Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Naked Roommate – Do The Duvet (Upset! The Rhythm)

« Je suis le bébé. » C’est l’affirmation répétée tout au long du premier album des Californiens de Naked Roommate. Hommage au nain du roi Stanislas, à l’Epépé de Ferenc Karinthy, simple babille… ou revendication d’une innocence et d’un amour du jeu qui renvoie à toute une tradition de la pop et du post punk ? On ne saurait dire. De mémoire, on n’a jamais vu de bébé avec une si solide éducation, maîtrisant autant son propos et jouant avec tant de charme de sa candeur et de son espièglerie. Continuer “Naked Roommate – Do The Duvet (Upset! The Rhythm)”

Catégories coverÉtiquettes , , , , ,

Ariel Pink reprend “Maniac” de John Maus (ou presque)

John Maus et Ariel Pink en 2018

D’accord, cette version tient plus du palimpseste que de la reprise. Ici, Ariel Pink a composé une nouvelle mélodie, réenregistré la basse, ajouté un omnichord, écrit de nouvelle paroles sur le clavier du premier hit de son ami John Maus. Il y a fort à parier que cette version, qui illustre le tout récent documentaire d’Alex Moyer TFW No GF, sera présente sur le troisième volume des fameuses compilation Oddities Sodomies qui accompagnent la série de rééditions des premiers disques du Californien. Et si le cœur vous en dit vous pouvez également visionner la récente interview (laborieuse au début, délirante à la fin) accordée aux joyeux drilles Big Stream.

Catégories bank holiday archive, interviewÉtiquettes , , , , ,

Témoins de Geneva

Geneva Jacuzzi / Photo : Elaine Carey Haswell

Alors que les anciens albums de Ariel Pink sont réédités ces jours-ci, il est temps de revenir aussi sur son ancienne compagne Geneva Jacuzzi, un temps colocataire de Julia Holter, à travers cette interview réalisée il y a quatre ans par Xavier Mazure pour l’ancienne version de la RPM.

Avouons-le, le premier passage en studio de Geneva Jacuzzi ne s’est pas accompagné d’un changement stylistique majeur. De ce point de vue, son nouvel album peut s’écouter comme un recueil de hits succédant idéalement à l’excellent Lamaze (2010). Toutefois, Technophelia pousse plus loin la narration de ses mythes et le dialogue entre ses personnages fictifs. Rencontre avec une jeune femme aussi drôle qu’attachante. Et dont la catharsis semble faire des merveilles. Continuer “Témoins de Geneva”

Catégories coverÉtiquettes , ,

Ela Orleans reprend “French Paradoxe” de Jacno

Ela Orleans / Photo : Anna Bergfors

Cette reprise, je peux en parler puisque c’est chez moi qu’Ela Orleans en a eu l’idée. Alors que nous avions fini de dîner, et trinquions nos verres remplis d’une eau de vie de poire (ça ne s’invente pas) aussi vieille que nous, par une inconsciente association d’idées – où peut-être par la volonté propre du spiritueux -, j’eus l’envie de faire écouter à Ela la chanson French Paradoxe de Jacno. En dépit, des bruits de bouchon qui ponctuent le titre, j’ignorais alors de quel paradoxe il s’agissait et à quel point il était de circonstance.

La réaction d’Ela, elle aussi probablement sous l’influence de l’eau de vie,  fut immédiate : “Je pourrais la reprendre, cette chanson”. C’est ce qu’elle fit quelques mois plus tard en live invitée dans les studios de la BBC Scotland. Pour l’heure, voici la version inédite, toute en variations, enregistrée à la maison en compagnie de Richard Greenan.  A la vôtre !

Catégories coverÉtiquettes , , , ,

Bill Baird reprend “La Chanson de Slogan” de Serge Gainsbourg

Bill Baird
Bill Baird

Après avoir longuement discuté avec le brillant Bill Baird en début d’année, et notamment de son goût pour les reprises, nous lui avons demandé de nous laisser le soin de publier sa reprise de La Chanson de Slogan de Serge Gainsbourg orchestrée par Jean-Claude Vannier. Où le Californien d’adoption nous montre comment s’attaquer à l’Everest à main nues (ou presque).

Continuer “Bill Baird reprend “La Chanson de Slogan” de Serge Gainsbourg”

Catégories coverÉtiquettes , ,

The Reds, Pinks & Purples (Glenn Donaldson) reprend “Me & Magdalena” des Monkees

Glenn Donaldson
Glenn Donaldson

Glenn Donaldson ne se paie pas de mots. Lorsqu’on lui propose de reprendre une chanson de son choix, la réponse arrive dans la minute et la chanson dans les deux jours accompagnée de ces quelques phrases : “J’attendais justement l’occasion de reprendre cette chanson des Monkees. Oui, cette merveille qui figure sur leur album de 2016. Quand elle est parue, elle a éclipsé tout ce que j’avais écouté depuis des années. Je l’ai très facilement adaptée à mon style. J’espère lui avoir rendu justice…” Rappelons que cette chanson a été écrite par Ben Gibbard de Death Cab For Cutie et que, comme tout ce que touche le Franciscanais, cette reprise toute en retenue est d’une élégance folle. Et bien sûr, vous êtes priés de poursuivre l’écoute par l’album de Vacant Gardens sorti en début d’année et le tout récent 45 tours de The Reds, Pinks & Purples. Par ailleurs, l’inusable Glenn Donaldson fera paraître un nouveau disque de Horrid Red cet été (à écouter derrière ce lien).

Continuer “The Reds, Pinks & Purples (Glenn Donaldson) reprend “Me & Magdalena” des Monkees”

Catégories billet d’humeur, chronique réédition, mixtapeÉtiquettes , , ,

Ariel Pink’s Haunted Graffiti – La couleur tombée du ciel

Ariel Pink

Quinze années ont passé depuis leur sortie sur le petit label d’Animal Collective, leur beauté crépusculaire reste intacte et leur pouvoir de fascination aussi mystérieux. Les trois « premiers albums » d’Ariel Pink’s Haunted Graffiti (The Doldrums, House Arrest et Worn Copy) font l’objet d’une réédition salutaire et luxueuse chez Mexican Summer. Toutefois, le silence qui les accompagne en 2020 semble aussi coupable que celui qui a entouré leur naissance en 2004. Continuer “Ariel Pink’s Haunted Graffiti – La couleur tombée du ciel”

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

CMON, Confusing Mix Of Nations (Mexican Summer)

On l’a attendu avec impatience, ce premier album de CMON. Et même si l’on connaissait pour moitié son contenu – cinq des dix titres qui le composent étaient parus sur un EP autoproduit en 2018 -, il n’en demeure pas moins que Confusing Mix Of Nations est un disque troublant, autant pour ses qualités intrinsèques que pour le contexte confus qui entoure sa sortie. Pour commencer, balayons l’évidence, car constater que l’un des disques les plus outrageusement cool et hédonistes parus ces cinq dernières années (au hasard depuis Pom Pom) voit le jour dans un moment qui érige en acte moral la distanciation sociale (sic) relève tout bonnement de l’absurde. Lui aussi confiné, son co-auteur Josh da Costa résume pour nous : « CMON is a funhouse, Confusing Mix Of Nations is the foyer. » Un coup du sort improbable, un camouflet, où le Cool a pris un méchant coup dans l’L mais n’a pas dit son dernier mot.

Continuer “CMON, Confusing Mix Of Nations (Mexican Summer)”