Catégories selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama : Johan Asherton

Johan Asherton
Johan Asherton / Photo : Philippe Dufour

Il n’y en a pas beaucoup. Peut-être n’y a-t-il que lui. Des artistes français capables de chanter : Rock’n’Roll sur un refrain – celui d’Enfant Terrible, le premier morceau de son nouvel album – sans susciter ni cette gêne incrédule ni ce malaise décalé qui accompagnent les tentatives pataudes pour s’approprier les reliques d’une forme lointaine et disparue. Dans les accents élégants de cette voix – de plus en plus grave, de plus en plus belle – on ne discerne aucune prétention vaine à ressusciter ce qui n’est plus. Simplement à faire vibrer, une fois encore, cette nostalgie sereine qui imprègne depuis longtemps l’œuvre essentielle de Johan Asherton. Continuer la lecture de « Selectorama : Johan Asherton »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

LORD$, Speed It Up (Tricatel)

En France, les étoiles ne sont guères alignées pour les disquaires, la presse musicale, les groupes ou les labels indépendants. Le monde musical que nous connaissions n’en finit plus de s’effondrer inexorablement mais quelques bribes d’espoir surgissent ici et là. Dans l’hexagone, Born Bad (Forever Pavot, Bryan’s Magic Tears, Pleasure Principle) ou Tricatel (Guy Cabay, Chassol) continuent de sortir des disques ambitieux et à les proposer des à prix accessibles. Ces structures font presque un travail d’utilité publique en défendant la scène indépendante française tout en pratiquant des prix démocratiques (à rebours de nombreux autres labels internationaux). Le label de Bertrand Burgalat confirme l’adage avec, Speed It Up l’excellent album des (presque) nouveaux venus LORD$. Continuer la lecture de « LORD$, Speed It Up (Tricatel) »

Catégories sunday archiveÉtiquettes , , , ,

Jennifer Charles, la fidèle

Jennifer Charles, sur la scène des Vinzelles à Volvic, 2022 / Photo : Morgane Imbeaud

C’était il y a vingt ans – presque très exactement. La RPM canal historique était devenue (ou en passe de devenir) le média qui plus que tout autre allait prendre fait et cause pour les disques de Jean-Louis Murat, certes déjà adoubé par Les Inrockuptibles (LA fameuse une bleue délavée du numéro 31) mais qui avait trouvé en la plume du journaliste Franck Vergeade un thuriféraire d’une rare fidélité. L’Auvergnat n’était pas encore devenu le stakhanoviste des sorties d’albums – il en était aux prémices – et ses interventions médiatiques ne défrayaient pas encore les chroniques. Certes, il s’était mis à nu (au propre, pour le coup) dans un numéro de la RPM (le numéro 45 pour celles et ceux qui sont intrigués), et cela nous avait valu une mention dans un ou deux confrères moins portés sur la chose musicale. Quoi qu’il en soit (car je sais que d’aucuns chipoteront), il avait déjà cette sainte horreur de se répéter et aimait surtout concrétiser ses idées, mêmes les plus farfelues – ce qui n’était pas le cas ici.  Coincé entre Lilith et 1829, A Bird On A Poire n’était pas je crois à proprement parler un album de Jean-Louis Murat – et tant pis si je suis excommunié pour écrire cela. Ce disque aussi gai que les traits légers et pastel de sa pochette, aux accent sixties et aux tons résolument badins (coquins, oseraient certaines et certains) est un album imaginé à deux et enregistré à trois (un peu plus en fait) – composé et écrit par le bassiste suisse Fred Jimenez et celui qu’on commence à surnommer Le Moujik, rejoints en studio par l’Américaine Jennifer Charles, dont la voix  caressante – oui, exactement, de celles qui tiennent dans un mouchoir – avait déjà épousé celle de Murat cinq ans plus tôt, sur ce qui reste peut-être comme la pierre angulaire d’une discographie plurielle, l’œuvre outre-atlantique Mustango. Continuer la lecture de « Jennifer Charles, la fidèle »

Catégories sous surveillanceÉtiquettes , , ,

Sous Surveillance : Ashes Divine

Thomas Guendafa / Ashes Divine
Thomas Guendafa – Ashes Divine / Photo : DR
Qui ?

Thomas Guendafa

Où ?

Paris, France Continuer la lecture de « Sous Surveillance : Ashes Divine »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Manset, L’algue bleue (Parlophone)

 » Quand le printemps revient, on a raté sa vie. »

Derrière une pochette qu’on dirait volée à une relance de Métal Hurlant (par exemple à un numéro spécial cyber romantisme, ce genre), il y a un nouveau disque de Manset (si tu n’as pas perdu ton prénom après 60 ans…) : au fond, il vient de là, de cette période année 1970 où s’est figé le fonds de son style, unique, une vision de la variété rock posée sur des guitares électriques ou acoustiques, des pianos, une voix toujours au bord de la rupture, poussée, ne cherchant jamais à faire joli, ni à plaire et des textes charriant des histoires de rapport aux autres, de géographies réelles ou mentales, avec une poésie parfois absconse, parfois lumineuse. Comme la face sombre et torturée post 1968, un cauchemar du Big Bazar en somme, même si, sans exagérer, on pourrait mélanger la chronologie de la sortie des albums de Manset, personne n’y verrait que du feu. Que je vous dise que ce disque est sorti en 1993 ou en 1987, peu d’indices vous diraient le contraire, OK, le son et la qualité des enregistrements, peut-être, me diront les spécialistes ORL. Continuer la lecture de « Manset, L’algue bleue (Parlophone) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Leandro Barzabal et Céleste Gatier, Meditate & Destroy (Les Disques Omnisons)

Records Ruin the Landscape est le titre d’un ouvrage de David Grubbs. Il y évoque la défiance que toute une scène expérimentale a très souvent manifesté envers l’enregistrement sur disque – la captation d’un moment forcément en-deçà de la puissance cathartique de l’improvisation. Aussi, un préjugé tenace qui n’est pas sans saisir l’auditeur.rice devant ce disque de Léandro Barzabal et Céleste Gatier. Deux figures bien connues de la scène expérimentale, improvisée et bruitiste parisienne – Non-Jazz/Sonic Protest/Broken Impro, – remarqué.es notamment par la dimension performée de leurs démarches respectives. Continuer la lecture de « Leandro Barzabal et Céleste Gatier, Meditate & Destroy (Les Disques Omnisons) »

Catégories pictures on my wallÉtiquettes , , ,

Pictures On My Wall : Philippe Dufour

James Leesley de Studio Electrophonique - décembre 2023, LEAF à Liverpool (détail) / Photo : Philippe Dufour
James Leesley de Studio Electrophonique – décembre 2023, LEAF à Liverpool (détail) / Photo : Philippe Dufour

Ce fût d’abord une silhouette, une présence discrète et régulière. Le constat d’une assiduité commune aux concerts – surtout ceux en appartement, organisés pour la plupart par Life Is A Minestrone – comme un gage de quelques passions partagées. Et puis, au fil des rencontres, on a fini par découvrir une petite partie de son travail. De son regard. Et on y a retrouvé les mêmes qualités, le même engagement à la fois respectueux et impliqué dans cette belle façon de restituer visuellement ce qui nous plait tant dans la musique de ces sujets. Et qu’il y a forcément, dans les photos de Philippe Dufour, des échos particulièrement résonnants de cette forme d’amateurisme qui n’exclut en rien l’exigence. Et dans laquelle on se retrouve souvent.
Continuer la lecture de « Pictures On My Wall : Philippe Dufour »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Matt Low, Une vie cool (Bleu Nuit)

Ah ben oui. Lui, tiens.

« L’homme aux cents blessures. » Qui peut s’entendre : « L’amour, sans blessure. »

C’est ça.

Disclaimer : c’est là où nous sommes, où nous en sommes, les premiers mots de la première chanson du dernier disque de Matt – je l’appelle par son prénom, lui, parce que je ne le connais pas de cet amour issu d’abord de sillons et de concerts, mais de vive vodka depuis flûte, plus de vingt ans et nos premières guitares, nos premières basses. C’est un frère, c’est la famille – même s’il est passé au mezcal entretemps, parfois, dit-il. Ça se comprend, ici le bourbon noie les dernières nuits de nos âges – sucrer ou fumer au lieu de brûler – la jeunesse passe et on cultive le jardin chaque lendemain du monde, chacun à nos façons et en nos compagnies, lui avec Jean-Louis Murat – qui l’a fait chanteur – et Elysian Fields – dont il est désormais le crucial bassiste. Un crucial artiste. Continuer la lecture de « Matt Low, Une vie cool (Bleu Nuit) »