speed It Up (Tricatel)

En France, les étoiles ne sont guères alignées pour les disquaires, la presse musicale, les groupes ou les labels indépendants. Le monde musical que nous connaissions n’en finit plus de s’effondrer inexorablement mais quelques bribes d’espoir surgissent ici et là. Dans l’hexagone, Born Bad (Forever Pavot, Bryan’s Magic Tears, Pleasure Principle) ou Tricatel (Guy Cabay, Chassol) continuent de sortir des disques ambitieux et à les proposer des à prix accessibles. Ces structures font presque un travail d’utilité publique en défendant la scène indépendante française tout en pratiquant des prix démocratiques (à rebours de nombreux autres labels internationaux). Le label de Bertrand Burgalat confirme l’adage avec, Speed It Up l’excellent album des (presque) nouveaux venus LORD$. Continuer la lecture de « LORD$, Speed It Up (Tricatel) »

à la une

Catégories sunday archiveÉtiquettes , , , ,

Jennifer Charles, la fidèle

Jennifer Charles, sur la scène des Vinzelles à Volvic, 2022 / Photo : Morgane Imbeaud

C’était il y a vingt ans – presque très exactement. La RPM canal historique était devenue (ou en passe de devenir) le média qui plus que tout autre allait prendre fait et cause pour les disques de Jean-Louis Murat, certes déjà adoubé par Les Inrockuptibles (LA fameuse une bleue délavée du numéro 31) mais qui avait trouvé en la plume du journaliste Franck Vergeade un thuriféraire d’une rare fidélité. L’Auvergnat n’était pas encore devenu le stakhanoviste des sorties d’albums – il en était aux prémices – et ses interventions médiatiques ne défrayaient pas encore les chroniques. Certes, il s’était mis à nu (au propre, pour le coup) dans un numéro de la RPM (le numéro 45 pour celles et ceux qui sont intrigués), et cela nous avait valu une mention dans un ou deux confrères moins portés sur la chose musicale. Quoi qu’il en soit (car je sais que d’aucuns chipoteront), il avait déjà cette sainte horreur de se répéter et aimait surtout concrétiser ses idées, mêmes les plus farfelues – ce qui n’était pas le cas ici.  Coincé entre Lilith et 1829, A Bird On A Poire n’était pas je crois à proprement parler un album de Jean-Louis Murat – et tant pis si je suis excommunié pour écrire cela. Ce disque aussi gai que les traits légers et pastel de sa pochette, aux accent sixties et aux tons résolument badins (coquins, oseraient certaines et certains) est un album imaginé à deux et enregistré à trois (un peu plus en fait) – composé et écrit par le bassiste suisse Fred Jimenez et celui qu’on commence à surnommer Le Moujik, rejoints en studio par l’Américaine Jennifer Charles, dont la voix  caressante – oui, exactement, de celles qui tiennent dans un mouchoir – avait déjà épousé celle de Murat cinq ans plus tôt, sur ce qui reste peut-être comme la pierre angulaire d’une discographie plurielle, l’œuvre outre-atlantique Mustango. Continuer la lecture de « Jennifer Charles, la fidèle »

à la une

Catégories billet d’humeurÉtiquettes , , ,

Trente ans dans la vie d’une femme.

Au moment de la sortie du nouvel album de Beth Gibbons, Lisa Balavoine retrace le chemin qui la relie à elle.

Beth Gibbons, Lives Outgrown (Domino, 2024)
Pochette de l’album de Beth Gibbons, Lives Outgrown (Domino, 2024)

Il y a trente ans, je tombais amoureuse d’une femme. Je tombais amoureuse d’une voix, d’un timbre, d’un souffle, d’un murmure. Je tombais amoureuse d’une façon de se tenir debout, de s’arrimer au micro, de fermer les yeux, de porter un carré long, un jean noir et un tee-shirt noir aussi. Je tombais amoureuse d’une élégance rare, d’un phrasé singulier, d’une délicate modestie. Je tombais amoureuse de Beth Gibbons. Continuer la lecture de « Trente ans dans la vie d’une femme. »

à la une

Catégories sous surveillanceÉtiquettes , , ,

Sous Surveillance : Ashes Divine

Thomas Guendafa / Ashes Divine
Thomas Guendafa – Ashes Divine / Photo : DR
Qui ?

Thomas Guendafa

Où ?

Paris, France Continuer la lecture de « Sous Surveillance : Ashes Divine »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Manset, L’algue bleue (Parlophone)

 » Quand le printemps revient, on a raté sa vie. »

Derrière une pochette qu’on dirait volée à une relance de Métal Hurlant (par exemple à un numéro spécial cyber romantisme, ce genre), il y a un nouveau disque de Manset (si tu n’as pas perdu ton prénom après 60 ans…) : au fond, il vient de là, de cette période année 1970 où s’est figé le fonds de son style, unique, une vision de la variété rock posée sur des guitares électriques ou acoustiques, des pianos, une voix toujours au bord de la rupture, poussée, ne cherchant jamais à faire joli, ni à plaire et des textes charriant des histoires de rapport aux autres, de géographies réelles ou mentales, avec une poésie parfois absconse, parfois lumineuse. Comme la face sombre et torturée post 1968, un cauchemar du Big Bazar en somme, même si, sans exagérer, on pourrait mélanger la chronologie de la sortie des albums de Manset, personne n’y verrait que du feu. Que je vous dise que ce disque est sorti en 1993 ou en 1987, peu d’indices vous diraient le contraire, OK, le son et la qualité des enregistrements, peut-être, me diront les spécialistes ORL. Continuer la lecture de « Manset, L’algue bleue (Parlophone) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Leandro Barzabal et Céleste Gatier, Meditate & Destroy (Les Disques Omnisons)

Records Ruin the Landscape est le titre d’un ouvrage de David Grubbs. Il y évoque la défiance que toute une scène expérimentale a très souvent manifesté envers l’enregistrement sur disque – la captation d’un moment forcément en-deçà de la puissance cathartique de l’improvisation. Aussi, un préjugé tenace qui n’est pas sans saisir l’auditeur.rice devant ce disque de Léandro Barzabal et Céleste Gatier. Deux figures bien connues de la scène expérimentale, improvisée et bruitiste parisienne – Non-Jazz/Sonic Protest/Broken Impro, – remarqué.es notamment par la dimension performée de leurs démarches respectives. Continuer la lecture de « Leandro Barzabal et Céleste Gatier, Meditate & Destroy (Les Disques Omnisons) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , ,

Cleaners From Venus, Midnight Cleaners (Man At The Off Licence, 1982)

Dans les années 80, le développement de la cassette audio conduit à une véritable révolution pour les musiciens. En l’espace de quelques années, il devient possible de s’enregistrer et distribuer sa musique depuis chez soi. Avant même l’avènement du P2P, la musique se diffuse à travers la poste, les fanzines et les passionnés de musique. Le groupe britannique Cleaners From Venus embrasse de toutes ses forces le do it yourself. En effet, la formation enregistre à la maison sur un 4 pistes puis propage la bonne parole à travers des K7 auto-éditées et des enveloppes pré-timbrées. Tout le monde peut copier la musique et même demander une pochette au groupe. Cette démarche, les Cleaners From Venus ne sont pas les seuls à l’avoir. Continuer la lecture de « Cleaners From Venus, Midnight Cleaners (Man At The Off Licence, 1982) »

à la une

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , ,

John Bramwell, The Light Fantastic (autoproduit)

Il a souvent été question de lumière dans les chansons de John Bramwell. L’éclat solaire impromptu saisi au détour d’un nuage, le scintillement discret d’une étoile dans un ciel nocturne, la lueur du matin qui colore la grisaille sans pour autant la dissiper totalement. La métaphore pourrait sembler convenue mais elle condense, en l’occurrence, quelque chose de bien plus substantiel dans cette écriture qui, depuis les premiers titres de I Am Kloot découverts il y a près d’un quart de siècle, s’attache à restituer le plus honnêtement possible les contrastes entre les trivialités éphémères et moroses du quotidien et la beauté que leur insuffle les formes poétique et musicale. Continuer la lecture de « John Bramwell, The Light Fantastic (autoproduit) »

à la une

Catégories sunday archiveÉtiquettes , , , ,

Savoir-Faire is everywhere

Rencontre avec Steve Albini après l’enregistrement de « Terraform » avec son groupe Shellac en 1997.

Steve Albini / Photo : Paskal Larsen (Angers, France, 1994)
Steve Albini / Photo : Paskal Larsen (Angers, France, 1994)

Alors qu’il enregistrait le nouvel album d’Héliogabale (1997), Steve Albini a quand même pris le temps de nous accorder une interview. Disponible, attentif, sûr de lui, loin de sa grande gueule légendaire, il nous parle du nouvel album de son groupe Shellac, insiste sur Métal Urbain avant de défendre son nouveau rôle de businessman. Par contre, si vous pensez qu’on lui posera des questions sur Kurt Cobain, vous vous trompez de magazine. Continuer la lecture de « Savoir-Faire is everywhere »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , , ,

Lias Saoudi / Fat White Family : « Nous avions deux Syd Barrett dans le groupe »

Lias Saoudi - Fat White Family / Photo : Alain Bibal
Lias Saoudi – Fat White Family / Photo : Alain Bibal

Pourquoi continuer de monter sur le ring lorsque l’on sait que chaque combat sera long, violent, laissera des séquelles et permettra à peine de payer le loyer ? C’est la question que doit se poser Lias Saoudi depuis les tout débuts de The Fat White Family, groupe dont il est le frontman. L’enregistrement de Forgiveness Is Yours, le quatrième album du groupe, a été marqué par le départ de Saul Adamczewski, membre fondateur, compositeur, visionnaire et dictateur après l’enregistrement d’un titre et demi. Nathan Saoudi, frère de Lias, compositeur au caractère obsessionnel et lui aussi despote, a disparu dans la nature à la fin des sessions. On ne sait toujours pas s’il fait encore partie du groupe. Dire que l’enregistrement de ce disque a été tendu est un euphémisme. Pourtant Forgiveness Is Yours est une réussite totale. Continuer la lecture de « Lias Saoudi / Fat White Family : « Nous avions deux Syd Barrett dans le groupe » »

à la une

Catégories pictures on my wallÉtiquettes , , ,

Pictures On My Wall : Philippe Dufour

James Leesley de Studio Electrophonique - décembre 2023, LEAF à Liverpool (détail) / Photo : Philippe Dufour
James Leesley de Studio Electrophonique – décembre 2023, LEAF à Liverpool (détail) / Photo : Philippe Dufour

Ce fût d’abord une silhouette, une présence discrète et régulière. Le constat d’une assiduité commune aux concerts – surtout ceux en appartement, organisés pour la plupart par Life Is A Minestrone – comme un gage de quelques passions partagées. Et puis, au fil des rencontres, on a fini par découvrir une petite partie de son travail. De son regard. Et on y a retrouvé les mêmes qualités, le même engagement à la fois respectueux et impliqué dans cette belle façon de restituer visuellement ce qui nous plait tant dans la musique de ces sujets. Et qu’il y a forcément, dans les photos de Philippe Dufour, des échos particulièrement résonnants de cette forme d’amateurisme qui n’exclut en rien l’exigence. Et dans laquelle on se retrouve souvent.
Continuer la lecture de « Pictures On My Wall : Philippe Dufour »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama : Penny Arcade

James Hoare / Photo : Kate Mount
James Hoare / Photo : Kate Mount

Une voix et un visage que nous connaissons depuis plus de dix ans déjà et pourtant, James Hoare présentait en début de mois, sous le nom de Penny Arcade, son premier album en solitaire. Membre de certains des groupes les plus marquants de la scène indie pop des années 2010 – Veronica Falls, Ultimate Painting ou Proper Ornaments –, l’Anglais s’était ces derniers temps retiré de l’effervescence de la capitale britannique pour se rapprocher de ses origines, à l’ouest du pays. On le retrouve avec Backwater Collage, un disque mélodieux, au son très clair et lumineux, tout en douceur et en lenteur ; mellow, dirait-on chez lui. C’est aux fondements de sa culture musicale qu’il revient aussi lorsqu’il commente les dix titres qu’il a sélectionnés pour nous. Il y a dans ses paroles des récurrences qui font sourire tant elles reflètent son identité musicale : la guitare comme colonne vertébrale, la nécessité du do it yourself, le minimalisme en maître-mot.

Continuer la lecture de « Selectorama : Penny Arcade »

à la une

Catégories avant-premièreÉtiquettes , , , , , , ,

Avant-première : Vertigo de Miki Berenyi Trio en vidéo

Miki Berenyi Trio / Photo : Sébastien Faits-Divers
Miki Berenyi Trio / Photo : Sébastien Faits-Divers

Depuis les tout débuts de leur histoire, c’était presque écrit – qu’ils finiraient par jouer ensemble. Ils ? Ce sont d’abord Miki Berenyi et Kevin J McKillop, longtemps couple à la ville sans même l’être sur scène – ce qui à l’époque des prémices de leur (Bella) union était comme impensable. Les tout débuts ? Les années 1990, une décennie pas si anodine que cela pour la musique moderne, pour pas mal de grandes et petites raisons, pour pas mal de raisons personnelles comme universelles. Sous couvert d’un de ces mouvements inventés de presque toute pièce par les hebdos britanniques – shoegazing ou sur un mode un peu plus ironique The Scene That Celebrates Itself –, Moose et Lush étaient souvent liés… Des histoires d’amitiés – voire un peu plus si affinité –, des histoires de marottes musicales et d’éducation… Je n’ai jamais su si c’était vrai, mais il se disait que les deux leaders de Moose avaient entre autres fait découvrir à Lush les rares disques d’American Spring – ce que Brian Wilson a sans doute fait de mieux dans sa carrière, soit dit en passant – et étaient ainsi à l’origine de la très belle reprise du classique perdu Fallin’ In Love (sur le EP Black Spring)… Et cette chanson aurait très bien pu faire partie du set que le Miki Berenyi Trio a donné  quatre soirs durant lors d’une escapade continentale qui l’a mené de Lille à Barcelone, en passant par les Vinzelles et Dijon. Continuer la lecture de « Avant-première : Vertigo de Miki Berenyi Trio en vidéo »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Broadcast, Spell Blanket (Warp)

La sortie de ce disque est l’événement le plus important, émouvant, depuis que l’homme a marché sur la Terre ? sur la Lune ? En tous cas, c’est bien plus qu’une collection de démos, c’est un monument, un cénotaphe élevé à la mémoire de Trish Keenan, chanteuse du groupe Broadcast, disparue en 2011 à l’âge de 42 ans, emportée par une pneumonie après avoir contracté la grippe H1N1 au retour d’une tournée en Australie. C’est à James Cargill, son complice, son frère chimique, que l’on doit cet ultime album. Totalement dévoué à chérir la mémoire de son âme sœur, Cargill a collecté dans les mini-discs, cassettes 4-pistes et autres bandes magnétiques laissés par sa compagne cette trentaine d’enregistrements, couvrant 4 ans de recherches sonores, s’aventurant dans toutes les directions. Il les a gardés intact, à l’état brut, en conservant précieusement les souffles, parasites, accidents, fragilités, les mixes sur bande parfois un peu sourds, nimbant ces enregistrements d’un halo surnaturel.

Continuer la lecture de « Broadcast, Spell Blanket (Warp) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , , ,

Mort Garson, Mother Earth’s Plantasia (Homewood Records, 1976)

Parfois les algorithmes font bien les choses. Dans les années 2000, Mother Earth’s Plantasia (1976) du musicien canadien Mort Garson s’infiltre dans les flux YouTube de nombreux utilisateurs du site. L’album hérite enfin du statut de disque culte après des décennies d’anonymat. Il n’est pas le seul à bénéficier de ce coup de pouce inattendu. L’artiste japonaise Midori Takada a par exemple connu un destin quelque peu similaire avec un album paru initialement en 1983, de même que le Français Dominique Guiot et son Univers de la Mer (1978). Ces succès semblent presque enchantés, un peu à l’image de la théorie qui poussa Mort Garson à enregistrer Plantasia quelques décennies plus tôt. Continuer la lecture de « Mort Garson, Mother Earth’s Plantasia (Homewood Records, 1976) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Matt Low, Une vie cool (Bleu Nuit)

Ah ben oui. Lui, tiens.

« L’homme aux cents blessures. » Qui peut s’entendre : « L’amour, sans blessure. »

C’est ça.

Disclaimer : c’est là où nous sommes, où nous en sommes, les premiers mots de la première chanson du dernier disque de Matt – je l’appelle par son prénom, lui, parce que je ne le connais pas de cet amour issu d’abord de sillons et de concerts, mais de vive vodka depuis flûte, plus de vingt ans et nos premières guitares, nos premières basses. C’est un frère, c’est la famille – même s’il est passé au mezcal entretemps, parfois, dit-il. Ça se comprend, ici le bourbon noie les dernières nuits de nos âges – sucrer ou fumer au lieu de brûler – la jeunesse passe et on cultive le jardin chaque lendemain du monde, chacun à nos façons et en nos compagnies, lui avec Jean-Louis Murat – qui l’a fait chanteur – et Elysian Fields – dont il est désormais le crucial bassiste. Un crucial artiste. Continuer la lecture de « Matt Low, Une vie cool (Bleu Nuit) »

à la une

Catégories sunday archiveÉtiquettes , ,

Dieu Sauvage

Il y a 20 ans, Nick Cave nous parlait de son nouveau double LP, récemment enregistré à Paris.

Nick Cave / Photo : DR
Nick Cave / Photo : DR

Alors qu’avec ses Bad Seeds, Nick Cave – que la vie n’a pas épargné ces dernières années –, s’apprête à sortir un nouvel album intitulé Wild God et annonce un concert à… l’Accor Arena le 17 novembre, retour sur la rencontre avec l’icône australienne qui accompagna la sortie du double album Abattoir Blues / The Lyre Of Orpheus. C’était il y a tout juste vingt ans. Et il s’est passé à peu près ça.

Détendu, souriant, drôle : ce n’est certes pas l’image traditionnelle que l’on se fait de Nick Cave, en particulier lors d’une journée promotionnelle. Pourtant, tel est l’Australien nouveau, visiblement très fier de ses deux nouveaux disques, Abattoir Blues et The Lyre Of Orpheus. Et il a de quoi. Ténébreux, vénéneux, dense et lumineux, en équilibre parfait entre apaisement et foisonnement, ce vrai-faux double album est sans doute l’œuvre la plus aboutie que l’homme ait jamais enregistré avec ses Bad Seeds. Il en explique ici le pourquoi du comment. Continuer la lecture de « Dieu Sauvage »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , ,

Jessica Pratt : « Je vis rarement dans le moment présent. »

Jessica Pratt / Photo : Samuel Hess
Jessica Pratt / Photo : Samuel Hess

Certaines personnes semblent atterries d’un autre espace-temps. Jessica Pratt, avec sa silhouette sombre et son visage baigné de lumière, comme échappée d’un tableau en clair-obscur, est de celles-ci. Ce n’est pas que dans son apparence, mais aussi dans la sérénité qu’elle dégage, dans la lenteur de ses mouvements. Alors quand elle évoque son coup de cœur pour Anatomie d’une chute, on est un peu décontenancés : on vit bien sur la même planète, on va au cinéma voir les mêmes films et on n’en peut plus de cette pluie qui ne s’arrête pas. C’est quand elle nous parle de sa tendance à la discrétion, à percevoir des fantômes et à vivre soit dans le passé, soit dans le futur, que l’on replonge dans l’image que l’on se fait d’elle depuis douze ans maintenant : une artiste mystérieuse si ce n’est mystique, abreuvée de folk et de rock sixties, révélée au sein de la scène freak-folk de San Francisco grâce notamment à Tim Presley et son label Birth Records, le premier à l’avoir accueillie. Jessica Pratt dévoilait hier un sublime quatrième album, Here in the Pitch, sur lequel rôdent les spectres de Burt Bacharach et Scott Walker ; rien de baroque toutefois, juste l’essentiel : des mélodies et de la mélancolie.

Continuer la lecture de « Jessica Pratt : « Je vis rarement dans le moment présent. » »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama : Corridor

Corridor
Corridor / Photo : DR

Le temps passe si vite, semble nous dire Jonathan Robert et les musiciens du groupe montréalais Corridor Dominic Berthiaume, Julian Perreault, Julien Bakvis, et leur complice de concerts Samuel Gougoux. Mourir Demain, premier single de ce quatrième album n’est pourtant pas une complainte pessimiste mais un morceau lumineux, une ode à un passage serein. Le temps passe, certes, « on vieillit, on fonde une famille, on ralentit les choses… » nous disent-ils. Mimi est un disque au spectre musical plus ouvert, qui s’émancipe de leurs débuts post punk pour explorer des terres plus mélodiques, comme si on ouvrait les fenêtres sur la nature après un temps enfermé chez soi. Avec une poésie psyché plus contemplative et assagie, Corridor s’inscrit une fois encore parmi ceux que l’on aime voir grandir. Pour célébrer la sortie de cet album à tête de chat, second du groupe signé sur l’étasunien Sub Pop (après un LP paru par chez nous), voici dix morceaux choisis avec cœur par Dominic Berthiaume. Continuer la lecture de « Selectorama : Corridor »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Les portraits sepia de John Canning Yates

John Canning Yates
John Canning Yates / Photo : DR

En 2004, John Canning Yates embarquait ses Ella Guru dans ses obsessions musicales avec The First Album. Publié chez Banana Recordings (où l’on a aussi pu écouter Art Brut), l’album empruntait des chemins balisés par la lumière qui émanent des disques de Low et de Lambchop. Il y a vingt ans, Liverpool écoutait Magic and Medicine des Coral, Manchester attendait un nouveau miracle dans la boutique Oasis et Sheffield ne s’était pas remise de la tornade Pulp. Ella Guru a publié un disque et est reparti discrètement. Depuis ? Silence radio. Violette Records (responsables de disques notables signés Michael Head, Studio Electrophonique ou The Reed Conservation Society), qui fait fi de la mode des radios FM, a écouté son instinct et permet aujourd’hui à John Canning Yates de faire son retour. Et quel retour. Continuer la lecture de « Les portraits sepia de John Canning Yates »

à la une

Catégories chronique réédition, mardi oldieÉtiquettes , , , , ,

Nico, The Marble Index (Elektra, 1968)

Nico, The Marble IndexC’est un calvaire, un Golgotha, un disque qu’il vaut mieux avoir sur la table qu’à l’esprit. Ce qu’un John Cale coupable en sourdine mais à peine, avait pris comme justificatif d’une déroute marchande annoncée.

« The Marble Index is an artefact, not a commodity.
You Can’t Sell Suicide. »

Cette image quand même, grand résumé parfait et moqueur de cette adolescence, la nôtre en adoration devant la figure d’un suicidé et la lente, patiente, archéologie de fait qui telle une enquête fantastique de Lovecraft nous ferait tracer les lignes de la connaissance rétrospective entre les Doors, l’incalculable Velvet Underground, et les inestimables Kraftwerk,  puis Can, trois groupes qui ont eu beaucoup de mal à descendre de l’ignoble piédestal où nous les avons placés pour l’éternité au nom de notre idolâtrie puérile mais toujours vivace pour Joy Division.

Continuer la lecture de « Nico, The Marble Index (Elektra, 1968) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Françoiz Breut, Vif ! (62 Records / PIAS)

Dans un univers fait de mille éclats et oscillant entre urbanisme bitumé et terres fertiles, Françoiz Breut déplie depuis vingt-sept ans son leporello poétique teinté de surréalisme et de ligne claire, que du très normal pour cette Bruxelloise d’adoption sans doute branchée depuis toujours sur le circuit alternatif de l’entre deux.

Son huitième album Vif !, sorti le 19 avril, convoque à la fois Desnos, Queneau ou Pérec pour les paroles et des univers sonores pop aux demi-teintes psychédéliques. Après avoir arpenté le bitume dans l’album précédent, Flux-Flou de la Foule, sorti en 2021 (PIAS), Françoiz change de décor et prend sa loupe d’entomologiste pour explorer librement une autre forme de vie. Continuer la lecture de « Françoiz Breut, Vif ! (62 Records / PIAS) »

à la une

Catégories playlistÉtiquettes , ,

LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS D’AVRIL 2024

Visuel : Pauline Nunez
Visuel : Pauline Nunez

C’est déjà notre cinquantième playlist de nouveautés du mois, comme le signalait très justement Coralie Gardet, instigatrice de l’ombre de cette sélection collégiale, imaginée par une bonne partie des contributeurs à Section26. Parmi ces 35 titres, au moins 10 morceaux en français dont 5 qui parlent du temps qu’il fait, à croire que ça nous tracasse… Avant les grandes chaleurs, voici notre récolte printanière, toujours à la croisée des chemins entre pop, indé, post-punk. Ecoutez-là avec la même passion qui nous a guidée à la composer.

Écoutez cette playlist sur votre plateforme favorite : YouTube, Deezer ou Spotify.
NDLR : Les playlists réalisées sur certaines plateformes ci-dessus ne comportent pas l’intégralité des titres de cette sélection commentée ci-dessous.

Continuer la lecture de « LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS D’AVRIL 2024 »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , ,

Selectorama : Dog Park

Dog Park / Photo : Clara de Latour
Dog Park / Photo : Clara de Latour

Plus d’un an que nous l’attendions, le premier album de Dog Park. Suite aux singles Sunny Decadence et Rewind, le quatuor parisien avait très vite enchaîné les belles dates en 2023 : la Boule Noire ou l’Auditorium de la Fondation Louis Vuitton à Paris, ainsi que plusieurs festivals estivaux en régions. Festina Lente est arrivé ce vendredi, porté par le label Géographie (Good Morning TV, Marble Arch…), comme un parfait préambule à un printemps qui, comme « festina lente » l’indique en latin, se hâte lentement. Dix chansons pop lumineuses aux mélodies entêtantes, au fil desquelles les quatre amis s’échangent les instruments et les micros, imprégnant chaque titre de leurs influences propres. Celles-ci se reflètent dans la sélection à suivre, puisqu’on y perçoit l’appétence d’Erica – par ailleurs moitié du duo Special Friend et aux voix chez eGGs– pour le rock alternatif américain des années 1990, celle d’Isabella pour les timbres veloutés aux accents jazz, la passion de Jean pour la pop à guitares ou la nostalgie poignante de Sarah ; autant de particularités coexistant dans un album néanmoins si fluide et harmonieux.

Continuer la lecture de « Selectorama : Dog Park »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Les Fulgurances de Silicone Values

Depuis plus de 20 ans, le label SDZ records trace sa route au gré de sorties de qualité, et a su dénicher bon nombre de groupes : Cheveu, The Limiñanas, The Mantles, Le Villejuif Underground, Exek, pour ne citer qu’eux. Nico, à la tête de cette petite affaire, un appétit musical féroce, ne se restreint à aucun genre, il est capable de sortir la musique expérimentale de CIA Débutante et Ricardo Dias Gomes autant que la pop bricolée des Helvètes Léopardo ou celle de Rose Mercie. Il y a quelque temps, il avait évoqué un groupe anglais obscur de Bristol dont on ne sait que peu de choses : Silicone Values, dont il écoutait attentivement les 45 tours ou morceaux postés sporadiquement sur le bandcamp du groupe depuis 2020. Continuer la lecture de « Les Fulgurances de Silicone Values »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

V/A, Born Bad Record Shop – 25 years Anniversary (Les Disques Les Mauvais Garçons)

Quatre ans après la compilation des 20 ans (fêtés en retard), le disquaire Born Bad revient avec un nouveau 33 tours sous les bras célébrant 25 ans d’activisme. Dans un contexte pas simple, profitons de cette occasion pour saluer le travail de fond de Born Bad et d’autres en France. Avec la flambée du prix des vinyles et plusieurs fermetures d’établissements, il faut plus que jamais défendre cette exception culturelle. Pour l’occasion la boutique Born Bad a mis les petits plats dans les grands en proposant une série de soirées et une compilation. Continuer la lecture de « V/A, Born Bad Record Shop – 25 years Anniversary (Les Disques Les Mauvais Garçons) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , ,

Guy Blackman, Adult Baby (Unstable Ape, 2007)

En 1977, peu après la publication de The Beach Boys Love You, Brian Wilson s’était attelé tant bien que mal à la réalisation d’une suite potentielle intitulée Adult/Child. Une référence aux théories – pas si vaseuses, pour une fois – du bon docteur Landy selon lequel ces deux termes seraient moins à considérer comme les deux phases linéairement successives de notre existence que comme les deux pôles alternatifs d’une même personnalité.  L’adulte qui assume les responsabilités et le contrôle et l’enfant qui sommeille et réclame, de temps à autre, son lot d’attentions et de soins ; l’adulte qui croit maîtriser les règles et l’enfant qui les apprend et les teste : de cette cohabitation duale et schizophrénique naitraient les plus belles créations. Continuer la lecture de « Guy Blackman, Adult Baby (Unstable Ape, 2007) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Cléa Vincent, Ad vitam ærtenamour (Midnight Special Records)

« Comme un voyage en avion,
un séjour en apesanteur
« 

Cléa Vincent, la femme aux mille visages, revient et reprend le fil de sa belle discographie officielle. Exit les aventures tropicalistes (Tropi-Cléa 1, 2 et 3), les addenda inattendus sous la forme de petits 45t pirate (Kim et Cléa, Quelque chose qui me chiffone), les projets de côté qui prennent la lumière (Les Clopes où Laurence Inutile, son alias, chante et compose des hymnes mélancolo-rigolo comme Eternellement Schlag), les disques pour enfants (Chansons douces et 36 touches avec à chérir pour toujours les petits bijoux Ecole militaire et Askip), exit tout ça. On oublie sans doute d’autres chemins de traverses tant la musicienne, productrice (on attend la suite des Sessions du carreau notamment) sait se démultiplier dans une histoire dense et déjà sertie de petites légendes : ce n’est pas donné à tout le monde de commencer sa carrière par un album « perdu » qui s’échange encore sous le manteau, ou d’animer un show vidéo qui revisitait avec bonheur les cases variétés TV, le fameux et malheureusement abandonné Soooo Pop, en accueillant Katerine, Christophe, Lio, et les nouvelles pousses de la chansons françaises. Continuer la lecture de « Cléa Vincent, Ad vitam ærtenamour (Midnight Special Records) »

à la une

Catégories sous surveillanceÉtiquettes , , , , , ,

Sous Surveillance : A Ghost Column

A Ghost Column
A Ghost Column / Photo : DR
Qui ?

Victoria RH (voix, guitares, claviers)
Sophie Ellison (guitares, voix)
Syd Kemp (basse, voix)
Callum Brown (batterie)

Où ?

Hackney, Londres Continuer la lecture de « Sous Surveillance : A Ghost Column »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , ,

Michel Cloup : « Coller avec le texte, sa palette de noirceur avec ses dégradés, du gris vers le noir » 

Détail d'une image du film "Ne Croyez Surtout Pas Que Je Hurle" de Frank Beauvais (2019)
Détail d’une image du film « Ne Croyez Surtout Pas Que Je Hurle » de Frank Beauvais (2019)

C’est peu dire qu’on suit depuis longtemps la non-carrière de Michel Cloup, j’écris non-carrière car on se doute qu’il s’agit plus d’une urgence personnelle à s’exprimer que d’un plan emploi. Si une seconde chose est claire, c’est qu’à travers une fidélité discographique au style qu’il s’est créé, le Toulousain sait aussi se placer là où on ne l’attend pas toujours. C’est le cas du travail effectué autour de l’œuvre littéraire de Joseph Ponthus il y a peu avec le compagnonnage de l’ami Pascal Bouaziz, c’est aussi le cas de ce ciné-concert qui cache une rencontre étonnante entre Ne croyez surtout pas que je hurle, le film essai de Frank Beauvais qui a défrayé la chronique cinématographique il y a quelques temps avec un inattendu succès critique pour un film fragile et minutieux, génialement fait à la maison. Étonnante rencontre où le musicien s’est mis au défi de s’introduire dans ce film constitué d’un montage absolument kaléidoscopique et vertigineux de micro-extraits d’autres films (de tous les cinémas) au service d’un journal très intime. A priori tout l’inverse d’un matériau susceptible d’intéresser le compositeur avide d’espace et de longues échappées. Mais Michel Cloup ne cherche jamais la facilité, ça c’est sûr. Entretien.

Continuer la lecture de « Michel Cloup : « Coller avec le texte, sa palette de noirceur avec ses dégradés, du gris vers le noir »  »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , ,

Selectorama : BMX Bandits

BMX Bandits / Photo : Harrison Reid
BMX Bandits / Photo : Harrison Reid

De temps en temps, mais rarement, il arrive que la vraie vie ne ressemble pas à un western de John Ford et donc, que les faits dépassent la légende. C’est exactement le cas dans l’épopée rocambolesque vécue par BMX Bandits, formation à géométrie très variable initiée en Écosse par le dénommé Duglas T. Stewart il y a près de 40 ans. Dans le désordre, elle a compté dans ses rangs de futurs Teenage Fanclub et The Vaselines, Kurt Cobain a déclaré qu’il s’agissait là du seul autre groupe dans lequel il aurait voulu jouer, des presque débutants nommés Oasis ont assuré sa première partie et un documentaire a même tenté dès 2011 de raconter tout ça et un peu plus… Et pourtant, tout ça, ce n’est rien comparé aux mélodies que seul ou en équipe, ledit Stewart est capable d’imaginer depuis les premiers jours. Le nouvel LP– douzième du nom – s’intitule Dreamers On The Run ne déroge pas à la règle et secondé ici par le benjamin Andrew Pattie, l’homme continue d’assouvir ses fantasmes pop. Des fantasmes qu’il égrène dans un selectorama regroupant dix chansons qui ont beaucoup compté à l’heure d’imaginer ce nouvel album. Continuer la lecture de « Selectorama : BMX Bandits »

à la une

Catégories hommageÉtiquettes , ,

Paskal Larsen (1965-2024)

Paskal Larsen / Photo : Benoit Grimalt
Paskal Larsen / Photo : Benoit Grimalt

« Au final, ce nouvel opus ne va pas décevoir les fans de la première heure, soit ceux qui ont été biberonnés au rock de Wire, Killing Joke, WarsawJoy Division, Crass, Gang Of Four, Red Lorry Yellow Lorry, Dead Kennedys, et faire agrandir leur tribut avec d’autres têtes en demandes de rock pas sage. » Ce sont les dernières lignes postées à la date du 11 avril dernier par Paskal Larsen sur son blog, au sujet du nouvel album de Frustration. Et ce seront les dernières : Pascal est décédé « des suites d’une longue maladie » ce mercredi 17 avril. Continuer la lecture de « Paskal Larsen (1965-2024) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , ,

Pernice Brothers, Who Will You Believe (Ashmont/New West)

Growing old seemed like death
to me when I was young.
Now I want to grow old.
And I want to belong.
Joe Pernice, How Will We Sleep

Dans Haute Fidélité de Nick Hornby (1995), le héros et ses adjuvants en érudition musicale éprouvaient toutes les peines du monde à concevoir la playlist idéale pour un enterrement – celui du beau-père de Rob. Cinq bonnes chansons évoquant la mort ? En dépit de leur connaissance encyclopédique des recoins les plus confidentiels de la pop, les trois disquaires ramaient lamentablement et finissaient par contourner la difficulté avec une pirouette et quelques rires. Trente ans plus tard, la tâche semble moins insurmontable. Nos figures de référence ont vieilli, et nous avec elles. Ou l’inverse. Continuer la lecture de « Pernice Brothers, Who Will You Believe (Ashmont/New West) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , , ,

The Last, L.A. Explosion! (Bomp!, 1979)

Dans les années soixante-dix, Greg Shaw met un nom sur la musique qu’il adore : la powerpop. Dans un numéro de la revue Bomp! il définit les tables de loi du genre. Dans un même élan sont associés Big Star, Badfinger, Blue Ash, Raspberries, The Move, Easybeats, The Beatles, The Who, The Creation et d’autres. En plus de l’écrit, le Californien se joint à l’action à travers un label du même nom que son fanzine. Sur Bomp! il publie de nombreux 45 tours de ces nouveaux groupes powerpop. Parmi eux, Shoes, The Romantics, 20/20, Flamin’ Groovies restent le temps d’un single puis rejoignent une major mais d’autres, comme The Last se fendent aussi d’albums. L.A. Explosion! sort ainsi en 1979. Le 33 tours du groupe de Los Angeles est au carrefour du foisonnement de l’époque. The Last croisent la scène hardcore (Black Flag, Redd Kross) à The Church et les prémices du son Paisley Underground (Bangles, 3 O’Clock) en concerts. Leur musique témoigne de cette ambiance si particulière. Continuer la lecture de « The Last, L.A. Explosion! (Bomp!, 1979) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Ed Harcourt, El Magnifico (Deathless Recordings)

Ed Harcourt est le dernier grand romantique. On le savait déjà, mais il nous le confirme avec ce nouvel album au titre évocateur, El Magnifico. Enregistré dans sa maison et dans une église, ce disque nous ramène à la grande époque de cet éternel jeune premier. Alors que le monde s’enflammait pour les Strokes (à juste titre) et pour le premier disque des Libertines (ce qui se discute), Ed Harcourt campait sur ses positions en s’enfermant avec un Death In Vegas et Gil Norton pour faire se rencontrer les disques de Radiohead et les débuts d’Elton John sur son premier album. Continuer la lecture de « Ed Harcourt, El Magnifico (Deathless Recordings) »

à la une

Catégories portfolioÉtiquettes , ,

Last Days of Sonic Protest

Dernière soirée de Sonic Protest au Théâtre de l’Echangeur samedi 30 mars 2024 / Photo : Philippe Lévy (détail)
Dernière soirée de Sonic Protest au Théâtre de l’Echangeur samedi 30 mars 2024 / Photo : Philippe Lévy (détail)

Vingt éditions du festival le plus anti-système et le plus déviant, un des seuls à pouvoir prétendre à remplir ses salles pendant près d’un mois avec des groupes parfois totalement obscurs, aux propositions sonores les plus folles, à travers un parcours de salles franciliennes, mais aussi à travers le pays, l’Europe. Au moment où l’équipe ont choisi de clore le chapitre, il est évidemment impossible de revenir chronologiquement sur ce parcours insensé. Pour saluer leur bravoure, nous avons choisi de proposer à l’un de nos photographes historiques, Philippe Lévy, de documenter les derniers jours de la fête. Avant que la vaillante équipe de Sonic Protest ne prenne un repos mérité, en imaginant qu’ils ne s’arrêteront pas de sitôt.
Continuer la lecture de « Last Days of Sonic Protest »

à la une

Catégories livresÉtiquettes , , , , , , ,

Jean-Louis Murat – Les Jours Du Jaguar, par Pierre Andrieu (Le Boulon)

Je me souviens très bien de cet instant-là. Quelques semaines à peine après m’être installé à une dizaine de kilomètres de Clermont-Ferrand, attablé à la terrasse d’un bistrot de la capitale arverne, mon ami Hervé – un gars vraiment du coin – m’a dit à peu près ces mots-là : “Tu verras, tu n’écoutes pas Murat de la même façon quand tu roules sur les routes auvergnates un jour d’automne… Il faut avoir vécu ça”. Quelques semaines plus tard, je crois qu’il m’avait dit à peu près la même chose au sujet du Steve McQueen de Prefab Sprout… Mais surtout, il avait raison – d’autant plus raison que Murat fut je crois très fan dudit Steve McQueen (l’album, pour l’acteur je ne sais pas), à tel point qu’il était allé jusqu’à louer les services du batteur Neil Conti, qui joue sur ce chef d’œuvre de 1985. Mais Hervé avait tort aussi : parce qu’il ne m’avait pas dit alors (alors, c’était vers 2011) qu’on n’écoutait pas non plus Murat de la même façon sur les routes auvergnates un jour de printemps. Parce qu’il ne m’avait pas dit l’effet que pouvait produire au hasard Le Lien Défait avec la chaine des puys comme ligne d’horizon dans un crépuscule naissant. C’est un effet dingue. Et un effet d’autant plus dingue quand on a appris quelques heures plus tôt, au détour d’un coup de téléphone à la fin d’une réunion, sa subite disparition… Continuer la lecture de « Jean-Louis Murat – Les Jours Du Jaguar, par Pierre Andrieu (Le Boulon) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Wesley Fuller, All Fuller No Filler (Cheersquad Records & Tapes)

Tout avait plutôt bien commencé pour Wesley Fuller. Quelques armes musicales collectivement fourbies, dans la première moitié des années 2010, sur la scène de Perth au sein de Hurricane Fighter Plane, le temps d’un single ou deux –  incidemment, on envie tous ceux qui n’ont pas encore eu l’occasion de jeter une oreille ravie sur I Can’t Win (2012), premier coup de génie power-pop, et sur son solo final à la Byrds. De quoi, en tous cas, attirer l’attention de James Endeacott – le directeur artistique de The Libertines et The Strokes – qui, sur la foi de ces fulgurances confidentielles, lui propose un contrat sur son label, 1965 Records pour y publier, coup sur coup, un premier Ep – Melvista (2016) – et un album – Inner City Dream (2017) suivis d’une longue tournée de près de deux ans. Jusqu’ici tout va bien, comme dirait l’autre : un jeune musicien hyperdoué enchaîne les étapes habituelles du parcours vers un succès mérité. Et puis ? Continuer la lecture de « Wesley Fuller, All Fuller No Filler (Cheersquad Records & Tapes) »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Selon Geo, vous êtes tous étranges.

Geo
Geo / Photo : DR

On vous en avait parlé dans un Sous Surveillance en 2021, les néerlandais Geo sortiront leur premier album début mai chez Erste Theke Tontraeger, un label Allemand de Mannheim à l’initiative d’un certain nombre de pépites punk et dérivées depuis 2010. Dans leur besace, pêle-mêle : Display Homes, Marbled Eyed, Powerplant, Prison Affair, Public InterestYou are all strange, premier titre en écoute, qui prouve que Geo est capable de ralentir le tempo et d’expérimenter. Un environnement sous influence New-Yorkaise ou Georgienne : ESG , Mars, Liquid Liquid ou Pylon en tête. Continuer la lecture de « Selon Geo, vous êtes tous étranges. »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , , , ,

The Mighty Lemon Drops, Happy Head (Blue Guitar, 1986)

En France, pour la musique d’outre-Manche, nous connaissons mieux la région des Midlands de l’Ouest à travers la ville de Birmingham (Black Sabbath, The Move, Dexys Midnight Runners, Broadcast, ELO…) ou Stourbridge (et son improbable scène Grebo). Pourtant, du coté de Wolverhampton, il s’est parfois aussi passé des choses. Dans les années 70, le club The Catacombs fut à l’avant garde de la northern soul, tandis que Slade frayait dans les charts avec leur glam-rock prolétaire. Plus proche de nous, Goldie, Cornershop ou les one-hit wonders de Babylon Zoo viennent du coin. The Mighty Lemon Drops se forment également là-bas en 1985. Continuer la lecture de « The Mighty Lemon Drops, Happy Head (Blue Guitar, 1986) »

à la une

Catégories Chronique en léger différé, livresÉtiquettes , , , ,

Close Up Daniel Darc par Marc Dufaud (Le Boulon)

Close Up Daniel Darc n’est pas qu’un livre de Marc Dufaud sur Daniel Darc, c’est un livre sur Daniel Darc et sur le cinéma et sur l’amitié.

En 1990, quand il a écrit le synopsis du film le Garçon Sauvage, au lendemain d’un concert au Gibus, Marc Dufaud a décidé de poser sa caméra – son regard – et de laisser la vie – celle de Daniel Darc, la sienne – se dérouler devant ses yeux. Il y aura, entre 1993 et 2004, quatre films – Le Garçon sauvage, White Trash, Les Enfants de la Blank, Rêve Coeur – puis en 2019, Pieces Of My Life, celui qui, pour reprendre l’expression de Marc Dufaud, les encapsule tous les quatre. Ces films, c’est une certaine idée du cinéma – poser sa caméra et regarder la vie – qui n’existe plus. Le cinéma aujourd’hui, à quelques exceptions près, n’est plus la vie – et la vie, quant à elle, c’est quoi ? – et c’est comme ça. Continuer la lecture de « Close Up Daniel Darc par Marc Dufaud (Le Boulon) »

à la une

Catégories livresÉtiquettes , , ,

Théo Lessour, Chaosphonies (Le mot et le reste)

S’intéresser à l’usage et à la fonction du désordre pour écrire un essai philosophique consacré aux musiques des contre-cultures n’est pas tout à fait dans l’ordre des choses et ce n’est pas moi que ça viendra déranger.

Rock indus, dub, noise, électro, blues et jazz ont toujours fait partie de mes paysages musicaux et ont peu à peu mis à jour les strates sédimentées d’une éducation musicale passive forgée au rythme des sons de la nature, aux volutes du free jazz paternel et aux vastes espaces psychédéliques du Floyd du grand frère, strates auxquelles s’ajoutaient les bluettes américaines et les tubes des Beatles propres au versant féminin de la famille. Sur ce compost, il fallut évacuer la frustration de ne pouvoir utiliser le tambourin de l’école comme bon me semblait, à savoir un chaos répétitif, bruyant et agité, résister à l’ennui soporifique du strident pipeau des années collège et retenir une voix sauvage, enjouée et pleine d’allégresse qui finit par se taire. Dans ce brouhaha éclectique et indompté, un chemin de K7 pirates se dessina embarquant tout le punk rock new wave des 80’s et ses suites électro compactes. Bref, un joyeux foutoir… Continuer la lecture de « Théo Lessour, Chaosphonies (Le mot et le reste) »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , , ,

Sean O’Hagan (High Llamas) : « Je ne veux pas être qu’un conservateur du musée de la musique »

Sean O'Hagan (High Llamas) / Photo : Simon Russell
Sean O’Hagan (High Llamas) / Photo : Simon Russell

Une semaine s’est à peine écoulée depuis la publication de Hey Panda et dans le Landernau – petit, convenons-en – des passionnés d’indie-pop, le débat commence déjà à faire rage. Sacrilège ! On entend de l’auto-tune sur le nouvel album des High Llamas, ces gardiens consacrés d’un temple dont les piliers semblaient sculptés, depuis plus de trente ans et donc pour l’éternité, dans le marbre inaltérable de Pet Sounds (1966). A chaque époque ses dogmes et ses trahisons, ses Dylan électriques et ses « Judas ! ». Toujours est-il qu’on ne peut pas feindre de s’épancher sur la Rétromanie galopante, déplorer que tout est déjà joué, rejoué et archi-joué et ne pas, au moins, consentir à jeter une oreille intriguée et admirative sur cette tentative pour rebattre aussi vigoureusement les cartes alors même que – coïncidence sans doute – un revival Microdisney bât son plein au Royaume-Uni après la diffusion toute récente d’un documentaire dont Sean O’Hagan pourrait se contenter d’assurer le service après-vente. Continuer la lecture de « Sean O’Hagan (High Llamas) : « Je ne veux pas être qu’un conservateur du musée de la musique » »

à la une

Catégories sous surveillanceÉtiquettes , ,

Sous Surveillance : Championne

Championne / Photo Aloïs Lecerf
Championne / Photo Aloïs Lecerf

Qui ?

À 8 ans, Mathilde Lejas assiste à son premier concert avec ses parents et est prise de plein fouet par l’énergie et l’émotion collective qui s’en dégagent. Des années plus tard, elle tournera un peu partout avec différents groupes, puis elle décide de s’affirmer, de transcender ses doutes et de lancer son projet solo, Championne. Un super nom, mais d’où vient-il, Mathilde ? « Je l’ai trouvé bien à l’arrache, 10 minutes avant de sortir mes toutes toutes premières démos. Je pense qu’il a une portée personnelle assez symbolique par rapport à mon parcours, comme un pied de nez aux freins que j’ai pu avoir dans mes différentes expériences, autant pros dans la musique que personnelles. C’est une petite victoire d’enfin réussir à se faire suffisamment confiance pour oser tout faire toute seule. Maintenant je n’ai besoin de personne pour faire ce que je veux et ça c’est cool. Et puis ça donne du courage aussi ! » Continuer la lecture de « Sous Surveillance : Championne »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , , , ,

Pan American & Kramer, Reverberations Of Traffic on Redding Road (Shimmy-Disc)

Pan American & Kramer, Reverberations Of Traffic On Redding Road (Shimmy-Disc)La plaie infestée du monde récent grouille de vers immondes. La saloperie la plus vile s’immisce partout, ça fait longtemps. Mais elle se cache de moins en moins. Avant les barricades, la nausée ultime ou plus vraisemblablement un suicide collectif, un sursaut illusoire, un peu de recul.

Le silence. Solution / Négation.

Les deux individus qui sévissent ici en sont grandement coutumiers. Gloire à eux, au plus haut des cieux. D’un côté Mark Nelson, sylphidre ambassadeur d’une contusion neigeuse chez Labradford, puis plus exotique en solitaire sous bannière Pan American. Puis récemment Anjou, vin de Loire qui a ses qualités. De l’autre Kramer, qui en dehors d’un CV de butor agrégeant les saintes écritures de notre grand monde parallèle en tant que producteur, restera aussi et surtout comme l’homme, qui, l’air de rien ou presque, amena un groupe de pop perverse qui s’ignorait encore (Galaxie 500, pour ne pas les nommer) vers un Everest de l’espace dans la dilution sonique. Continuer la lecture de « Pan American & Kramer, Reverberations Of Traffic on Redding Road (Shimmy-Disc) »

à la une

Catégories chronique nouveauté, mardi oldieÉtiquettes , , , , , , ,

Pete Astor, Tall Stories & New Religions (Tapete Records)

Quarante ans d’activité musicale, voilà qui n’est pas rien. Le flux des années s’accélère inexorablement et il est sans doute logique, peut-être inévitable, que les dernières œuvres de Pete Astor en portent la marque. Qu’il s’agisse d’évoquer avec une pointe de résignation sereine ce qui reste encore à créer à l’approche de l’échéance – Time On Earth (2022) – ou bien encore, comme ici, de se retourner quelques instants, le temps de contempler avec un regard différent quelques-uns des fragments impérissables de ce qui demeurera après la fin. Une œuvre, des chansons – douze en l’occurrence – souvent extraites des jalons les moins balisés de son répertoire et qui, rassemblées, semblent former un autre récit. Avec un sens intact de l’élégance et de la précision juste, Astor laisse ainsi le présent recolorer le passé. Continuer la lecture de « Pete Astor, Tall Stories & New Religions (Tapete Records) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Marie Klock, Damien Est Vivant (Pingipung)

« Qui est cette femme à l’étrange aura
qui n’achète rien d’autre
qu’une boule de mozzarella ? »

De son propre aveu (un temps d’échange avec l’artiste était organisé via une célèbre plateforme le 26 mars au soir), ces enregistrements étaient pour Marie Klock une façon de composer avec le deuil, la perte et le chagrin. Après la mort au printemps 2022 de Damien Schultz, poète, musicien et proche ami avec qui elle avait prévu d’enregistrer un disque, la jeune femme s’est isolée pour composer ce court album – 30 minutes – avec ce qu’elle avait sous la main : ses souvenirs, des textes, poèmes, textes de chansons de Damien, qu’elle avait collectionnés – celui-ci semant avec largesse sur les réseaux – et les instruments qu’elle avait sous la main. Habituée à la forme classique des chansons (on a bien dit la forme, parce que Marie Klock bousculait déjà le fond disons très libre de ces chansons, cf. son précédent et fondateur album éponyme paru chez les Disques de la Face Cachée), elle a dû forcément s’adapter à la forme des textes de son ami, délaissant le couplet-refrain pour des boucles, permettant aux mots  de se déployer dans leur grande crudité, leur pornographie, leur intensité, leur humour aussi. Continuer la lecture de « Marie Klock, Damien Est Vivant (Pingipung) »

à la une

Catégories réédition, sunday archiveÉtiquettes , , , ,

41 is 30

Le label bordelais Talitres réédite un des grands albums des américains Swell.

Swell
Swell / Photo : DR

« La France a toujours été accueillante pour Swell », écrivit laconiquement David Freel sur son clavier d’ordinateur en 2019 quand il répondit (par miracle) à un mail que je lui avais écrit. Swell était en pause plus ou moins définitive mais nous étions nombreux à espérer la fin de la retraite monacale de Freel. Le 12 avril 2022, cette retraite est devenue éternelle. Il y a quelques jours, le label bordelais Talitres a annoncé la réédition en vinyle de 41. Publié par American Recordings en 1994, ce disque eut fort à faire pour s’imposer dans les charts. Coincé entre Vauxhall and I de Morrissey et The Downward Spiral de NIN, 41 affronta également le dernier concert de Nirvana et l’arrivée d’Oasis. Les délicats clairs-obscurs de Swell échappèrent donc à la grande majorité. Éternel outsider, Freel noua une relation singulière avec la France. À tel point que ce fut Talitres qui s’occupa de la sortie de South Of The Rain And Snow (2007) et de Be My Weapon, le side-project d’un Freel en perdition. A l’occasion de cette réédition, retour sur les origines et le contexte de production du disque à l’époque avec Monte Vallier et David Freel.
Continuer la lecture de « 41 is 30 »

à la une

Catégories playlistÉtiquettes , ,

LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS DE MARS 2024

Visuel : Pauline Nunez

Une playlist de printemps qui commence comme un bourgeon qui éclot, entre la délicatesse d’un premier morceau signé A Ghost Column, la poésie de Broadcast, la beauté spectrale de ce titre de Jessica Pratt et la folk à l’os de Myriam Gendron. Oisin Leech, Adrianne Lenker et d’autres merveilles suivent. Plus besoin de vous forcer à appuyer sur la touche play, non? Les premiers rayons de soleil sont entre vos oreilles.

Écoutez cette playlist sur votre plateforme favorite : YouTube, Deezer ou Spotify.
NDLR : Les playlists réalisées sur les plateformes ci-dessus ne comportent pas l’intégralité des titres de cette sélection.

Continuer la lecture de « LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS DE MARS 2024 »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , , , ,

Les combats de Warietta

Warietta / Photo : Alan Muller
Warietta / Photo : Alan Muller

Il y a à peine deux ans, on avait vivement salué le travail de co-réalisation de Guillaume Marietta (avec Nicolas Drolc pour Les Films Furax) du documentaire sur La Grande Triple Alliance Internationale de l’Est, où l’agitation et la créativité du collectif messin explose de tous les pores du film. Un film qui lui a permis de « me reconnecter à mes racines. Avec Nafi (Noir Boy George, Scorpion Violente) et Thierry (Dustbreeders) nous avons reformé le groupe FUNK POLICE. Le nouveau set sonne comme PiL et The Fall en pleine apoplexie. » Entre temps, il a continué son chemin en solo, après quelques démos pour Arvo Disques et la BO du docu chez Les Disques de la Face Cachée. Activité démarrée en 2015 avec le LP Basement Dreams, en parallèle à des projets comme A.H. Kraken, Plastobéton ou The Feeling Of Love. Handkuss Jesus, son nouvel album prévu pour  le 17 mai, sortira sur Cutter Amer, un label qu’il a lui-même monté pour l’occasion.« La plupart des labels ne s’en sortent plus financièrement et ont perdu la joie nécessaire à ce type d’entreprise. Quand j’ai vu qu’Exek sortait leur dernier album sur leur propre label, j’ai senti que c’était la seule solution à suivre pour le moment. ». Continuer la lecture de « Les combats de Warietta »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , ,

Julia Holter : « La pop obéit à une logique qui est au-delà de moi »

Julia Holter / Photo : Camille Blake
Julia Holter / Photo : Camille Blake

C’est toujours un plaisir de s’entretenir avec Julia Holter, même quand le jetlag amplifie sa tendance à hésiter et chercher ses idées en triturant ses longs cheveux, parsemant ses réponses de silences. La Californienne, qui fêtera ses quarante ans en décembre prochain, était de passage à Paris il y a quelques semaines pour présenter son nouvel album Something in the Room She Moves (clin d’œil plus ou moins fortuit aux Beatles). Plus de cinq ans après le profus et labyrinthique Aviary, magistralement porté sur scène avec une formation élargie, ces dix compositions marquent le retour à une forme plus compacte, mais pas exempte d’expérimentations (Meyou, Ocean…) parfaitement maîtrisées. Continuer la lecture de « Julia Holter : « La pop obéit à une logique qui est au-delà de moi » »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

The Jesus And Mary Chain, Glasgow Eyes (Fuzz Club)

Il était grand temps de s’en rendre compte, malgré leur classicisme avoué, les frères Reid n’ont jamais trop été à la traine d’une certaine modernité. Si les saillies de soudards de Psychocandy définissent aujourd’hui un continent entier avec ses réussites (le seul plot MBV fera à lui seul une assez belle guerre coloniale) et ses aberrations, soit tout ce qui en découle depuis le nouveau siècle, peu ou prou, les plus rétrogrades étant paradoxalement les moins couillons. En 1986, alors que le monde faisait mine ou semblent de découvrir que le hip hop et le binaire n’étaient pas forcement antinomiques (Walk This Way), les deux têtes de mort prenaient des notes, utilisant déjà, quand nécessité faisait loi, la beat box sur Darklands et allaient recracher la leçon façon foutre et ciment sur l’excellent Sidewalking (1988) puis tenter, en pure perte (vraiment ?) de faire un clin d’œil glorieux mais tardif à Public Enemy avec Reverence (1992). Continuer la lecture de « The Jesus And Mary Chain, Glasgow Eyes (Fuzz Club) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Adrianne Lenker, Bright Future (4AD)

Is this what you wanted ?
To live in a house that is haunted
By the ghost of you and me

Un grain de sel, jamais sur les plaies.

Qui publie donc entre deux tours de Terre en 2024 un disque enregistré en 2022, si vraisemblablement brut que l’on pourrait oublier de se cogner dedans, glisser entre des ondes, pleurer des fantômes. Lenker en est à plus d’une demi-douzaine de merveilles de disques, seule ou avec Big Thief, et l’on craint pour elle, chaque nouvelle fois, pour nous : sera-t-on déçu·e ? Continuer la lecture de « Adrianne Lenker, Bright Future (4AD) »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , , ,

Balade franco-coréenne avec Freshberry

Freshberry
Freshberry / Photo : DR

Le label Si Moiré Disques mené par Lois (Atheltico, Ex – Futur) s’était fait plutôt discret depuis quelques temps. Récemment sur le bandcamp du label, une chanson est apparue, celle du duo Freshberry, composé de Pierre (Bisou de Saddam, Albinos Congo, Ex -Futur …) et de sa compagne Jiyeonne, originaire de Corée du Sud et vivant à Paris depuis 2014. Depuis 2019 , les amoureux jouent ensemble, Jiyeonne à la composition et à la voix ensorcelante, Pierre à la guitare et à l’enregistrement. Quelques EP’s sont déjà disponibles à l’écoute sur leur bandcamp. Lors de leur voyage en Corée en Janvier dernier, ils décident de revisiter et d’enregistrer un classique du rock Coréen, Youth du trio San Ul Lim. Fidèle à la version originale sortie en 1981, Freshberry l’étire, lui donne une dimension lunaire. C’est harmonieux, la voix et les guitares sont cristallines. Une reprise originale annonciatrice d’un album à venir au courant de l’année, qui sera pour sûr aussi original que cette jolie balade. Continuer la lecture de « Balade franco-coréenne avec Freshberry »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , , ,

Veronica Falls, id. (Slumberland, 2011)

Veronica Falls est apparu un jour de 2010 avec un grand 45 tours, Found Love in A Graveyard. Publiée conjointement par Captured Tracks et Trouble Records, la chanson prend aux tripes. Derrière ce coup d’éclat, quatre musiciens déjà expérimentés. Si Veronica Falls apparaît à Londres, la formation cultive ses racines et son histoire si particulière du côté de Glasgow. Roxanne Clifford (chant, guitare) et Patrick Doyle (batterie) jouent ensemble dans The Royal We. Le groupe sort,  en 2007, un unique album pour Geographic, un label de Domino géré par Stephen Pastel. Les deux musiciens continuent ensuite sous le nom de Sexy Kids. Ils rencontrent le guitariste et chanteur James Hoare (Your Twenties) à un concert de Comet Gain. Enfin, la Française Marion Herbain apprend la basse et complète alors Veronica Falls. Ces quatre là vont créer un son unique et très cohérent. Continuer la lecture de « Veronica Falls, id. (Slumberland, 2011) »

à la une

Catégories livresÉtiquettes , , , ,

Ivan Jablonka, Goldman (Seuil)

On ne peut rester sourd quand ça appelle, quand sur son rayon de médiathèque l’ouvrage frémit, implore de ses yeux ronds et mouillés parce que l’on a réprimé l’achat mais pas l’envie de lire, la curiosité inexprimable, deux noms, Jablonka et Goldman – on aime l’histoire de tout si l’on aime l’histoire.

Et cette lecture d’un week-end – ne pas exagérer l’ampleur proclamée de cette biographie socioculturelle ou science humanisée ou je ne sais – pourrait rester dans l’alcôve discrète, un événement privé, personnel, sans grand rapport avec la pop moderne qui nous occupe, si elle n’avait persisté malgré tout, et comme toujours le font le privé et le personnel, à informer notre rapport au goût, et donc la relation à l’instant, à la rencontre – la relation à la relation – la relation dans la relation. Continuer la lecture de « Ivan Jablonka, Goldman (Seuil) »

à la une

Catégories chronique rééditionÉtiquettes , , , , , , , , ,

Les bugs de l’an 2000

Retour sur la scène glitch des années 1990/2000 à travers trois rééditions.

Héliophore de laHéliophore de la collection Prospective XXIe siècle du label Phillips collection Prospective XXI du label Phillips
Héliophore de la collection Prospective XXIe siècle du label Philips

Il y a quelque chose de frappant lorsqu’on fait retour sur la musique électronique des années 1990, celle des labels Mille Plateaux, Mego, Scape ou encore Raster-Noton : une forme d’optimisme moderniste, d’élan avant-gardiste, qui résonne aujourd’hui d’une manière résolument mélancolique. Un peu comme les pochettes à partir d’héliophores de la collection Prospective XXIe siècle du label Philips, ou encore ces vielles photos de studios de recherche comme ceux de la WDR ou du GRM, qui témoignent d’un progressisme radical ouvrant sur une forme paradoxale de nostalgie. Méditer sur les futures perdus, sur une utopie au statut spectral, tel pourrait en effet être la signification fondamentale du rétrofuturisme si présent lorsqu’on se penche sur les musiques électroniques de cet âge d’or post-rave. Continuer la lecture de « Les bugs de l’an 2000 »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama : Klaus Johann Grobe

Klaus Johann Grobe
Klaus Johann Grobe / Photo : DR

Il y a beaucoup de changements de directions dans ce nouvel album de Klaus Johann Grobe. Dix ans après leurs débuts, le duo Zurichois a pris son temps pour composer, puisque six ans séparent ce Lo Tu Il Loro du précédent, Du Bist So Symmetrisch. Pandémie, tout ça, sans doute ; toujours est-il que Dani et Sevi l’ont écrit en deux semaines dans un chalet d’une vallée suisse un peu perdue, au même endroit que leur premier album. Cette fois, on s’éloigne de la marque de fabrique KJG, faite de kosmische disco, de pop synthétique et de chansons dans la langue de Goethe. Continuer la lecture de « Selectorama : Klaus Johann Grobe »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , , , ,

Broadcast : Never Ending Love

Trish Keenan - Broadcast / Photo : James Cargill
Trish Keenan – Broadcast / Photo : James Cargill

Dans le dossier consacré à Broadcast dans le n° d’octobre 2009 du magazine The Wire, James Cargill et Trish Keenan annonçaient que le prochain album de Broadcast était prêt au trois quarts mais qu’il ne pourrait être finalisé qu’après une tournée de concerts en Australie. En janvier 2011, Trish Keenan était emporté par une pneumonie au retour de cette tournée. On ne s’est jamais remis de cette disparition. Il a fallu du temps avant de pouvoir réécouter les disques. Le 28 septembre dernier, jour de l’anniversaire de Trish Keenan, James Cargill a posté la pochette de Spell Blanket, une collection de démos et de chansons inachevées issues des archives sur mini-disk de Trish, comprenant les chansons de l’album prêt au trois quarts, à paraître courant 2024. Continuer la lecture de « Broadcast : Never Ending Love »

à la une

Catégories post liveÉtiquettes , , ,

Pram, Dans les rêves des années

Pram à Petit Bain, le 20/03/2024 / Photo  : Jacques Courcelles
Pram à Petit Bain, le 20/03/2024 / Photo : Jacques Courcelles

Jouer la musique de votre jeunesse, est-ce une option viable ? Tout dépend de la musique. Un peu plus de 30 ans après leurs premiers disques, les Anglais de Pram sont revenus jouer en France. Certains se souviennent de leur premier concert à Paris, dans l’arrière salle d’un restaurant : à l’époque, tout était de fortune, et la chanteuse avait posé son petit clavier sur une planche à repasser. D’autres ont gardé en mémoire leur passage au Batofar au début des années 2000. Tous ont en tête la beauté fragile du groupe, son sens de l’équilibre et son instinct pour les morceaux joués comme en fausses boucles humaines.  Continuer la lecture de « Pram, Dans les rêves des années »

à la une

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , ,

KCIDY, Quelque Chose De Bien (Vietnam / Wagram)

Après Les Gens Heureux (2021), la musicienne KCIDY revient avec Quelque Chose de Bien, un nouvel album sur le label Vietnam (H-Burns, Pharaon De Winter, O, Chevalrex). De son vrai nom Pauline Le Caignec, la chanteuse, autrice et compositrice a joué dans de nombreuses excellentes formations (comme Tôle Froide, par exemple) dans la dernière décennie. Quelques Chose de Bien retrace ces rencontres. Comme pour le précédent album, KCIDY est accompagné par des membres de Satellite Jockey (Rémi Richarme, Florien Adrien) de même que Mathias Chirpaz. À cela s’ajoutent quelques invités dont Arnaud Sèche (Ojard, Forever Pavot), Alexis Persignan et Morgane Carnet. Margaux Bouchaudon (En Attendant Ana, EggS) et Alexis Fugain (Biche) assurent également les chœurs d’une chanson. Ce dernier enregistre aussi en partie l’album dans son studio, avec son complice Vincent Hivert, ainsi qu’au mythique Black Box d’Angers (Sloy, Les Thugs, Shellac, Chokebore etc.). Si de nombreux convives sont présents, ils participent à un album aussi personnel que singulier. Continuer la lecture de « KCIDY, Quelque Chose De Bien (Vietnam / Wagram) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , ,

Pram, The North Pole Radio Station (Domino, 1998)

Aurait-on oublié ce grand groupe anglais ? Surtout pas ! Dans les années 90 et 2000, Pram jouait entre les genres et faisait découvrir des pans entiers d’innovations musicales. Toujours stimulante et hautement psychédélique, leur musique est à entendre ce mercredi 20 à Petit Bain. À l’occasion de ce concert rare, nous rééditons une chronique d’époque, sur un disque sublime et toujours d’actualité. Au diapason des frontières.

Continuer la lecture de « Pram, The North Pole Radio Station (Domino, 1998) »

à la une

Catégories hommageÉtiquettes , , ,

Une tentative d’évoquer le geste guitaristique de Frank Darcel…

Frank Darcel sur scène au Liberté de Rennes / photo : Karine Baudot
Frank Darcel sur scène au Liberté de Rennes (détail) / photo : Karine Baudot

J’avais 12 ans lorsque Marquis de Sade a fait irruption dans ma vie par la radio, dont le merveilleux berceau sonore en grandes ondes épanouissait ce Conrad Veidt dans un magnifique ample-rêche électrisant qui fracassait le hit parade dans lequel il s’était immiscé par miracle et circonstances.
Le poésie des grandes ondes, c’est qu’elles admettaient la distance dans la transmission : tout cela venait de loin. Conrad Veidt m’a donc happé dans ma chambre encore pleine de jouets, en étirant mes imaginaires vers le Grand Ouest battu par les vents et un Très Grand Est qui résonnait ainsi de sa propre histoire, offrant un écho subversif et magnétique à celle que j’apprenais au collège. Continuer la lecture de « Une tentative d’évoquer le geste guitaristique de Frank Darcel… »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Camille Bénâtre, Dommage (Hidden Bay / Idol)

« Je n’étais qu’à l’ombre de toi,
l’ombre de moi
»

Dans les interstices du métier de chansonnier se glissent régulièrement des personnalités discrètes animées par la passion, et l’amour du travail bien fait. La musique, non comme un chemin vers la reconnaissance ou le succès – s’il arrive, on ne dira pas non, mais plus comme un défi personnel. Camille Bénâtre qui définit lui-même, dans l’entretien donné à l’arrière-magasin il y a quelques semaines, ce « petit artisanat », semble fait de ce bois dont sont faites ses guitares : acoustiques, ou légèrement électriques, elles dominent Dommage, un bel album de songwriter dans une tradition intime que l’on tendrait de Paul Simon à Lilac Time par exemple ou par ici du côté de Maxime Le Forestier, Yves Simon ou Julien Baer. Continuer la lecture de « Camille Bénâtre, Dommage (Hidden Bay / Idol) »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , , ,

S.T.T.O, des mal-nés aux mauvais garçons.

STTO
STTO / Photo : DR
A notre connaissance, aucun groupe français n’avait eu l’idée de reprendre un morceau des Eddy Current Suppression Ring, le groupe de Melbourne dont le dernier album remonte à 2019. Service Du Télé Travail Obligatoire (S.T.T.O.), soit Olivier à la guitare-chant, Emmanuel à la guitare, William à la basse et Paul à la batterie, (que vous avez peut-être dû croiser au comptoir du Rochelle devenu Désordre dans le 11ème, où ils traînent leurs guêtres) s’y sont collés, et avec brio. En bons aficionados de la terre Australe, avec un son cinglant, singulier et conforme au morceau original, c’est-à-dire une guitare hypnotique, une basse qui gronde dans le fond et une batterie solide. Continuer la lecture de « S.T.T.O, des mal-nés aux mauvais garçons. »
à la une

Catégories interviewÉtiquettes , ,

Les Noces d’or des Nits

Pour leur 50 ans de carrière, les néerlandais reviennent sur 5 albums juste avant leur concert parisien au Trianon.

Nits / Photo : Wim van de Hulst
Nits / Photo : Wim van de Hulst (détail)

Cinq jalons – un par décennie – pour évoquer cinquante ans de carrière. C’est évidemment bien trop peu pour rendre compte de l’extraordinaire foisonnement de la discographie des Nits. Il a donc fallu choisir, avec toute la part d’arbitraire que comporte une sélection subjective, retrancher, restreindre, regretter. Mais surtout réécouter tous ces albums très différents, souvent, les uns des autres mais jamais inintéressants ni dépourvus de qualités ou d’exigences. Ceux que l’on a toujours conservé au plus près du cœur, depuis l’acquisition impulsive d’un triple album live – le ratio quantité/prix était encore un facteur non négligeable des arbitrages d’achat, à l’époque –  à la FNAC de Metz, juste après le Bac en 1989. Continuer la lecture de « Les Noces d’or des Nits »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , ,

Selectorama : Nicolas Moog

Extrait de Vivre libre ou mourir, Punk et Rock Alternatif en France (1981 - 1989) par Arnaud Le Gouëfflec et Nicolas Moog (Glénat)
Extrait de Vivre libre ou mourir, Punk et Rock Alternatif en France (1981 – 1989) par Arnaud Le Gouëfflec et Nicolas Moog (Glénat)

 

Nicolas Moog
Nicolas Moog

Vous souvenez-vous de la merveilleuse bande dessinée Underground, parue il y a trois ans aux éditions Glénat, ouvrage indispensable qui proposait une formidable plongée dans l’univers des outsiders du rock ? Nous avions eu la joie, il y a trois mois, de découvrir l’excellent Selectorama d’Arnaud Le Gouëfflec, scénariste qui avait signé les textes érudits de cette petite Bible des marginaux de la musique populaire. Nous accueillons aujourd’hui Nicolas Moog, son fidèle acolyte, dessinateur surdoué au trait digne de Daniel Clowes, qui officie également dans le groupe Thee Verduns. Nous ne boudons pas notre plaisir de célébrer la sortie de leur tout nouvel opus de 180 pages Vivre libre ou mourir (toujours chez Glénat), consacré à l’histoire du rock alternatif et du punk en France de 1981 à 1989, basé sur les témoignages de membres des grandes figures de l’époque : les Bérus, Métal Urbain, les Wampas et consorts. Rappelons par la même occasion qu’un deuxième volume d’Underground est en préparation. Continuer la lecture de « Selectorama : Nicolas Moog »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , ,

Myriam Gendron, Long Way Home

Myriam Gendron
Myriam Gendron

Après l’effarement de la découverte ébahie de Ma Délire- Songs of Love, lost and found il y à déjà trois ans; disque immense qui nous valu une courte chronique intime et ébaubie, on commençait à trouver le temps long sans Myriam Gendron. Mayday, qui comme son nom l’indique nous arrivera sur une date lourde de symboles (le 10 Mai) avec des invités de luxe (Bill Nace, Jim White) et un spleen qui semble toujours prêt à lacérer l’apathie pour percer le jour. Premier extrait, Long Way Home fait très bien son petit travail préventif en envisageant les noces improbables entre Joan Baez et Tim Buckley, enfin plus précisément l’immense styliste qui enlumina sa vision, le génial Lee Underwood. Continuer la lecture de « Myriam Gendron, Long Way Home »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

The Tyde, Season 5 (Spiritual Pajamas)

The Tyde Season 5Trois points de Mellotron et une cascade, que dis-je, une myriade d’arpèges spleenétiques, ce petit motif imparable, cette chanson de rupture, de renonciation, de colère rentrée, de cœur en morceaux. All My Bastards Children, en ouverture de Once, premier album de The Tyde paru en l’an 2000 sur Track & Field. Il ne s’en est pas fallu beaucoup plus pour que le grand* Darren Rademaker devienne immédiatement un ami. Et infuse par la suite des évènements que ce soit sous l’alias matrimonial Frausdots ou une proximité de fait (de Felt ?) avec les faux jeunes de Girls, une présence discrète mais effective dans les grands moments de la RPM. The Tyde, en outre, fera à maintes occasions une sorte d’unanimité écrasante dans nos cœurs, d’une façon rarement aussi unanime, une trop rare collégialité rédactionnelle. Continuer la lecture de « The Tyde, Season 5 (Spiritual Pajamas) »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Les blagues qui tuent d’Amen Dunes

Amen Dunes / Photo : Michael Schmelling
Amen Dunes / Photo : Michael Schmelling

L’outsider et voyageur américain Damon McMahon revient avec son septième album Death Jokes à paraître chez Sub Pop Records en mai prochain. Avec l’envie de se dépasser et de sortir de sa zone de confort, celle où il à toujours su bricoler de magnifiques chansons avec la volonté de peu de moyens. Purple Land est une chanson en trois temps, qui débute comme un simple morceau pop et migre en essai où il apprivoise le synthétiseur, la boîte à rythmes et les superpositions de sons. En retrait, une guitare et une basse en clôture pour mieux nous laisser envoûter par sa voix qui illustre les fragilités de la vie dans ses paroles. Continuer la lecture de « Les blagues qui tuent d’Amen Dunes »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , , ,

The Romantics, Id. (Epic / Nemperor, 1980)

Selon la légende, leur premier concert eut lieu un treize février. The Romantics se forment, en tout cas, à Detroit en 1977. La région Midwest abrite alors une belle scène powerpop, notamment dans l’Illinois voisin (Cheap Trick, Pezband, Shoes, Vertebrats). Le Michigan peut quant à lui compter sur une forte tradition soul (Motown) mais aussi garage-rock (Bob Seger System, The Rationals, Question Mark and the Mysterians etc.), proto-punk (The Stooges) et high energy. Les Romantics font d’ailleurs leurs débuts sur scène en première partie d’une reformation des MC5. Le groupe évolue parfaitement dans cette ambiance musicale électrique. Leur powerpop doit en effet autant, si ce n’est plus, aux héros locaux qu’à la british invasion. Continuer la lecture de « The Romantics, Id. (Epic / Nemperor, 1980) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Gilles Poizat, Trouvé Perdu (La République des Granges / Carton Records)

« La première fois que je vous ai vue,
je me suis trouvé, je me suis trouvé,
et perdu, et perdu, et perdu » 

Quand la musique tient à une sorte de révélation, ou disons qu’elle se révèle sans besoin d’autre chose que d’elle-même. A l’heure où l’on demande aux musiciens d’assurer leur promotion à travers une omniprésence sur les réseaux, de produire la théorie et le mode d’emploi qui vont avec leurs productions, de se construire une image si ce n’est un look (ce mot des années 80) pour se faire remarquer, que certains s’y prêtent à contrecœur ou avec beaucoup d’allant, d’autres semblent ne pas trop s’intéresser à la question. C’est le cas de Gilles Poizat qui déboule sans crier gare avec une proposition radicale, mais tout à fait amicale. Continuer la lecture de « Gilles Poizat, Trouvé Perdu (La République des Granges / Carton Records) »

à la une

Catégories sunday archiveÉtiquettes , , , ,

Tim Keegan, Foreign Domestic (Label of Love, 2007)

Depuis vendredi dernier, le premier album solo de Tim Keegan, échappé alors de Departure Lounge – qu’il retrouvera des années plus tard –, est disponible sur les plates-formes d’écoute, dix-sept ans après sa parution originelle. Une sortie qui avait bercé pas mal de nuits plus ou moins blanches – et d’apéritifs pas qu’au vin blanc – dans les locaux de la RPM canal historique… Il faut dire que le garçon, que nous croisions alors parfois dans les rues de Paris, avait enregistré un disque sur (dé)mesure pour certains des membres (peut-être bien la majorité) de cette équipe faite de bric, de broc et plutôt de choc. Il y a toutes ces années donc, j’avais écrit ce texte au sujet de cet album que j’avais enfoui un peut trop profondément dans ma mémoire – et que je réécoute en boucle depuis trois jours maintenant, à tel point que je ne comprends pas pourquoi je l’avais ainsi mis de côté (les déménagements et les aléas de la vie n’expliquent pas tout). Aujourd’hui, débarrassé de certains tics et d’une passion pour les adverbes et adjectifs, j’écrirai sans doute complètement différemment au sujet de ce disque assez sublime, de ces chansons presque parfaites – mais je crois que j’essaierai de dire exactement la même chose… Continuer la lecture de « Tim Keegan, Foreign Domestic (Label of Love, 2007) »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , ,

Slowdive : « La stratégie et nous, ça fait deux »

Slowdive / Photo :  Ingrid Pop
Slowdive / Photo :  Ingrid Pop

Voir un album comme Everything Is Alive de Slowdive percer le top 10 dans plusieurs pays fait aujourd’hui presque figure d’anomalie. Plus aéré et moins noisy que le précédent, il semble regarder dans le rétroviseur avec nostalgie, sans jamais singer le passé. Everything Is Alive devait à l’origine être un projet plus électronique, à l’image des maquettes composées par Neil Halstead, un des compositeurs les plus sous-estimés de sa génération. En ce sens, nous aurions pu nous attendre à un album proche de l’incompris (à l’époque de sa sortie) Pygmalion. Il n’en sera rien à l’arrivée, l’ombre de Robert Smith planant autant que celle de Brian Eno sur ce qui est à ce jour une des pièces maîtresses de la discographie du groupe. Sans révolutionner ce qui fait leur marque de fabrique, des voix à peine perceptibles, une musique entre la mélancolie et l’extase, Slowdive réalise un tour de force, sans doute grâce à la technologie moderne et à l’absence totale de pression. Mais surtout par un plaisir perceptible, qui est confirmé par les trois hommes de l’ombre du groupe, Nick Chaplin, Simon Scott et Christian Savill. Loin d’être des faire-valoir de Neil Halstead et Rachel Goswell, ils apportent durant cet entretien réalisé dans les loges de La Cigale lors de leur dernier passage à Paris, une vision différente du fonctionnement du groupe et de son état d’esprit actuel, et reviennent également sur la carrière du groupe dans le passé, sans aucune rancœur malgré les épreuves traversées. Continuer la lecture de « Slowdive : « La stratégie et nous, ça fait deux » »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , ,

Selectorama : Astrel K

Astrel K
Astrel K / Photo : Lewis Lonly

The Foreign Department, titre du nouvel album d’Astrel K, c’est certainement la Suède, où l’anglais a déménagé il y a quelques années suite à la perte de la maison dans laquelle les membres d’Ulrika Spacek, dont il fait partie, vivaient et travaillaient. Un exil sentimental, où il commence à composer en solo, la nuit. Il s’échappe des structures complexes et déconcertantes du groupe pour une bedroom pop luxuriante, riche en émotions et en textures qui pourrait aisément se classer auprès de ses compatriotes de Stereolab ou Broadcast, portée par sa voix aérienne.

Astrel K sera en concert le vendredi 7 juin à la Mécanique Ondulatoire à Paris et le samedi 8 juin au festival Pies Pala Pop #3 à Rennes

Continuer la lecture de « Selectorama : Astrel K »

à la une

Catégories billet d’humeurÉtiquettes , , ,

Annie Ernaux : « On ne sort pas du désir dans la chanson »

Pour l’écrivaine Prix Nobel, qui présente une exposition photo à la MEP à Paris, la musique est supérieure à l’écriture, elle offre de tout revivre à l’infini.

La femme au gant par Dolorès Marat (Collection MEP)
Détail de « La femme au gant » par Dolorès Marat (Collection MEP, Paris)

« Je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain ».

Cette phrase, essentielle dans l’œuvre d’Annie Ernaux, est extraite du Journal du dehors (Gallimard), texte plutôt que roman, collecte de moments glanés dans les transports en commun, les supermarchés, les rues d’une ville nouvelle, Cergy-Pontoise, et publié en 1993.

C’est à partir de ce texte qu’est née l’exposition Extérieurs, que propose la MEP jusqu’au 26 mai 2024. Constituée de photographies extraites de la collection de cette maison sélectionnées par Lou Stoppard, le parcours proposé au premier étage met en relation des extraits du Journal du dehors, occupant parfois un pan entier de murs comme le ferait une œuvre plastique, et des photographies en couleur ou en noir et blanc qui n’illustrent pas les textes, mais les complètent, les questionnent, les reflètent. Continuer la lecture de « Annie Ernaux : « On ne sort pas du désir dans la chanson » »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Real Estate, Daniel (Domino)

La magie ne se décrète pas. La preuve avec les premiers extraits du disque de Liam Gallagher (Oasis) et de John Squire (The Stone Roses)… Prenez le meilleur chanteur anglais des années 90, mettez le en studio avec l’un des meilleurs guitaristes anglais et vous obtiendrez des chansons convenues et d’un ennui considérable. Une autre preuve de cette vérité avec le nouveau disque des Real Estate. Ce groupe, originaire de Ridgewood (New Jersey) et signé au départ chez Woodsist, faisait depuis des années une musique d’agence immobilière. Martin Courtney et Alex Bleeker, le duo à la tête du groupe, ne prenait aucun risque et avait pour hobbie de réciter poliment les leçons données par des ainés adulés. Continuer la lecture de « Real Estate, Daniel (Domino) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , ,

Janet Jackson, Control (A&M, 1986)

1986 est une année charnière à bien des égards. À jamais liée dans nos cœurs de popeux à la cassette C86 du NME, la période est tout aussi importante dans la musique afro-américaine. Si l’année suivante, le new jack swing souffle un vent de modernité sur la scène Rhythm & Blues nord-américaine, le séisme gronde déjà en 1986. Ils s’appellent Cameo ou Janet Jackson et inventent la soul numérique. Word Up! et Control frayent ainsi avec les dernières machines et séquenceurs. Synthétique et tranchante, cette nouvelle musique ne néglige pourtant pas les compositions. Continuer la lecture de « Janet Jackson, Control (A&M, 1986) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Gwendoline, C’est à moi ça (Born Bad Records)

« Merci la Ville, je m’ennuierai plus jamais »

Un premier rendez-vous manqué :  Gwendoline est à l’affiche d’une soirée pas loin de chez moi, je m’y rends, je regarde le premier groupe puis m’enfuis pour me rendre un peu plus loin pour voir les Oi Boys enflammer la plaine des Bouchers. Peu inspiré par le patronyme des Brestois qui me rappelait juste ce film d’aventure vaguement SM et un peu guez de Just Jaeckin avec Zabou (salut la génération Starfix), j’ai préféré opter pour l’autre duo, donc. Second rendez-vous : l’hiver dernier, Gwendoline se produit à nouveau près de chez moi, et je me dis que c’est un signe, je vais rattraper le temps perdu. Enfin perdu, pas pour tout le monde, puisqu’ils ont depuis enchaîné des centaines de dates dans toute la France, se sont construit un public acquis à leur cause, et ont signé chez Born Bad, excusez du peu. J’allais voir ce que je j’allais voir. Continuer la lecture de « Gwendoline, C’est à moi ça (Born Bad Records) »

à la une

Catégories billet d’humeurÉtiquettes , , ,

Bérurier Noir : Salut à toi la BNF

Tambour de mastO décoré par l’artiste Muzo. Fonds / Collection Heuer, Tomas (a.k.a mastO) © Élie Ludwig / BnF
Tambour de mastO décoré par l’artiste Muzo. Fonds / Collection Heuer, Tomas (a.k.a mastO) © Élie Ludwig / BnF

Les archives de deux des principaux membres de Bérurier Noir sont désormais à la BNF. Une expo en propose un petit aperçu. Celui d’une époque et du rock alternatif. Un enterrement ou héritage ?

La musique populaire, et surtout le punk , peuvent-ils rentrer dans le patrimoine de la nation ? Évidemment, d’une simple perspective chronologique (celle des cheveux blancs et des lunettes de vue), le temps de l’histoire, et de la mémoire collective, semble venue. Cependant, peut-on aborder les squats et les labels indépendants (Bondage Records, fondé au passage, entre autre, par le futur Kid Loco), comme Marc Bloch dressa le portrait complexe de ses rois thaumaturges. Ou au contraire finalement une telle entreprise s’impose désormais. Il faut après tout autant avoir lu Notre Jeunesse de Péguy que compiler la presse de l’époque pour appréhender l’impact de l’affaire Dreyfus. Alors nous savons, surtout pour ceux qui n’ont pas été de cette génération qui débarqua dans les années 80 en fuyant le rock giscardien de Téléphone, que la seule écoute sur Deezer de Macadam Massacre ne suffira pas… Continuer la lecture de « Bérurier Noir : Salut à toi la BNF »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Satellite Jockey… Plays Music ! (Another Record)

unnamed(1)

« Descend la route jusqu’au crucifix« 

Là où d’autres semblent chercher l’inspiration outre Manche / Atlantique, quitte à marier un peu de force leurs influences musicales avec notre idiome exotique – et souvent, ça fonctionne – Satellite Jockey se cherche plus dans les recoins du patrimoine européen des années 1960 à 1980 : ses intermèdes un peu space pour la télévision, des accroches de génériques pour les émissions enfantines ou des chansons oubliées de bandes originales de films chelous (ce genre). Dans une sorte de psychédélisme domestique, assagi mais pas moins rêveur, le groupe travaille les timbres en jouant sur les contrastes de leurs sonorités acoustiques / électriques / électroniques, toujours au service d’une écriture simple et efficace. Car le savoir faire de Satellite Jockey ne trouve son aboutissement que dans l’exploration de la mélodie. Ou comment garder la foi en ce territoire plus ou moins abandonné ces temps-ci au profit du rythme, de la palabre et de l’image. Continuer la lecture de « Satellite Jockey… Plays Music ! (Another Record) »

à la une

Catégories livresÉtiquettes , , ,

Alain Kan, L’enfant veuf (Séguier)

Alain Kan / Photo : DR Séguier
Alain Kan / Photo : DR Séguier

Dans la préface l’élégance de la chute, Philippe Roizès commence par ces mots, « J’ai loupé Alain Kan. ». Il n’est pas le seul. Moi aussi, j’ai loupé Alain Kan, pour une raison toute simple : j’étais beaucoup trop jeune et provincial. Pour autant, il a toujours été là, sans que je le sache vraiment, quand j’écoutais avec obsession Minuit Boulevard, l’un des chefs d’œuvre de la musique française qu’il avait coécrit avec Christophe. Je me souviens d’ailleurs d’une interview où Christophe s’était mis à parler de cet homme, disparu sans laisser de traces en 1990 – Pas vu, pas pris – et dans son regard, j’y ai perçu une tristesse qui ne s’était jamais éteinte et qui m’avait troublé. C’est ça Alain Kan, une présence, un fantôme, qui apparaît, puis disparaît, sans que l’on sache pourquoi. Continuer la lecture de « Alain Kan, L’enfant veuf (Séguier) »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama : Jane Weaver

Jane Weaver / Photo : Nic Chapman
Jane Weaver / Photo : Nic Chapman

Après un virage pop réussi avec Flock en 2021, Jane Weaver sortira Love In Constant Spectacle chez Fire Records le 5 avril prochain. Plus expérimental et sombre que son prédécesseur, on y retrouve tout ce que l’on aime chez Jane Weaver (les vieux synthés bricolés, une batterie motorik) sans jamais avoir l’impression de l’avoir déjà entendu. C’est d’ailleurs ce qui fait de Jane Weaver une des artistes pop les plus passionnantes de sa génération. Avec douze et albums solos au compteur et de nombreux projets parallèles, elle n’a jamais cessé de se renouveler, de chercher de nouvelles pistes à explorer, sans noyer l’auditeur grâce à une balance parfaite entre la complexité et l’accessibilité. Il suffit d’écouter attentivement les dix titres de ce Selectorama, et de lire à quel point elle se passionne pour ces artistes, pour comprendre à quel point cela ressort dans sa musique unique et onirique. Continuer la lecture de « Selectorama : Jane Weaver »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , ,

The Long Ryders, Native Sons (1984, Frontier Records / réédition Cherry Red)

On en est persuadé depuis longtemps : la transmission de témoin peut devenir parfois, en matière de musique, un art à part entière. Et même une forme majeure pour tous ceux qui bénéficie de l’expertise transitionnelle des passeurs les plus doués et les plus convaincus de la nécessité impérieuse de défendre une cause presque perdue. En 1984, The Long Ryders font partie de ceux-là. Depuis quelques années, les membres du groupe gravitent alors autour de cette scène californienne au sein de laquelle des connections de plus en plus directes s’établissent entre la spontanéité crue et brutale du punk contemporain et la fascination légèrement teintée de nostalgie pour le rock garage des années 1960. Continuer la lecture de « The Long Ryders, Native Sons (1984, Frontier Records / réédition Cherry Red) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Uranium Club, Infants Under the Bulb (Static Shock Records / Anti-Fade Records)

L’air de rien, cela va bientôt faire dix ans que Brendan Wells, Harry Whol, Ian Stemper et Matt Stagner ont commencé à se produire sous la bannière d’Uranium Club (ou parfois de The Minneapolis Uranium Club), devenant sans débat possible l’un des groupes de post-punk américain les plus excitants de ces dernières années. Mais après une poignée de singles, de E.P., et avec trois albums au compteur – dont l’incontournable All Of Them Naturals, sorti en 2017 -, on aurait pu croire que les quatre agités du Minnesota se seraient essoufflés. Leur plus récent album The Cosmo Cleaners et leur dernier single en date – l’excellent Two Things at Once – nous avaient définitivement démontré que le quatuor en conservait encore beaucoup sous la pédale, pourtant presque toujours poussée à fond. Continuer la lecture de « Uranium Club, Infants Under the Bulb (Static Shock Records / Anti-Fade Records) »

à la une

Catégories playlistÉtiquettes , ,

LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS DE FÉVRIER 2024

Visuel : Pauline Nunez

Vous l’aurez peut-être remarqué, en ce début d’année, nos publications se sont faites un peu plus espacées. Alors oui, on peut assumer cette phase un peu moins active et motivée de la part de nos équipes qui ne me contrediront pas. Pas toujours évident de maintenir ce cap ambitieux que nous nous étions fixé il y a presque 6 ans, à savoir un choix éditorial de passionnés, aussi diversifié que possible dans sa vision de la pop moderne, au rythme d’un article par jour, le tout 100% indépendant et bénévole. Illusoire peut-être dans ce contexte où labels indépendants mettent clé sous la porte à tour de bras, où une bonne partie des auditeurs imaginent encore que tout est gratuit, où la presse papier musicale n’en finit plus de tirer la langue, où certains sites de référence souffrent du rachat par de gros groupes, où la mondialisation galopante tend à favoriser les artistes de grande envergure autant sur scène que sur les sites de streaming. Mais nous n’avons pas dit notre dernier mot. Plus que jamais, nous croyons sincèrement au partage de la culture, entre générations, entre genres, entre milieux, entre identités. Tant qu’on aura envie de vous donner envie d’écouter ces trente-cinq nouveautés par mois (sans compter le reste, à peu près tous les jours sur le site), et surtout tant qu’elles seront de cette qualité-là (non, l’indie n’est pas mort, chers pisse-vinaigre), section26 existera, envers et pour vous.

Thomas Schwoerer
Écoutez cette playlist sur votre plateforme favorite : YouTube, Deezer, Spotify.
NDLR : Les playlists Deezer et Spotify ne comportent pas l’intégralité des titres de cette sélection.

Continuer la lecture de « LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS DE FÉVRIER 2024 »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Mathilde rêve toute éveillée

Mathilde
Mathilde / Photo : DR

C’est peu dire qu’on apprécie et qu’on admire depuis longtemps la capacité de Fred Fortuny à mettre ses talents de compositeur et de metteur en sons au service des voix féminines – de Valérie Leulliot à Brisa Roché, la liste est longue. Premier single issu de sa collaboration avec l’autrice-compositrice Mathilde (alias MonteRosso pour quelques titres publiés sur les compilations Kitsuné), Rêve De Gloire nous plonge d’emblée dans le son westcoast de la fin des années 1970 : une voix limpide, directe, dépourvue de ces chichis superflus qui noient trop souvent sous les effets de style la variété contemporaine, une mélodie à la fois évidente et raffinée, un arrangement pop d’esthète. Continuer la lecture de « Mathilde rêve toute éveillée »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , ,

Selectorama : Rrrrrose Azerty

Rrrrrose Azerty
Rrrrrose Azerty / Photo : DR

Rrrrose Azerty, c’est la vie 4.0, c’est-à-dire ce qui grouille d’encore vivant sous la bannière fière de celle.ux du camp du faire, c’est-à-dire, encore autrement dit, de ce qui reste d’enrichissant et d’autonome sous les échangeurs mornes des autoroutes de l’information siglées GAFAM. Rrrrose Azerty, vous la croiserez au détour d’un clic, tout comme moi un jour enjouée par le vidéo-clip génial et HYPER-rom-CORE de son titre Extrêmement PD de toi mis en images par la vidéaste Sofia Versaveau. Ou bien encore sur Twitch au cours du premier épisode d’un podcast prometteur, Gamedolls Advance, à tirer les fils du lien fort convaincant entre Erik Satie et Hatsune Miku. Rrrrose Azerty, c’est donc la personne à suivre si vous aimez les blips et les bloops du DIY extraordinaire, la musique utilitaire et libératrice accessible à tous.tes, les catalogues infinis de musique noise et improvisée, les oscillations entre dark folk et chiptune, quelque part exactement donc entre Animal Crossing et The Caretaker. Continuer la lecture de « Selectorama : Rrrrrose Azerty »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Grandaddy, Blu Wav (Dangerbird/Soundworks)

Sans doute faut-il commencer par faire taire toutes les tentations d’évaluation comparative. Ne pas chercher à savoir si Blu Wav est le meilleur album de Grandaddy depuis le meilleur album de Grandaddy, depuis etc… Le passé est loin, The Sophtware Slump (2000) aussi. Peu importe après tout et Jason Lytle va manifestement assez mal pour ne pas le condamner dès la première écoute à trimballer son œuvre comme un boulet supplémentaire. En 2017, au moment de la sortie de Last Place, il avait semblé encore vaguement décidé à jouer le jeu. Non sans réticences, mais quand même un peu. Le jeu du collectif, du grand retour, des entretiens promotionnels où il nous racontait que ses seuls contacts avec l’humanité se limitaient désormais à ses balades dominicales dans la cafétéria IKEA la plus proche de son domicile californien. Continuer la lecture de « Grandaddy, Blu Wav (Dangerbird/Soundworks) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , ,

The Chi-Lites, (For God’s Sake) Give More Power To The People (Brunswick, 1971)

Avant que la house n’enflamme les pistes de danse de Chicago, la ville de l’Illinois avait développé dans les années 60-70 une tradition soul, dans un paysage marqué par la Motown ou la Stax. Au delà de Jackie Wilson ou Curtis Mayfield (avec/sans The Impressions), Chicago pouvait en effet compter sur une scène particulièrement riche : Tyrone Davis, Gene Chandler, Jerry Butler, Fontella Bass, Billy Stewart, Baby Huey, The Staple Singers, The Dells, Rotary Connection ou encore les Chi-Lites qui nous intéressent aujourd’hui. Ces artistes adoptaient évidemment les codes de leur époque, mais y injectaient une vraie sensibilité, propre à la Windy City. Définir le son de la Chicago soul n’est pas si aisée, pourtant dès que vous mettez un disque produit dans cette métropole, quelque chose de spécial se passe. C’est groovy, avec un balancement presque nonchalant, plus soyeux que la southern soul, moins pop et amphétaminé que la northern soul. Continuer la lecture de « The Chi-Lites, (For God’s Sake) Give More Power To The People (Brunswick, 1971) »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , , , ,

Thomas Jean Henri (Cabane) : « J’ai essayé de me persuader que j’étais capable d’écrire des chansons. »

Cabane / Photo : Thomas Jean Henri
Cabane / Photo : Thomas Jean Henri

On s’attendait à des échanges colorés de mélancolie, voire de tristesse. Pas forcément à ce que la cause principale soit de cet ordre. En ce vendredi 26 janvier, Thomas Jean Henri est de passage dans la capitale pour célébrer la concrétisation matérielle – longtemps incertaine et différée – du deuxième volet du triptyque Cabane. La veille, Anderlecht, son club de cœur, a perdu contre l’Union Saint-Gilloise pourtant réduite à dix et il semble en éprouver encore quelques traces de frustration désabusées. Ou de résignation sereine. Entre les deux. Passions supportrices mises à part, c’est très précisément dans cet espace interstitiel entre les émotions contrastées que se prolongent la conversation et surtout la découverte admirative de Brûlée. Les sensations éprouvées au cours des premières sessions d’écoute organisées au printemps 2023 se confirment. S’intensifient même. La délicatesse avec laquelle Thomas Jean Henri y organise le dialogue entre ses interprètes masculins et féminins ne laisse de surprendre et d’émouvoir, tout au long de ces évocations intimes et justes des résidus incertains des sentiments éphémères. Continuer la lecture de « Thomas Jean Henri (Cabane) : « J’ai essayé de me persuader que j’étais capable d’écrire des chansons. » »

à la une

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , , , ,

Gnac, The Echoes On Departure (Vertical Features)

Dans l’histoire des musiques modernes, le statut de musicien culte est – si ce n’est enviable – bien souvent envié. Parce qu’après tout, combien auraient finalement préféré ne jamais (mais vraiment jamais) tutoyer le succès et les ors des majors pour mieux rester dans le périmètre du cool et se voir désigné par leurs pairs (et leurs descendants) figure tutélaire sans plus aucun risque de date de péremption ? Il y en a quelques-uns bien sûr, mais le premier qui (me) vient à l’esprit est peut-être Guy Chadwick, un Monsieur Tout le Monde ayant raté son rendez-vous néo-romantique avant de devenir un de ces orphelins du Velvet et damer le pion à ses copains Peter Astor et consorts en approchant le presque grand succès avec des chansons aux titres parfois désespérants – Beatles And Stones, quand même – et une deuxième version ratée d’un premier single qui avec le recul aurait peut-être dû rester le seul disque de The House Of Love – tant qu’à être culte, autant viser haut… Alors voilà, Guy Chadwick ne sera plus jamais Lawrence ou Vini Reilly, et plus rien ni personne n’y pourra rien changer.

Continuer la lecture de « Gnac, The Echoes On Departure (Vertical Features) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

The Reed Conservation Society, La Société de Préservation du Roseau (Violette/Kuroneko)

Tout change un peu, rien ne change vraiment. Après avoir achevé une première trilogie sur format court – 3 Ep’s (2021) – The Reed Conservation Society a donc décidé de franchir le Rubicon linguistique en passant de l’anglais au français. « Je suis curieux de retrouver le cœur des chansons, mais dans un autre contexte. » C’est ce qu’annonçait déjà Stéphane Auzenet il y a bientôt deux ans, en évoquant ici ce long cheminement vers un premier album très attendu. De fait, c’est bien la même inspiration palpitante qui anime aujourd’hui ces compositions façonnées avec toute l’attention et le soin du détail qui caractérisent cet amoureux de l’artisanat pop et ses compagnons d’aventure. Continuer la lecture de « The Reed Conservation Society, La Société de Préservation du Roseau (Violette/Kuroneko) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , ,

Dubstar, Disgraceful (Food, 1995)

Les années 90, si proches et si loin de nous… Fun Radio passe les hits de Nirvana, Pearl Jam ou Soundgarden tandis que les ados pointus écoutent en boucle les albums de Fugazi, Guided By Voices, Teenage Fanclub, Blonde Redhead ou The Breeders. Il n’était pas cependant que question de rock ! La musique électronique connaissait aussi ses premiers grands succès populaires avec les Daft Punk, Underworld, Basement Jaxx ou Laurent Garnier. Dans cette ambiance parfois presque psychédélique (Deee-Lite), des formations tentèrent de créer un pont entre la musique indépendante (rock, pop) et la dance music électronique. Continuer la lecture de « Dubstar, Disgraceful (Food, 1995) »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Les Pheromoans en ont remis partout

The Pheromoans
The Pheromoans / Photo : le groupe lui-même

En 18 ans d’existence, c’est le déjà le treizième album du groupe du sud-est de l’Angleterre, connu et souvent adulé des féru.es de pop revêche matinée d’expérimentations mais encore trop méconnue par chez nous. Le sextette Pheromoans revient donc avec Wyrd Psearch à paraître le 1er Mars chez Upset ! The Rhythm, la bonne crèmerie Londonienne. En guise de première mise en bouche, Downtown, jolie balade sonique aux guitares carillonnantes et à la rythmique toujours solide, qui s’articule autour de la voix et des paroles de Russell Walker. Celles-ci abordent une tentative de remonter le temps, pour s’échapper de l’ennuyeuse réalité. La formule classique du morceau n’enlève pas moins toute la nostalgie qu’il dégage. Le temps qui passe et la crise de la quarantaine sont d’ailleurs des sujets récurrents dans l’album. Un premier single qui laisse à penser que ce nouvel album sera comme les précédents, un petit bijou collectif. Continuer la lecture de « Les Pheromoans en ont remis partout »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , ,

Sextile : « Depeche Mode a sauvé ma vie »

Sextile
Sextile / Photo : DR

Sur papier, Sextile semblait promis à un bel avenir. Fondé en 2015 à la suite d’une rencontre en rehab, le quatuor avait enfin trouvé la bonne formule avec leur single Current Affair et leur EP 3 sortis en 2018. Résumer leur son de l’époque à de l’EBM serait un peu réducteur tant leurs influences semblent dépasser les étiquettes. Si le projet était avant tout celui de Melissa Scutado et de Brady Kheen, le décès en 2019 d’Eddie Wuebben, membre fondateur, guitariste et joueur de synthé, a entraîné le split du groupe. Mais aussi sa reformation en 2022, comme le racontent de façon très touchante Melissa et Brady dans cette interview. De retour avec Push, énorme album en forme de déclaration d’amour à la musique qui les a construits (électro, punk, rave etc), le groupe réussit l’exploit de retranscrire en studio l’énergie qui fait d’eux l’un des meilleurs groupes de scène actuels.

Sextile jouera samedi 8 juin au festival Pies Pala Pop #3 à Rennes.

Continuer la lecture de « Sextile : « Depeche Mode a sauvé ma vie » »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , , ,

Selectorama : Maxwell Farrington & Le SuperHomard

Maxwell Farrington & Le SuperHomard
Maxwell Farrington & Le SuperHomard / Photo : Anais Oudar

Il y a des villes avec lesquelles on ne plaisante pas. Brisbane est de celle-ci, berceau de groupes qui comptent, ici et sans doute ailleurs aussi – The Saints dans le rôle de parrains, mais surtout The Go-Betweens et The Apartments. C’est la ville d’où est originaire Maxwell Farrington, baryton gouailleur passionné de cuisine et de vins bio, autant de passions qui pourraient en faire, toute proportion gardée, une sorte de Pepe Carvalho de la pop moderne – version orchestrée. Cette pop moderne orchestrée, elle est imaginée par Christophe Vaillant, son acolyte de quelques années son ainé et au nom de héros de bande dessinée. Continuer la lecture de « Selectorama : Maxwell Farrington & Le SuperHomard »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , ,

Gruff Rhys, Sadness Set me Free (Rough Trade / Beggars)

Dans l’interview dans les colonnes de Section26, Gruff Rhys confesse être accro aux mauvais disques de country des 80’s. On peut lui pardonner cette sortie de route tant ses chansons adoucissent nos journées. Enregistré en trois jours dans les studios de La Frette, le nouveau disque est aussi bon que le précédent et devrait, en toute logique, être du même niveau que le prochain. Depuis que les Super Furry Animals sont rentrés en hibernation plus ou moins prolongée au début des années 2010, Gruff Rhys n’a de cesse d’étonner par sa capacité à se réinventer et surtout à publier des disques de grande qualité. Sur son nouvel album Sadness Set me Free, le Gallois rend hommage à Jean-Claude Vannier tout en prenant position contre la monarchie et les promoteurs immobiliers. Continuer la lecture de « Gruff Rhys, Sadness Set me Free (Rough Trade / Beggars) »

à la une

Catégories documentaireÉtiquettes , , , ,

Patti Smith, La Poésie du Punk

Patti Smith
Patti Smith / Photo : DR

C’est comme ça. Il y en a qui n’aiment pas Casillas, il y en a qui n’aiment pas Coppola, il y en a qui n’aiment pas Joy Division (et encore moins New Order), il y en a qui n’aiment pas Godard, il y en a qui n’aiment pas Camus, il y en a qui n’aiment pas Leiter, il y en a qui n’aiment pas Madame Bovary, il y en a qui n’aiment pas Huguenin… Moi, je n’aime pas Patti Smith. Ou plutôt, je n’aime pas ses disques, ses chansons. Ou plutôt, je n’aime pas la grande majorité de ses chansons – parce que comme souvent, il y a une exception, et cette exception est ici son plus grand hit – “le seul”, peut-on entendre au début du documentaire et je dirais que ce n’est pas tout à fait exact, en France en tout cas, tant je me souviens des passages en boucle de People Have The Power vers 1988 et exemple quand même assez parfait que le fond, aussi intéressant et pertinent soit-il, a (presque) toujours besoin de la forme. Son plus grand hit, donc ? Une histoire d’amour sur fond de piano entêtant, à la musique composée par Bruce Springsteen, qui en a aussi coécrit le refrain. Because The Night est une belle chanson, une chanson qui fédère, une chanson qui colle des frissons. Et pour moi, ça s’arrête un peu là. Continuer la lecture de « Patti Smith, La Poésie du Punk »

à la une

Catégories playlistÉtiquettes , ,

LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS DE JANVIER 2024

Back in biz pour cette nouvelle année où le grand cirque politique nous navre de plus en plus. « Écoutez les oiseaux, pas les infos » nous suggère l’illustrartiste Clémence Michon. Nous, on vous conseille de déconnecter avec cette savoureuse playlist, riche de plein de projets aimés et de découvertes emballantes. Croyez-nous, en cette période où on essaye de nous faire croire que même les sites internet consacrés à la musique sont moribonds, c’est salvateur. (TS)

Écoutez cette playlist sur votre plateforme favorite : YouTube, Deezer, Spotify.
NDLR : Les playlists Deezer et Spotify ne comportent pas l’intégralité des titres de cette sélection.

Continuer la lecture de « LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS DE JANVIER 2024 »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , , ,

Gruff Rhys : « J’ai une passion pour les mauvais disques de country des 80’s ».

Gruff Rhys
Gruff Rhys / Photo : Alain Bibal

Avec 25 albums au compteur, Gruff Rhys fait désormais partie des vétérans de l’indie. Là où d’autres ont eu largement le temps de perdre musicalement en cours de route ou bien de griller leur santé physique et/ou mentale, Rhys continue d’étonner par la diversité et la qualité de son parcours artistique depuis la création de son premier groupe, Ffa Coffi Pawb, en 1988. Son dernier album en date, Sadness Sets Me Free, est sans doute l’un des plus variés de sa carrière. Ce n’est pas pour autant qu’il s’égare un focus sur les instruments acoustiques et un sens inné de la mélodie pop parfaite sont le point commun entre l’indie pop, la bossa et la country. Enregistré live en studio et en un temps record, la spontanéité de Sadness Sets Me Free en fait un disque à part, où le plaisir de jouer est palpable, et la complicité évidente entre les musiciens. Gruff Rhys, tout juste arrivé de Liverpool après un concert en ouverture de The Coral, le confirmera lors de cet entretien pendant lequel il nous parlera également du morceau qui a déclenché son envie de composer, de Lee Hazlewood et de l’importance du Surf’s Up des Beach Boys lors de la formation de son groupe Super Furry Animals. Continuer la lecture de « Gruff Rhys : « J’ai une passion pour les mauvais disques de country des 80’s ». »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , , ,

Marbled Eye de retour après cinq ans d’attente

Marbled Eye / Photo : Jeremy Chiu
Marbled Eye / Photo : Jeremy Chiu

Cinq ans après Leisure, leur unique album, la bande d’Oakland (composée de Chris Nativitad, Alex Shen, Michael Lucero & Ronnie Portugal, qui succède à Andrew Oswald parti du groupe récemment) a su être patiente. Après moult événements de vie (séparations, naissance d’enfants ou autres déménagements), Marbled Eye nous fait le plaisir d’un nouvel album, Read The Air, enregistré dans divers lieux de répètes ou piaules de la ville, à paraître chez Digital Regress (label de qualité qui célèbre la scène locale et d’ailleurs telles les Shifters, The Kiwi Animal, Exek ou Bobby Would pour ne citer qu’eux) et Summer Shade (Tony Molina en sortie unique). Continuer la lecture de « Marbled Eye de retour après cinq ans d’attente »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

The Maureens, Everyone Smiles (Meritorio)

C’est très exactement le genre d’album avec lequel on rêvait de tourner la page hivernale d’une nouvelle année. Non pas un monument qui en imposerait par sa stature démesurée ou sa majesté exigeante. Simplement une collection de treize chansons qui réchauffent, remplies de mélodies aimables à fredonner, d’accords de guitares qui tranchent la grisaille nocturne et d’harmonies constamment réconfortantes. The Maureens appartient en effet à cette Internationale discrète qui réunit, par-delà les frontières, quelques artisans entièrement dévoués à une cause désuète et presque désespérée : perpétuer avec une ferveur enthousiaste des formes musicales anciennes sans pour autant renoncer à l’espoir un peu vain d’en entendre surgir quelque chose de neuf et d’inédit. Continuer la lecture de « The Maureens, Everyone Smiles (Meritorio) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , ,

Stone face à Charden, Fuzz-ci, fuzz-ça ! (1966, réédition Pop Supérette)

recto.w1PxzZ7yvr

Si vous avez bien suivi, c’est un peu la suite du Mardi Oldie de la semaine dernière, parce que chez Pop Supérette, on a de la suite dans les idées. On vous avait quitté avec les fabuleux Boots et la réédition de leur super (là c’est pas un superlatif, c’est juste le nom du format d’époque) 45t, Vingt ans. Sur ce disque, il y a une chanson qui m’a bien plu (je l’ai même fait rentrer dans le hit parade de l’arrière-magasin), c’est Les gens sont méchants, imparable : eh bien, il est écrit par Eric Charden. Et Eric Charden, à la même époque, il écrivait des chansons et il rencontrait Stone, de son vrai nom Annie Gautrat. Ils ont un coup de foudre et ils se marient et vont voguer sur les vagues du succès. Continuer la lecture de « Stone face à Charden, Fuzz-ci, fuzz-ça ! (1966, réédition Pop Supérette) »

à la une

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , , , , ,

Xavier Boyer, Soda Coda (Human Sounds)

La carrière solo de Xavier Boyer s’écrit, doucement mais sûrement, en parallèle de celle de Tahiti 80, groupe dont il est le chanteur. La formation normande construit, depuis plus de 25 ans, une discographie pop érudite aux atours séduisants. Tahiti 80 publie ainsi régulièrement – entre deux et quatre ans pour une nouvelle livraison – des albums qui ravissent leur fan base toujours présente et enthousiaste. Les échappées de Xavier se nichent alors dans les interstices. Continuer la lecture de « Xavier Boyer, Soda Coda (Human Sounds) »

à la une

Catégories sunday archiveÉtiquettes , , ,

I Love You But I’ve Chosen Darkness, Fear Is On Our Side (Secretly Canadian, 2006)

On n’y croyait plus. Trop longtemps, ce groupe est resté le secret le mieux gardé de la scène musicale américaine : concerts distillés au compte-goutte, disques livrés avec parcimonie. Depuis ses premiers balbutiements en 2001, il n’en avait sorti que deux – Un CD constitué de cinq morceaux, débarqué sans crier gare au crépuscule de l’année 2003 (et remerciements éternels à Etienne Greib pour avoir attiré notre attention sur We’re Still The Weaker), puis un maxi vinyle, fort de deux nouveaux titres, distribué en catimini quelques mois plus tard. C’était à la fois peu et en même temps, tellement suffisant. Suffisant pour créer une incroyable dépendance, susciter une curiosité quasi-maladive. Qrcrui pouvaient donc bien être ces types ayant trouvé l’un des noms les plus géniaux de l’histoire du rock, de ceux qui donnent juste ce qu’il faut d’indices sur leurs aspirations et ambitions artistiques, sans non plus les étaler au grand jour ? Qui étaient les auteurs de ces chansons à la grâce diffuse, au charme suranné, aux mélodies entêtantes, un pied ancré dans le passé, le regard désespérément tourné vers le futur ? Leur origine, Austin, Texas, ne dévoilait rien du mystère. Leurs accointances, un peu plus. Continuer la lecture de « I Love You But I’ve Chosen Darkness, Fear Is On Our Side (Secretly Canadian, 2006) »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Purpur Spytt : un punk bricolo suisse frais comme la bise

Purpur Spytt
Purpur Spytt / Photo : Charlotte Mermoud

Depuis Glueams, Kleenex puis Liliput et bien sûr Grauzone, la Suisse s’est souvent distinguée dans la catégorie punk. Plus récemment, The Staches avait remis le pays à l’honneur et l’une de ses membres, Charlotte Mermoud, s’est échappée en solitaire, basse à la main, en fondant Purpur Spytt. Quelques productions communes avec ses potes de Maraudeur sous forme de split, un EP Nitpick et une compilation cassette chez les américains de Vacant Stare Records plus tard. Charlotte sortira le 22 Janvier son premier album Scavenges, Time-travels and Scrapbooks sur le label Mini Distro Label Records, fondé par Isumi de Sun Cousto. Continuer la lecture de « Purpur Spytt : un punk bricolo suisse frais comme la bise »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , , ,

Tonn3rr3/Bikaye, partie n°2 : Bony Bikaye

Bony Bikaye
Bony Bikaye

Se retrouver à deux poignées de main (et d’un uppercut, sans doute) de Mohamed Ali, j’avoue que ça m’a troublé. Mohamed Ali, donc, qui s’entrainait en rythme avec Big Black, le percussionniste – pas le joueur de poker – qui lui-même rejoignait faire le bœuf avec le groupe dans lequel Bony Bikaye jouait à l’Intercontinental de Kinshasa en cette fiévreuse année 1974. Que de légendes. Une légende, ce « Monsieur Bony », parce qu’il avait marqué le début des années 80 avec une pierre angulaire des musiques de l’ailleurs, Noir et blanc (Crammed, 1983), disque où, en compagnie d’Hector Zazou et du binôme mystérieux CY1, il redéfinissait le périmètre des musiques africaines, ou plus précisément il amenait sa voix, porteuse de sa culture congolaise et de son admiration pour Cluster, à se brûler au froid des synthés et des ordis balbutiants. Quarante ans plus tard, une éternité, on le retrouve, en compagnie de Guillaume Gilles avec lequel on s’entretenait la semaine dernière, à la proue du navire Tonn3rr3 pour un disque étonnant de fraîcheur et de profondeur, It’s a Bomb paru chez Born Bad Records. Continuer la lecture de « Tonn3rr3/Bikaye, partie n°2 : Bony Bikaye »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , ,

Selectorama : Arnaud Le Gouëfflec

Arnaud Le Goëfflec
Arnaud Le Goëfflec

Heureux ceux qui comme moi ont eu la joie de trouver le livre Underground, Grandes prêtresses du son et rockers maudits au pied de leur sapin le 25 décembre dernier ! Voici typiquement le genre d’ouvrage qu’on ouvre pour ne plus le lâcher, porté par le plaisir compulsif d’aller de chapitre en chapitre. De quoi s’agit-il ? D’une remarquable petite histoire illustrée du rock de l’ombre, indispensable à tout obsédé musical, dont on se demande par quel mystère personne n’avait eu l’idée de l’écrire plus tôt. C’est en quelque sorte un excellent complément au Dictionnaire du rock de Michka Assayas – qui a d’ailleurs préfacé Underground -, mais consacré plus spécifiquement aux oustiders du rock, aux marginaux et déglingués en tous genres dont le succès n’aura jamais vraiment atteint le grand public. On peut aussi voir dans cet ouvrage, un lointain cousin du Dictionnaire snob du rock de Steven Daly et David Kemp, mais avec une place plus importante accordée aux dessins, brillamment exécutés par Nicolas Moog, dont le style rappelle celui des maîtres américains du comic book que sont Daniel Clowes et Charles Burns. Continuer la lecture de « Selectorama : Arnaud Le Gouëfflec »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Minuit à midi, le clair obscur d’Astrel K

Astrel K
Astrel K / Photo : Liam Warton

Après une année de tournées tous azymuts en 2023 pour célébrer la sortie de leur magnifique et complexe LP Compact Trauma (Tough Love), les cinq londoniens Ulrika Spacek ne s’accordent presque pas de pause, puisque leur leader Rhys Edwards revient avec son projet solo Astrel K. Avec Darkness At Noon, premier single annonciateur de l’album The Foreign Department, attendu le 8 mars toujours chez Tough Love Records, tout porterait à croire que le soleil ne se lêverait pas de sitôt. N’allons pas chercher quelque métaphore saisonnière, ou même de sens caché dans le roman éponyme d’Arthur Koestler où un individu dénonce le totalitarisme, laissons-nous plutôt emporter par ce morceau idéal au tempo alangui et à la trompette détente, où la voix d’Astrel K nous dit « Je sais que je veux être vu, mais je déteste la plupart de ce qui sort de moi« . On a évidemment envie de lui dire qu’il a tort. Continuer la lecture de « Minuit à midi, le clair obscur d’Astrel K »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , ,

Les Boots, Vingt Ans (1966, réédition Pop Supérette)

« On doit me prendre pour Pompidou,
je ne lui ressemble pas du tout »

Il y a quelques années dans les commentaires d’un blog, j’avais croisé le fer avec quelqu’un, lui affirmant que le disque chroniqué sur ce site me semblait difficilement crédible : tout était trop parfait, il s’agissait d’une compilation d’un groupe de Lyon des années 1980, inconnu dont l’esthétique était tellement parfaite et la musique tellement dans son jus que ça m’avait rendu parano au point que j’imaginais une entourloupe : des gens de maintenant avaient tout recréé, avec bon goût, et une connaissance fine et pointue des codes de l’époque (musique synthétique parfaite, polaroids délavés…). Tout sonnait tellement de façon incroyable que j’avais été troublé au point de faire part de mon effarement en public. J’avais été remis en place fermement, comme tout bon troll relou : tout cela existait vraiment, le pays n’avait pas déterré tous ses trésors. Et on n’était pas encore envahi de ce nuage radioactif au pouvoir divin (Satan !) qu’est le fameux IA et son corolaire des fameux fakes, vous imaginez mon état actuel de méfiance. Non, rassurez-vous, je me un peu suis assoup(l)i) : la preuve, à aucun moment, je n’ai douté de l’existence des Boots. Continuer la lecture de « Les Boots, Vingt Ans (1966, réédition Pop Supérette) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Les Playboys, Garagisme (Dangerhouse Skylab)

Les Playboys traversent les décennies avec une grâce que beaucoup doivent leur envier. Le groupe de Nice est fidèle au poste depuis plus de quarante ans. Mieux, les Playboys gardent le cap et creusent le même sillon, celui des 45 tours de garage-rock des sixties. Plus que les Nuggets ou les Back from the Grave, nos Français rendent hommage aux mythiques Pebbles Garagisme propose ainsi treize interprétations, piochées dans le répertoire nord-américain des années soixante, et un de leurs propres titres originaux. L’exercice de la reprise est souvent casse-gueule : l’équilibre est délicat, et peut facilement osciller entre l’hommage pénible et le contre-pied qui tombe à plat. Beaucoup de groupes garage revival s’y sont d’ailleurs cassé les dents ! Heureusement, la proposition des Playboys évoque plus (qualitativement) le premier album culte des Crawdaddys que beaucoup de tentatives plus hasardeuses. Continuer la lecture de « Les Playboys, Garagisme (Dangerhouse Skylab) »

à la une

Catégories sunday archiveÉtiquettes , , , , , , ,

Chromatics, Night Drive (2007)

Où il sera forcément question de réinvention. Un art qu’ils ne sont pas si nombreux à dominer dans le milieu de la musique moderne. Sans prendre trop le temps de la réflexion, on pense immédiatement à The Beloved, quatuor anglais post-new-wave métamorphosé en duo hédoniste sur un album, le bien nommé Happiness (1990), qui pour avoir tutoyé d’un peu trop près le soleil, n’aura jamais la descendance qu’il aurait été en droit d’espérer. Ou Simian, autre groupe “classique”, adepte d’une pop déstructurée baignée de psychédélisme ouaté auquel peu de gens rendront Justice avant que deux de ses membres, Messieurs James Ford et Shaw, ne se décident à investir dans une Mobile Disco. Aujourd’hui, ces deux-là comptent parmi les producteurs les plus réputés de la planète et leurs noms suffisent à emplir les dancefloors. Et comme le hasard fait parfois bien les choses, dans leurs derniers coups de cœur, ces deux-là citent souvent ChromaticsContinuer la lecture de « Chromatics, Night Drive (2007) »

à la une

Catégories hommage

Phill Niblock (1933-2024)

Phill Niblock
Phill Niblock / Photo : Alessandro Farese

Il peut paraître trop évident d’évoquer, à propos de l’œuvre de Phill Niblock (1933-2024), certains grands noms de l’abstraction picturale américaine de ces 60 dernières années : les monochromes de Robert Ryman ou de Barnett Newman, par leur profondeur et puissance, rejoignant en effet la densité texturale de ses pièces sonores. L’impression surtout d’un travail ancré dans une séquence très précisément délimitée : celle du minimalisme new-yorkais, de la scène des lofts, de la « new music » de Downtown à Manhattan, etc. Mais ce serait aussi réduire la portée d’un travail qui s’est échelonné pendant plus de 60 ans et qui a irrigué toute une internationale expérimentale. Continuer la lecture de « Phill Niblock (1933-2024) »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , , , , ,

Tonn3rr3/Bikaye, partie n°1 : Guillaume Gilles (Tonn3rr3)

Tonn3rr3/Bikaye, de gauche à droite : Guillaume Gilles, Olivier Viadero, Bony Bikaye, Yoann Dubaud, Gaëlle Salomon et Guillaume Loizillon / Photo : François Griooix
Tonn3rr3/Bikaye, de gauche à droite : Guillaume Gilles, Olivier Viadero, Bony Bikaye, Yoann Dubaud, Gaëlle Salomon et Guillaume Loizillon / Photo : Sylvain Gripoix

Le disque It’s A Bomb paru en fin d’année dernière chez Born Bad Records montre qu’il est toujours possible d’imaginer une musique du présent (pour le futur, on verra) en faisant fi des barrières : celles des générations – il lie le groupe actuel Tonn3rr3 à un des personnages emblématiques de la musique électronique des années 1980, Bony Bikaye (connu pour son alliance avec Hector Zazou, et CY1, on en reparle), celles des styles – un psychédélisme qui naît d’une passerelle tendue entre les musiques africaines qui dansent et les machines qui font la fête. On n’est ni dans la sono mondiale, slogan 1980 qui a sans doute fait son temps, ni dans la World, étiquette plus ou moins publicitaire des années 1990 – notez que ces deux tentatives d’étiquetage maladroit, parfois moqué, parfois décrié, avaient la vertu de l’ouverture au monde (et pas qu’à sa composante anglo-saxonne) – on est dans quelque chose du nouveau siècle de l’information qui tient de la vitesse des échanges et des cultures musicales, quelque chose qui nous lie au-delà des frontières, dans les plans discrets de musiciens punk d’ici qui vont jouer avec les bluesmen du Sahara, de jeunes musiciennes béninoises qui se retrouvent têtes d’affiche sur la BBC, ou d’un poète crooner australien qui échoue en région parisienne sur la banquette de fans du Velvet. Une histoire de rencontres et de voyages (l’agence de voyage Born Bad) qui forment la jeunesse (et tout le monde dans son sillage), tout simplement. Rencontre avec Guillaume Gilles, architecte et penseur du son chez Tonn3rr3/Bikaye. Partie 1. Continuer la lecture de « Tonn3rr3/Bikaye, partie n°1 : Guillaume Gilles (Tonn3rr3) »

à la une

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , , ,

The American Analog Set, For Forever (Hometown Fantasy)

2024 commence à peine et c’est déjà l’heure du bilan des bilans. A peine achevé l’exercice rituel des palmarès de fin d’année, les doutes et les regrets affluent inéluctablement. On en revient à tous ces albums que l’on n’a mal écoutés ou pas assez, ceux qui ont mis un peu plus de temps que les autres à parvenir jusqu’au cœur parce qu’ils ont débarqué tardivement – fin octobre pour celui-ci – et qu’ils réclament davantage d’attention pour que leur importance cruciale finisse par s’imposer clairement. Un brasier à combustion lente, donc. Mais, après tout, The American Analog Set n’a jamais brillé par son aisance dans les sprints. Même au cours de sa première vie, celle qui s’était achevée en 2005 et dont les souvenirs avaient fini ensevelis sous l’indifférence. Continuer la lecture de « The American Analog Set, For Forever (Hometown Fantasy) »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , ,

V/A, Nome Noma 2 : Québec Post Punk & New Wave 1979 – 1983 (Trésor National)

Trésor National est une structure indépendante de rééditions dédiée au patrimoine de la Belle Province. Si le catalogue est varié, comportant notamment une bande originale (Viens Mon Amour de Paul Baillargeon & Dean Morgan), le label semble avoir développé une certaine appétence pour les années 80. Un choix judicieux : la musique québécoise de la décennie yuppie n’a pas eu en France la résonance des artistes de la génération précédente (Robert Charlebois, Harmonium, Offenbach, Michel Pagliaro etc.). Pourtant nos camarades francophones ont eu quelques belles réussites à leur actif.
Continuer la lecture de « V/A, Nome Noma 2 : Québec Post Punk & New Wave 1979 – 1983 (Trésor National) »

à la une

Catégories billet d’humeurÉtiquettes , ,

Chère Madame Del Rey,

Chère Madame Del Rey,

Comment allez-vous ?
Nous espérons que la douceur californienne vous a permis de savourer des fêtes de fin d’année plastiques, les auréoles californiennes de rigueur, plages et montagnes, océans et continents, autoroutes et voisinages à perte de vue, à perte de soi. Nous espérons aussi que l’accordeur a pu passer pour le piano, que la gazinière fonctionne de nouveau et que, malgré les événements, effusions et autres tempêtes qui ne manquent jamais d’animer la fin de décembre, vous avez pu vous asseoir un peu, chaque jour, pour coller de nouveaux mots à d’autres, de nouvelles mélodies à d’autres, cet art qui vous est unique, et que vous continuez de vouloir le partager avec le monde, les autres mondes que le vôtre, à la faveur d’éventuels albums. Continuer la lecture de « Chère Madame Del Rey, »

à la une

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , , , , ,

Hola Lis, Foravila (El Genio Equivocado / Les Disques Bleus Enregistrements)

Ça commence mal : le premier coup de  – “au” serait peut-être plus pertinent – cœur de l’année 2024 date de 2023. Ça ne continue guère mieux : à l’aune d’une biographie succincte, on n’en apprend guère sur l’auteure de ce disque – a priori, une sorte de deuxième premier album (la formule est je l’avoue un peu tirée par les cheveux car le premier disque “n’est qu’une” collection de maquettes enregistrées pendant le confinement de 2020).  Un disque dont heureusement le titre en catalan confirme l’origine et annonce, lui, la douceur. Foravila, donc. Qui “signifie campagne, nature, monde rural, où la vie s’écoule au rythme du soleil et des saisons…” Continuer la lecture de « Hola Lis, Foravila (El Genio Equivocado / Les Disques Bleus Enregistrements) »

à la une

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , , ,

Guided By Voices, Nowhere To Go But Up (Guided By Voices Inc.)

Meet Me in the Bathroom de Lizzy Goodman a quelques mérites, dont les deux principaux sont de rappeler le rôle fondamental des Jonathan Fire*Eater et le culte voué par les Strokes aux Guided By Voices. Nick Valensi et les autres membres du groupe n’ont de cesse de le rappeler dans les pages de ce livre : ils voulaient juste sonner comme les Guided By Voices lorsqu’ils ont commencé à jouer ensemble. Pourtant, en 2000, le groupe de Robert Pollard est totalement dans la sauce. Les Guided By Voices ont quitté Matador, leur label historique, pour TVT Records, le label des débuts de Nine Inch Nails. Et c’est le début de la fin du Guided qui se retrouve avec Rob Schnapf ou Ric Ocasek en studio. Deux disques putassiers et c’est le retour à la maison-mère un an plus tard pour faire des disques plus recommandables. Continuer la lecture de « Guided By Voices, Nowhere To Go But Up (Guided By Voices Inc.) »

à la une

Catégories playlistÉtiquettes , , ,

LA PLAYLIST BEST OF 2023

Dernier tournant avant la fin de l’année, un petit cadeau pour ambiancer vos apéritifs du réveillon et / ou vos lendemains de cuite. Et Dieu seul sait s’ils seront confus, vu le chaos ambiant. Chez section26, tout ce qu’on peut vous promettre, c’est de continuer à défricher les terres fertiles de la pop moderne en 2024, quoi qu’il arrive. Santé et prospérité à vous tous, chers lectrices et lecteurs.

Écoutez cette playlist sur votre plateforme favorite : YouTube, Deezer ou Spotify.
NDLR : Les playlists sur les plateformes de streaming ne comportent pas l’intégralité des titres de cette sélection.

Continuer la lecture de « LA PLAYLIST BEST OF 2023 »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , , ,

François Huet (Snipers) : Franc Tireur

Les Snipers, avec François Huet au milieu.
Les Snipers, avec François Huet au milieu.

Ils n’étaient pas nombreux à Dijon à la fin des années 1970. Une poignée résiduelle de croyants, encore fervents, occupés à traverser leur jeunesse un peu à côté de leur époque. Quelques vigies du rock frappées de strabisme divergent : un œil tourné vers un passé malheureusement révolu trop tôt pour eux, l’autre occupé à scruter un avenir localement très incertain. Pas de quoi constituer une scène, tout juste un groupe ou deux. Les Snipers donc. Et puis les Ambulances et, ensuite, de nouveau les Snipers. Une valse-hésitation des patronymes qui n’est que le symptôme des turbulences inévitables et des engagements de jeunesse qui fluctuent : il y a ceux qui partent et ceux qui reviennent, ceux qui renoncent un peu plus vite, avant que tout le monde finisse par rentrer, non sans réticences ou atermoiements, dans la vraie vie.

Continuer la lecture de « François Huet (Snipers) : Franc Tireur »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , , ,

Selectorama : Karina Gill (Cindy, Flowertown)

Karina Gill, chanteuse du groupe de rock américain Cindy le 3 mai 2023 à Paris. Photo : Mathieu Zazzo
Karina Gill, chanteuse du groupe de rock américain Cindy le 3 mai 2023 à Paris. Photo : Mathieu Zazzo

« Il y a quelquefois dans les personnes ou dans les choses un charme invisible, une grâce naturelle qu’on n’a pu définir, et qu’on a été forcé d’appeler le je ne sais quoi. » remarquait Montesquieu dans son Essai sur le goût. C’est justement ce charme qu’on retrouve dans la musique de Karina Gill et les groupes auxquels elle participe, dont la beauté discrète et naïve ne peut que ravir l’âme des amateurs de pop intime et artisanale. Depuis 2018, sous les avatars de Cindy, de Flowertown ou de Hospital, souvent accompagnée par son acolyte Mike Ramos, la Californienne a su conquérir son auditoire avec ses chansons délicates, dont l’ami Xavier Mazure avait remarqué en 2021 dans les colonnes de Section 26 la troublante ressemblance avec l’univers de Slumber Party, groupe qu’on ne s’est jamais consolé d’avoir vu disparaître des écrans radars. Continuer la lecture de « Selectorama : Karina Gill (Cindy, Flowertown) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Alexandre Bazin, Therapy (Important Records)

Therapy et I Wish I Pas, les deux titres ouvrent la nouvelle cassette d’Alexandre Bazin, mobilisent respectivement un Synthi A et un Buchla Music Easel. Deux synthétiseurs historiques, constitutifs d’un son, celui d’une early electronic immédiatement identifiable. Il y a toujours quelque chose d’étrange à constater à quel point le charme de cette esthétique opère. Comme si la nostalgie, ou le retrofuturisme, constituaient les principales modalités d’une musique pourtant initialement caractérisée par le goût du futur. Continuer la lecture de « Alexandre Bazin, Therapy (Important Records) »

à la une

Catégories classementÉtiquettes , , , , , , , , , ,

Le classement 2023 des invités

Visuel : Pauline Nunez

Une fois n’est pas coutume, après les classements de la rédaction, nous avons choisi quelques invités triés sur le volet pour nous raconter à leur tour 2023 en disques, mais parfois aussi en livres, films ou expositions. Chacun à leur façon ont marqué l’année, et nous continuerons à vous donner régulièrement de leurs nouvelles. C’est toujours ça de pris sur cette funeste année et l’avenir non moins joyeux qui nous attend… (TS) Continuer la lecture de « Le classement 2023 des invités »

à la une

Catégories seasons greetingsÉtiquettes , , ,

Christmas Lullaby

L’hymne de Noël de Shane MacGowan, regretté leader des Pogues, n’est peut-être pas celui qu’on croit.

Shane MacGowan
Shane MacGowan

Comme Humphrey Bogart, Cab Calloway et le petit Jésus, Shane MacGowan est né un 25 décembre. La Camarde n’aura malheureusement pas laissé l’ancien leader des Pogues vivre jusqu’à Noël 2023, brisant le cœur des fans du plus destroy des bardes irlandais. Mais on peut déjà trouver miraculeux qu’elle lui ait foutu la paix jusqu’à l’âge de 65 ans, au regard de son train de vie quasi-suicidaire, à base de millions de cigarettes, de litres de whisky et de bière, sans compter les diverses drogues qui auraient dû avoir raison de lui il y a bien longtemps. Même Keith Richards n’aurait pas pu tenir la distance à un tel niveau de déglingue. Continuer la lecture de « Christmas Lullaby »

à la une

Catégories classementÉtiquettes , ,

Le classement de la rédaction 2023

Visuel : Pauline Nunez
Visuel : Pauline Nunez

Il y a toujours quelque chose de l’artifice à tenter de redonner une cohérence collective à l’addition des préférences individuelles, à tous ces enthousiasmes singuliers et incommensurables que chacun d’entre nous essayons de mettre en mots et de partager le plus régulièrement possible. Pour la sixième année consécutive et, franchement, personne parmi nous n’aurait jamais espérer continuer jusque-là. Nous sommes encore surpris et heureux d’être ensembles, avec toutes les divergences manifestes qui traversent toutes nos listes. Peut-être est-ce cela qui reste le plus intéressant à constater ou à explorer : les subjectivités sont évidemment multiples et il suffit d’avoir deviné, au fil des chroniques et des billets, desquelles on peut se sentir le plus proche pour trouver ici de quoi défricher curieusement pour les jours et les semaines qui viennent. Et pourtant, même si les grandeurs restent mesurées à des aunes bien différentes, la somme collective n’est pas dénuée de toute signification : elle porte la trace des effets d’âge, mais pas complètement. Il y a beaucoup de vieux encore fringants – et même deux fois cités pour certains – et même une quinquagénaire sur le podium et aussi, quand même, quelques pousses bien plus jeunes, et des débutants dont nous sommes fiers – c’est un peu bête, mais c’est humain – d’avoir admiré les premiers pas. Un entrelacs de styles et de générations : la somme de nos différences nous ressemble bien un peu. (Matthieu Grunfeld)

01. BAR ITALIA, Tracey Denim (Matador)
02. PJ HARVEY, I Inside The Old Year Dying (Partisan Records)
03. THE LEMON TWIGS, Everything Harmony (Captured Tracks / Modulor)
04. YO LA TENGO, This Stupid World (Matador)
05. BLUR, The Ballad of Darren (Parlophone / Warner)
06. BLONDE REDHEAD, Sit Down for Dinner (Section1)
07. SINAIVE, Répétition (Antimatière)
08. WILCO, Cousin (dBpm Records / Sony)
09. LAEL NAELE, Star Eaters Delight (Sub Pop)
10. THE WAEVE, The Waeve (Transgressive)

Continuer la lecture de « Le classement de la rédaction 2023 »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , ,

Selectorama : Nicolas Paugam

Dans le vortex des sorties musicales à la micro seconde – comme les opérations financières, tiens -, on est comme dans une boîte de nuit, frôlé par les corps qui bougent, saturé par le son et aveuglé par le lumières, on se cogne, on trouve son chemin tant bien que mal, on regarde des corps fuselés qui nous attirent l’œil, des sirènes qui nous font tourner la tête, on ne sait plus où donner de l’attention. Nicolas Paugam, dans ce bordel, c’est un peu le gars mal peigné, en pull de ski, qui est tranquille, un petit verre à la main, il ne transpire pas, il observe. Au début, on se dit, c’est qui ce mytho ? Et puis au fil de la soirée, on est attiré, on se retrouve à l’écouter raconter sa life, il a des bonnes phrases, on se marre, on est ému et lui, il reste frais malgré l’heure qui tourne (GIF animé d’une horloge avec les aiguilles qui bougent de ouf). Après on sait pas ce qui s’est passé, mais on se retrouve dans son chalet, à l’air pur (enfin ce qu’il en reste, on va pas délirer), il y a un brasero dans le jardin, on entend les oiseaux, et puis il joue de la guitare, il chante et c’est bien. Cette année, Nicolas Paugam a sorti son 6e album, La Délicatesse, dans lequel il propose une relecture de chansons choisies dans son répertoire, comme une belle introduction à ceux qui auraient manqué le début. On a demandé à Nicolas ce qu’il écoutait en ce moment. Continuer la lecture de « Selectorama : Nicolas Paugam »

à la une

Catégories livresÉtiquettes , , , , , ,

Trois livres en passant…


Continuer la lecture de « Trois livres en passant… »

à la une

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , ,

Fugazi, The Argument (Dischord Records, 2001)

Il y a vingt ans déjà, les membres de Fugazi annonçaient faire une pause d’une durée indéterminée. Deux ans auparavant sortait ainsi leur septième (ou neuvième si nous comptons 13 songs et Instrument Soundtrack) album : The Argument. Celui-ci conclut une saga entamée une douzaine d’années plus tôt, avec deux EPs (Fugazi et Margin Walker), définissant le son de l’underground nord-américain de l’époque. Avant d’être un pivot de la scène post-hardcore des années 80-90, Fugazi est surtout la rencontre de quatre musiciens exceptionnels, issus de la fantastique scène de Washington DC. Continuer la lecture de « Fugazi, The Argument (Dischord Records, 2001) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Harp, Albion (Bella Union / PIAS)

Tim Smith n’a aucun problème avec Radiohead. Dans une vieille interview dont j’ai oublié la source, il avait même le culot de déclarer : « J’écoute beaucoup plus Jethro Tull que Radiohead ; seulement faire des chansons de la trempe de celles de Jethro Tull c’est complètement hors de portée pour moi. » On connait de visu et in situ le sens de l’humour souvent fastidieux des texans, ça n’en pose pas moins le problème. Parce qu’on voudrait bien aimer plus que de raison ce disque, le premier en solo de l’ex-leader de Midlake, attendu par les fans (dont je ne suis pas mais certains amis chers, si) comme le messie depuis une éternité. Il parait que sur The Courage Of Others (2010) le dernier album de Midlake avec Tim Smith, il avait été évoqué Pentangle et Fairport Convention. Du peu de souvenirs qu’il m’en reste, l’écoute du disque avait du me mettre en rogne en ces augures puissantes mais rarement atteintes. Continuer la lecture de « Harp, Albion (Bella Union / PIAS) »

à la une

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , , ,

Selectorama : Andrew Hitchcock / Action Painting!

Action Painting!
Action Painting!

These Things Happen. Il n’aura échappé à aucun fan d’indie pop que le titre donné par Jane Duffus à son récent livre consacré à l’histoire de l’iconique label Sarah Records, a été emprunté à celui de l’immortel tube d’Action Painting!, sorti en 1990. Un hommage bien mérité à ce single du groupe d’Andy Hitchcock qui pourrait passer pour l’Idée platonicienne de la chanson jangly pop venue s’incarner dans le monde sensible, morceau qui n’a rien à envier aux meilleurs titres des Field Mice ou autres McCarthy. Continuer la lecture de « Selectorama : Andrew Hitchcock / Action Painting! »

à la une

Catégories avant-première, borne d'écouteÉtiquettes , , , ,

Critical Energy ou le retour des Wireheads en mode hélveto-aussie

Critical Energy
Critical Energy

Surprise automnale en provenance d’Australie et de Suisse. Echappés en duo des Wireheads – certainement le groupe qui résume le plus le son Australien : savamment négligé, mélodique et plein de rudesse – qui reste malheureusement trop souvent hors des radars médiatiques européens, Liam Kenny (Zipper, Nylex et Wireheads) et son pote Dom Trimboli (Dom and The Wizards) viennent de former à distance Critical Energy et sortent un 45 tours sur le label Helvète Chrüsimüsi Records (Romain de Léopardodeux bornes d’écoutes chez nous déjà -, Elias de Augenwasser et Gabrielle). Un côté pile au ralenti, à l’environnement vaporeux, ou les voix se croisent et se mélangent à la perfection. Face B, le rythme s’accélère, nonchalant et incisif, avec une basse lointaine qui bourdonne. L’atmosphère australe rappelle évidemment les Wireheads, et leur compatriote exilé en France, Nathan Roche, ainsi que son projet Laverie Nuns paru en 2016. La sortie est prévue demain le 15 Décembre sur le bandcamp de Chrüsimüsi Records, idéalement à glisser sous le sapin de tout bon fan de sons du bout du monde et à écouter en exclu ci-dessous !  Continuer la lecture de « Critical Energy ou le retour des Wireheads en mode hélveto-aussie »

à la une

Catégories chronique rééditionÉtiquettes , , , , , ,

The Apartments, Apart (Hot Records / Talitres)

Apart

C’est l’album qu’il est devenu presque impossible de réécouter en faisant abstraction de la suite – les drames intimes, les dix-huit années de silence qui ont suivi sa publication et même les retrouvailles plus récentes. Impossible de ne pas y entendre les signes avant-coureurs de l’effacement à venir dans ces chansons de ruptures, d’abandon, d’ambulances et de départ. Continuer la lecture de « The Apartments, Apart (Hot Records / Talitres) »

à la une

Catégories avant-première, documentaireÉtiquettes , , , , ,

Dans les arcanes du laboratoire expérimental de Veik

Thibault Jehanne et le trio Veik
Thibault Jehanne et le trio Veik

Il y a toujours une forme de fascination envers le processus créatif d’un artiste. Un questionnement permanent quant à ses sources d’inspiration, son cadre de travail ou ses modalités de création. Nous ne connaissons finalement la plupart du temps que le projet final, la face visible de l’iceberg. A Caen, le trio Veik a choisi de présenter les choses à l’envers. En amont d’une nouvelle production à venir, ils ont collaboré à la fois avec l’artiste sonore et plasticien Thibault Jehanne, et le vidéaste et photographe Mathieu Lion. Le résultat est un documentaire de 33 minutes (à visionner ci-dessous) en forme de plongée immersive dans leur travail collectif, d’où émerge à la fois la captation de son, la création de pédales d’effets, et leur utilisation dans la composition de nouveaux titres.

Continuer la lecture de « Dans les arcanes du laboratoire expérimental de Veik »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , ,

Pop Crimes, Gathered Together (Howlin’ Banana, Safe In The Rain, Les Disques Du Paradis)

Évidemment, c’est une histoire qui n’est plus vraiment la mienne. D’autres – plus jeunes, plus proches du cœur de l’action ou plus directement concernés par les rencontres qui ont permis l’émergence du groupe – se sont déjà chargé de l’évoquer. Depuis les premiers tâtonnements, il y a déjà plus de trois ans jusqu’à la sortie très attendue de ce premier album en passant par la publication de quelques titres et deux Ep’s très alléchants. On y croise des noms, des lieux et même quelques visages familiers des heureux témoins de la vitalité réjouissante de la scène indie-pop – à Paris, mais pas seulement. Eggs, En Attendant Ana, Special Friend ou le Supersonic et l’International à Paris : les destins ont fini par s’entremêler au fil des concerts communs, des départs et des amitiés reconfigurées entre Romain Meaulard, Nicolas Pommé, Morgane Poulain et Quentin Marquès. Continuer la lecture de « Pop Crimes, Gathered Together (Howlin’ Banana, Safe In The Rain, Les Disques Du Paradis) »

à la une

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Un Jeanines par jour éloigne le docteur pour toujours

Jeanines
Jeanines

On aurait pu imaginer que New York, ville-monde, ville-monstre qui a vu naître tant de groupes depuis des décennies, finirait un jour par ne plus être féconde. Ce moment est pourtant bien loin d’être arrivé. Et les fans de pop ne s’attendaient certainement pas à voir apparaître au cœur de la Big Apple de très bons groupes à tendance twee, comme  Ribbon Stage ou Jeanines. D’ailleurs, le virus twee n’a pas non plus épargné le reste du pays, comme en témoigne la musique des Californiens de Cindy – dont le dernier LP Why Not Now est un petit bijou –, ou encore celle de The Umbrellas, eux aussi réminiscents de ce genre musical qui a fait florès dans les glorieuses années 1980 au Royaume-Uni, avec The Pastels et autres Talulah Gosh. La twee est donc bien vivante outre-Atlantique. Continuer la lecture de « Un Jeanines par jour éloigne le docteur pour toujours »

à la une

Catégories hommageÉtiquettes , , ,

Taï-Luc, soldat perdu du punk français

Tai-Luc, La Souris Deglinguée
Tai-Luc, La Souris Deglinguée / Photo : Eric Mullet Dalle

Taï-Luc vient de nous quitter. Il était le chanteur charismatique de La Souris Déglinguée. LSD, un groupe légendaire, mythologique, de punk-rockabilly-ska-funk qui a poussé sur le pavé parisien de la fin des années 1970. Il n’a jamais connu ni la gloire médiatique ni l’honneur des disques d’Or. Mais l’aventure de LSD tient autant à son public, à ses « fans », sa « Raya » si vaste que s’y côtoyaient des profils a priori inconciliables (skin natios et gauchistes de toute chapelle), qu’à l’indiscutable (aucun débat autorisé, car aimer LSD c’est parfois marier le paradoxe de l’intelligence et de la mauvaise foi) qualité musicale et du propos (ils furent nos Jam, nos Ramones et nos Madness, tout en un, faute de véritable concurrence). Continuer la lecture de « Taï-Luc, soldat perdu du punk français »