Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Intersystems, #4 (Waveshaper Media)

Intersystems #4Le psychédélisme est aujourd’hui une catégorie consacrée, qui renvoie à une esthétique et un vocabulaire sonore omniprésents au sein du paysage pop contemporain. À tel point qu’il semble trop souvent flirter avec un certain cliché qui sied si bien au marketing culturel. Mais ce serait oublier qu’il a toujours attiré dans son sillage d’authentiques francs-tireurs, par définition rétifs à toute catégorisation trop étroite ou attendue. C’est le cas ici avec ce nouveau disque des pionniers canadiens Intersystems, incontestables fous furieux praticiens du collage sonore, d’une early electro psyché dont la radicale liberté n’aurait d’égal que celle de créateurs aussi singuliers que Sun Ra ou Morton Subotnick, par exemple. Et c’est peu dire que la sortie sur Waveshaper Media de #IV constitue un événement important : quatrième disque du groupe, il fait suite à Free Psychedelic Poster Inside, qui date de 1968. Une manière de reprendre un travail à plus de cinquante années de distance, comme si ce qui avait été expérimenté dans le sillage des esthétiques 60’S post-fluxus pourrait encore s’avérer pertinent aujourd’hui. Continuer la lecture de « Intersystems, #4 (Waveshaper Media) »

Catégories coverÉtiquettes , , , , , ,

Lab Coast reprend “I Only Want To Be With You” par The Tourists (qui reprend Dusty Springfield)

Lab Coast
Lab Coast sur la pochette de leur album éponyme de 2017.

Lab Coast : le moins qu’on puisse dire, c’est que le nom n’est pas sur toutes les bouches. Pourtant les Canadiens ont tout pour ravir les ex-fans des nineties. D’ailleurs, si ce groupe (très discret au demeurant) avait fait paraître ses disques en même temps que The Lemonheads, Guided By Voices ou Pavement, nul doute qu’on en aurait parlé (il suffit d’écouter ceci ou cela pour s’en convaincre). Pour résumer, Lab Coast, c’est un peu mon Own Private Sebadoh. Après trois ans de silence, la pandémie semblait avoir eu raison de Lab Coast, jusqu’au début du mois de mai où les Calgariens ont mis en ligne une compilation de reprises enregistrées entre 2014 et 2020. On y retrouve Hüsker Dü, The Lemonheads, The Pursuit Of Happiness, Smudge, Camper Van Beethoven et Guided By Voices et cette reprise du hit absolu I Only Want To Be With You. A propos de cette reprise, Chris Dadge écrit : “La première fois que j’ai écouté cette chanson consciemment, c’était avec la reprise de The Tourists, le groupe dans lequel Annie Lennox et Dave Stewart étaient avant Eurythmics. J’ai bien sûr dû écouter la version de Dusty Springfield auparavant, mais le disque de The Tourists a un petit côté punk pré-new wave qui a vraiment retenu mon attention. C’est tout à fait le genre de mélodies avec lesquelles mon pote David Laing pourrait débouler pour l’enregistrer avec Lab Coast.”


L’intégralité de la compilation est écoutable ici avec les commentaires de Chris Dadge.

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Ô, Tribute album to Geneviève Castrée (1981-2016), (Ô Paon)

Alors bien sûr, la musique de Geneviève Castrée, par ailleurs auteure de bande-dessinée reconnue, n’a jamais joué la carte de la séduction. C’est le moins qu’on puisse dire : les mélodies à peine esquissées, cette voix qui semble vouloir rentrer à l’intérieur du corps même quand elle crie, les instruments organiques ou électriques qui frôlent à chaque instant le drone, ces textes rudes, on n’est pas vraiment là pour amuser la galerie. Comme tout artiste exigeant, solitaire, la jeune Canadienne, disparue trop tôt en 2016, posait son œuvre, sa vie sur la table, sans trouble dans la transaction, puis elle se retirait très vite dans sa maison de bois, sur sa planche à dessin, sans doute. A nous de nous débrouiller avec. Continuer la lecture de « Ô, Tribute album to Geneviève Castrée (1981-2016), (Ô Paon) »

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , , ,

Clip inédit : Hélène Barbier, La Peur (Celluloid Lunch / Michel Records)

Voix singulière, chant en français et en anglais sur une pop décomplexée et déconcertante, la picarde exilée à Montréal Hélène Barbier revient le 18 juin avec un nouvel album Regulus, presque trois ans après Have You Met Elliott?, déjà sorti chez les canadiens de Michel Records (TDA, Halo Maud, Jonathan Personne, Victime) cette fois appuyé par son propre label géré avec Joe Chamandy, Celluloid Lunch (The Pink Noise dont nous vous avions parlé ici, mais aussi une sélection pointue de fanzines, K7 et compils). Celle qui faisait partie des groupes post-punk / pop lo-fi Moss Lime et Phern en révèle un premier extrait, La Peur (clip réalisé par Olivia Faye Lathuillière), qui suggère innocemment la liberté de lâcher-prise. Un état d’esprit de circonstance, un titre entêtant qui tournoie dans la tête comme un mantra, et la promesse d’un album à suivre de très près.

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

“Vacationland”, extrait du nouvel album de The Pink Noise, “Economy Of Love” (Celluloïd Lunch)

Au départ, un projet solo de Mark Sauner basé à Toronto, devenu groupe à Montréal depuis quelque temps déjà, The Pink Noise sort son 8ème album chez Celluloïd Lunch, label tout beau, tout neuf créé et géré par Hélène Barbier et Joe Chamandy. Dans le clip de Vacationland, filmé en mode dashcam sur les routes de campagne d’Ontario, des rythmiques quasi enfantines côtoient une ambiance plus sombre. Le refrain comporte tous les ingrédients pour être explosif : guitare lente qui rentre dedans, voix caverneuse et cuivres qui s’agitent. Une bonne chanson qui donnera envie aux curieu(ses) d’aller plus loin en écoutant l’album Economy Of Love dans le lien ci-dessous.

Economy Of Love, The Pink Noise (Celluloïd Lunch)

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

The Besnard Lakes, The Besnard Lakes Are The Last of The Great Thunderstorm Warnings (Full Time Hobby)

Lorsqu’ils sont des voyages, les albums sont plus beaux. Et force est de constater que les concept albums se font plus rares dans les sorties actuelles, les titres sont souvent plus courts, moins cohérents entre eux et moins nombreux. Alors quand on tombe sur une proposition comme celle de The Besnard Lakes Are the Last of the Great Thunderstorm Warnings, on y regarde de plus près, et on entre dans ce qui sera forcément une expérience. Ici, c’est un voyage au travers de la mort. Comme nombre d’albums de deuil, tels Carrie & Lowell de Sufjan Stevens ou Spirit of Eden de Talk Talk, il y a la puissance de la catharsis à l’œuvre. Jace Lasek, fondateur du groupe avec Olga Goreas, ayant récemment perdu son père, devait se sortir de cette souffrance. Visiblement grandi. Continuer la lecture de « The Besnard Lakes, The Besnard Lakes Are The Last of The Great Thunderstorm Warnings (Full Time Hobby) »

Catégories selectoramaÉtiquettes , ,

Selectorama : Lovers Suicide

Lovers Suicide
Lovers Suicide / Photo : Christopher Vincent 

C’est l’histoire d’un jeune homme qui choisit de quitter son Marseille natal, après avoir fait ses gammes avec Quetzal Snakes, un groupe garage psych, pour aller tenter sa chance outre-Atlantique à Montréal. A son arrivée, Alex réactive Deaf, une formation de noise rock avec laquelle il a pu ouvrir pour des groupes tels que Metz ou Cosmonauts. Continuer la lecture de « Selectorama : Lovers Suicide »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Crack Cloud, Pain Olympics (Meat Machine)

Crack CloudLa compilation d’EP et les concerts de Crack Cloud furent une claque en 2018. L’annonce d’un premier album accompagné des clips d’Ouster Stew et Tunnel Vision ne fit qu’amplifier notre impatience. Les deux chansons convoquaient le souvenir encore vif d’un post-punk sachant s’affranchir de ses références sans se trahir. Quand Pain Olympics est arrivé chez un de nos disquaires parisiens préférés, nous nous sommes pas posés la question, d’autant plus que les chroniques affleurantes ici et là étaient fort élogieuses… Sans être une catastrophe, nous nous devons de dégonfler un peu la hype sur un disque bancal, emphatique et dépassé par sa propre ambition. Continuer la lecture de « Crack Cloud, Pain Olympics (Meat Machine) »