Catégories interviewÉtiquettes , , ,

Matt Low – La Ruée vers l’or

Matt Low
Matt Low / Photo : Louise Courtial

S’il y a trois ou cinq personnes dont je suis proche dans la musique, Matt en fait partie.
Avant de le rencontrer, j’enregistrais des bizarreries sur un huit-pistes et je faisais des relevés de toutes les parties de toutes les chansons que j’aimais. Après échange de riffs de Think Tank contre riffs de Neil Young autour d’une bouteille de vodka sifflée à deux, on a filé dans la nuit de 2003 pour conquérir le monde les années suivantes, approximativement. Continuer la lecture de « Matt Low – La Ruée vers l’or »

Catégories coverÉtiquettes , , , , ,

Kinrisu et Charles Virot reprennent “Oh My Love” de John Lennon

Les confinements se suivent et se ressemblent, à quelques modalités près, et c’est peut-être une aubaine pour la prolixité de Charles Virot (dont on a pu entendre le tonitruant et complexe son de basse dans Clara Clara, et le clavier bien tempéré au sein de Vika Orline), qui continue d’envoyer, avec une belle régularité, des nouvelles sur son compte Soundcloud. Des pistes expérimentales âpres et épurées, des improvisations à la basse ou au synthé, des reprises inopinées, et des chansons aux canevas subtils, souvent bouleversantes, où affleure le désenchantement le plus implacable, que Charles écrit, ou improvise aussi parfois (L’air gelé notamment).  Continuer la lecture de « Kinrisu et Charles Virot reprennent “Oh My Love” de John Lennon »

Catégories sous surveillanceÉtiquettes , ,

Sous Surveillance : Pasta Grows On Trees

Pasta Grows On Trees
Pasta Grows On Trees / Photo : Derin Demircioglu

Qui ?

Pasta Grows On Trees, c’est le projet solo de Simon Dougé. Labellisé Mac Demarco français par une certaine presse écrite… mais après tout, rien n’empêche que Mac soit le Simon américain.

Où ?

Paris-Dijon, et Prague toujours dans son cœur. Continuer la lecture de « Sous Surveillance : Pasta Grows On Trees »

Catégories liveÉtiquettes , , , , ,

Special Friend en live chez vous, maintenant.

Deux choses essentielles réunies en une seule, que demande le peuple ? Dans le cadre unique du Musée des beaux-Arts d’Angers, Special Friend ont déployé leur petit bazar sonique pour une session live filmée par Capharnaüm, dont on avait déjà apprécié la session acoustique d’En Attendant Ana ou le mini concert de La Houle il y a quelques mois. Trois morceaux c’est peu, mais le duo franco-américain que nous avions invité aux côtés de Lispector à l’Espace B (RIP) en 2019 tient ses promesses, au moment de la sortie de leur premier album qu’on vous avait proposés en écoute avant sa sortie chez Howlin Banana et Hidden Bay records fin mars. Erica et Guillaume excellent dans cette slow pop à guitare qu’on éspère revoir vite en vrai.

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Kate Fletcher’s Orlando, Theories of Entanglement (Le Paradoxe du singe savant / What a Mess !)

Kate Fletcher’s Orlando, Theories of Entanglement (Le Paradoxe du singe savant Records / What a Mess! Records)Une autre métaphore, par Jupiter !

Virginia Woolf, Orlando

Les vies, et ce qu’on en fait, ou pas.

Pour parapréciser : elles nous font, et nous défont.

Et ainsi, depuis que l’une de mes vies a croisé la route de l’une des nombreuses, formidables et inspirantes vies de Kate Fletcher au hasard d’une journée brestoise, au hasard d’un des plus beaux concerts auquel j’ai pu assister, certaines de ses vies me font et me défont — les deux sont formidables — se faire et se défaire, même mouvement — chaque fois que je les croise — en quelques mots, en quelques notes déraisonnablement étirées, répétées, suspendues, en quelques chansons, en quelques bières et cafés aussi. Continuer la lecture de « Kate Fletcher’s Orlando, Theories of Entanglement (Le Paradoxe du singe savant / What a Mess !) »

Catégories dossier, fanzines, labelsÉtiquettes , , ,

Essaie de comprendre 7/8

Échantillons d’une histoire du label Lithium, prélevés dans l’édition spéciale du fanzine Langue Pendue #11, Les Années Lithium

On ne peut être plus actif que Bertrand Betsch en 2021. Il a coup sur coup sorti deux albums ces dernières semaines, via la structure Microcultures pour notifier poliment qu’on peut toujours compter sur lui : Demande à la poussière et Orange bleue amère, deux manières de mettre en danger son écriture de porcelaine noire et de la secouer dans tous les sens par l’électricité et les rythmes. Être et avoir été, une des équations à résoudre pour nombre d’artistes Lithium, après des débuts en fanfare, portés par cette structure si atypique et discrète, mais à l’empreinte très forte  : on peut dire que BB ne s’en sort pas trop mal avec une quinzaine d’albums en héritage depuis. Il revient sur ses premières années pour Les Années Lithium.

Continuer la lecture de « Essaie de comprendre 7/8 »

Catégories chronique réédition, mardi oldieÉtiquettes , , , , , , ,

Henri Salvador, Homme Studio 1970-1975 (Born Bad Records)

Après deux compilations dédiées à Pierre Vassiliu (Face B et En Voyages), le label Born Bad et le musicien Guido Cesarsky (Acid Arab) s’attaque à un autre monument inattendu de la chanson française : Henri Salvador. Trésor bien gardé de la production francophone des années 60/70, la bien nommée Homme Studio apporte un éclairage nécessaire sur l’œuvre d’un des musiciens les plus iconoclastes de son époque. Déjà quarantenaire et sacrément expérimenté au moment de l’explosion yéyé du début des années soixante, Henri Salvador navigue dans les décennies avec un recul que n’ont pas toujours ses contemporains. Continuer la lecture de « Henri Salvador, Homme Studio 1970-1975 (Born Bad Records) »

Catégories station to stationÉtiquettes , ,

GY!BE dans le train Saint-Flour-Chaudes-Aigues / Béziers

Un disque, un train.

Photo : Clément Chervrier
[Aumont-Aubrac]

La première fois, ce fut pour eux.
La première fois que j’écrivis plus loin qu’une chambre, ce fut pour eux.
Il y avait longtemps déjà qu’on n’espérait plus les voir. On appelait ça le hiatus. On avait pas mal besoin d’eux, on ressentait ce besoin.
Je les avais vus un soir d’avant, tournée Yanqui U.X.O., à l’affiche avec (smog), c’était à Clermont-Ferrand et ça n’arrive plus. Une soirée dédiant la poésie à l’intelligence, ou l’inverse, je ne sais plus trop. J’étais allé seul à ce concert. On est un peu seul dans cette musique, seul et pas seul, seul et complètement là, complètement dans le tout de la masse sonore, dans la durée, comme dans une chanson qui est le monde.
Je n’en parlai pas. Continuer la lecture de « GY!BE dans le train Saint-Flour-Chaudes-Aigues / Béziers »