Catégories festivalsÉtiquettes , , , , ,

MUSICAL ÉCRAN 2021 : “Talking like her” de Natacha Giler & Adam Briscoe

Le destin de la poétesse folk américaine méconnue Connie Converse mis à jour dans un documentaire.

Connie Converse
Connie Converse

Pour les amateurs acharnés de folk lumineux et d’histoires de l’obscur, l’enquête est plutôt connue. Il y a plus de dix maintenant sortait d’un placard oublié How Sad, How Lovely de Connie Converse, une compilation de démos savoureuses et étranges enregistrées au mitan des années 1950 par l’illustrateur américain et collectionneur invétéré de disques de jazz Gene Deitch, qui, avant d’entamer une longue carrière dans les studios d’animation, s’était épris du talent singulier de Converse, rencontrée, presque par accident, par l’entremise d’un ami tête chercheuse de nouveaux talents. La sortie du disque près de 40 années plus tard eut un retentissement certain dû à la fois au charme incontestable des compositions de Converse, mais également à la découverte de son destin tragique. Déçue par son chemin de vie et par l’impossibilité de poursuivre ses passions, elle décida un beau jour de 1974 de disparaître complètement de la société des hommes. Continuer la lecture de « MUSICAL ÉCRAN 2021 : “Talking like her” de Natacha Giler & Adam Briscoe »

Catégories billet d’humeur, cover

Christian Lee Hutson & Shamir reprennent “Just Like Heaven” de The Cure

Anges du bizarre, bords de falaise & considérations émotives autour d’un joyau pop bien connu.

Il y a de ces soirs où on écoute d’une oreille distraite les nouveautés du moment, juste par ennui ou par errance totalement contemporaine, sur YouTube par exemple et principalement. Dans le grand fourre-tout du zapping incessant, on essaie tant bien que mal d’entretenir sa foi, son désir de trouver au détour d’un clic une lumière éclatante et vibrante. La quête est peut-être trop ambitieuse, l’abandon est à deux doigts de se produire. Et pourtant, à défaut du rayon puissant d’un phare dans la nuit des temps mornes dont la permanence nous désespère, une petite lumière se pointe là comme ça, pas vraiment géniale mais si douce qu’elle réactive soudain la pompe à sang. Continuer la lecture de « Christian Lee Hutson & Shamir reprennent “Just Like Heaven” de The Cure »

Catégories billet d’humeurÉtiquettes , ,

Bruxelles, ma belle

Un souvenir de 1973 : les Stones au Forest National.

The Rolling Stones, Forest National de Bruxelles, le 17 octobre 1973. Photos : Alibert/Palisson
The Rolling Stones, Forest National de Bruxelles, le 17 octobre 1973. Photos : Alibert/Palisson

Il y a quelques mois mon cher papa me raconte au téléphone qu’il a retrouvé dans ses archives des photos rares du fameux concert des Stones au Forest National de Bruxelles d’octobre 1973 — mi blagueuse, mi sérieuse, je lui dis : « chiche de nous écrire un article ! » Entre temps, des confinements et des mesures gouvernementales à géométrie variable bouleversent le fil du temps et retardent la publication de ce billet d’humeur… mais voilà que l’actualité nous rattrape et emporte sans crier gare Charlie Watts, « le génie du toujours un peu avant ou un peu après » (Étienne Greib dixit). On peut l’apercevoir ici nuque longue toute seventies et sourire complice dirigé vers Jagger, ce souvenir photographique suspendu à l’éternité en guise d’hommage à lui et à toutes celles et ceux dont les oreilles ont un jour vibré au son de sa rythmique rien qu’à lui.

The Rolling Stones, Forest National de Bruxelles, le 17 octobre 1973.
The Rolling Stones, Forest National de Bruxelles, le 17 octobre 1973. Photos : Alibert/Palisson

Continuer la lecture de « Bruxelles, ma belle »

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , , , , ,

Clip inédit : “Gerineldo Fils” par Marion Cousin & Kaumwald

Marion Cousin & Kaumwald (photo : Éloïse Decazes)
Marion Cousin & Kaumwald / Photo : Éloïse Decazes

Marion Cousin tisse depuis plusieurs années, avec grand soin et passion, le fil ancestral des folklores chantés de la péninsule ibérique. Après une première plongée dans les chants de travail des îles Baléares avec Jo estava que m’abrasava en 2016 (en compagnie de Gaspar Claus au violoncelle), est sorti l’an dernier Tu rabo par’abanico, qui s’attache, lui, à explorer ce qui se trame du côté des mystères de l’Estrémadure, région isolée d’Espagne au flanc collé à la frontière portugaise.

Continuer la lecture de « Clip inédit : “Gerineldo Fils” par Marion Cousin & Kaumwald »

Catégories playlistÉtiquettes ,

Le club du samedi soir #39 : The Pyramids sound lovely tonight

Playlist Égypte Elizabeth Taylor Cleopatra Mankiewicz 1963

Qu’Edward Saïd me pardonne ! Qu’avais-je donc en tête ce jour là pour démarrer cette quête thématique, mis à part ce songe vague que du haut de ces pyramides, non seulement quarante siècles, mais aussi quelques décades plus récentes de pop culture me contemplaient ?

Voici donc, sous forme de playlist, un choix de titres puisés dans la source féconde de l’orientalisme le plus flagrant (fatras novelty, resucées mélodiques, rites déterritorialisés et re-territorialisés), mais pas que, car ce choix est aussi guidé par les chemins empruntés sur les nombreux ponts et passerelles entre l’Égypte éternelle, et actuelle, et un ailleurs, qu’il soit géographique ou mystique (artistes de matrice double ou à la recherche de racines ancestrales). Parce que le Nil abreuve toujours notre mer, et nos rêves communs du monde entier, avec un penchant clair pour Alexandrie plus que Babel cette fois-ci. Continuer la lecture de « Le club du samedi soir #39 : The Pyramids sound lovely tonight »

Catégories mixtapeÉtiquettes , , ,

Le club du samedi soir #31 : A is For…

Tauba Auerbach, How to Spell the Alphabet, 2005. As seen in Tauba Auerbach
Tauba Auerbach, How to Spell the Alphabet, 2005. Source : Letterform archive

Nous voilà arrivés au 16 janvier de cette nouvelle année 2021 à peine démarrée et tout semble déjà désordonné. Il était difficile d’imaginer, même depuis des temps récents, que le monde puisse être capable de tourner tant à l’envers ! À échelle individuelle, peu de remèdes efficaces face à la crise, si ce n’est sans doute de tenter de reprendre les choses dans l’ordre pour voir ce qui nous avait peut-être échappé. Au jeu du langage humain, et d’où qu’il vienne géographiquement, l’ordre alphabétique forme cette petite musique fondamentale que nous connaissons depuis l’enfance et qui a bâti notre esprit. Lettres sacrées, inconnues mathématiques, prétextes acrostiches : qu’importent leurs formes et leur sens, ces signes ensemble illuminent le monde de notre pensée. Et à défaut de le guérir ou de le tordre dans un sens ou un autre, chérissons-le dans sa forme et dans son cœur tout simplement. Quelques titres donc, piochés ça et là dans ma mémoire typographique, en clin d’œil à tous ceux qui, comme moi, adorent les alphabets.

Continuer la lecture de « Le club du samedi soir #31 : A is For… »

Catégories coverÉtiquettes , , , ,

Bernardino Femminielli reprend “Moi, mes histoires” de Régine (inédit)

Bernardino Femminielli
Bernardino Femminielli avec son chien Poulet / Photo : Hans Neumann


Moi, mes histoires / Certains soirs /
Je les raconte / Au miroir /
Alors bien sûr / Tu peux voir / La fêlure

C’est dans la robe de velours au goût de tragique de Régine, signée à l’origine par le couple Dabadie/Polnareff en 1978, que Bernardino Femminielli nous fait l’honneur de se glisser aujourd’hui. « J’écoute ce morceau depuis une dizaine d’années. Il représente pour moi les nombreuses vies imaginées qui sont projetées devant un public ou des gens qui nous sont proches. Moi, Mes Histoires pourrait être une chanson qui parle des erreurs de parcours et d’humilité face à la désillusion du showbiz. Les histoires inventées sur scène ont fini par y croire et à se les approprier mais lorsqu’on réussit à s’en départir on réalise les beaux moments qu’elles ont pu nous offrir. Pour moi c’est une chanson qui parle de courage sans tomber dans l’héroïsme. » Continuer la lecture de « Bernardino Femminielli reprend “Moi, mes histoires” de Régine (inédit) »

Catégories mixtapeÉtiquettes , , ,

Le club du samedi soir #25 : Right on tracks — une rêverie ferroviaire

Arrivée du train en gare de La Ciotat, Les frères Lumière.
Arrivée du train en gare de La Ciotat, Les frères Lumière.

Alors que les affres du doute flottaient encore il y a quelques semaines — pour les quelques centralistes urbanisés dont je suis —, maintenant nous le savons : nous reprendrons le train pour le solstice d’hiver, nous en aller revenir dans nos proches régions passer quelques jours avec ceux qui nous sont chers. Prendre le train, cette singulière invention de l’ère industrielle, c’est par le corps tout entier emprunter tout un cheminement historique et poétique, se laisser cahoter en rythme les yeux pris dans le défilement infini du paysage et partager collectivement ce moment de transport fait de destinées individuelles. Passer les gares qui ne servent plus et s’arrêter dans celles qui subsistent encore, se remémorer à chaque étape tous les trajets arpentés dans sa vie.


Continuer la lecture de « Le club du samedi soir #25 : Right on tracks — une rêverie ferroviaire »