Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , ,

Mozart Estate, Pop-Up! Ker-Ching! and the Possibilities of Modern Shopping (West Midlands/Cherry Red)

Faire part de ses impressions après une seule écoute, je vous le concède, ça n’est pas très sérieux. Mais voilà, ces réflexions sont sorties, à chaud, il y a déjà tant de choses à dire. On verra si c’est un grower, ce qui est possible, dans ce cas, on y reviendra, et d’autres auront d’autres choses à dire, en mieux sans doute. Alors, pour moi, le très grand disque de Lawrence (disons hors Felt/Denim pour segmenter un peu) c’est bien Tearing Up The Album Charts  qui est un enchaînement de superbes et puissants tubes d’un autre temps, et dans lequel on sent une urgence liée à une science de la chose musicale hors du commun. Continuer la lecture de « Mozart Estate, Pop-Up! Ker-Ching! and the Possibilities of Modern Shopping (West Midlands/Cherry Red) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Naima Bock, Giant Palm (Sub Pop)

Naima BockEn voilà un qui a pointé le bout de son nez à la dérobée : on cuisinait, ce qui occupe la plupart du temps, et un algorithme d’après-disque a glissé la chanson Working, et malgré un timbre de voix, un calme, une atmosphère, un composé de discrétion, on s’est regardé frappé d’évidence, on a lancé la première plage d’un disque – écouté deux fois à sa sortie d’une oreille très certainement très distraite –, on a plongé sans délai, et depuis Naima Bock et son premier album Giant Palm enchantent le début d’année.

Et le meilleur : ce disque aurait trente ou quarante ans au lieu d’un, on le trouverait aussi formidable. Continuer la lecture de « Naima Bock, Giant Palm (Sub Pop) »

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , , , ,

Stimulator Jones, Round Spiritual Ring (Stones Throw, 2022)

Stimulator Jones donne enfin une réelle suite à l’excellent Exotic Worlds and Masterful Treasuresparu en 2018. Samuel Jones Lunsford, tête pensante du projet, n’a cependant pas chômé entre temps. Il a sorti deux autres albums sous le même alias, des disques moins orientés R&B et pop, presque des side-projects. La Mano (Mutual Intentions, 2021) explore ainsi un jazz-funk instrumental, matière idéale pour créer des boucles. Il est d’ailleurs question d’instrus hip-hop, d’esquisses sur l’autre disque, l’intrigant Low Budget Environments Striving For Perfection (2021, Stones Throw).  Tous les chemins mènent cependant à Round Spiritual Ring, dernier LP en date de l’intéressé paru à l’été 2022. Continuer la lecture de « Stimulator Jones, Round Spiritual Ring (Stones Throw, 2022) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Belle And Sebastian, Late Developers (Matador/Beggars)

belle and sebastianDans une dimension parallèle où la pureté esthétique règnerait sans partage, Stuart Murdoch et sa bande auraient cessé toute activité musicale il y a bien longtemps pour n’abandonner à la postérité qu’un legs rendu incontestable par sa densité et sa brièveté. Belle And Sebastian y ferait sans doute l’objet d’un culte plus fervent et, dans les rangs clairsemés des adeptes, on ne débattrait plus alors que de la juste position du curseur historique, variable selon la hauteur fluctuante des exigences. « Rien d’essentiel après If You’re Feeling Sinister, 1996 » péroreraient les plus intègres ; « Il y avait tout de même de belles choses jusqu’à Dear Catastrophe Waitress, 2003 » répondraient les réformistes indulgents. « Tout cela ne vaut ni les Beatles ni les Smiths ! » finiraient par conclure, inévitablement, la frange maussade et radicalisée. Continuer la lecture de « Belle And Sebastian, Late Developers (Matador/Beggars) »

Catégories livresÉtiquettes , , , , ,

« Lee Hazlewood, l’homme qui faisait chanter les femmes » par Christophe Deniau (Le Boulon)

Avec la parution en octobre 2022 aux éditions Le Boulon de la seule et unique biographie française du monumental Lee Hazlewood, Christophe Deniau a réparé une injustice aberrante. Comment un musicien, chanteur, compositeur, parolier, producteur, arrangeur, patron de label d’une telle envergure n’avait-t-il pas encore inspiré un livre destiné aux lecteurs français ? Ce n’est pas comme si Lee Hazlewood était un artiste obscur, seulement connu d’une poignée de dévots s’adonnant à un culte ésotérique dans des catacombes ! Lee Hazlewood fait au contraire partie des ces musiciens de génie qui ont eu la chance de connaître à la fois un succès populaire massif – grâce à de légendaires duos avec Nancy Sinatra -, accumulant les disques d’or et les royalties, mais qui ont également – de manière plus souterraine -, acquis un véritable statut de mythe auprès des mélomanes les plus pointus comme les frères Reid (Jesus and Mary Chain), Stuart Staples (Tindersticks), Richard Hawley, Steve Shelley (Sonic Youth), Nick Cave ou encore Jarvis Cocker (Pulp), qui ont maintes fois crié sur les toits leur admiration pour les disques solos du Texan. Continuer la lecture de « « Lee Hazlewood, l’homme qui faisait chanter les femmes » par Christophe Deniau (Le Boulon) »

Catégories chronique réédition, mardi oldieÉtiquettes , , , , , ,

Les Bowlers, Id. (Cameleon, Mono-Tone)

Les BowlersÀ la fin des années 90 – début des années 2000, à l’intersection des compilations underground et des sites de partage de musique, nous fûmes nombreux à découvrir notre patrimoine rock hexagonal des années soixante. Parmi les sélections marquantes de l’époque figuraient en bonne place O Toi, Beatnik et Psychegaelic – French Freakbeat. Cette dernière en particulier, propose, du moins sur le papier, d’écouter des morceaux freakbeat en français. Le terme a de quoi faire briller les yeux des amateurs biberonnés aux Nuggets et autres Back From The Grave,  comme une promesse de découvrir les aspirants français mods et garageux les plus sauvages et indomptables. Est-elle tenue ? Nous laissons chacun d’entre vous juger de la réponse. Cependant, force est de constater que la France a engendré quelques (très) bons groupes beat/garage/mod dans les sixties malgré  des conditions d’existence aussi précaires que chaotiques. Continuer la lecture de « Les Bowlers, Id. (Cameleon, Mono-Tone) »

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , ,

The Sadies, Colder Streams (Yep Roc Records)

The Sadies Colder Streams Yep RocColder Streams est à n’en pas douter le meilleur disque des Sadies. Ce n’est pas nous qui l’écrivons, c’est le communiqué de presse du groupe. Et on le sait tous, les groupes sont les meilleurs juges de leurs disques. Tout devrait sonner faux. Sauf que tout est vrai. À cela, on rajoutera que Colder Streams est peut-être le dernier disque du groupe car Dallas Good, membre fondateur des Sadies avec son frère Travis, est mort de manière soudaine en février 2022. La même semaine, le rock perdait Mark Lanegan et donc Dallas Good. Continuer la lecture de « The Sadies, Colder Streams (Yep Roc Records) »

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , , , ,

Young Gun Silver Fox, Ticket To Shangri-La / Mamas Gun, Cure The Jones (Légère Recordings)

young gun silver foxEn cette fin d’année, nous sommes ravis de retrouver Young Gun Silver Fox, le duo formé par le multi-instrumentiste étasunien Shawn Lee et le chanteur britannique Andy Platts. Nous les avions quittés, en très bon terme, en 2020 avec Canyonsils ont publié, en octobre dernier, Ticket To Shangri-Las , leur quatrième album depuis 2015, toujours chez Légère Recordings. Ces derniers ont aussi accueilli, un peu plus tôt, toujours en 2022, Cure The Jones, septième album des Mamas Gun, un groupe dans lequel officie également Andy Platts. Un label, un chanteur, les deux albums partagent, en outre, un amour pour la musique organique soulful. Continuer la lecture de « Young Gun Silver Fox, Ticket To Shangri-La / Mamas Gun, Cure The Jones (Légère Recordings) »