à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , , , ,

I Like 2 Stay Home #21 : UK Garage, Grime & Dubstep (2000 – 2020)

En 2002, si depuis deux ou trois ans le UK Garage (genre né au milieu des 90s comme une réinterprétion toute britannique de la Garage House américaine y injectant influences RnB et Jungle) est en train de vivre son climax plaçant dans les charts locaux des tubes, parfois issus de l’underground, comme ceux de The Streets, Craig David, Daniel Bedingfield, Wookie, Zed Bias ou MJ Cole, cela commence à sentir le sapin car comme toujours la récupération commerciale guette. Lassés de cette marchandisation, de nombreux producteurs continuent d’œuvrer en souterrain et le genre mute vers des territoires plus sombres et expérimentaux, deux courants essentiels de la musique contemporaine vont en naître : le Grime et le Dubstep. Continuer « I Like 2 Stay Home #21 : UK Garage, Grime & Dubstep (2000 – 2020) »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , , ,

#21 : Material, Memories (Celluloid, 1982)

Material
Material, Skin deep.

Est-ce le fait d’avoir passé la journée d’hier juché sur une échelle, ou campé sur le toit à tenter d’anticiper les tuiles à venir, mais je sens ce matin l’esprit d’escalier qui me taraude. J’avais d’abord envisagé de vous entretenir de l’hétéronymie chez Fernando Pessoa et Will Oldham, puis de tirer sur le marabout de ficelle pour voir ce qui relie Eric & Ramzy, Richard Matheson et Diabologum, avant de redescendre d’au moins un échelon suite à la rencontre inopinée avec ce 45 tours jaune et rouge étoilé. Au-delà du symbole du pentagramme (Little Red Record ?), c’est surtout le bandeau dans le coin supérieur gauche de la pochette qui, en cette période de distanciation sociale, a fait mouche. Spécial frotti frotta ! Qu’est-ce qui leur a pris chez Celluloid ce jour là ? Coup de génie commercial de Karakos ou abus de mauvais retsina ? Continuer « #21 : Material, Memories (Celluloid, 1982) »

à la une

Catégories livresÉtiquettes , , , , ,

Hugues Blineau, Le jour où les Beatles se sont séparés (Mediapop Editions)

Beatles Hugues Blineau
Photo : Hugues Blineau via la page facebook du livre

Le 10 avril 1970, je ne suis pas née. Je ne suis même pas encore à l’état de projet pour mon père et ma mère qui, par ailleurs, ne se sont pas encore rencontrés. En avril 1970, ma mère fait l’amour pour la première fois, je le sais car j’ai retrouvé son journal d’adolescente lorsque j’ai vidé son appartement après sa disparition. Le 10 avril 1970, les Beatles se séparent et si je ne suis pas sûre que cette nouvelle perturbe beaucoup ma mère, je suis en revanche certaine que mon père, ses cheveux longs et sa guitare en sont assez peinés, lui qui adorait George Harrison à qui il ressemblait vaguement. Mais de tout cela, je me fiche pas mal, je n’ai jamais été très fan des Beatles, même si comme tout le monde je peux citer un certain nombre de leurs chansons. Il y a celles que je déteste comme Ob-La-Di, Ob-La-Da ou Let It Be, et celles que j’aime beaucoup comme Sexy Sadie ou Come Together, mais il faut bien avouer que je ne me relève pas la nuit pour les écouter. Je me souviens d’avoir entendu les démos du White Album avec un garçon et d’avoir trouvé que Happiness is a warm gun était meilleure ainsi. Mais j’ai aussi souvent discuté avec un autre garçon qui qualifie les Four Guys de baltringues. Et, comme il est du genre persuasif, il a fini par m’en convaincre. Continuer « Hugues Blineau, Le jour où les Beatles se sont séparés (Mediapop Editions) »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , ,

I Like 2 Stay Home #20 : Mute early years (1978-1988)

Daniel Miller n’avait qu’une seule ambition en créant Mute Records en 1978 : sortir un single de son projet solo The Normal. S’il a par la suite signé Depeche Mode, Nick Cave & The Bad Seeds ou plus récemment New Order, cette partie immergée de l’iceberg a souvent fait de l’ombre à des sorties plus expérimentales. La passion de Miller pour la scène allemande des années 70 (Kraftwerk, Can, Neu! et consorts), a marqué au fer rouge les premières années du label. C’est cette facette que nous avons décidé d’explorer avec playlist qui montre également à quel point Mute était une histoire de famille. Les membre de Depeche Mode, Wire, Fad Gadget ont par exemple créé d’autres groupes, collaboré avec des artistes Mute ou bien sorti des projets solos. Les grosses pointures de l’époque ont depuis quitté le navire, mais quarante-deux années après sa création, Mute Records est encore un formidable laboratoire de recherche. Continuer « I Like 2 Stay Home #20 : Mute early years (1978-1988) »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , , ,

#20 : The Wedding Present, You Should Always Keep In Touch With Your Friends (Reception, 1986)

Chers,

Christophe C., Laurent M., Marcos M., Laurence C., Jean-Philippe B., Karine M., Cathy D., Patrice C., Sylvie M., André D., Marie D., Christophe et Nathou B., Cyril C., Marie M., Stéphane A., Christophe P., Karine L., Olivier M., Joris C., Stéphane T., Bérengère L., Marie D., Emmanuelle S., Marianne L., Trufo, Sylvie B., Anne P., Marie-Laure L., Philippe T., Pascal S., Seb D., Fred B., Nicolas G., Christian M., Franck L., Frédérique C., Anna D., Mark R., Marc M., Virginie A., Philippe T., Khalid M., Catherine B., Jean-Sébastien C., Christian B., Serge K., Franck L., Jean-Baptiste M., Chloé L., Eric B., Yohan L., Aurélie A., Loïc W., Nicolas M., Valentine H., Jérôme R., Aurélie D., Lionel J., Julien W., Thomas S., Tariq T., Florence A., Viviana A., Thomas B., Alexandra F., Nicolas P., François G., Anne M., Jack B., Gérard B., Fabienne B., Marianne S., Camille J., Chan C., Arnaud V., Alex A., Emmanuelle P., Sébastien G., Christophe G., Uwe G., Jean-Daniel D., Pascal B., Olo D., Charlotte S., Catherine G., Roland T., Jean-Charles C., Wissam C., Joana H., Khalil J., Kris H., Stan B., Sam D., Frédéric B., Le Groupe Tzigane Vortex, Robert W., Karine V., Jean-Louis G., Pierre L., Alain G., Cynthia D., Marie-Pierre C., Nicholas C., Béa H., Eric F., Frédéric M., Hocine C., Laeticia T., Cyril D., Tony A., Continuer « #20 : The Wedding Present, You Should Always Keep In Touch With Your Friends (Reception, 1986) »

à la une

Catégories interviewÉtiquettes , ,

Kevin Tihista : « J’aimerais bien être capable de ne pas tout foirer »

Rester fidèle à ce que l’on croit et ce que l’on ressent. Persévérer pour tenter de partager en quelques lignes un peu de l’émotion ressentie : en relisant les mots patauds que j’avais consacrés, à leur sortie, aux deux premiers albums de Kevin TihistaDon’t Breathe A Word (2001) et Judo (2002) –  je m’aperçois qu’il n’a sans doute jamais été question d’autre chose. Vingt ans plus tard ou presque, l’intensité du choc ne s’est pas estompée et, en découvrant il y a quelques jours à peine une nouvelle série de chansons – les premières publiées depuis 2013 – le désir d’en restituer les effets demeure tout aussi irrépressible. En alignant les mêmes superlatifs, en recourant aux mêmes comparaisons – Joe Pernice, Elliott Smith – dont on peut espérer qu’elles seront susceptibles d’éveiller l’attention de quelques-uns. Une seule chose a changé : il est désormais possible, par l’entremise de la technologie virtuelle, d’envoyer un témoignage de gratitude balbutiante à cet auteur rare et dont on ignore tout ou presque. Quelques banalités d’usage plus tard – « J’aime beaucoup ce que vous faites depuis longtemps. – Merci beaucoup, ça fait plaisir. » et autre badinage du même acabit – Kevin Tihista est donc en ligne depuis la banlieue de Chicago, vaguement étonné qu’on puisse s’intéresser à lui. Continuer « Kevin Tihista : « J’aimerais bien être capable de ne pas tout foirer » »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , , ,

I Like 2 Stay Home #19 : Austin, Texas

J’ai découvert Austin en 2014, lorsque j’ai débarqué à Paris et commencé à fréquenter ses salles de concert. Les personnes que j’y rencontrais rêvaient toutes d’un même festival : l’Austin Psych Fest [depuis renommé LEVITATION]. Né un an plus tôt à l’initiative de The Black Angels, l’événement affichait une programmation démentielle, digne de cette ville qui fut, dans les années 1960, l’un des berceaux du mouvement psychédélique avec des groupes comme 13th Floor Elevators. Nous écoutions les playlists du festival, et épluchions la discographie de chaque groupe inconnu à l’affiche. Ceux qui avaient eu la chance de visiter la capitale texane en parlaient comme d’un eldorado musical. L’image n’était peut-être pas si fantasmée puisqu’en 1991, la ville de Daniel Johnston et Roky Erickson, la plus dotée en scènes de concert par habitant de tous les États-Unis, s’auto-proclamait « live music capital of the world » ; une formule restée en usage.

Continuer « I Like 2 Stay Home #19 : Austin, Texas »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , , ,

#19 : Eyeless In Gaza, Others (Cherry Red, 1981)

Eyeless In Gaza, tronc commun.
Eyeless In Gaza, tronc commun.

Que deviennent les autres, proches comme ennemis, quand tu ne les vois plus ? Peut-on tendre à une certaine plénitude en se laissant socialement distancer ? L’altérité est-elle soluble dans le confinement ? Vous avez deux heures. Continuer « #19 : Eyeless In Gaza, Others (Cherry Red, 1981) »

à la une

Catégories chronique nouveauté, chroniquesÉtiquettes , , , , ,

Vacant Gardens, Under The Bloom (Tall Texan)

Glenn Donaldson nous avait déjà fait le coup avec Anxiety Art, l’excellent disque de The Reds, Pinks & Purples paru l’année dernière. Non, tout bien réfléchi, cela fait presque 20 ans qu’il récidive à sortir de son chapeau de nouveaux projets stylistiquement différents, au cercle de confidentialité aussi resserré que l’intimité qu’il ne cesse de tisser, disque après disque – et le monsieur est du genre productif -, avec ses fidèles auditeurs. D’une façon non exhaustive, rappelons la pop minimaliste d’Art Museums (avec le regretté Josh Alper), les chansons pastorales et surréalistes  de The Skygreen Leopards (avec Donovan Quinn), la cold wave germanique, nerveuse, martiale et romantique de Horrid Red  et Teenage Panzerkorps pour ne citer que les projets qui ont connu un embryon de succès, et sans jeter la pierre à celles et ceux qui n’en ont jamais entendu parler… Continuer « Vacant Gardens, Under The Bloom (Tall Texan) »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , , , ,

I Like 2 Stay Home #18 : Burt Bacharach

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

Burt Bacharach et Dionne Warwick
Burt Bacharach et Dionne Warwick

Bien sûr, je ne savais pas du tout, lors de ces vacances de Pâques du début des années 1970, que la mélodie que je chantais à tue-tête dans les couloirs d’un hôtel d’Itxassou vers les six heures du matin, au grand désarroi de ma mère, était de lui… Mais forcément, ce doit être le genre d’expérience qui marque – sans tout expliquer, n’exagérons rien –, même s’il s’agissait d’une version française que j’avais d’ailleurs moi-même adaptée : “Toute la pluie tombe sur moi / Mais moi, je ne m’en fais pas…” (vous pouvez vérifier, ce ne sont pas les paroles que chante Sacha Distel dans la chanson parue en 1970). Continuer « I Like 2 Stay Home #18 : Burt Bacharach »

à la une

Catégories billet d’humeurÉtiquettes , , , , ,

La route de Rome

Jour pour jour en 1993, New Order sortait « Regret »

New Order, conférence de presse pour la sortie de Republic.
New Order, conférence de presse pour la sortie de Republic.

C’est un dimanche du mois de mars. Un dimanche matin. Il y a une Convention du Disque à l’espace Champerret à Paris. Il est encore tôt quand ils sortent de la bouche du métro. Le garçon a un walkman et une cassette. Une cassette pas comme les autres. Ni l’une de celles officielles qu’on peut acheter dans le commerce, ni un de ces modèles vierges sur lesquels on enregistre pour les copines et les  copains ses morceaux préférés avant de confectionner une pochette artisanale – en général en découpant une photo dans un magazine (de mode, de musique, de télé – rayer la mention inutile). C’est la cassette d’un disque qui n’est pas encore sorti. C’est la cassette d’un disque qui n’est pas encore sorti enregistré par l’un des groupes favoris du garçon. Car aujourd’hui, il fait partie des privilégiés. Il travaille dans un magasin de disques, il écrit dans un fanzine et grâce à sa chronique de l’hommage à Leonard Cohen réalisé par Les Inrockuptibles, on lui a proposé de piger pour Rock & Folk. Il a passé un entretien pour ça, face à Philippe Leblond qui est alors le rédacteur en chef adjoint – il ne lui dira pas pendant l’entretien mais il se souvient très bien de sa chronique du premier album de Lloyd Cole & The Commotions, en 1984, dans les pages de ce même magazine. Un magazine qui cherche quelqu’un qui s’intéresse  à la scène « indé » britannique. On va dire que « ça tombe bien ». Continuer « La route de Rome »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , , , , ,

#18 : Orange Disaster, Something’s Got To Give (Neuter Records, 1980 / Vogue, 1981)

Orange Disaster, deux en un.
Orange Disaster, deux en un.

Le batave siffle tard.
Je ne sais plus qui de Thierry Roland ou de Jean-Mimi Larqué en est l’auteur (ou même si la citation n’est pas, qui sait, apocryphe). Encore moins de quel match il s’agissait, s’il concernait l’équipe de France ou un grand d’Europe. Qu’importe (je gage que Christophe B. saura nous éclairer). De la formule de nos duettistes, Bouvard et Pécuchet de la lucarne, de ce fragment d’un discours amoureux sur le football où, avec un sens inné du raccourci (et du tacle à la carotide), le génie le dispute à l’idiotie, on retiendra essentiellement que l’arbitre était néerlandais et avait une conception toute personnelle du temps additionnel. Mais rien ne nous empêche d’exfiltrer cet immortel aphorisme de l’aire de jeu et de le malaxer pour mieux l’appliquer à la politique de nos homologues hollandais en matière de stratégie sanitaire. D’abord partisan d’un calcul délicat, la fameuse « immunité collective » un temps chère à BoJo, le gouvernement néerlandais préconise désormais, plutôt qu’un confinement généralisé et contrôlé, un « lockdown intelligent » – une façon de jouer sur les mots ou de pointer poliment le manque de jugement du voisin. Aux pays des polders, on peut vivre comme avant, ou presque. Si les bars, les musées ou les salles de gym sont fermés, la plupart des magasins restent ouverts, ainsi que les coffee-shops (mais attention, uniquement pour la vente à emporter !). On peut donc, en relative liberté, continuer à rouler – et pas seulement à bicyclette – ou subtiliser des Van Gogh. Maintenant, reste à savoir si le batave est versatile. La barre des 1500 décès ayant été atteinte (puis allègrement dépassée après la rédaction de ce post) aux Pays-Bas, il n’est pas exclu que l’arbitre siffle rapidement la fin de la récré, laissant seule la Suède jouer les prolongations (et Virna Lindt me faire du pied sous la table pour passer sur la platine). Continuer « #18 : Orange Disaster, Something’s Got To Give (Neuter Records, 1980 / Vogue, 1981) »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , , ,

#17 : The Passage, New Love Songs (Object Music, 1978)

The Passage, carré rose.
The Passage, carré rose.

Manifestement, baisser le son n’était pas une option. Alors que j’avais repris la longue lecture, abandonnée au bord de la route quelques mois auparavant, du London Orbital de Iain Sinclair, et que cette exigeante déambulation psycho-géographique le long de la M25 – la motorway qui ceinture le Grand Londres – demandait toujours autant de concentration, un type du nom de Scarlxrd, catalogué par mon second fils comme le pape du trap metal (je ne sais pas où il va chercher des termes pareils, il n’a jamais mis les pieds au Vatican ni même dans une église) éructait des lyrics chelou sur un ton passablement agressif. Quand j’avais 12 ans, je m’enfermais dans ma chambre pour faire jouer mon électrophone ou écouter le hit-parade sur les radios périphériques. La solitude était une donnée nécessaire pour m’adonner à cette exploration, sans compter qu’ainsi je ne cassais les tympans à personne. Désormais les mômes se déplacent avec une enceinte portable en bandoulière et imposent Koba La D ou Zola à toute la maisonnée. Je réitérais mon injonction au silence, sans succès, ledit Scarlxrd se contentant de balancer un virulent Go fuck yourself till’ you bleed en retour. Continuer « #17 : The Passage, New Love Songs (Object Music, 1978) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , ,

Stephen Malkmus, Traditional Techniques (Domino/Sony)

Stephen Malkmus Traditional TechniquesNous n’avons jamais vraiment pu nous décider à détester totalement Stephen Malkmus. En dépit de certains agacements un brin corrosifs, trop beau gosse, trop malin, bien souvent trop égocentrique pour ne pas laisser les solos de guitares à d’autres, on garde toujours un intérêt, modéré, certes, mais bien réel pour sa carrière solitaire mais bien accompagnée (Janet Weiss aux tambours fut* un temps). Car même si l’on lui est finalement reconnaissant d’avoir sabordé Pavement avant d’avoir commis un disque franchement mauvais à l’aube du second millénaire, on reste toujours là, entre circonspection et excitation, sans jamais vraiment y trouver ni à redire, ni tout à fait notre compte. Continuer « Stephen Malkmus, Traditional Techniques (Domino/Sony) »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , , ,

I Like 2 Stay Home #16 : Sixties Garage Etc.

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

Les États-Unis offrirent dans les années soixante une quantité de groupes phénoménale. Généralement regroupés sous l’étiquette Garage-Rock, cela ne traduit pas nécessairement la richesse de cette profusion de formations souvent semi-professionnelles et avec des discographies parfois minces. Ce mix n’a pas vocation à être représentatif de quoi que ce soit, mais il donne quand même en filigrane une certaine idée du son que pouvait avoir les jeunes groupes nord américains dans cette décennie. Qu’ils soient garage (The Standells, Question Mark and the Mysterians), psyché, bubblegum (The Ohio Express), folk-rock (The Leaves), instrumentaux (The Ventures, The Arrows) ou même hard rock, rares sont ceux à avoir véritablement marqué la grande histoire de la musique, et pourtant tous offrent une plongée fascinante dans le passé autour d’excellents morceaux. Les plus connus ici seront certainement The Byrds, The Turtles ou Iron Butterfly. J’ai pris le parti pour ces groupes de choisir des titres instrumentaux qui je l’espère s’inscrivent bien dans la dynamique générale… Les amateurs de sixties reconnaîtront beaucoup de noms (Strawberry Alarm Clock, Music Machine, Paul Revere and the Raiders etc.), surtout ceux qui ont écumé les compilations Nuggets ! J’espère néanmoins aussi arriver à les surprendre sur quelques morceaux. J’ai pioché dans ma collection des disques achetés sur une période d’une douzaine d’années, certains très récemment, d’autres que j’ai été chercher dans mes boîtes dédiées. La sélection a ainsi été enregistrée en live avec des 45 tours . Ils sont majoritairement d’époque – j’ai pris juste une petite liberté pour le magnifique In The Past – ceci peut expliquer que certains sonnent un peu lo-fi mais cela fait aussi partie du charme, non ? Continuer « I Like 2 Stay Home #16 : Sixties Garage Etc. »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , , ,

#16 : Orchestre Rouge, Soon Come Violence (RCA, 1982)

Orchestre Rouge
Orchestre Rouge dans la bibliothèque.

Décidément, je n’en rate pas une. Ou plutôt si, justement. Pas plus tard qu’hier au jardin, dans la belle lumière du soleil déclinant, où je tentais de perfectionner mon petit jeu – chipping et approches levées, essentiellement. Or personne, et moi le premier, n’est à l’abri d’un coup mal dosé, d’une trajectoire non maitrisée. Insensible à la recommandation don’t try this at home – et ce n’était pourtant pas faute d’avoir réécouté récemment Accident Waiting To Happen de Billy Bragg – je courus pleine balle vers les dégâts, ceux qui à l’instar des feuilles mortes se ramassent à la pelle. La tête basse et le club entre les jambes, je rentrai avouer mon forfait à la maison. D’où on me rétorqua que ce n’était pas si grave, qu’est-ce que tu veux y faire (sinon aller me nettoyer tout ça fissa). Continuer « #16 : Orchestre Rouge, Soon Come Violence (RCA, 1982) »

à la une

Catégories dossierÉtiquettes , ,

Machines Hors Série #1: du vocodeur à l’autotune, les effets vocaux

Roger Troutman de Zapp et sa talk box home made
Roger Troutman de Zapp et sa talk box home made

En ces temps reclus, il est temps de relancer la série consacrée à ces Machines qui ont changé la donne. Certains d’entre vous auront peut-être ainsi envie d’ouvrir leur logiciel de musique ou de sortir leur guitare… Histoire de s’y remettre en douceur, voici un hors série sur les principaux effets vocaux. Nous avons choisi de ne pas parler des réverbérations, des échos ou des effets de modulations car ils ne sont pas forcément spécifiques à la voix et feront eux aussi l’objet d’un article dans ce format. Il nous a semblé intéressant d’évoquer la question du traitement créatif de la voix, car bien souvent les effets ne sont pas toujours bien identifiés, généralement mis dans le panier du vocodeur ou de l’auto-tune, selon son âge et sa sensibilité. Certains effets sont d’ailleurs difficiles à distinguer les uns des autres, y compris pour des oreilles exercées. Ainsi, nous n’avons pas mentionné certains exemples (Harder Better Faster Stronger ou Around the World des Daft Punk) car la certitude sur l’outil utilisé (vocodeur ou talkbox ?) était floue, malgré nos recherches. Continuer « Machines Hors Série #1: du vocodeur à l’autotune, les effets vocaux »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , , ,

I Like 2 Stay Home #15 : Spirits Rejoice ! – Jazz Funk Greats

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

Cette sélection n’a aucune vocation historique, ni ne dressera un panorama contemporain de cette vieille dame qui fait toujours un peu peur aux plus jeunes : le jazz. Juste quelques morceaux allant des années 60 à nos jours d’un genre aux innombrables sous-genres, et qui n’est pas près de s’éteindre. Continuer « I Like 2 Stay Home #15 : Spirits Rejoice ! – Jazz Funk Greats »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , , ,

#15 : Les Ablettes, Tu verras (Réflexes, 1983)

Les Ablettes
Les Ablettes, le nez dans le gazon.

Chaque jour, réduire davantage le débit. Filtrer les images comme les prises de paroles sur les plateaux. Tenir les petits à distance de la brutalité des faits. Resserrer l’emprise sur les canaux des chaines d’infos en continu, pour que ça ne coule plus qu’au compte-gouttes. Et compter les morts – puisque même en établissant un sas de sécurité autour de la télé, on ne peut pas décemment tourner le dos aux chiffres, s’abstraire totalement des titres et des manchettes. Certains soirs, certains matins, l’entrain déraille, le moral s’en trouve tout chiffonné, et le bleu du ciel, cet indéfectible soutien quotidien, nous renvoie à des batailles qu’on peine alors à mener.
Parfois l’antidote surgit inopinément des boites. Celle-là, on lui a d’abord fait la moue. Elle nous a fait conjuguer de vilains verbes, dubiter, opiner du chef. Et puis who cares anyway, une ruade d’optimisme teenage et faussement béat ne se refuse pas, pas en ce moment. Continuer « #15 : Les Ablettes, Tu verras (Réflexes, 1983) »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , ,

I Like 2 Stay Home #14 : En lisant, en écrivant.

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

Depuis quelques temps, nous passons des journées intérieures, confinés en nous-mêmes, à l’écoute du silence de la rue. C’est un silence intrigant, il dilue le temps et inonde les pensées, nous tournons en boucle dans nos quelques mètres carrés, inventant d’ingénieux itinéraires qui nous mènent du lit au canapé, du canapé à la chaise de cuisine, de la chaise de cuisine à la baignoire, de la baignoire au lit. Curieuse épopée que cette vie devenue un voyage immobile. Quelques-uns d’entre nous (beaucoup, oserais-je le souhaiter) en profitent pour revenir à l’écrit, aux mots, au récit. Nous redécouvrons nos bibliothèques, nous sortons peu à peu du Tsundoku, nous entreprenons de rédiger le journal de ces jours du dedans. En lisant, en écrivant, comme le formulait Julien Gracq, nous demeurons vivants. Continuer « I Like 2 Stay Home #14 : En lisant, en écrivant. »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , ,

#14 : Les Zarjaz, One Charmyng Nyte (Creation, 1985)

Les Zarjaz
Les Zarjaz sur le haut de la pile.

Ce matin j’avais prévu de rassembler dès potron minet John Milton, Dante Alighieri, Robert Smith et Jean-Paul Sartre, puis de convoquer Jay Mascis pour qu’il nous napalme tout ça à grand renfort de Fender Jazzmaster. Finalement il n’en sera rien, et la faute en incombe à Xavier Mazure. Ce matin (pour ceux que les arrière-cuisines intéressent, j’essaie d’avoir un jour d’avance sur la mise en ligne et d’écrire de 6 à 8 heures. Ensuite les gamins déboulent et entament plein pot leur entreprise de déforestation de ma quiétude. Je me vois obligé de hausser le ton et bâcler la fin. Voilà, vous savez tout), ce mardi matin 31 mars à 5.55 donc, je prends connaissance du I Like To Stay Home #12 publié la veille. Le volume 1 de En Attendant La Reprise était déjà remarquable, que dire alors du 2, plus aventureux encore ?
Il est parsemé de balises solides (Big Black ou Saint Etienne), de curiosités tendrement perverses (Momus troussant Mylène Farmer), de all-time favourites (Yo La Tengo bottant le cul de Sun Ra ou – c’était une autre option, non retenue – polluant les rêves nocturnes de Stevie Nicks) et surtout de moult choses dont je ne soupçonnais même pas l’existence (Donovan dans la backroom de Patrick Cowley, j’ai hâte). Plus, coïncidence, les Zarjaz que j’avais envisagé de ressortir des cartons d’ici quelques jours ou semaines. Du coup, bouleversement hasardeux des priorités et pass coupe-file délivré à Ziro Baby, propulsé direct sur le haut de la pile – lui qui a le plus souvent navigué dans les basses eaux de l’indifférence. Continuer « #14 : Les Zarjaz, One Charmyng Nyte (Creation, 1985) »

à la une

Catégories livresÉtiquettes , , ,

Bertrand Bouard, The Band (Le Mot et Le Reste)

The Band
The Band

On peut s’en amuser ou s’en plaindre. Comme toutes les étiquettes commodément apposées sur des œuvres qui échappent, par essence, à toute réduction mercantile, celle-ci a fini par désigner à peu près n’importe quel produit susceptible d’attiser l’attention du chaland en quête d’authenticité factice ou d’imagerie estampillée « cowboy friendly ». La preuve ? Les moteurs de recherche interrogés à l’heure de rédiger cette chronique sur les usages du terme renvoient aussi bien à des restaurants fourguant sans vergogne leurs burgers de pacotille qu’à des paires de chaussure conçues en Germanie, voire – on préfèrerait ne pas en apprendre autant tous les jours – aux intitulés de disques signés par The Offspring ou Roch Voisine. L’Americana se vend donc partout et le vocable, inventé par la presse anglo-saxonne dans les années 1990 pour désigner les héritiers autoproclamés de The Band, n’est donc d’aucune utilité. Raison de plus pour en revenir aux seules sources historiques et s’offrir, à l’occasion de la publication d’une première biographie francophone, une revisite de ces monuments discographiques, parmi les plus fréquentés de la fin du XX° siècle et sans lesquels un bon tiers – soyons prudent dans l’estimation chiffrée – de ce que nous écoutons aujourd’hui n’aurait jamais existé. Continuer « Bertrand Bouard, The Band (Le Mot et Le Reste) »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , ,

I Like 2 Stay Home #13 : Soul Time

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

Vers la fin des années soixante, alors que la soul commençait à prendre son essor auprès du public blanc, beaucoup d’artistes noirs américains avaient pris pour habitude de se confronter aux standards de la pop ou de la country contemporaines. Cette sélection suit le télescopage de ces deux mondes.

Continuer « I Like 2 Stay Home #13 : Soul Time »

à la une

Catégories 45 tours de confinement, playlistÉtiquettes , , , ,

#13 : Swanic Youth, Sonic Yoot / Swan Jovi (The Only Label In The World, 1987)

Swanic Youth
Swanic Youth dans de beaux draps.

J’ai dû avoir la main lourde sur les paupiettes. Ou alors est-ce le boulghour du midi, son caractère inédit sur mon estomac. Je n’aurai l’impudence d’imputer cela au Gevrey-Chambertin, plus que correct. Encore moins à la fièvre qui, ouf, ne s’est toujours pas présentée. Toujours est-il que la nuit fut lardée de cauchemars rissolants, eux-mêmes peuplés de lapin chasseur et autre Daffy confît. Au canard déchainé succéda une créature bicéphale, sorte de Janus jaunâtre (les rêves ont ceci de bien qu’ils autorisent les pires allitérations) qui prenait alternativement les traits de Thurston Moore et de Michael Gira. Un duo good cop / bad cop à lui tout seul, l’un dégoulinant de coolitude, l’autre terrifiant sous son chapeau de cow-boy à larges bords. Continuer « #13 : Swanic Youth, Sonic Yoot / Swan Jovi (The Only Label In The World, 1987) »

à la une

Catégories billet d’humeurÉtiquettes , ,

Aimee Mann, How Am I Different

Aimee Mann
Illustration de Seth dans le livret de « Lost In Space »

À cette époque comme à d’autres, le cinéma se lit, autant qu’il se voit. Après chaque projection, tel un rite, vient l’inévitable débat nourri de lectures, les Cahiers, Les Inrockuptibles, Telerama, etc., qui fourmillent de théories dites et non dites, sues et insues, depuis lesquelles nous prenons langue. Chacun a sa publication de référence et sur ce substrat, nous pouvons nous élancer plus loin, énoncer enjeux et vocabulaire, jouer les apories, voir le monde – philosopher, des heures. Ce que la musique ne permet pas – encore.

C’est cette époque de nos vies.

Sort Magnolia, troisième film de Paul Thomas Anderson. Continuer « Aimee Mann, How Am I Different »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , , ,

I Like 2 Stay Home #12 : En Attendant La Reprise, Volume 2

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

Il y a quelques semaines déjà, nous commencions cette série de mixtapes quotidiennes avec, entre autres, le premier volume de l’étonnante collection de reprises de Xavier Mazure. Voici le second, avec pour rappel, ce qu’il nous disait alors : « Et si on publiait des compilations pour égayer les journées de nos lecteurs pendant qu’il sont confinés ? » « Ça tombe bien, j’ai une compilation de reprises que j’ai faite pour la naissance de mon fils. La reprise, c’est un joli thème pour cette période un peu angoissante. » Voici donc En Attendant La Reprise, une compilation qui n’était pas du tout prévue pour ces circonstances. Cinquante-deux (soit deux fois vingt-six, vous avez bien compté) citations et réinterprétations, qui entre deux mystères, suggèrent aussi que les choses belles n’ont jamais de fin. Continuer « I Like 2 Stay Home #12 : En Attendant La Reprise, Volume 2 »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , ,

#12 : Les Charlots, Paulette la reine des paupiettes (Vogue, 1967)

Les Charlots
Les Charlots aux petits oignons.

Dès les premières heures du confinement, Stéphane avait vu juste. Avec cette grandiloquence un brin bonhomme qui séduirait les pierres, il nous avait gratifié d’une de ses prédictions qui généralement s’avèrent exactes (il n’y a que sur le retour d’affection et les scores du PSG qu’il se plante allègrement). Ce confinement allait provoquer sur notre ligne déjà fortement écornée des dégâts autrement plus importants que ceux imputables à une double couvade. D’autant que pour corroborer ses dires, il s’était empressé de nous délivrer par Skype la recette de son Confiné de canard aux cèpes et pommes de terre. Et chacun de surenchérir, à coups de welsh rarebit par-ci (une spécialité de Jean-François Pauvros), de carbonnade flamande par-là, ou de reblochette aux lardons exagérément roborative partout ailleurs. La semaine n’était pas encore achevée que déjà on gisait sur le côté. Je n’osais m’aventurer trop près d’une balance, sentant bien que la malédiction du quintal avançait à grands pas (quand comme moi on plafonne à 1,73m, ça n’est pas du meilleur effet) et à la maison (where else ?!) la tension était montée d’un cran de ceinture. D’où, en forme de baroud d’honneur, cette Paulette, reine des paupiettes, dernière station en sauce avant la lente déliquescence que me réserve la diète méditerranéenne. Continuer « #12 : Les Charlots, Paulette la reine des paupiettes (Vogue, 1967) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Taulard, Dans La Plaine (Broderie Records)

« J’trouve pas mes mots »

C’est peu dire que la musique de Taulard aura permis ma renaissance à la musique à un moment où j’étais bien perdu. C’était il y a quelques années, dans un caveau du centre de Nantes, où j’avais atterri au détour d’un séjour de vacances. Le hasard avait voulu que je lise quelques lignes enthousiastes au sujet du groupe, celles de Rod Glacial chez Vice pour être précis. Bingo, ils jouaient tout près de notre maison échangée. Le tranchant de leur musique m’avait alors ébloui, une illumination en bonne et due forme. Je n’en pouvais plus des guitares, il n’y en avait pas une seule, ils utilisaient cet orgue tournoyant et accueillant. Je bloquais sur l’anglais, ils déployaient une poésie nouvelle à mes yeux, des choses très simples, très belles, sans fausse pudeur, droit dans les yeux. Je ressentais chez moi une sorte de réaction, un retour ennuyeux à la virtuosité, un immobilisme de poses sonores, une vacuité du propos, Taulard remettait au centre des débats l’expression, l’énergie, la simplicité. Fermer les yeux, trouver du sens, de l’émotion et danser : cette musique est physique. Ils étaient jeunes, ça jouait fort, il faisait bon dans cette petite foule agglutinée, quelque chose se passait, enfin. Continuer « Taulard, Dans La Plaine (Broderie Records) »

à la une

Catégories playlistÉtiquettes , , , ,

SECTION26 NEWS#3 : 03.2020

Troisième récolte de nouveautés au programme de cette playlist mensuelle menée par la rédaction de section26. Des amours de toujours à quelques artistes émergeants, nous avons essayé, malgré les nombreuses annulations de sorties, de vous proposer quelque chose qui soit à l’image de notre collectif. Comme toujours, deux modes d’écoute : la playlist en continu sur Soundsgood où vous pouvez sélectionner votre plateforme préférée (Spotify, Deezer ou YouTube, pour les non abonnés) et la sélection commentée par nos plumes ci-dessous. Let’s play, like we were brothers comme disait Gabi Delgado.
Continuer « SECTION26 NEWS#3 : 03.2020 »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , ,

#11 : The Flying Lizards, Money (Virgin, 1979)

 The Flying Lizards
The Flying Lizards sur lit de pièces jaunes.

« The best things in life are free / But you can give them to the birds and bees ». Même quand il ne circule plus, il continue de faire tourner les têtes et le monde. Le flouze, le grisbi, la maille, le bif. Les bourses chutent, la récession pointe, le virus décime, mais prenons garde à ce qu’il n’ait pas la peau de l’économie. La BCE peut bien injecter 750 milliards d’argent frais pour que le manège continue de tourner, à mon micro niveau l’équation est simple, la loi du marché devient un jeu d’enfant. Confiné, je ne gagne plus grand chose, mais confiné je dépense guère davantage (et je pourrai facilement atteindre l’équilibre si je levais le pied sur le Bourgogne). Au bout du compte, je trouve ça plutôt ça sain. J’envisage même de me remettre au troc. Je connais près de Nemours un type (un soit-disant proche de « Pristine » Christine Lagarde) qui n’a pas d’oursins dans les poches et qui est prêt à me céder deux caisses d’Aloxe-Corton 2015 en échange de ma copie near mint du premier single Sarah des Sea Urchins (et je n’ose pas vous avouer ce qu’il consentirait lâcher pour le Strike Up Matches d’Episode Four). Evidemment, tout ça n’engage que moi et je vous autorise à me chercher des poux ou m’agonir (soyez originaux sur les noms d’oiseaux, je vous rappelle que j’ai un gamin qui veut devenir ornithologue), à condition de laisser ce cher Henri Calet en dehors de tout ça. Continuer « #11 : The Flying Lizards, Money (Virgin, 1979) »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , , , , , ,

I Like 2 Stay Home #11 : Dogs are everywhere

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

L’histoire de la musique ne manque pas d’anecdotes sur les chiens, meilleurs amis des amoureux de pop moderne. Si certaines sont bien connues, comme Martha, My Dear qui parle du chien de McCartney, d’autres sont plus obscures. Par exemple, le titre Nelson d’Hubert Mounier parle du chien de Vanessa Paradis… Cette sélection de 26 titres est inspirée par ma chienne, Sonia, qui malgré de longues heures de télétravail depuis le début du confinement, rythme ma vie au gré de ses envies de se promener, de jouer ou de manger. Comme disait Macca : Take a good look around you, Take a good look you’re bound to see, That you and me were meant to be, With each other, Silly girl. Continuer « I Like 2 Stay Home #11 : Dogs are everywhere »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , , , ,

#10 : Missing Scientists, Big City Bright Lights (Rough Trade, 1980)

Missing Scientists en milieu (presque) stérile.

A force depuis plus de dix jours de vivre ainsi les uns sur les autres du matin au soir (mais Dieu ou Marx merci, pas du soir au matin !), il fallait bien que les questions qui fâchent ressurgissent, malgré nos perspectives d’avenir émoussées.
« Anton, tu sais ce que tu veux faire plus tard ? – Je sais pas moi, genre ornithologue. – Tu veux dire le truc avec les oiseaux ? T’es sûr ? – Ou alors océanographe. Sinon, paléontologue c’est bien aussi, l’étude des fossiles et tout. – Tu ne veux pas plutôt faire prof de lettres ? Ou bibliothécaire, comme tonton Jeanphi et la Karen des Go-Betweens ? Bibliothécaire, mon grand, peut-être le plus beau des métiers du monde. – Non, ça c’est tout cramé. Une chose qui est certaine c’est que ça sera un métier scientifique, on voit bien qu’on en manque en ce moment, avec le virus et tout ». La conversation tenta de se prolonger en claudiquant, avant de s’embourber dans un fatras inextricable convoquant chloroquine, masques FFP2, vaccins et chercheurs manquants – ou en manque, je ne sais plus. Faute de crédibilité et de bagage (quel ascendant peut-on prendre sur un enfant de 14 ans quand on se targue d’avoir obtenu un Bac littéraire et quasi rien derrière ?), je n’eus bientôt plus voix au chapitre. Avant que tout – le désir, le vin, le temps, la mauvaise foi – ne vienne à manquer, je rapatriais l’unique 45 tours des Missing Scientists, considérant qu’il pouvait faire office d’honnête appendice au post de la veille. Continuer « #10 : Missing Scientists, Big City Bright Lights (Rough Trade, 1980) »

à la une

Catégories fanzinesÉtiquettes , , , , ,

Papivole #11, mon histoire avec la presse musicale, 1978-2018 : le fanzine Parklife 60

Parklife 060
Parklife 060

En m’installant à Strasbourg en septembre 1989 pour y suivre des études d’Histoire, je ne me doutais pas que toute une région allait m’embrasser dans toute sa diversité et sa flamboyance rock’n’roll et dérivés. Par cercles concentriques, par ensembles proches mais disjoints, j’allais de loin en loin pouvoir me créer mes propres affinités en m’appuyant sur les épaules de mes géants à moi : les frères Danet dont le trio avec Marc Fischer, Ghetto Blaster Blues, allaient devenir Le Plus Simple Appareil et qui me traînaient aux concerts, Hervé et Elsa qui m’ouvraient les portes de leur appartement et de leur discothèque impeccable (Modern Lovers, Television Personalities pour commencer), Isabelle & Valérie avec qui on lisait le New Musical Express et les Inrockuptibles, avec qui on écoutait Bernard Lenoir, la famille Limelight (Emmanuel Abela et Bruno Chibane) qui s’occupaient du ciné club couru, pointu, populaire de l’Université, et de leur revue cinéma format italien, Karine, lumineuse, qui portait les cheveux courts et des vestes en daim d’occasion, Mathieu et Sophie dans leur Simca Aronde dans laquelle j’aimais me lover sur la banquette arrière, la nuit, la Happy Alsatian Family (les futurs Original Folks, le futur Etienne Greib), le studio Downtown de Didier, situé à Illkirch dans une ancienne usine Knorr, les magasins de disques d’occasion (la Seconde Main et sa vendeuse mystérieuse et impassible surtout), la FNAC et plus tard Babouin 1er… Et j’en oublie. Et puis il y avait cette famille régionale éloignée : d’un côté, la cité ouvrière mulhousienne pleine de morgue des Sun Plexus, et KG, réfugiés pour un temps seulement au nord, dans leur Shotgun Gallery puis à la Prison, et de l’autre, la ville plus feutrée, Colmar, tout aussi déterminée dans la pop internationale underground. C’était Hiéro, bicéphale dans la musique (Nicolas Jeanniard) et le cinéma (Jean-Damien Collin), et c’était enfin la nébuleuse Manson’s Child, derrière lequel se cachait une histoire déjà longue comme deux bras, celle de Mathieu Marmillot. Interconnectés, nous l’étions tous, sans fil, sans écran, et sans clavier, et ça prenait du temps. Il y a quelques semaines, j’ai roulé jusqu’à Mulhouse pour voir Joseph Fisher en concert, c’était organisé par Mathieu. J’y ai découvert l’existence de sa revue au numéro unique (pour le moment), Parklife 60, dont il a bien voulu me parler, en plus de tout le reste.  Continuer « Papivole #11, mon histoire avec la presse musicale, 1978-2018 : le fanzine Parklife 60 »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , , ,

I Like 2 Stay Home #10: Discovid-19

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

Le 20 mars dernier, nous sortions de l’hiver lors de l’équinoxe du printemps. Le temps s’améliore, à défaut de pouvoir réellement en profiter pour le moment, la lumière qui baigne nos appartements donne une pointe d’espoir… Quoi de mieux pour avoir envie de positiver qu’une sélection disco ? Musique pour s’enjailler par excellence, elle fut souvent méprisée, généralement à tord, cependant, ne nous mentons pas, le genre a généré pas mal de daubes et… de chefs d’œuvre. Le genre n’est en effet pas à un paradoxe près. Né dans l’underground gay/latino/afro-américain new yorkais sur la base des sélections éclectiques (musique latine, rock psyché, soul philly etc.) de David Mancuso, elle saisit l’Amérique blanche des classes moyennes par ses cascades de violons mélodramatiques. Rythmique binaire simple à danser, une emphase sur les mélodies, elle se transforme en un énorme succès commercial. Le raz de marée est aussi intense que court, quelques années seulement, la seconde moitié des seventies en particulier, et boum, la voilà morte et enterrée avec l’arrivée des années quatre vingt. Telle un phénix, elle trouve cependant un second souffle avec l’émergence passionnante de la post-disco, fascinant très d’union entre la disco (donc) et la House ou le R&B moderne… Mais ceci est une autre histoire ! Continuer « I Like 2 Stay Home #10: Discovid-19 »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , , , , ,

#9 : Teenage Filmstars, I Helped Patrick McGoohan Escape (Fab Listening, 1980)

Teenage Filmstars
Teenage Filmstars sur le toit.

Alors que je tendais mon Ausweis dûment coché à la case « courses » à Rémi, l’unique policier municipal de la commune, qui officiait à la sortie du village, je ne pus me retenir de lâcher un discret « Je ne suis pas un numéro. Je suis un homme libre ! ». Pas de réaction, pas l’esquisse d’un sourire, je crus même qu’il allait m’en coller une, de prune à 135 euros. Comme il n’y avait à la ronde pas non plus l’ombre d’un chat et encore moins celle d’un contrevenant, je tentais d’établir un semblant de dialogue, demandant à Rémi s’il voyait passer beaucoup de véhicules – Trop. -, s’il regardait Netflix – A fond ! -, s’il connaissait Le Prisonnier Non, trop pas, c’est quoi ?. La conversation en restera là, n’oublions pas que j’avais un caddie à remplir. Continuer « #9 : Teenage Filmstars, I Helped Patrick McGoohan Escape (Fab Listening, 1980) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Waxahatchee, Saint Cloud (Merge Records)

J’ai toujours maintenu une certaine distance entre Katie Crutchfield et moi. Une écoute tardive de sa discographie m’avait laissée sceptique, presque agacée : qui était-elle ? Depuis 2012, sa voix si singulière jaillissait d’albums aux guitares tapageuses et à l’énergie adolescente. Out in the Storm (2017), dernier de la série, constituait l’apogée de cet élan grunge. Pourtant, ça et là, quelques accalmies laissaient deviner une prédisposition pour des musiques plus traditionnelles : c’est dans la folk, la country, et plus généralement l’americana, que la figure de Philadelphie, originaire de l’Alabama, semblait se révéler. 

Continuer « Waxahatchee, Saint Cloud (Merge Records) »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , ,

I Like 2 Stay Home #9 : Pop Lane

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

Il est temps que cette histoire soit racontée, comme chantait l’autre. La période est propice au surgissement des souvenirs et, vingt ans plus tard, les filtres de la mémoire ont suffisamment fait leur œuvre pour ne retenir de l’aventure Pop Lane, à laquelle j’ai eu la chance de participer un peu, que les éléments les plus marquants. La passion commune de ces quelques garçons – les quatre associés fondateurs et tous les autres compagnons de route – pour une certaine idée de l’indie-pop ; leur envie communicative de rendre accessibles dans des magasins où l’on vendait encore parfois davantage de disques que de percolateurs ; ces perles rares dénichées dans les catalogues foisonnants des labels espagnols ou anglo-saxons ; l’entrepôt toujours bordélique, souvent enfumé, au sous-sol de la Cité Paradis et le baby-foot sur-utilisé ; les disques, surtout, sélectionnés sur la fois de coups de cœur collectifs et parfois balancés comme autant de bouteilles à la mer dans l’espoir pas si vain qu’ils finissent par rencontrer des oreilles attentives. Tout cela n’a duré qu’un temps – six années, de 1998 à 2004. Seules demeurent quelques solides amitiés et une poignée de chansons considérables. Comme un panorama totalement subjectif de ce que fût l’indie-pop au tournant du siècle dernier. Continuer « I Like 2 Stay Home #9 : Pop Lane »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , , , ,

#8 : Monopoly Queen, Monopoly Queen / Let’s Keep It Friendly (Sub Pop, 1994)

Monopoly Queen, jour de Bonne Paye.
Monopoly Queen, jour de Bonne Paye.

J’ai toujours haï les jeux de société, qui me le rendent bien. Mais j’aurai tout donné au UNO.
Dans le ventre mou des années 90, on s’enfermait à cinq, parfois à six, chaque dimanche dans l’appartement d’Uwe, au 6ème étage d’une tour de la ZUP de Dammarie-Les-Lys (77), et on jouait, de 15 heures jusqu’à tard. Je vivais à Paris alors, mais jamais je n’ai manqué une réunion. Je faisais l’aller-retour dans la journée, au volant de la Mitsubishi prune.
Accompagnés d’une bouteille de Berger blanc ou de verres de Cointreau juste cassés d’un glaçon, on jouait, et on jouait encore, pas encore confinés mais bien calfeutrés, de notre plein gré. Les règles avaient été quelque peu malmenées, et au fil des semaines une novlangue avait vu le jour. Un sabir incompréhensible aux oreilles des non initiés qui, quoi qu’il en soit, n’étaient pas invités. Continuer « #8 : Monopoly Queen, Monopoly Queen / Let’s Keep It Friendly (Sub Pop, 1994) »

à la une

Catégories chronique nouveauté

Tryphème, Aluminia / Calum Gunn, Addenda (Central Processing Unit Records)

Fondé à Sheffield en 2012, le label Central Processing Unit Records (CPUR) s’inscrit explicitement dans le sillage d’une filiation glorieuse. Celle qui, avec Warp et ses productions bleep techno et proto-IDM du début des 90’s, a pu poser les bases d’un son typiquement britannique rejouant à sa manière ce qui a été élaboré du côté de Detroit et Chicago. Et ceci est particulièrement évident si l’on parcourt le catalogue de CPUR : de DMX Krew à Microlith ou Bochum Welt, c’est bien un parti pris esthétique cohérent qui se dessine. Comme si LFO période Frequencies (1991), B12 ou Sweet Exorcist rencontraient l’électro US canal historique (de Cybotron à Drexciya). Et leurs deux premières sorties de l’année 2020, Aluminia de Tryphème et Addenda de Calum Gunn, ne dérogent pas à cette règle, toute entière vouée au culte des séquenceurs, synthés et boîtes à rythmes Roland ou Korg. Continuer « Tryphème, Aluminia / Calum Gunn, Addenda (Central Processing Unit Records) »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , ,

I Like 2 Stay Home #8 : Hosono Time

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

Folk, easy listening, synthpop, ambient, techno kayô, city pop, loudge : des brises tropicales des années 70 aux synthétismes futuristes ahurissants des années 80 et 90, la discographie d’Haruomi Hosono s’étire en tache d’huile, d’une obsession à l’autre, laissant dans son sillage des merveilles par paquets. Bref tour d’horizon de la carrière d’un type qui semble derrière tous les meilleurs coups de la pop japonaise, aussi bien en solo, avec ses divers groupes (Happy End, Tin Pan Alley, Yellow Magic Orchestra…) ou derrière les manettes pour différents artistes, dont ceux de son label Yen Records. Continuer « I Like 2 Stay Home #8 : Hosono Time »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , ,

#7 : Orchestre Les Kilt’s, Jerk Bastos (Bastos, date inconnue)

Bastos sous le cendrier.
Bastos sous le cendrier.

Au matin du 7ème post le confiné éprouva le besoin de faire une pause. Sur le sol de la grotte-bureau s’étalait une sélection mouvante de 45 tours devant laquelle il ne cessait de tergiverser. L’idée d’un combo Teenage Filmstars / Missing Scientists l’avait effleuré, vite rattrapée par l’envie de lever le coude avec Will Oldham, avant que s’impose le Adieu Paris des Fils de Joie, momentanément. Ou alors les Specials ? Et pourquoi pas Saint Etienne, Unrest, Kid Pharaon & The Lonely Ones, les Nails ? Sans oublier le fameux disque volé qui, pris au pied de la lettre, autorisait un post à la Poe. La plupart de ces choix flattaient sa veine potache. Il craignait que celle-ci change de braquet et lance une échappée qu’il aurait du mal à contrer dans ce tour du sillon en 45 jours qu’il s’était imposé. Le texte consacré aux Tindersticks, écrit comme dans une parenthèse enchantée, avait suscité quelques retours. Il en avait été touché mais devinait, et c’était là une sensation à la fois amère et rassurante, qu’il ne ferait pas mieux, du moins pas dans cette configuration quotidienne à flux tendu. Continuer « #7 : Orchestre Les Kilt’s, Jerk Bastos (Bastos, date inconnue) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Le plus simple appareil, Instant chaviré (Scum Yr Earth)

«  La présence des autres rend tout facile, nous nous sourions entre deux rires, le brouhaha berce nos rêves et nous voulons être seuls, mais l’absence des autres rend tout fragile, nous nous évitons entre deux rires, le silence disperse nos rêves et tu voudrais rester seule »

Mesurer l’importance d’un groupe est compliqué : dans le cas d’un groupe aussi furtif que Le plus simple appareil, ça devient même un véritable casse-tête. Géographiquement, le trio, récemment ramené à son noyau familial, deux frères, est isolé. Pas simplement par le fait qu’il ne développe aucun contact avec quelque scène que ce soit, au niveau national, ni dans sa ville, Strasbourg, dont il est pourtant l’un des plus constants et fervents habitants. Isolé, L+SA l’est aussi à plus grande échelle, absent des circuits souterrains, des fanzines, de la presse. Invisible. Il fut bien question dans les années 1990 d’une rumeur de rapprochement vers un label en vue, mais le temps a passé, le label a disparu et personne n’est vraiment plus là pour témoigner. Isolée, l’entité l’est aussi du public, si ce n’est une série de concerts mémorables en appartements au tournant des années 2000, dans une époque où personne n’était vraiment équipé pour immortaliser ces moments. Isolé et réticent jusqu’à l’obsession à se voir figé à jamais sur un support qui lui échapperait, le groupe, presque malheureux, doit bien se rendre à l’évidence que ses chansons lui échappent et circulent sous le manteau. Continuer « Le plus simple appareil, Instant chaviré (Scum Yr Earth) »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , , , ,

I Like 2 Stay Home #7 : Gabi – Für immer

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.
Ce soir, hommage à la voix de DAF.

Gabi Delgado disparait à l’âge de 61 ans et n’arpentera plus les scènes auprès de Robert Görl, son partenaire au sein de Deutsche Amerikanische Freundschaft. Si Daniel Miller avait signé Gabi et Robert sur Mute en 1980 pour ce qui deviendra la première référence STUMM 1 de son balbutiant label, c’est la trilogie enregistrée par le génial Conny Plank entre 81 et 82 qui fera d’eux des pop stars, au grand dam de Miller, et portera les germes d’une certaine musique électronique européenne – un certain Martin Gore ne s’étant jamais vraiment remis de sa découverte des deux Allemands. Les albums successifs Alles Ist Gut, Gold Und Liebe et Für Immer répandent un parfum sulfureux sur les charts anglais ou en couverture du NME, avec les paroles ambigües de Gabi et les rythmes démoniaques de Robert, le sexe et les totalitarismes, l’hédonisme et l’urgence. Le duo iconique avait déjà tout dit et se sépare une première fois, avant un revirement disco bariolé au milieu des années 80 qui déroutera leurs fans les plus inconditionnels. Les incarnations méconnues de Gabi Delgado avec Saba Komossa sur son label Delkom accompagneront le mouvement techno au début des années 90, et les reformations successives de DAF ces vingt-cinq dernières années n’ajouteront rien à la gloire du duo, mais permettront aux plus jeunes d’assister à leurs performances physiques. La voix de DAF s’est tue, mais Section26 vous propose de découvrir une sélection des titres emblématiques de la discographie de Gabi Delgado, de DAF, bien entendu, à des projets plus confidentiels mais tout aussi précieux.

Continuer « I Like 2 Stay Home #7 : Gabi – Für immer »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , , ,

#6 : Ladies Who Lunch, Kims We Love (Grand Royal, 1995)

Ladies Who Lunch dans la raquette.

« Je me ferais bien un petit simple dames », lança-t-elle, mutine, alors que, un verre de rhum vieux à la main, j’avais retrouvé ma position préférentielle sur le canapé du salon et visionnais Double Messieurs, de Jean-François Stévenin, starring l’immense Yves Afonso. Il va de soi que ma tournure d’esprit biscornue m’a immédiatement fait emprunter la voie du double sens à connotation sexuelle, avant de me raviser et de reconnaitre que le seul désir ici exprimé était celui d’assister à une manifestation sportive ou d’échanger quelques balles. Dans un cas comme dans l’autre, autant appeler SOS Terre battue. Il y a bien un court mal entretenu à l’autre bout du village, mais avec tout ce qu’on entend aux infos, je l’imaginais encerclé d’un régiment de militaires en armes. Continuer « #6 : Ladies Who Lunch, Kims We Love (Grand Royal, 1995) »

à la une

Catégories billet d’humeurÉtiquettes , ,

Who the fuck are you Baxter ?

Baxter Dury
Baxter Dury au Silencio, ce soir-là / Photo : Hannah Molin Delafosse

La dernière fois que je t’ai vu Baxter, c’était au Silencio, tu portais un tee-shirt qui avait dû être blanc et dans lequel tu avais sué, tu buvais une bière au bar avec ton copain Jarvis et tu n’en avais rien à foutre que je me tienne debout devant toi. C’était l’année dernière, il faisait chaud sous les lumières artificielles du club lynchien et partout ailleurs, les peaux collaient, les regards brûlaient, ce n’est pas à toi que je vais apprendre ça, la nuit ça te connaît. Je ne sais pas exactement quand tu es devenu celui que j’aime appeler l’homme-fantasme, Baxter, mais ça fait un petit moment que ça dure entre toi et moi. C’est que je suis fidèle et je me faisais une joie d’aller te revoir bientôt sur scène, pour la cinquième ou sixième fois, quand on aime on ne compte pas. Continuer « Who the fuck are you Baxter ? »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , ,

I Like 2 Stay Home #6 : NZ Alert

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

Balade dans une vieille Holden le long de la côte de Christchurch à Invercargill en passant par Dunedin … La Nouvelle-Zélande en 26 titres, qu’on dédie à la mémoire de Peter Stapleton (The Terminals, The Pin Group, Dadamah…) disparu il y a deux jours le 21 mars, en souvenir des années passés au lycée à écouter sa musique.

Continuer « I Like 2 Stay Home #6 : NZ Alert »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , , , ,

#5 : Tindersticks, We Have All The Time in The World (Clawfist, 1993)

Tindersticks sur canapé.
Tindersticks sur canapé.

Si j’ai pris pour habitude de me lever tôt et dormir peu (et mal), j’ai toujours eu cette propension hautement revendiquée à la glande et à la procrastination. Vite lever le pied, remettre au surlendemain, rechigner devant l’effort et refuser l’obstacle sont des compétences qui n’ont plus de secret pour moi. Après avoir longtemps sinué en dilettante entre droit à la paresse (Paul Lafargue) et éloge de l’oisiveté (Bertrand Russell), j’avais à la fin du siècle dernier pensé trouver dans l’oblomovisme une voie à emprunter. A l’origine de ce néologisme, Oblomov, un roman de l’écrivain russe Ivan Gontcharov, publié en 1859, et adapté au cinéma (c’est par ce biais que j’en ai d’abord eu connaissance) par Nikita Mikhalkov en 1980, du temps où le cinéaste et son œuvre n’étaient pas encore devenus totalement infréquentables. L’oblomovisme, quand les écoles ont fermé et que le repli s’est opéré, a fait retour, grattant insidieusement à la porte du foyer. On s’imaginait aisément, débarrassé de toute obligation, de tout horaire, se lover dans la contemplation et l’abstinence de décision, avachi dans le canapé. C’était là un art de vivre des plus tentants, à cela près qu’il se pratique seul (et pas avec deux gamins dans les pattes), qu’il baigne dans une profonde mélancolie (ce n’est pas vraiment le moment opportun) et qu’il demande beaucoup, beaucoup trop d’attention pour être mené à bien. Et puis traîner toute la journée en savates et robe de chambre, très peu pour moi. Quitte à ne rien faire, autant le faire bien. Et avec un minimum d’élégance. Continuer « #5 : Tindersticks, We Have All The Time in The World (Clawfist, 1993) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , ,

Kevin Tihista, Home Demons Vol. 2 (Bandcamp)

Quelques jours de réclusion se sont à peine écoulés qu’il faut déjà faire face au temps qui s’effiloche. Il n’en aura pas fallu davantage pour que se dissipe cette fiction selon laquelle le temps possèderait un déroulement linéaire, autonome, et qu’il pourrait se prolonger indéfiniment dans un avenir que nous serions en mesure de plier à la seule force de notre volonté, à coup de projets. Ce devenir désormais confus où s’entremêlent les heures et les fonctions est particulièrement peu propice au surgissement de l’événement, cette rupture stimulante qui vient briser l’écoulement du devenir mollasson et impose de faire face à l’instant. De la semaine écoulée, je n’en ai retenu qu’un seul : j’ai découvert le 21 mars quatorze nouvelles chansons de Kevin Tihista. Continuer « Kevin Tihista, Home Demons Vol. 2 (Bandcamp) »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , , , ,

I Like 2 Stay Home #5 : Lucio Battisti

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

Je conserve soigneusement une compilation semi-licite de l’édition 1969 du Festival di Sanremo. Non pas pour France Gall qui s’y produisit — comme elle s’est produite dans tous les concours de chants de l’après-guerre –, pas non plus pour la chanson qui remportera le concours, Zingara de Bobby Solo et Iva Zanicchi. Un couple que l’on croirait sorti d’un roman populaire : lui, cheveux en arrière et visage coulant de maquillage et elle, triste et malicieuse poupée de téléviseurs.

Non, je la conserve pour ce qui, dans les sillons, manque : les manifestations nourries alors que l’Italie entre dans les années de plomb, le premier attentat des dites années, le contre-Sanremo socialiste qui se produisit en même temps, et, plus que tout encore, Lucio Battisti. Continuer « I Like 2 Stay Home #5 : Lucio Battisti »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , , , , ,

#4 : Gang of Four, At Home He’s a Tourist (EMI, 1979)

Gang Of Four
Gang Of Four chaleur tournante.

Cette histoire de gouttière toujours pas réparée (cf. #2) va finir par m’en coûter, je le crains. Ma femme télétravaille, les enfants ont des télécours et des télédevoirs, et moi, histoire de recoller au peloton, je clame que je suis au téléchômage. Dès lors m’incombe une large part des tâches ménagères, les courses, le bricolage, le jardinage, et que sais-je encore. Sauf qu’évidemment, fidèle à ma mauvaise réputation, j’en fiche pas une rame. Cumul des manquements plutôt que des mandats, et lourds cumulus nimbus qui s’agrègent au-dessus de ma tête. « Là, papa, ça commence à devenir tendu », ironisent les kids. Alors hier, quand ma femme m’a lancé, l’œil noir et des éclairs dans la voix, que je me comportais comme un touriste dans ma propre maison, ma réaction ne s’est pas fait attendre : je n’ai pu m’empêcher de lui sourire en retour et de la gratifier d’un tendre baiser. Pour mieux me précipiter ensuite dans ma grotte (car on est d’accord, Leroy Merlin et Bricomarché, c’est bien fermé ?), déterminé à retrouver ce single (leur deuxième, si je ne m’abuse) de Gang of Four qui se rappelait ainsi à mon bon souvenir. Continuer « #4 : Gang of Four, At Home He’s a Tourist (EMI, 1979) »

à la une

Catégories dossierÉtiquettes , , , , , ,

Bande à part 3/3

Peter Milton Walsh de The Apartments raconte les Go-Betweens

The Go-Betweens
The Go-Betweens

Peter Milton Walsh, l’éminence grise de The Apartements, a accepté que l’on publie, dans une version française signée Jean-Baptiste Santoni (avec l’aide précieuse de Catherine Cernicchiaro), les notes de pochette du deuxième volume du coffret G Stand For Go-Betweens, qui couvre la période 1985-1989. Plus que des notes de pochette, c’est une histoire magnifique que l’homme nous offre ici. Le troisième et dernier chapitre évoque l’été austral du mois de décembre de l’année 1989. L’année de toutes les fins… Continuer « Bande à part 3/3 »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , , ,

I Like 2 Stay Home #4 : Girls To The Front

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

« Ok, all the girls to the front ! » s’exclama un soir de concert Kathleen Hannah de Bikini Kill en réaction aux pogos en majorité masculin reléguant son public féminin au fond de la salle.  Je me suis inspirée de ce slogan pour sélectionner des chansons écrits et/ou interprétées par des femmes. Une mixtape de titres pas forcément féministe, mais où les filles sont à l’honneur.

Continuer « I Like 2 Stay Home #4 : Girls To The Front »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , , ,

#3 : Robert Wyatt, At Last I Am Free (Rough Trade, 1980)

Robert Wyatt grimpe aux arbres.
Robert Wyatt grimpe aux arbres.

A l’instar d’un Syd Barrett (« I know where he lives and I visit him / In a little hut in Cambridge », chantaient en 1981 les Television Personalities), Robert Wyatt est passé maître dans l’art du confinement, à son corps défendant. Wyatt, batteur de Soft Machine, exclu par ses petits camarades après l’album Fourth (1971), puis fondateur de Matching Mole, traduction pataphysicienne du précédent. Wyatt, défenestré par l’éthylisme en juin 1973, Lazare un an plus tard par la grâce de Rock Bottom, un des plus beaux disques de non-rock au monde. Wyatt, en mobilité réduite depuis plus de 45 ans, paralysé des deux jambes. Continuer « #3 : Robert Wyatt, At Last I Am Free (Rough Trade, 1980) »

à la une

Catégories dossierÉtiquettes , , , , , ,

Bande à part 2/3

Peter Milton Walsh de The Apartments raconte les Go-Betweens

The Go-Betweens / Photo : Paul Cox pour Beggars Banquet
The Go-Betweens / Photo : Paul Cox pour Beggars Banquet

Peter Milton Walsh, l’éminence grise de The Apartements, a accepté que l’on publie, dans une version française signée Jean-Baptiste Santoni (avec l’aide précieuse de Catherine Cernicchiaro), les notes de pochette du deuxième volume du coffret G Stand For Go-Betweens, qui couvre la période 1985-1989. Plus que des notes de pochette, c’est une histoire magnifique que l’homme nous offre ici, à découvrir en trois chapitres découpés par ses soins. Après Londres et l’année 1985, Sydney et le début d’année 1989…

Continuer « Bande à part 2/3 »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , , , , ,

I like 2 Stay Home #3 : If you need me, call me on my shell

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

Vingt-six titres avec sea, ocean ou beach dans le titre parce qu’on a bien besoin d’une grande bouffée d’air métaphoriquement iodée. Choix un peu aléatoire, ordre tout aussi aléatoire, la mer n’obéit pas aux ordres, n’est-ce pas ? Continuer « I like 2 Stay Home #3 : If you need me, call me on my shell »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , , ,

#2 : The Monochrome Set, Apocalypso (1980, Dindisc)

The Monochrome Set Apocalypso
Apocalypso sur le grill.

Rien ne presse. On ne va pas de sitôt vous inviter à danser la carmagnole sur les décombres. Ni à céder aux sirènes de la collapsologie ou prêter le flanc aux théoriciens de l’effondrement, Cassandre a la pensée moins complexe que nébuleuse. N’empêche que flotte dans l’air comme un parfum de fin, fin de règne plutôt que du monde, que, tout confiné qu’on est, on pourra au choix conjurer ou célébrer par de lascifs déhanchements sur nos dancefloors improvisés. Pour ce faire on avait d’abord extrait de la pile le Death Disco de Public Image Limited, vite remisé car décidément trop martial en cette période kaki marine (faudra quand même se faire à l’idée de naturellement dégainer un Ausweis dès qu’on sort du bois pour se réapprovisionner en spiritueux). Continuer « #2 : The Monochrome Set, Apocalypso (1980, Dindisc) »

à la une

Catégories dossierÉtiquettes , , , ,

Bande à part 1/3

Peter Milton Walsh de The Apartments raconte les Go-Betweens

The Go-Betweens
Robert Forster et Grant McLennan, The Go-Betweens / Photo : Eric Pérez

Peter Milton Walsh, l’éminence grise de The Apartements, a accepté que l’on publie, dans une version française signée Jean-Baptiste Santoni (avec l’aide précieuse de Catherine Cernicchiaro), les notes de pochette du deuxième volume du coffret G Stand For Go-Betweens, qui couvre la période 1985-1989. Plus que des notes de pochette, c’est une histoire magnifique que l’homme nous offre ici, à découvrir en trois chapitres découpés par ses soins. Continuer « Bande à part 1/3 »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , , , ,

I Like 2 Stay Home #2 : En Attendant La Reprise, Volume 1

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

« Et si on publiait des compilations pour égayer les journées de nos lecteurs pendant qu’il sont confinés ? » « Ça tombe bien, j’ai une compilation de reprises que j’ai faite pour la naissance de mon fils. La reprise, c’est un joli thème pour cette période un peu angoissante. » Voici donc le premier volume d’En Attendant La Reprise, une compilation qui n’était pas du tout prévue pour ces circonstances. Cinquante-deux (soit deux fois vingt-six, vous avez bien compté) citations et réinterprétations, qui entre deux mystères, suggèrent aussi que les choses belles n’ont jamais de fin. Continuer « I Like 2 Stay Home #2 : En Attendant La Reprise, Volume 1 »

à la une

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , , ,

#1 : The Sound Barrier, Excerpts fron The Suburbia Suite (1983, The Compact Organization)

The Sound Barrier sur le mur du jardin

A chacun ses gestes barrières. A défaut de pouvoir se barricader dans une suite du Normandy ou du Majestic, lieux emblématiques de l’enseigne fondée par feu Lucien B., ou de se lever et de se casser en toute impunité, on s’oblige à redorer le blason du chez soi, à polir l’harmonie du foyer, sis pour le coup aux confins de la Brie, dans cette zone floue entre banlieue et campagne – deux entités aptes à entrer en collision, au moins autant que les atomes de la famille nucléaire désormais assignée à résidence.
Parmi les gestes qui sauvent, reclus dans le bunker-bureau, celui de fouiller sans gants ni méthode dans les boîtes de 45 tours, et d’en extirper quelques vestiges oubliés. Ainsi ce (Excerpts from) The Suburbia Suite de The Sound Barrier qui tente de se rappeler à notre bon souvenir embrumé. Continuer « #1 : The Sound Barrier, Excerpts fron The Suburbia Suite (1983, The Compact Organization) »

à la une

Catégories mixtapeÉtiquettes , , , ,

I like 2 Stay Home#1 : 25 ans de RPM

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

C’était il y a 25 ans presque jour pour jour. Le premier numéro de la RPM (qui en fait était le douzième – vous comprendrez pourquoi si vous suivez) atterrissait dans les kiosques à journaux et autres Maisons de la Presse avec quelques jours de retard – une tradition que le magazine a bien pris soin de respecter pendant plusieurs années. Aujourd’hui encore, je ne sais pas comment nous sommes arrivés à publier ce numéro et concrétiser ainsi un projet entériné en décembre 1994 dans un bar de la rue de Lappe, quelques heures après que Les Inrocks aient annoncé leur passage en hebdo et après avoir beaucoup bu (de margaritas, je crois).

Continuer « I like 2 Stay Home#1 : 25 ans de RPM »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Fange, Pudeur (Throatruiner)

« On m’a connu raseur de murs, lécheur d’ordures, gicleur impur. Fuyant les fastes comme la peste. Traître à ma caste. Cafard céleste. »

Si les temps obscurs que nous traversons pouvaient trouver une bande-son à leur mesure, parions qu’ils se pencheraient avec mansuétude sur l’œuvre de ce groupe de Rennes, Fange. J’ai croisé leur route à Molodoi à Strasbourg, l’année dernière, alors qu’ils se lançaient, minuit passé, dans un concert impressionnant de tension et de maîtrise. J’ai pris le train en marche (et un peu dans la figure) avec leur album Punir sorti aussi en 2019. Pudeur, son successeur, sort en ce moment (en vinyle le mois prochain, si on est pas tous morts d’ici là) et possède ce même pouvoir à absorber la lumière, l’espoir et les sentiments, et à les réduire à de simples et douloureux stimuli corporels, des coups d’électricité dans la nuque, des palpitations du tympan, des vibrations dans le ventre, des remugles dans les intestins. Continuer « Fange, Pudeur (Throatruiner) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Kevin Krauter, Full Hand (Bayonet/Differ-Ant)

Sans que l’on parvienne réellement à en identifier les causes, Toss Up (2018), le premier album solo de Kevin Krauter, s’était insinué dans la densité du quotidien jusqu’à figurer en bonne place dans l’intimité arbitraire des palmarès de fin d’année. Deux ans plus tard, le bassiste de Hoops reprend le fil de son discours musical là où il l’avait provisoirement interrompu. «  It’s embedded in my brain/That things will never change/The way it is, is the way things are/So deal with it«  annonce-t-il d’emblée sur Patience. On se le tient donc pour dit : l’inertie est ici de mise. Pour l’affronter, les instruments ne constituent qu’un recours insuffisant : quelques pistes de guitares et autant de claviers archaïques suffisent à tracer les contours des chansons que surligne la métronomie robotique d’une boîte à rythmes. Ils suffisent pourtant à nourrir une série de méditations contemplatives, entre une introspection dépourvue de complaisance et immersion rêveuse dans les paysages entraperçus depuis le refuge autarcique du home studio. Continuer « Kevin Krauter, Full Hand (Bayonet/Differ-Ant) »

à la une

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Andrea Laszlo de Simone, Immensità (42 Records)

Échappant plutôt par le haut au narratif du renouveau de la pop italienne coincé entre San Remo et Sorrentino, Andrea Laszlo de Simone est suivi par quelques-uns de ce côté des Alpes depuis son Uomo Donna, album ample, gras et pourtant merveilleux qui s’imposait comme neuf malgré l’évidence de son ambition anachronique. Plutôt que de ciseler, potentialiser et photocopier son talent mélodique, le chanteur turinois délayait, aérait et laissait filer, entre les chansons, des longues plages de vie aux accents pastoraux. Je fus ainsi surpris un jour par le mode aléatoire qui fit se superposer Questo non è amore et Heart of the Country de Paul et Linda McCartney comme une naturelle association d’idées, un raccord cinématographique. Il y avait un romantisme archaïque dans Uoma Donna qui faisait revenir des images du Heureux comme Lazzaro d’Alice Rohrwacher (2018), des prolétaires des premiers Visconti, ou encore, plus récemment, du cinéma de Pietro Marcello. Une filiation paysanne et romantique qui, par son contre-point anachronique, rend le monde plus vrai. Continuer « Andrea Laszlo de Simone, Immensità (42 Records) »

à la une

Catégories playlistÉtiquettes , , , ,

Fin du monde : la bande originale

L’apocalypse zombie n’est pas encore là mais rien ne nous empêche d’écouter, de réécouter ou de faire découvrir Odessey And Oracle (des Zombies, justement), un disque de circonstance (une dernière merveille avant la fin) dont rigoureusement aucun extrait n’a été choisi pour cette mixtape à la fois paniquée et apaisante. Aux montagnes russes de l’incertitude, adaptons nos souvenirs, n’oublions pas de sourire, rendons hommage à Genesis P-Orridge, prophète des chaos passés et à venir qui nous a judicieusement quitté hier, et réécoutons, angoissés et amusés, tous les disques que nous aimons en prenant soin de nous. On va tous crever ? Et puis après, on verra bien.