Catégories selectoramaÉtiquettes , , , ,

Selectorama : Arab Strap

Arab Strap
Arab Strap

Fidèles à ce que l’on attendait d’eux, Arab Strap a effectué un retour remarquable avec le single The Turning Of Her Bones. Le morceau évoque le comeback du groupe avec l’humour qui leur est propre, sous l’angle de la résurrection et du sexe. A l’écoute de ce titre introductif, on s’est mis à rêver d’un nouvel album aventureux, ne reprenant pas les choses là où le groupe les avait laissées en 2005 avec The Last Romance. Sans tout révolutionner, As Days Get Dark passe le cap du changement haut la main. D’une dominante générale plutôt sombre, l’album sait rester aventureux sans désorienter, même lorsqu’un solo de saxo surgit de nulle part. La présence de Paul Savage, producteur historique du groupe et de certains de leurs projets solo, n’y est sans doute pas pour rien. Si Aidan Moffat et Malcom Middleton arrivent à nous mettre à genoux tant ils content le désespoir avec beauté, leurs choix respectifs pour ce Selectorama nous prouvent qu’ils ne passent pas leur temps à pleurer leur désespoir dans leurs pintes de Lager. Ils sont aussi capables de danser sur du Cerrone ou de s’émerveiller devant un solo de guitare d’Alice In ChainsContinuer la lecture de « Selectorama : Arab Strap »

Catégories selectoramaÉtiquettes , ,

Selectorama : The Shifters

The Shifters
The Shifters en 2018

Depuis la sortie en 2018 de leur très réussi dernier album Have a Cunning Plan, le groupe australien n’a pas chômé. En 2019, après un split single avec Parsnip chez le grenoblois Future Folklore qui avaient également ressorti leur tout premier disque, les Shifters avaient participé à la compil-hommage à David Berman des Silver Jews mise en place par Section 26, nous livrant une reprise très habitée de We Could Be Looking for the Same Thing. On a aussi par la suite pu se réjouir de la sortie d’un Live in Gaul, enregistré lors de leur tournée française ainsi que d’une compilation de raretés intitulée Open Vault. Mais c’est surtout leur excellent titre Left Bereft (signé chez Captured Tracks) salué par plusieurs rédacteurs de Section 26 comme l’un des meilleurs singles de 2020, qui a montré que leur inspiration était toujours intacte et le groupe prometteur. Miles Jensen, guitariste et chanteur du groupe nous a fait le plaisir d’établir une playlist des dix titres qui on sculpté sa sensibilité musicale. Continuer la lecture de « Selectorama : The Shifters »

Catégories selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama : Black Country, New Road

Black Country, New Road
Black Country, New Road / Photo : Matilda Hill Jenkins

Au début des années 90, il aurait été impensable d’imaginer qu’un groupe comme Black Country, New Road soit signé chez Ninja Tune. La musique du septuor londonien (et non originaire des Midlands comme son nom pourrait le suggérer) est on ne peut plus éloignée des beats et des breaks hip hop qui caractérisaient le label à l’époque. On retrouve par contre dans leur premier album, For The First Time, un goût prononcé pour l’expérimentation et l’envie de s’abolir de toute frontière. Considéré jusqu’à aujourd’hui comme un excellent groupe de scène (les quelques chanceux présents au Yoyo à Paris en mars 2020 confirmeront quasi unanimement) le groupe a réussi à capturer sur disque ce sentiment de liberté, de cohésion mais aussi de cassure brutale vers l’inattendu. Vous l’aurez aisément compris, six titres de For The First Time ne dévoilent pas toute leur richesse à la première écoute. Ces longues pistes accompagnées de violon et de saxophone laissent la musique prendre le dessus sur les paroles, à l’image des dix titres sélectionnés par Lewis Evans, membre fondateur et saxophoniste du groupe, dont la culture musicale semble déjà bien affirmée malgré son jeune âge. Continuer la lecture de « Selectorama : Black Country, New Road »

Catégories selectoramaÉtiquettes , ,

Selectorama : Lithics

Lithics
Lithics
Découvert par ici chez Born Bad via les conseils avisés de Maxime, Borrowed Floors, le premier album de Lithics paru chez Water Wing Records en 2016 a été repressé à quatre reprises jusqu’à maintenant tellement il est excellent. Depuis, ce quatuor de Portland, ville riche en groupes, nous régale tous les deux ans d’un nouveau LP. Mating Surfaces chez Kill Your Rockstar en 2018 a été agrémenté d’une première tournée européenne, dont une date mémorable dans la cave ruisselante de la Pointe Lafayette en septembre de la même année. En 2020, en pleine pandémie, Trouble in Mind a eu la bonne idée de sortir Tower Of Age, leur dernier LP en date.

Continuer la lecture de « Selectorama : Lithics »

Catégories selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama : Jack Name

Jack Name
Jack Name / Photo : Logan White

Sorti en fin d’année dernière, Magic Touch, le troisième album de Jack Name a surpris par sa simplicité et sa beauté. En produisant jusqu’alors des œuvres plus denses et complexes, Jack Name laissait moins transparaître sa personnalité. Avec cet album intimiste enregistré dans son appartement, il laisse entrer un peu de lumière, notamment grâce à un jeu de guitare plus subtil. Si Jack Name flirte parfois avec un rock plus classique, certaines influences se démarquent particulièrement. Celle de Serge Gainsbourg est sans doute la plus évidente, jusque dans son titre, sur I Came To Tell You (In Plain English) That I’m Leaving You. Composé sur plusieurs années, on jurerait pourtant que Magic Touch a été composé pendant le confinement tant l’album semble imprégné de solitude. La solitude ne rimant pas systématiquement avec la déprime, Magic Touch est à l’image de ce Selectorama, il alterne l’ombre et la lumière avec une classe incroyable. Continuer la lecture de « Selectorama : Jack Name »

Catégories selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama : Andrew Taylor (Dropkick)

Andrew Taylor / Dropkick
Andrew Taylor / Dropkick

” Si j’avais choisi mes chansons préférées de tous les temps, j’aurais certainement choisi Elvis Costello, Tom Petty et les Beatles. Mais ça aurait été un peu trop évident : tu me connais déjà. “ C’est vrai qu’on a fini par se connaître un peu, avec Andrew Taylor. De loin en loin, on cause même parfois, à l’occasion. Et puis surtout, il a fini par comprendre – sa modestie naturelle dût-elle en souffrir – que j’entretiens un rapport de plus en plus obsessionnel avec ses chansons. Mélodiques et harmonieuses, simples et belles. Au fil des ans, il s’est même créé comme un équilibre bienheureux entre ma compulsion croissante et sa productivité de plus en plus impressionnante. Continuer la lecture de « Selectorama : Andrew Taylor (Dropkick) »

Catégories selectoramaÉtiquettes , ,

Selectorama : Philippe François

Philippe François
Philippe François, l’envers du décor.

Le rapport de chacun à la foi est une affaire individuelle, elle se niche parfois dans les circonvolutions les plus intimes. Vous pouvez d’ailleurs n’en revendiquer absolument aucune, personne ici ne s’en formalisera. Même si je fuis les papistes comme le virus, jamais je n’irais m’abandonner au moindre prosélytisme pour mettre en avant la religion dans laquelle j’ai été éduquée. Lorsque j’ai rencontré Philippe François, via un réseau social, il y a déjà quelques temps, je n’avais pas idée que pourtant, en dehors d’histoires communes liées à notre région d’origine, nous évoquerions un peu la foi mais beaucoup plus notre rapport à la musique, qui en contient une dose salutaire. J’ignorais aussi qu’il était le géniteur d’un des membres d’un groupe dont la foi, justement, nous a fait tresser plus d’un laurier en ces pages. La parution de cette Anthologie Protestante de la poésie française (et non d’une Anthologie française de la poésie protestante, la nuance est de taille) nous donne donc l’occasion de lui demander un Selectorama, exercice où il s’est livré, au delà même de mes attentes légitimes, nos conversations étant rarement lénifiantes, à une petite leçon de choses en accéléré et où il tisse admirablement les liens qui abondent entre la foi et le binaire, la théologie et le caractère définitivement sacré des génies qu’il évoque. Et je doute que même la frange la plus laïque de notre lectorat n’y trouve pas un intérêt tout particulier en cette veille de Noël. Continuer la lecture de « Selectorama : Philippe François »

Catégories selectoramaÉtiquettes

Selectorama : Kevin Linn (Paisley Shirt Records)

Quelques sorties made in Paisley Shirt.

Créer un label, c’est parfois l’occasion de sortir sa propre musique. C’est le cas avec Paisley Shirt, en provenance d’outre-Atlantique, du côté de San Francisco. Vers 2013, Kevin Linn est rejoint par Nate Rogers et Alex Machock, qui jouent alors ensemble dans Volunteer Dad. Ils commencent parallèlement à sortir des cassettes d’indie pop de qualité, telles que celles de The Milky Baskets (où on retrouve Kevin), Gay Fox (où joue aussi Alex) ou The Paranoids (où officie Nate). Après quelques sorties, Nate et Alex quittent le navire pour laisser Kevin seul aux commandes. Dans le vivier des groupes Franciscains, il pêche ses idées de sorties après les concerts qu’il a vu, ou est contacté par des groupes amis. Certaines formations lui envoient également des démos, et il met du cœur à l’ouvrage, écoutant tout ce qu’il reçoit, en bon stakhanoviste de la bande magnétique.

Continuer la lecture de « Selectorama : Kevin Linn (Paisley Shirt Records) »