Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Vadim Vernay, vers l’obscurité

Vadim Vernay ne fait rien comme personne. Ce qui est, d’ailleurs, plutôt un bon point quand on enregistre des chansons. Sept ans se sont écoulés depuis la publication d‘ It Will Be Dark When We Get There, son précédent album. Vernay prend donc son temps en se donnant une obligation de moyens. Ses disques ont la même saveur que les (rares) apparitions de Mark Linkous à la télévision dans les années 90. Il y a une vingtaine d’années, on guettait l’apparition de la frêle silhouette torturée de Linkous sur nos écrans… Aujourd’hui, on surveille l’arrivée des solides chansosn de Vernay sur notre platine. Continuer la lecture de « Vadim Vernay, vers l’obscurité »

Catégories interviewÉtiquettes , , ,

Martin Dupont, revenants de la Cold Wave

Martin Dupont
Martin Dupont

Le choc. Il existe donc en France un groupe qui a ouvert pour The Lotus Eaters et Siouxsie and the Banshees, qui a publié des disques à l’esthétique parfaite d’un niveau insoupçonnable… Et nous le savions pas. Les Martin Dupont, car c’est bien d’eux dont il est question aujourd’hui, ont posé quelques jalons de 1984 à 1987 et n’ont pas sombré dans l’oubli. En effet, écouter Love on my Side une fois, c’est tomber dans le piège tendu par les claviers d’Alain Seghir. Et c’est ainsi pour quasiment toutes les chansons de ce groupe de Marseille qui a le mérite de glacer le sang de la Canebière. Car au final, quel est le meilleur remède contre le réchauffement climatique ? Les refrains d’outre-tombe de ce groupe au nom totalement improbable.
La musique de Seghir n’a jamais sombré dans l’oubli grâce à ses fans, à Agnès B et au label Minimal Wave qui travaille la discographie du groupe. Elle va même revenir sur scène en 2023 et voir de nouveaux morceaux arriver grâce à un album. Un nouveau choc en approche. Continuer la lecture de « Martin Dupont, revenants de la Cold Wave »

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , ,

Guided By Voices, Tremblers and Goggles by Rank (Guided by Voices Inc)

Tremblers and Goggles by Rank est sorti au début de l’été. Cette chronique est écrite à la fin de l’été. Il y a donc de fortes chances qu’elle soit obsolète quant à l’actualité de la  discographie du groupe. En effet, Robert Pollard et ses Guided By Voices ont pour vocation d’écrire vite, d’enregistrer encore plus vite et publient un disque tous les six mois. Sans compter les disques solo de chaque membre du groupe… Trentième album du groupe, quatorzième album depuis la reformation de 2016, Tremblers and Goggles by Rank prend la suite de Crystal Nuns Cathedral publié au mois de mars 2022 et poursuit le cycle entamé par Space Gun (2018). À savoir celui de l’excellence donc du mystère. Quel est le secret du groupe ? Comment tenir la corde après avoir enregistré… 500 chansons ? Quelle est leur potion magique ? Qui est leur Panoramix ? Continuer la lecture de « Guided By Voices, Tremblers and Goggles by Rank (Guided by Voices Inc) »

Catégories stranger teensÉtiquettes , , , , ,

Stranger Teens #22 : « Every You, Every Me » par Placebo

Tout l’été, les morceaux qui ont sauvé notre adolescence.

Certes, il y avait eu ce premier album. La pochette étendard avec le cliché qui rappelle les pochettes de Siamese Dream des Smashing Pumpkins et évidemment Nevermind de Nirvana. Les chansons comme 36 Degrees ou comme Nancy Boy. Mais il faut avouer qu’à part le beau gosse de Terminale littéraire ou quelques silhouettes longilignes aperçues au loin dans le foyer… Le premier Placebo avait fait un grand flop chez ceux qui quittaient le collège pour le lycée et qui donc vivaient le grand flip. Et puis on avait Oasis ou des disques de nu metal à acheter… Continuer la lecture de « Stranger Teens #22 : « Every You, Every Me » par Placebo »

Catégories chronique réédition, mardi oldieÉtiquettes , , , , ,

Nick Power, Caravan (AV8 Records)

Enregistré dans une caravane, le premier disque solo de Nick Power des The Coral est publié ces jours-ci pour la première fois en physique via AV8 Records. Un excellent prétexte pour évoquer de nouveau ce joli disque sorti en 2017.

De 2002 à 2007, les The Coral ont enregistré cinq albums. Un disque par an (si les mathématiques ne nous trompent pas). Et quels disques… Sans l’arrogance des Gallagher et sans la malchance des Head, ce groupe de Hoylake a permis aux fans d’Oasis de sortir des années 90 et aux adolescents des années 2000 de retourner dans le passé avec quelques références dans les poches. Mais quel était le secret de jeunesse de ces Scousers ? Comment expliquer ce rythme effréné ? Continuer la lecture de « Nick Power, Caravan (AV8 Records) »

Catégories billet d’humeurÉtiquettes , , , , , , , , ,

Head toi et le ciel t’aidera

Au moment de la sortie du nouvel album de Michael Head, retour sur les chassés-croisés entre les jumeaux Head et Gallagher.

Michael Head
Michael Head

Il se passe des choses étranges  en Angleterre. Michael Head, accompagné de son Red Elastic Band, vient de réussir l’exploit de placer Dear Scott, son nouvel album, dans le top 10 des charts anglais. Remis en selle en 2013 par l’entremise et le travail acharné du label franco-anglais Violette Records, l’ancienne tête pensante des Pale Fountains perce (enfin) et joue (de nouveau) dans des salles de taille respectable. La performance est salutaire quand on se rappelle que Pacific Street s’est classé à la 85e place du top anglais la semaine de sa sortie et que Michael Head jouait, devant la caméra d’Arte, dans la cuisine de la maison de ses parents après l’arrêt prématuré des Paleys. Continuer la lecture de « Head toi et le ciel t’aidera »

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Studio Harcourt

Ed Harcourt
Ed Harcourt

Il y a vingt-deux ans, Ed Harcourt, un anglais natif de Wimbleldon, réalisait le grand chelem avec Here Be Monsters. Son premier album l’imposait à sa juste valeur en faisant chavirer (toute) la presse et une partie du public. Il faut dire que c’était un juste retour des choses pour Harcourt et surtout Heavenly, son label, qui avait beaucoup misé sur ce disque, véritable acte de naissance et profession de foi pop aux milles idées. L’étude scrupuleuse des notes du livret donne le vertige. À peine vingt-cinq ans et juste un EP en guise de CV, Ed Harcourt réunissait dans un studio Gil Norton, Dave Fridmann et Martin Kelly pour faire des chœurs et fut accessoirement aidé par Tim Holmes des Death In Vegas pour assurer la production. C’était Byzance chez Heavenly après le succès du premier Doves. À la fois coup d’essai et coup de maître, Here Be Monsters lança la carrière d’Harcourt mais ne lui permit de s’imposer face à des Wilco alors en pleine capacité de leurs moyens. Continuer la lecture de « Studio Harcourt »

Catégories billet d’humeur, portfolioÉtiquettes , , , ,

Jason Lytle (Grandaddy) ou le sentiment de culpabilité

Jason Lytle (Grandaddy) / Photos : Louis Teyssedou
Jason Lytle (Grandaddy) / Photos : Louis Teyssedou

Ce 26 août 2000, les Californiens de Grandaddy jouent sur une des scènes du festival Pukkelpop. Évidemment, à peine remis de l’avalanche de Queens Of The Stone Age la veille, on se demande bien ce que vaut le groupe. Le constat est rapidement fait : ces gens n’ont pas le physique de leurs chansons… Passons donc notre chemin : un groupe qui a un chanteur qui ressemble à la fois à un bûcheron du Montana et à un skater ne peut rien faire de bon. Terrible erreur.

Évidemment, on se rend compte quelques semaines plus tard, en tombant par hasard sur The Sophtware Slump que l’erreur est plus que coupable. Originaires de Modesto, ville perdue entre San Francisco et Sacramento, les Grandaddy permettent aux traumatisés de Kid A de passer sereinement le changement de millénaire. Continuer la lecture de « Jason Lytle (Grandaddy) ou le sentiment de culpabilité »