Catégories festivalsÉtiquettes , , , ,

Musical Ecran 2020 : “A Bright Light, Karen and the Process” d’Emmanuelle Antille

Karen Dalton
“A Bright Light, Karen and The Process” d’Emmanuelle Antille

Musical Ecran BordeauxDisparue en 1993, dans sa maison de Woodstock et dans l’anonymat le plus complet, Karen Dalton n’aura finalement laissé qu’une très maigre discographie, puisque celle-ci ne comprend que deux albums officiels, It’s So Hard to Tell Who’s Going to Love You the Best (1969), son chef-d’œuvre, In My Own Time (1971), un disque plus inégal (même s’il contient la meilleure version connue du classique folk Katie Cruel), ainsi qu’une poignée de home recordings, sortis après sa mort et de plus ou moins bonne qualité. Pourtant, si modeste qu’elle soit, cette discographie aura suffi à transmettre l’essentiel, c’est-à-dire l’empreinte d’une voix unique, que beaucoup ont comparée à celle de Billie Holiday et qui, abîmée par l’alcool, les drogues et la vie, donne souvent le sentiment d’avoir affaire à une vieille âme ayant traversé les âges pour s’échouer dans une époque où elle n’aura, in fine, jamais vraiment réussi à trouver sa place.

Continuer “Musical Ecran 2020 : “A Bright Light, Karen and the Process” d’Emmanuelle Antille”

Catégories blindtestÉtiquettes , ,

Blind Test : Sylvie Simmons

Sylvie Simmons écoute des poèmes de Leonard Cohen au Jewish Museum de New York en 2019 / Photo Twitter

Alors qu’elle sort Blue on Blue, son superbe deuxième album qui, comme son prédécesseur, a été produit par Howe Gelb et dont elle nous a longuement parlé ici, Sylvie Simmons a accepté de se prêter au jeu d’une sorte de blind test. L’occasion de vérifier que parler de musique avec une personne qui, comme elle, a interviewé tout le monde ou presque, c’est, par exemple, commencer par parler de Tom Waits pour rebondir aussitôt sur ce que Johnny Cash prenait au petit déjeuner. Continuer “Blind Test : Sylvie Simmons”

Catégories blindtestÉtiquettes , ,

Blind Test : Sylvie Simmons (English version)

Sylvie Simmons listens to poems by Leonard Cohen at the Jewish Museum, New York, 2019 / Photo Twitter

As she releases Blue on Blue, her superb second album which, as its predecessor, has been produced by Howe Gelb, Sylvie Simmons has indulged to do a mix between a blind test and a playlist for us. Which leads us to realize that chatting about music with someone who, like her, has interviewed almost everyone in rock music, is, for instance, starting to talk about Tom Waits to quickly sliding to what Johnny Cash used to have for breakfast. Continuer “Blind Test : Sylvie Simmons (English version)”

Catégories interviewÉtiquettes , ,

Sylvie Simmons – Les Mots bleus

Sylvie Simmons
Sylvie Simmons

Six ans après le très sobrement nommé Sylvie, un premier album qui avait fait forte impression, Sylvie Simmons ressort son ukulélé (!) et présente Blue on Blue, un deuxième LP qui semble l’installer enfin comme une chanteuse à part entière, et plus seulement comme une “journaliste ayant enregistré un disque”. Mais, derrière cette réussite, il y a également l’histoire d’une gestation très mouvementée et marquée, notamment, par un grave accident, par une interruption de deux ans dans le processus d’enregistrement et, surtout, par l’idée que ce disque a vraiment failli ne jamais voir le jour. Continuer “Sylvie Simmons – Les Mots bleus”

Catégories chronique rééditionÉtiquettes , , , ,

Robbie Basho, Songs of the Great Mystery (Vanguard / Real Gone)

Il y a quelques semaines, le label Real Gone Music exhumait une dizaine d’enregistrements inédits du génial Robbie Basho, guitariste visionnaire et totalement azimuté qui fut sans doute la figure la plus singulière et énigmatique du mouvement “american primitive”, initié par John Fahey vers la fin des années 50. Réalisés pour le label Vanguard, à une époque où la direction de celui-ci cherchait vaguement à explorer de nouveaux territoires musicaux, ces enregistrements – datés de 1971 “ou” de 1972 et dont personne, même chez les spécialistes du genre, ne soupçonnait l’existence – illustrent à merveille le saisissant isolement dans lequel Robbie Basho aura finalement mené l’ensemble de sa carrière, voire sa vie tout entière.  Continuer “Robbie Basho, Songs of the Great Mystery (Vanguard / Real Gone)”

Catégories interview, portraitÉtiquettes , , , ,

Papa M : M le maudit

David Pajo - Papa M
David Pajo – Papa M

La première image de David Pajo, en tout cas la première à avoir été diffusée à une grande échelle, remonte au début des années quatre-vingt-dix. Il s’agit de la photo en noir et blanc qui illustre la pochette de Spiderland, le second album de Slint. Un peu floue, l’image montre les quatre membres du groupe en pleine baignade dans une rivière du Kentucky. Seules les têtes émergent de l’eau ; celle de David Pajo apparaît à droite. Légèrement à l’écart, le jeune homme semble regarder l’objectif avec une distance amusée. Continuer “Papa M : M le maudit”

Catégories mixtapeÉtiquettes , , ,

I Like 2 Stay Home #13 : Soul Time

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

Vers la fin des années soixante, alors que la soul commençait à prendre son essor auprès du public blanc, beaucoup d’artistes noirs américains avaient pris pour habitude de se confronter aux standards de la pop ou de la country contemporaines. Cette sélection suit le télescopage de ces deux mondes.

Continuer “I Like 2 Stay Home #13 : Soul Time”

Catégories interviewÉtiquettes , ,

Maria McKee : La Chamade

Maria McKee
Maria McKee / Photo via @realmariamckee Twitter

Maria McKee n’avait plus donné de nouvelles depuis près de treize ans. Retirée de la musique pour se consacrer au cinéma et, plus précisément, aux films de son mari, Jim Akin, la chanteuse n’avait donc plus rien sorti depuis Late December en 2007, jugeant notamment que sa carrière ne lui ressemblait plus et que son heure était sans doute aussi un peu passée. Pourtant, cette pionnière de la scène néo-country, encensée depuis ses débuts au sein des éphémères Lone Justice, a toujours été une femme de tête et demeure une figure difficilement contournable du rock américain de ces quarante dernières années. Dans les années 90, elle avait ainsi réussi à s’imposer comme une véritable artiste solo, signant quelques albums de haute tenue, parmi lesquels le remarquable You Gotta Sin to Get Saved (1), un classique de l’americana produit par George Drakoulias et pour lequel elle avait embrigadé des membres des Jayhawks, des Posies et des Heartbreakers de Tom Petty. Continuer “Maria McKee : La Chamade”