Catégories hommageÉtiquettes , , , , , , ,

Jim Stewart, l’âme blanche de la Soul

Le co-fondateur de l’incroyable label Stax est parti rejoindre Otis et les autres.

Jim Stewart
Jim Stewart devant Hitsville USA.

Jim Stewart, le co-fondateur de Stax est décédé le 5 décembre 2022. Il rejoint sa grande soeur, co-fondatrice du label, Estelle Axton, partie en 2004. Né dans le Tennessee, Jim Stewart déménage à Memphis en 1948. Il joue du violon dans un groupe de country du coin, les Canyon Cowboys. Son attrait pour la musique l’incite à créer un premier label. En 1957, sans expérience, il lance Satellite Records et sort quelques disques de country produits avec les moyens du bord. Il convainc son ainée, Estelle Axton d’investir à ses cotés. Celle-ci met sa maison en hypothèque afin d’acheter un enregistreur à bandes Ampex 350. Le label déménage dans un ancien cinéma désaffecté et se ré-oriente alors vers le R&B, un choix éclairé. Les premiers 45 tours permettent au label de se faire un nom dans la région de Memphis. Continuer la lecture de « Jim Stewart, l’âme blanche de la Soul »

Catégories chronique anniversaire, mardi oldieÉtiquettes , , , , , ,

Metro Area, Id. (Source, 2002)

Vingt ans nous séparent désormais de l’unique album de Metro Area, une des sensations de l’époque. Morgan Geist et Darshan Jesrani avaient démarré le projet quatre ans plus tôt, en 1998, du coté de New York. Actifs tous les deux depuis le milieu des années 90, ils s’étaient rencontrés sur une mailing list de discussion, vers 1995 et entamèrent dès lors une collaboration, d’abord sous le nom de Phenom. Publiés au compte goutte, les premiers maxis de Metro Area, sur Environ (label de Morgan Geist) contribuèrent à faire naitre un fol espoir. Les astres s’alignèrent pour la sortie du tant attendu album. Peu de véritables inédits mais une compilation élaborée et éditée des maxis du duo : cela peut sembler désormais un peu chiche en nouveauté mais l’époque était différente. Continuer la lecture de « Metro Area, Id. (Source, 2002) »

Catégories climatsÉtiquettes , , , , , ,

Climats #36 : Alvvays, Ingmar Bergman

Les Vinzelles
Les Vinzelles givrées à Volvic / Photo : Margot Bonvallet

Peut-on écouter Kokomo des Beach Boys durant les fêtes de Noël sans casser l’ambiance ? Et si Mercury Rev s’était pris de passion pour le djembé, écouterait-on, encore, Deserter’s Songs?

Climats met en avant disques et livres selon les aléas de la météo. Continuer la lecture de « Climats #36 : Alvvays, Ingmar Bergman »

Catégories hommageÉtiquettes , , , , , , ,

Christine, pour la vie.

Christine McVie

Moins connue que sa camarade Stevie Nicks, Christine McVie n’en fut pas moins un membre essentiel, un véritable pilier même, de l’histoire de Fleetwood Mac. Elle vient de nous quitter, le 30 novembre 2022 à l’âge de soixante-dix neuf ans. Née à Bouth dans une famille de musiciens (un grand père organiste, un père professeur de violon), la Britannique Christine Perfect s’initie au piano dans l’enfance. Dans les années soixante, elle rejoint la bouillonnante scène british blues (Yardbirds, Spencer Davis Group, Alexis Korner’s Blues Incorporated, John Mayall and the Bluesbreakers…). Continuer la lecture de « Christine, pour la vie. »

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , ,

Selectorama : Widowspeak

Widowspeak
Widowspeak / Photo : Alexa Viscius

En mars dernier, le duo new-yorkais nous enveloppait de sa pop vaporeuse avec The Jacket, un sixième album à l’élégance et à l’intemporalité propres aux choses simples : des percussions délicates, des boucles de guitares claires et, en suspension, la voix caressante, Sandoval-esque de Molly Hamilton. En aparté de leur récent passage à Petit Bain, elle a réalisé pour nous la sélection ci-dessous : dix titres essentiels pour elle et son complice Robert Earl Thomas, dix titres pour réchauffer nos premiers pas dans ce mois de décembre.

Continuer la lecture de « Selectorama : Widowspeak »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Twain, Noon (Keeled Scales)

On one short stretch of burn the ear may distinguish a dozen different notes at once.

Nan Shepherd

Parfois on se rend compte qu’on a vécu des années en compagnie d’un livre sagement rangé dans les rayonnages d’une bibliothèque sagement rangée, plus ou moins, et que l’on n’a jamais pensé à mettre ledit livre dans les mains de la personne qui devait le lire – qui peut être soi ou une autre, ça n’a pas forcément d’importance –, puis on y pense comme par hasard, sans réel hasard, puis on le met dans les mains de ladite personne, et elle le lit, et ça tremble – ou pas. Continuer la lecture de « Twain, Noon (Keeled Scales) »

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

L’onirisme cotonneux des franciscains Children Maybe Later

Children Maybe Later
Children Maybe Later

San Francisco a toujours su faire émerger le meilleur en matière de rock et ses satellites, des Thee Oh Sees des débuts, en passant par les Fresh and Onlys et Sonny Smith, jusqu’aux plus récents joyaux pop chez Paisley Shirt Records. Children Maybe Later, trio Franciscain, c’est l’histoire d’une colocation entre trois féru.es de voix féminines éthérées, de pop paisley et d’art psychédélique. Stanley, Staizsh (colocataires dans la vie) et Britta (entendue dans les groupes Rays, The World, Cindy, Violent Change, Famous Mammals, Non Plus Temps et Galore), ont utilisé leur temps confiné pour créer, s’amuser et jouer à la guitare ensemble. Continuer la lecture de « L’onirisme cotonneux des franciscains Children Maybe Later »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , ,

Ruth Radelet, The Other Side EP (autoproduit)

Il m’a dit, tu devrais écrire sur The Other Side et j’ai dit oui, sans vraiment hésiter, et puis j’ai écrit. J’ai commencé d’écrire sans même avoir écouté les chansons. Je les avais entendues, comme on le fait toutes et tous, mais je ne les avais pas écoutées. Ces quelques lignes que j’avais écrites, elles disaient que Chromatics, c’était une certaine idée des 80’s mais en mieux et puis qu’il y avait cette voix qui nous faisait penser que Ruth Radelet, la chanteuse, n’existait pas réellement, que c’était un ange tombé du ciel. Je trouvais que c’était cliché mais parfois il n’y a que les clichés qui peuvent décrire parfaitement ce que l’on ressent. J’avais écrit d’autres choses, une théorie fumeuse cette fois, que les disques de Chromatics s’étaient succédés et que cette voix avait pris de plus en plus de place – moins de plages instrumentales, moins de vocoder – ce qui a fait dire à certains que l’avant-dernier album de Chromatics, Closer To Grey, était en fait le premier album solo de Ruth Radelet. Continuer la lecture de « Ruth Radelet, The Other Side EP (autoproduit) »