Catégories première nécessitéÉtiquettes , , ,

Clique & Collecte chez La Plaque Tournante à Charleville-Mézieres

Un disquaire par jour propose ses 10 albums du moment.

La Plaque Tournante, Charleville-Mézieres
La Plaque Tournante, Charleville-Mézieres

Ce second confinement aura été psychologiquement bien plus difficile que le premier. Sensation de répétition, d’échec dans la pandémie, angoisse d’un avenir incertain et Épée de Damoclès d’une crise économique à venir. La plupart des disquaires ont pourtant tout fait pour rester actifs en vendant en ligne ou en clique et collecte. Simon Hubeau est de ceux-là. A Charleville-Mézières, il a monté sa boutique avenue du Petit Bois, dans un quartier où il n’y a que très peu de commerces, à cinq minutes de l’hyper centre. Dans la préfecture des Ardennes, cet ancien bassin industriel où il n’y a pas de facultés, et qui perd des habitants : plus de 10.000 sur 60.000 depuis les années 1990. Aucun gros relais culturel, ni FNAC ni Cultura, et évidemment plus de disquaire depuis des lustres. Continuer la lecture de « Clique & Collecte chez La Plaque Tournante à Charleville-Mézieres »

Catégories première nécessitéÉtiquettes , , ,

Clique & Collecte chez Trou Noir à Nîmes

Un disquaire par jour propose ses 10 albums du moment.

Trou Noir, Nîmes.
Trou Noir, Nîmes.

La proximité, ce n’est pas juste un slogan électoral – songeons deux minutes avec vertige aux foules d’édiles bruyamment horrifiés ces dernières semaines du sort subi par les commerces de centre-ville, après des décennies consacrées par certains des mêmes édiles à favoriser les zones commerciales et leurs mannes financières.
Ce n’est pas non plus une idéologie, de grandes idées pour grandes villes.
C’est faire, chaque jour, où l’on est. Et faire, comme le souligne chaque jour cette série dictée par les circonstances terribles, c’est toujours un engagement, quel que soit le sens que l’on mette derrière ce mot.
Dans le Gard, dans une ville comme Nîmes, qui n’est pas sa voisine Montpellier, ouvrir et maintenir une boutique de disques à choix qualitatif en plein centre-ville équivaut à l’allumage soir après soir avec des allumettes d’un phare sur le raz de Sein, mettons : le contraire d’une sinécure, pour donner avec d’autres (Come On People, Rayvox, Raje, le fameux Tinals) un peu de lumière aux gens qui, simplement, vivent ici.
Ils le disent mieux que moi :
« Ça a débuté avec des disques pris sur une étagère en 2017 pour constituer un bac et tenir des stands durant les concerts. Trou Noir Disques devient deux et, en 2020, un disquaire (et un micro-label) comme Philippe l’a connu de près et comme Stéphane l’a toujours rêvé. À l’époque, nombreux.ses ont trouvé l’idée d’un tel projet stupide à Nîmes. On bouge où l’on vit. Il y a de plus en plus de jeunes qui s’équipent ou d’anciens jeunes qui se rééquipent en disques, en matériel hifi que l’on révise / répare dans un souci écologique, entre autres. Du matériel conçu pour durer. Pour nous, le vintage, c’est une marque de longévité, pas un argument marketing… Nous nettoyons aussi les vinyles. La boutique est située dans l’Écusson, dans la dorénavant “rue des disquaires” (avec deux disquaires à dix mètres d’écart) : la rue des Lombards. Nous tenons à être généralistes et pointus. Dans les bacs se côtoient neuf et occasion, nouveautés et classiques, majors et labels ultra indépendants… On peut commander sur le site et retirer ses commandes au magasin. Une émission de radio sur Rayvox.org (onglet “live”) de 10h à 11h “en guise de playlist hebdomadaire” et les réseaux sociaux, Bandcamp pour être au courant de l’actualité. »

Pour donner une idée :
– Premier disque acheté là-bas : Mink DeVille, Cabretta.
– Dernier disque acheté là-bas : Don Cherry – Krysztof Penderecki, Actions.
– Scandale : l’indignation de Philippe en découvrant l’horrible réédition vinyle de Mark Hollis.

Trou Noir Disques, 5 rue des Lombards à Nîmes, également joignables sur internet, les réseaux sociaux (facebook, instagram) et en vrai sur place à partir de samedi.
Tous les articles de la série Première Nécessité (un disquaire par jour) sont visibles ici.

Continuer la lecture de « Clique & Collecte chez Trou Noir à Nîmes »

Catégories première nécessitéÉtiquettes , , ,

Clique & Collecte chez Vicious Circle à Toulouse

Un disquaire par jour propose ses 10 albums du moment.

Vicious Circle, Toulouse.
Vicious Circle, Toulouse.

Créé en 1993 par les fondateurs du fanzine Abus Dangereux, le label bordelais Vicious Circle, fort de plus de 150 références, s’est toujours distingué par des choix éclectiques et excitants. De Shannon Wright (Atlanta), exceptionnelle songwriter réputée pour ses albums et performances live riches en émotions aux telluriques BellRays (Los Angeles) ; du hip-hop délirant des Puppetmastaz (Berlin) aux ambiances noires et langoureuses d’Elysian Fields (Brooklyn) aux chansons mélodramatiques et modernes de Mansfield.TYA (Paris). Mais aussi les cultes Chokebore et leur génie de leader Troy Von Balthazar. Sans oublier beaucoup d’autres. En 1997, l’équipe du Label Vicious Circle décide de se lancer dans l’aventure de la boutique de disques, et vingt-trois ans plus tard, la boutique a déménagé et s’est agrandie, ainsi que l’équipe. Gregoire, Xavier et Eric accueillent désormais en plein centre ville, à deux pas de la place du Capitole. Si le rock a toujours été l’ADN principale de Vicious Circle, on trouve aujourd’hui un vaste choix en magasin, allant de la pop au hardcore, de la folk au hip-hop en passant par la soul et l’electro. Dua Lipa côtoie Fat Mike, Kendrick Lamar discute avec les Oh Sees.

Vicious Circle, 56 de la rue Léon Gambetta à Toulouse est joignable via son site et assure des heures de retrait du Mardi au Vendredi de 17 à 18h et le Samedi de 16h à 18h. Un service de livraison à vélo (dans un périmètre délimité) est aussi à disposition. Et aussi, par téléphone 05 61 23 82 83, par email à shop@viciouscircle.fr ou sur leur Discogs.
Tous les articles de la série Première Nécessité (un disquaire par jour) sont visibles ici.

Continuer la lecture de « Clique & Collecte chez Vicious Circle à Toulouse »

Catégories première nécessitéÉtiquettes , , ,

Clique & Collecte chez Le Souffle Continu à Paris

Un disquaire par jour propose ses 10 albums du moment.

Le Souffle Continu, Paris
Le Souffle Continu, Paris
Fondé en Octobre 2008 par deux anciens ténor du quartier Jussieu, Theo Jarrier (Paris Jazz Corner) et Bernard Ducayron (Jussieu Musique) Souffle Continu n’a jamais usurpé son titre de temple de l’underground parisien. Gardant et élargissant le cap de ces échoppes qui ont temporairement fait plus d’une éducation (Les Etablissements Phonographiques de l’Est, Wave) avant de devenir à raison, cultes, Souffle Continu ne propose pas seulement des disques à acheter mais surtout, une histoire oblique, une pédagogie, un accès sans contraintes à tout ce qui a pu pimenter les musiques transversales depuis deux siècles. Theo et Bernard ne s’arrêtent d’ailleurs pas là puisque Souffle Continu est également un éminent label de réédition de pointe dont les parutions hyper chiadées sont toujours des événements. Barney Willen, Steve Potts, Heldon, Red Noise, Emmanuelle Parrenin, Mahogany Brain, Mahjun, Jacques Thollot, et à mesure que la liste s’allonge, c’est bien un véritable patrimoine sonore qui se fait jour et qui ne tombera pas dans l’oubli. Le magasin prolonge ses explorations avec des rencontres, des débats et des concerts dont la liste donne le tournis et les intervenants (Thurston Moore, Don Cherry, Etienne Jaumet, Richard Pinhas, Areski ou encore Irmin Schmidt de Can) confortent toute la raison d’être de ce lieu décidément incontournable.
Le Souffle Continu, 20-22, Rue Gerbier dans le 11ème à Paris, également joignables sur leur site, leur page facebook, par téléphone au 01 40 24 17 21 et par mail : contact@soufflecontinu.com
Tous les articles de la série Première Nécessité (un disquaire par jour) sont visibles ici.

Continuer la lecture de « Clique & Collecte chez Le Souffle Continu à Paris »

Catégories première nécessitéÉtiquettes , , ,

Clique & Collecte chez Comme à la Radio à Nantes

Un disquaire par jour propose ses 10 albums du moment.

Comme à la Radio, Nantes.
Comme à la Radio, Nantes.

Comme à la Radio est d’abord connue comme une caverne enfermant un impressionnant stock de matériel et de disques. Sébastien et Jean, deux amis de longue date s’installent rue Marceau, à Nantes, en 2013. Cinq ans plus tard, ils sont rejoints par Clément et après une année dans le local, le volume de disques débordant, ils installent en août 2019 la section disque dans un nouveau local de la rue des antiquaires et des boutiques de matériel audio : la rue Jean Jaurès, anciennement rue des Arts. Un espace de vente avec 95% de seconde main, mais aussi une section neuf de musiques actuelles en plein essor. Pas de barrières dans l’exploration musicale, on retrouve dans les bacs du classique, du hip hop en passant par un solide rayon jazz, afro, brésilien, rare groove, sans oublier quelques milliers de 45 tours des quatre coins du monde. Comme à la radio est un voyage où la curiosité est de mise… Pour renflouer les bacs au maximum, l’équipe redouble d’efforts, avec notamment de récents voyages au Japon. La musique est toujours vivante et régulièrement, on retrouve des Dj sets et lives enregistrés sur place que l’on peut réentendre sous la forme de mixtapes k7, Chromes à la Radio : déjà 16 volumes, tous en écoute libre sur le mixcloud et en vente au shop.

Comme à la Radio, 30 rue Jean Jaurès, 44000 Nantes, également joignables sur leur page facebook, leur page Discogs, et leur page Instagram.
Tous les articles de la série Première Nécessité (un disquaire par jour) sont visibles ici.

Continuer la lecture de « Clique & Collecte chez Comme à la Radio à Nantes »

Catégories première nécessitéÉtiquettes , , ,

Clique & Collecte chez Plexus Records à Poitiers

Un disquaire par jour propose ses 10 albums du moment.

Plexus records, Poitiers.
Plexus records, Poitiers.

Après des débuts comme vendeur de disques ambulant et sur internet dès 2009, Guillaume Saintillan ouvre Plexus Records dans le centre-ville de Poitiers, deux ans plus tard. A quelques pas de l’imposante et magnifique église romane de Notre Dame la Grande, la petite boutique détonne dans le marasme des disquaires pictaves d’alors, et parvient à se faire un nom pour les amateurs de trouvailles sur vinyle, qui peuvent aussi y dénicher des appareils hi-fi remis en état. Plexus Records est aussi un label, qui propose d’abord diverses productions éclectiques au format cassette en édition limitée. Rejoint par Paul Le Masson, Guillaume étend son activité et profite d’un déménagement à quelques numéros dans la même rue en 2016, pour ouvrir un espace plus grand et très chaleureux. Dans l’esprit boisé des jazz cafés tokyoïtes, le nouveau magasin déploie des trésors audiophiles, au milieu des enceintes JBL vintage, et combine des bacs peu avares en nouveautés, tout comme en seconde main. Une des spécialités maison demeure en effet la recherche tout azimut, et le duo se plait à aller débusquer des pépites au Japon, 2 à 3 fois par an, pour proposer des collectors ou des pressages japonais de qualité à ses clients. Le label édite plusieurs vinyles, et notamment le divin Santa Barbara, auparavant édité en cassette et rééditée en double vinyle sous une pochette sérigraphiée. La house bricolée d’Albinos se paie même le luxe d’être élue meilleur disque de 2017 par l’institutionnel Phonica Records, devant Sampha, Four Tet ou LCD Soundsystem notamment ! Ces dernières semaines, le référent Jérôme Qpchan, un des meilleurs contributeurs et diggers de Discogs, basé à Tokyo, rejoint l’équipe pour chiner exclusivement pour Plexus à distance. Le disquaire propose évidemment une activité de click & collect, ou de vente par correspondance avec Discogs, et fourmille de projets : le lancement d’un site web spécialisé dans les prochains mois, ainsi que l’ouverture d’un second local spécial pour la VPC et le rachat des occasions. Restons vigilants !

Plexus Records, 172 Grand’Rue à Poitiers. Et aussi sur leur page discogs, ou leur page facebook et instagram, par téléphone au 05 49 30 41 22 ou par mail ici : plexusrecords@gmail.com
Tous les articles de la série Première Nécessité (un disquaire par jour) sont visibles ici.
Continuer la lecture de « Clique & Collecte chez Plexus Records à Poitiers »

Catégories première nécessitéÉtiquettes , , ,

Clique & Collecte chez Rhizome à Nancy

Un disquaire par jour propose ses 10 albums du moment.

Rhizome, Nancy.
Rhizome, Nancy.

On avait suivi de près les aventures nancéiennes d’Ici d’ailleurs, le label qui a sorti un certain nombre de disques précieux comme ceux de Married Monk (Christian Quermalet), FUGU (Mehdi Zannad) et Peter von Poehl, ainsi que ceux de Gontard, Rodolphe Burger, Chapelier fou, Julien Ribot, GaBLé ou Matt Elliott / The Third Eye Foundation. Ludovic trône désormais au cœur d’une montagne de plastique noir, devenue l’un des fiefs de musique indépendante de la Meurthe-et-Moselle. Nous lui avons demandé de décrire leur projet, voici sa réponse.

rhizome (n.m) :
1. Tige souterraine vivace, généralement horizontale, émettant chaque année des racines et des tiges aériennes.
2. Théorie philosophique développée par Deleuze et Guattari, désignant une structure évoluant en permanence, dans toutes les directions horizontales, et dénuée de niveaux.
3. Disquaire situé 15 rue Gilbert à Nancy – émanation du label Ici d’ailleurs – visant à explorer sans hiérarchie ni élitisme l’essentiel des territoires musicaux découverts à ce jour, de leurs racines à leurs représentations les plus actuelles. Fonctionnant selon un principe de connexion, il a pour ambition de faire se rencontrer les auditrices et auditeurs de tous horizons autour d’un disque (Vinyles & Cd’s), d’une platine, d’une tablette d’écoute, de Conférences et de Dj Sets.

Rhizome, 15 rue Gilbert, 54000 Nancy. Également joignables sur leur page facebook, par mail : rhizomerecordstore@gmail.com ou par téléphone au 03 83 37 02 01.
Tous les articles de la série Première Nécessité (un disquaire par jour) sont visibles ici.

Continuer la lecture de « Clique & Collecte chez Rhizome à Nancy »

Catégories première nécessitéÉtiquettes , , ,

Clique & Collecte chez Modulor à Paris

Un disquaire par jour propose ses 10 albums du moment.

Modulor, Paris.
Modulor, Paris.
Créé en 2008 à Paris par Elvin Pagiras, Modulor est au départ un label et une société de distribution numérique et physique au service des artistes indépendants. Au fil des ans, Modulor se développe en lançant notamment ses services de promotion et marketing, sa propre logistique basée à Alfortville et plusieurs sous labels dont Le Très Jazz Club avec Fuzati du Klub des Loosers et Wewantsounds (dont nous vous avons déjà parlé ici notamment) avec Matt Robin. En 2018, Modulor lance son site de vente en ligne, modulor-records.com et l’année suivante, la société fait l’acquisition de nouveaux bureaux flambants neufs et s’installe dans le 20ème. Ces locaux sont l’occasion d’offrir une belle vitrine aux labels distribués, dont un certain nombre d’habitués des colonnes de section26 : Drag City, Mexican Summer, Sub Pop, Captured Tracks, Sacred Bones, Constellation, Asthmatic Kitty, Touch & Go, Kompakt, Ghostly International, Big Crown, Daptone, Glitterbeat, Analog Africa, Effiscienz, Rhymesayers, et Death Row pour n’en citer que quelques uns. Depuis l’offre de la boutique gérée par Pierre Blotman s’est élargie à d’autres fournisseurs. Il s’explique : “Le 20ème ne comporte presque aucun disquaire, nous sommes dans un quartier assez calme et familial. Malgré le jeune âge de la boutique et les mois d’arrêt dû au confinement, on a développé une clientèle d’habitués et de passage. Indépendante de la partie distribution située au même endroit, la boutique propose un choix plus large que ce qui est distribué, notre sélection est plutôt éclectique, allant du hip-hop au jazz, en passant par de l’électro et la world avec un grand choix de rock indé. Nous sommes plus tournés vers la musique indépendante et évitons au maximum la grosse cavalerie de major.” Et pour contrer la baisse d’activité liée à la fermeture provisoire, le site va proposer 15% de réduction sur tout le stock avec le code HIVER2020. A suivre !
Modulor, 28 rue du Surmelin dans le 20ème à Paris, et via leur site modulor-records.com et par téléphone au 01 42 23 09 06.
Tous les articles de la série Première Nécessité (un disquaire par jour) sont visibles ici.

Continuer la lecture de « Clique & Collecte chez Modulor à Paris »