Catégories selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama : Kristine Leschper

Kristine Leschper
Kristine Leschper / Photo : Tyler Borchardt

Il y a un sentiment de l’ordre de la tendresse lorsque l’on observe — ou plutôt, dans ce cas-ci, écoute — un individu naître à lui-même. Kristine Leschper, après avoir œuvré pour quelques disques avec le groupe Mothers, nous offre avec beaucoup de grâce et justement, à l’orée du printemps, The Opening, Or Closing Of A Door. Un album d’éclosion intime, subtil et complexe, et dont les mélodies soignées et les instrumentations oniriques raviront les amateurs de musique intérieure paradoxalement épique. On ressent avec beaucoup d’émotion la sincérité non-feinte d’une véritable proposition de réponse à la problématique audacieuse d’être-soi où même le plus lisse des sons qui en résulte se laisse aller sans crainte aucune aux pointes les plus fragiles de la vulnérabilité. Guidée par les tourments du monde et par la voix-guide de la poétesse June Jordan, Leschper fait glisser avec beaucoup de talent et en treize titres ciselés la mise en scène d’un théâtre miniature en forme de cœur humain, que l’on vous conseille ardemment d’y aller jeter une oreille ou deux. Continuer la lecture de « Selectorama : Kristine Leschper »

Catégories chronique nouveauté, documentaire, festivalsÉtiquettes , , ,

FAME 2022 : « Emmanuelle Parrenin : d’une maison l’autre » de Marie-Élise Beyne

Emmanuelle Parrenin
Emmanuelle Parrenin / Photo : Frédéric D. Oberland

Après quelques secondes de soleil aux carreaux des fenêtres et de plans sur ce qui se passe paisiblement au pied des tours de la grande ville, c’est la puissante vibration au son sans pareil de la vieille à roue — mêlée à une voix de cristal haut perchée — qui nous accueille dans le documentaire de Marie-Élise Beyne consacré à Emmanuelle Parrenin, paladine mystique du temple néo-folk français, connue par certains pour être l’auteure de l’album culte Maison rose sorti en 1977. Par certains, ou plutôt, entre autres choses : les plans de coupe sur les quelques souvenirs photographiques dispersés autour d’objets de l’intime qui suivent esquissant l’idée d’un destin musical en cours plus vaste encore, et qui nous reste à découvrir au-delà du culte.

Continuer la lecture de « FAME 2022 : « Emmanuelle Parrenin : d’une maison l’autre » de Marie-Élise Beyne »

Catégories avant-première, interviewÉtiquettes , , , ,

Avant-première : « La Notte » de Radio Hito

Et voilà que Radio Hito nous revient avec Voce Lillà, un nouvel EP à sortir sur le label belge KRAAK ce 27 novembre 2021 et avec le clip vidéo de la piste 7 intitulée La Notte, animée et mise en image par l’artiste et graphiste Morgat Bry offert ici en avant-première à vos yeux et à vos oreilles que nous espérons charmés et émus.

Continuer la lecture de « Avant-première : « La Notte » de Radio Hito »

Catégories documentaire, festivalsÉtiquettes , , , , , ,

MUSICAL ÉCRAN 2021 : « Talking like her » de Natacha Giler & Adam Briscoe

Le destin de la poétesse folk américaine méconnue Connie Converse mis à jour dans un documentaire.

Connie Converse
Connie Converse

Pour les amateurs acharnés de folk lumineux et d’histoires de l’obscur, l’enquête est plutôt connue. Il y a plus de dix maintenant sortait d’un placard oublié How Sad, How Lovely de Connie Converse, une compilation de démos savoureuses et étranges enregistrées au mitan des années 1950 par l’illustrateur américain et collectionneur invétéré de disques de jazz Gene Deitch, qui, avant d’entamer une longue carrière dans les studios d’animation, s’était épris du talent singulier de Converse, rencontrée, presque par accident, par l’entremise d’un ami tête chercheuse de nouveaux talents. La sortie du disque près de 40 années plus tard eut un retentissement certain dû à la fois au charme incontestable des compositions de Converse, mais également à la découverte de son destin tragique. Déçue par son chemin de vie et par l’impossibilité de poursuivre ses passions, elle décida un beau jour de 1974 de disparaître complètement de la société des hommes. Continuer la lecture de « MUSICAL ÉCRAN 2021 : « Talking like her » de Natacha Giler & Adam Briscoe »

Catégories billet d’humeur, cover

Christian Lee Hutson & Shamir reprennent « Just Like Heaven » de The Cure

Anges du bizarre, bords de falaise & considérations émotives autour d’un joyau pop bien connu.

Il y a de ces soirs où on écoute d’une oreille distraite les nouveautés du moment, juste par ennui ou par errance totalement contemporaine, sur YouTube par exemple et principalement. Dans le grand fourre-tout du zapping incessant, on essaie tant bien que mal d’entretenir sa foi, son désir de trouver au détour d’un clic une lumière éclatante et vibrante. La quête est peut-être trop ambitieuse, l’abandon est à deux doigts de se produire. Et pourtant, à défaut du rayon puissant d’un phare dans la nuit des temps mornes dont la permanence nous désespère, une petite lumière se pointe là comme ça, pas vraiment géniale mais si douce qu’elle réactive soudain la pompe à sang. Continuer la lecture de « Christian Lee Hutson & Shamir reprennent « Just Like Heaven » de The Cure »

Catégories billet d’humeurÉtiquettes , ,

Bruxelles, ma belle

Un souvenir de 1973 : les Stones au Forest National.

The Rolling Stones, Forest National de Bruxelles, le 17 octobre 1973. Photos : Alibert/Palisson
The Rolling Stones, Forest National de Bruxelles, le 17 octobre 1973. Photos : Alibert/Palisson

Il y a quelques mois mon cher papa me raconte au téléphone qu’il a retrouvé dans ses archives des photos rares du fameux concert des Stones au Forest National de Bruxelles d’octobre 1973 — mi blagueuse, mi sérieuse, je lui dis : « chiche de nous écrire un article ! » Entre temps, des confinements et des mesures gouvernementales à géométrie variable bouleversent le fil du temps et retardent la publication de ce billet d’humeur… mais voilà que l’actualité nous rattrape et emporte sans crier gare Charlie Watts, « le génie du toujours un peu avant ou un peu après » (Étienne Greib dixit). On peut l’apercevoir ici nuque longue toute seventies et sourire complice dirigé vers Jagger, ce souvenir photographique suspendu à l’éternité en guise d’hommage à lui et à toutes celles et ceux dont les oreilles ont un jour vibré au son de sa rythmique rien qu’à lui.

The Rolling Stones, Forest National de Bruxelles, le 17 octobre 1973.
The Rolling Stones, Forest National de Bruxelles, le 17 octobre 1973. Photos : Alibert/Palisson

Continuer la lecture de « Bruxelles, ma belle »

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , , , , ,

Clip inédit : “Gerineldo Fils” par Marion Cousin & Kaumwald

Marion Cousin & Kaumwald (photo : Éloïse Decazes)
Marion Cousin & Kaumwald / Photo : Éloïse Decazes

Marion Cousin tisse depuis plusieurs années, avec grand soin et passion, le fil ancestral des folklores chantés de la péninsule ibérique. Après une première plongée dans les chants de travail des îles Baléares avec Jo estava que m’abrasava en 2016 (en compagnie de Gaspar Claus au violoncelle), est sorti l’an dernier Tu rabo par’abanico, qui s’attache, lui, à explorer ce qui se trame du côté des mystères de l’Estrémadure, région isolée d’Espagne au flanc collé à la frontière portugaise.

Continuer la lecture de « Clip inédit : “Gerineldo Fils” par Marion Cousin & Kaumwald »

Catégories playlistÉtiquettes ,

Le club du samedi soir #39 : The Pyramids sound lovely tonight

Playlist Égypte Elizabeth Taylor Cleopatra Mankiewicz 1963

Qu’Edward Saïd me pardonne ! Qu’avais-je donc en tête ce jour là pour démarrer cette quête thématique, mis à part ce songe vague que du haut de ces pyramides, non seulement quarante siècles, mais aussi quelques décades plus récentes de pop culture me contemplaient ?

Voici donc, sous forme de playlist, un choix de titres puisés dans la source féconde de l’orientalisme le plus flagrant (fatras novelty, resucées mélodiques, rites déterritorialisés et re-territorialisés), mais pas que, car ce choix est aussi guidé par les chemins empruntés sur les nombreux ponts et passerelles entre l’Égypte éternelle, et actuelle, et un ailleurs, qu’il soit géographique ou mystique (artistes de matrice double ou à la recherche de racines ancestrales). Parce que le Nil abreuve toujours notre mer, et nos rêves communs du monde entier, avec un penchant clair pour Alexandrie plus que Babel cette fois-ci. Continuer la lecture de « Le club du samedi soir #39 : The Pyramids sound lovely tonight »