Catégories avant-premièreÉtiquettes , , ,

Clip : Chevalrex, Tant de fois (Vietnam)

Chevalrex
Extrait du clip de Chevalrex, “Tant de fois” (Vietnam) / Réal. : Daniel Brereton

Un nouveau clip de Chevalrex est toujours un petit évènement, tant on apprécie les chansons pop joliment troussées du Valentinois. Et c’est un pas de plus vers ce quatrième album Providence prévu pour le début de l’année prochaine chez Vietnam, un disque que l’on attend avec la plus grande impatience. La vidéo de Tant de fois marque une collaboration de plus entre Chevalrex et le réalisateur anglais Daniel Brereton (Connan Mockasin, Metronomy, Django Django…) ; quant au morceau, il révèle des trésors de rythmiques enflammées et des paroles toujours aussi justes.

A écouter aussi : la mixtape de Chevalrex
A lire : le single Providence par Lisa Balavoine

Catégories avant-premièreÉtiquettes , , , ,

Avant- première : le nouvel album de Chiens de faïence en écoute

chiens de faience

La petite chose pop ourlée à la maison à toujours de beaux jours devant elle. Et il ne s’agit pas uniquement d’une histoire de confinement, au centre de la création artistique de cette année noire. Chiens de faïence avaient déjà poussé les meubles de leur salon pour un premier album en 2017, No Reason, (Hellzapoppin Records et Royal Calin Records). Revoici le trio pour le fameux second album, celui qui confirme ou désavoue, que Boris Cuisinier, Harmonie Aupetit (guitare, basse, chant) et Malo Vannet (batterie) ont eu l’idée maline d’appeler Fail & Foil (échouer et déjouer), pour mieux chasser le mauvais oeil. A Nanterre, dans leur home sweet home, ils ont remis le couvert pour une collection de pop songs au charme parfois ingénu, aussi attachantes que joliment troussées. Ils aiment Beat Happening, The Clean, The Moldy Peaches, Daniel Johnston ou Younolovebunny, et s’inscrivent parfaitement dans leur descendance, pour preuve, ces 14 titres produits par l’aussie Mikey Young (Eddy Current Suppression Ring, Total Control) que nous vous proposons d’écouter une semaine avant leur sortie sur Howlin’Banana Records, Hellzapoppin Records et Safe In the Rain Records.

Catégories transmissionÉtiquettes , ,

TRANSMISSION#43 : Spéciale Brian Eno

Spéciale Brian Eno

Émission du 06 septembre 2020
Présentée par Thomas Schwoerer sur une playlist composée par Xavier Mazure, Pauline Nunez et Emilien Villeroy, aidés par Vincent Chanson et Fred Paquet du Pop Culture Shop.

Continuer “TRANSMISSION#43 : Spéciale Brian Eno”

Catégories interviewÉtiquettes , , , ,

Erlend Øye : “Ma maison, ce sont les gens”.

Nouvel album surprise de notre norvégien préféré enregistré au Mexique pendant le confinement avec son ami Sebastian Maschat.

Les gestes barrière selon Erlend Øye et Sebastian Maschat

On espérait fébrilement un album de La Comitiva, en particulier après l’écoute du magnifique For The Time Being, fil tendu d’émotion joué à la guitare sèche ; il est revenu le 5 mars dernier avec Serious, premier morceau de The Whitest Boy Alive depuis six ans et une pause qu’il avait annoncée définitive. Cherchez-le, attendez-le, et il arrivera ailleurs. Depuis vingt ans, date de notre première rencontre avec Kings Of Convenience, notre norvégien de cœur aime plus que jamais surprendre, dérouter. Ultime preuve, il publie aujourd’hui un nouvel album en duo avec Sebastian Maschat, batteur dans The Whitest Boy Alive, créé en plein chaos pandémique dans une bulle ensoleillée. Les treize chansons de Quarantine At El Gazo (Bubbles Records) sont aussi inespérées qu’extrêmement attachantes, à l’image du personnage qui raconte ces conditions d’enregistrement totalement impromptues dans cet entretien réalisé par Skype il y a quelques jours.

Continuer “Erlend Øye : “Ma maison, ce sont les gens”.”

Catégories livres, selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama : Stéphane Oiry

Stéphane Oiry, autoportrait (2020)

L’étudiant en architecture à Strasbourg a bien changé : il est devenu un dessinateur accompli, auteur d’une poignée d’albums remarquables, dont, entre autres, deux volumes des Passe-Murailles (Les Humanos), trois des Pieds Nickelés (Delcourt), et surtout la série originale Maggy Garrisson, scénarisée par Lewis Trondheim pour Dupuis, sans oublier la biographie Lino Ventura et l’oeil de verre avec Arnaud Le Gouëfflec sortie l’an dernier chez Glénat. Par contre, il est resté tout autant passionné par la musique que par le passé. De fêtes estudiantines mémorables en petits groupes où il a joué dans sa jeunesse agitée, le lien intime avec le rock ne s’est jamais distendu, et sa carrière entière continue à résonner en parallèle avec la musique. Dans ce selectorama généreux, il choisit quelques titres qui ont marqué son parcours, agrémenté de moult anecdotes savoureuses sur les rencontres qui ont émaillé sa vie. Continuer “Selectorama : Stéphane Oiry”

Catégories transmissionÉtiquettes , ,

Transmission#40 – Spéciale Deutschpunk

Spéciale Deutschpunk

Emission du 28 juin 2020
Présentée par Thomas Schwoerer avec Viktor Der Panini Joe et Victor Rood de Buddy Records.

Continuer “Transmission#40 – Spéciale Deutschpunk”

Catégories chronique réédition, sunday archiveÉtiquettes , , ,

Saint Etienne, Words And Music By Saint Etienne (Universal)

It’s been too long… chante la voix lumineuse et immuable de Sarah Cracknell sur Tonight, le nouveau single de Saint Etienne. L’attente a été un peu longue, en effet, depuis leur précédent album, le sublime Tales From A Turnpike House (2006). Si l’on considère qu’il n’a pas eu une décennie sans qu’on ait été charmés par la pop idéale du trio, leur nouvel album était forcément attendu avec la plus grande impatience. Depuis 1991, date de sortie de Foxbase Alpha, leur premier album, les amis d’enfance Bob Stanley et Pete Wiggs n’ont cessé de définir une musique solaire, parfois mélancolique, toujours irrésistible. Finalement, ils ont remis le couvert, et de toute façon, on n’envisageait tout simplement pas les choses autrement, comme dirait l’ami Christophe Basterra, fan éternel du groupe, pour ne pas le citer. Continuer “Saint Etienne, Words And Music By Saint Etienne (Universal)”

Catégories interview, réédition, sunday archiveÉtiquettes , ,

Saint Etienne – London Conversations

Saint Etienne, Londres (2012) / Photo : TS

Comment la pop a-t-elle changé nos existences ? Une question au centre de nos vies que le trio londonien a choisi comme thème principal de son huitième album, sobrement intitulé Words And Music By Saint Etienne. Un disque que l’on n’attendait plus, sept ans après son prédécesseur. Un retour de flamme étincelant, où le groupe fait le point sur son héritage, sa passion toujours aussi vibrante pour la musique, et son avenir.

En file indienne et parfaitement à l’heure, Sarah Cracknell, Bob Stanley et Pete Wiggs entrent dans ce petit salon cossu et désert, situé au premier étage d’un restaurant de Dean Street, à Londres. Instantanément, une complicité faite de traits d’humour subtil s’installe, chacun prend de ses nouvelles, sans qu’on ait l’impression qu’il se soit écoulé beaucoup de temps depuis la dernière fois qu’il se sont parlés. Les trois inséparables se font rares, mais ils prennent le temps de soigner leur œuvre collective. Pendant ce septennat d’absence entre deux albums, le groupe a patiemment et méticuleusement egrené les rééditions de sa discographie, qui dessine une palette musicale en forme de chaînon manquant entre northern soul, pop moderne et musique électronique. “I used Top Of The Pops as my world atlas”, chante Sarah dans Over The Border, la splendide et touchante ouverture de Words And Music By Saint Etienne. Il n’y a sans doute pas de meilleure citation pour les définir. À l’instar de la pochette, cette cartographie imaginaire d’une ville forcément anglaise où les noms de rue sont des titres de chansons, Saint Etienne nous promène au fil de nos souvenirs sur un disque aussi attachant que dansant. Un voyage bientôt poursuivi à travers un livre à venir – celui de Bob Stanley, Do You Believe in Magic? –, et un film en préparation. Pas de temps mort lorsqu’on est passionné à ce point. Continuer “Saint Etienne – London Conversations”