Catégories selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama : Klaus Johann Grobe

Klaus Johann Grobe
Klaus Johann Grobe

Il y a beaucoup de changements de directions dans ce nouvel album de Klaus Johann Grobe. Dix ans après leurs débuts, le duo Zurichois a pris son temps pour composer, puisque six ans séparent ce Lo Tu Il Loro du précédent, Du Bist So Symmetrisch. Pandémie, tout ça, sans doute ; toujours est-il que Dani et Sevi l’ont écrit en deux semaines dans un chalet d’une vallée suisse un peu perdue, au même endroit que leur premier album. Cette fois, on s’éloigne de la marque de fabrique KJG, faite de kosmische disco, de pop synthétique et de chansons dans la langue de Goethe. Continuer la lecture de « Selectorama : Klaus Johann Grobe »

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , ,

Selectorama : Nicolas Moog

Extrait de Vivre libre ou mourir, Punk et Rock Alternatif en France (1981 - 1989) par Arnaud Le Gouëfflec et Nicolas Moog (Glénat)
Extrait de Vivre libre ou mourir, Punk et Rock Alternatif en France (1981 – 1989) par Arnaud Le Gouëfflec et Nicolas Moog (Glénat)

 

Nicolas Moog
Nicolas Moog

Vous souvenez-vous de la merveilleuse bande dessinée Underground, parue il y a trois ans aux éditions Glénat, ouvrage indispensable qui proposait une formidable plongée dans l’univers des outsiders du rock ? Nous avions eu la joie, il y a trois mois, de découvrir l’excellent Selectorama d’Arnaud Le Gouëfflec, scénariste qui avait signé les textes érudits de cette petite Bible des marginaux de la musique populaire. Nous accueillons aujourd’hui Nicolas Moog, son fidèle acolyte, dessinateur surdoué au trait digne de Daniel Clowes, qui officie également dans le groupe Thee Verduns. Nous ne boudons pas notre plaisir de célébrer la sortie de leur tout nouvel opus de 180 pages Vivre libre ou mourir (toujours chez Glénat), consacré à l’histoire du rock alternatif et du punk en France de 1981 à 1989, basé sur les témoignages de membres des grandes figures de l’époque : les Bérus, Métal Urbain, les Wampas et consorts. Rappelons par la même occasion qu’un deuxième volume d’Underground est en préparation. Continuer la lecture de « Selectorama : Nicolas Moog »

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , ,

Selectorama : Astrel K

Astrel K
Astrel K / Photo : Lewis Lonly

The Foreign Department, titre du nouvel album d’Astrel K, c’est certainement la Suède, où l’anglais a déménagé il y a quelques années suite à la perte de la maison dans laquelle les membres d’Ulrika Spacek, dont il fait partie, vivaient et travaillaient. Un exil sentimental, où il commence à composer en solo, la nuit. Il s’échappe des structures complexes et déconcertantes du groupe pour une bedroom pop luxuriante, riche en émotions et en textures qui pourrait aisément se classer auprès de ses compatriotes de Stereolab ou Broadcast, portée par sa voix aérienne. Continuer la lecture de « Selectorama : Astrel K »

Catégories selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama : Jane Weaver

Jane Weaver / Photo : Nic Chapman
Jane Weaver / Photo : Nic Chapman

Après un virage pop réussi avec Flock en 2021, Jane Weaver sortira Love In Constant Spectacle chez Fire Records le 5 avril prochain. Plus expérimental et sombre que son prédécesseur, on y retrouve tout ce que l’on aime chez Jane Weaver (les vieux synthés bricolés, une batterie motorik) sans jamais avoir l’impression de l’avoir déjà entendu. C’est d’ailleurs ce qui fait de Jane Weaver une des artistes pop les plus passionnantes de sa génération. Avec douze et albums solos au compteur et de nombreux projets parallèles, elle n’a jamais cessé de se renouveler, de chercher de nouvelles pistes à explorer, sans noyer l’auditeur grâce à une balance parfaite entre la complexité et l’accessibilité. Il suffit d’écouter attentivement les dix titres de ce Selectorama, et de lire à quel point elle se passionne pour ces artistes, pour comprendre à quel point cela ressort dans sa musique unique et onirique. Continuer la lecture de « Selectorama : Jane Weaver »

Catégories selectoramaÉtiquettes , ,

Selectorama : Rrrrrose Azerty

Rrrrrose Azerty
Rrrrrose Azerty

Rrrrose Azerty, c’est la vie 4.0, c’est-à-dire ce qui grouille d’encore vivant sous la bannière fière de celle.ux du camp du faire, c’est-à-dire, encore autrement dit, de ce qui reste d’enrichissant et d’autonome sous les échangeurs mornes des autoroutes de l’information siglées GAFAM. Rrrrose Azerty, vous la croiserez au détour d’un clic, tout comme moi un jour enjouée par le vidéo-clip génial et HYPER-rom-CORE de son titre Extrêmement PD de toi mis en images par la vidéaste Sofia Versaveau. Ou bien encore sur Twitch au cours du premier épisode d’un podcast prometteur, Gamedolls Advance, à tirer les fils du lien fort convaincant entre Erik Satie et Hatsune Miku. Rrrrose Azerty, c’est donc la personne à suivre si vous aimez les blips et les bloops du DIY extraordinaire, la musique utilitaire et libératrice accessible à tous.tes, les catalogues infinis de musique noise et improvisée, les oscillations entre dark folk et chiptune, quelque part exactement donc entre Animal Crossing et The Caretaker. Continuer la lecture de « Selectorama : Rrrrrose Azerty »

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , , ,

Selectorama : Maxwell Farrington & Le SuperHomard

Maxwell Farrington & Le SuperHomard
Maxwell Farrington & Le SuperHomard / Photo : Anais Oudar

Il y a des villes avec lesquelles on ne plaisante pas. Brisbane est de celle-ci, berceau de groupes qui comptent, ici et sans doute ailleurs aussi – The Saints dans le rôle de parrains, mais surtout The Go-Betweens et The Apartments. C’est la ville d’où est originaire Maxwell Farrington, baryton gouailleur passionné de cuisine et de vins bio, autant de passions qui pourraient en faire, toute proportion gardée, une sorte de Pepe Carvalho de la pop moderne – version orchestrée. Cette pop moderne orchestrée, elle est imaginée par Christophe Vaillant, son acolyte de quelques années son ainé et au nom de héros de bande dessinée. Continuer la lecture de « Selectorama : Maxwell Farrington & Le SuperHomard »

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , ,

Selectorama : Arnaud Le Gouëfflec

Arnaud Le Goëfflec
Arnaud Le Goëfflec

Heureux ceux qui comme moi ont eu la joie de trouver le livre Underground, Grandes prêtresses du son et rockers maudits au pied de leur sapin le 25 décembre dernier ! Voici typiquement le genre d’ouvrage qu’on ouvre pour ne plus le lâcher, porté par le plaisir compulsif d’aller de chapitre en chapitre. De quoi s’agit-il ? D’une remarquable petite histoire illustrée du rock de l’ombre, indispensable à tout obsédé musical, dont on se demande par quel mystère personne n’avait eu l’idée de l’écrire plus tôt. C’est en quelque sorte un excellent complément au Dictionnaire du rock de Michka Assayas – qui a d’ailleurs préfacé Underground -, mais consacré plus spécifiquement aux oustiders du rock, aux marginaux et déglingués en tous genres dont le succès n’aura jamais vraiment atteint le grand public. On peut aussi voir dans cet ouvrage, un lointain cousin du Dictionnaire snob du rock de Steven Daly et David Kemp, mais avec une place plus importante accordée aux dessins, brillamment exécutés par Nicolas Moog, dont le style rappelle celui des maîtres américains du comic book que sont Daniel Clowes et Charles Burns. Continuer la lecture de « Selectorama : Arnaud Le Gouëfflec »

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , , ,

Selectorama : Karina Gill (Cindy, Flowertown)

Karina Gill, chanteuse du groupe de rock américain Cindy le 3 mai 2023 à Paris. Photo : Mathieu Zazzo
Karina Gill, chanteuse du groupe de rock américain Cindy le 3 mai 2023 à Paris. Photo : Mathieu Zazzo

« Il y a quelquefois dans les personnes ou dans les choses un charme invisible, une grâce naturelle qu’on n’a pu définir, et qu’on a été forcé d’appeler le je ne sais quoi. » remarquait Montesquieu dans son Essai sur le goût. C’est justement ce charme qu’on retrouve dans la musique de Karina Gill et les groupes auxquels elle participe, dont la beauté discrète et naïve ne peut que ravir l’âme des amateurs de pop intime et artisanale. Depuis 2018, sous les avatars de Cindy, de Flowertown ou de Hospital, souvent accompagnée par son acolyte Mike Ramos, la Californienne a su conquérir son auditoire avec ses chansons délicates, dont l’ami Xavier Mazure avait remarqué en 2021 dans les colonnes de Section 26 la troublante ressemblance avec l’univers de Slumber Party, groupe qu’on ne s’est jamais consolé d’avoir vu disparaître des écrans radars. Continuer la lecture de « Selectorama : Karina Gill (Cindy, Flowertown) »