Catégories dossierÉtiquettes , , , ,

Machines #8 : DX7, squatteur de la bande FM

Yamaha DX7

Souvent honni, le DX7 n’en a pas moins marqué les eighties à coup de rutilants cuivres plastiques et de pianos électriques aujourd’hui datés, mais particulièrement impressionnants vers 1983. Qu’il soit détesté (souvent pour de mauvaises raisons) ou adoré, le synthétiseur culte de Yamaha a complètement bouleversé le marché des claviers et indirectement la production de la musique pop de cette époque et ce, grâce à une nouvelle forme de synthèse, inventée quelques années plus tôt à Stanford… Il y a un avant/après DX7, et l’impact de ce clavier fut incommensurable. Essayons de comprendre pourquoi. Continuer « Machines #8 : DX7, squatteur de la bande FM »

Catégories dossierÉtiquettes , ,

Machines Hors Série #2 : Quelques fameux presets et sons dérivés

Fairlight CMI
Fairlight CMI / Photo : Claude Germain pour la Philharmonie de Paris

Après les effets vocaux dans le précédent hors-série, nous nous attaquons à certains presets et sons dérivés. Les presets apparaissent sur les synthétiseurs avec le développement de la mémoire à la fin des années 1970. Sur les premières machines, il était en effet tout simplement impossible de sauvegarder ses sons autrement qu’en les notant sur une feuille de papier. Un preset enregistre les différents paramètres, il constitue une sorte de photo des commandes (qui doivent donc être numériques) qu’il est possible de rappeler à loisir. Avec l’apparition d’instruments comme le Prophet 5 de Sequential Circuits en 1978, les compagnies livrent avec leurs machines des presets déjà programmés pour montrer les capacités des instruments. Ils vont être utilisés par énormément de musiciens. Avec le recul, certains presets deviennent des véritables marqueurs de leur époque. Ils évoluent avec les modes, tombent en désuétude avant d’être réutilisés pour ce qu’ils évoquent. Ils sont ainsi omniprésents dans la musique que nous écoutons depuis une quarantaine d’années. S’ils peuvent venir de machines cultes (méritant un article ici même), ce n’est pas toujours le cas. Parfois, il n’y a tout simplement pas grand-chose à dire de plus qu’évoquer le preset. Au-delà des presets, avec l’apparition des sampleurs (dont le Fairlight CMI évoqué fut l’un des pionniers), ce sont également des sons qui vont naviguer d’un disque à l’autre et retranscrire la psyché d’une époque… Le récent versus entre Teddy Riley et Babyface rappelle à quel point certains de ces sons (lately bass et orchestra hit) sont intimement liés à des chansons que nous adorons. Voici une petite sélection hautement subjective de presets et de sons célèbres. Continuer « Machines Hors Série #2 : Quelques fameux presets et sons dérivés »

Catégories mixtapeÉtiquettes , , , , ,

I Like 2 Stay Home #35 : A Night To Remember – Post Disco (1980 / 1984)

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

Le post-disco est un terme quelque peu fourre-tout pour évoquer la dance music (boogie, italo, electro-funk…)  émergeant dans le sillon de la disco déclinante. Période aux contours flous, trait d’union avec le R&B ou la House, le post-disco abandonne les certains traits de la disco (les arrangements mielleux de cordes, les tempos en surrégime) pour se recentrer (dans la partie d’aujourd’hui) sur les fondamentaux de la soul et du funk : (un peu) plus lent, plus sensuel, des instrumentations plus épurées. Les musiciens expérimentent également avec les synthétiseurs et boîtes à rythmes sont omniprésents à mesure que la décennie progresse, aboutissant (avec quelques autres genres comme l’Italo) à la House quelques années plus tard. Continuer « I Like 2 Stay Home #35 : A Night To Remember – Post Disco (1980 / 1984) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , ,

Origan, T’es pas un Amour (Melotron)

Rennes fut longtemps une place forte du garage contemporain français, avec en tête de proue Kaviar Special ou les Madcaps. Le garage semble désormais, d’une manière générale, ne plus intéresser grand monde à part les purs et durs qui rêvent de pogos sur les interminables jams seventies des Oh Sees. En revanche la scène indie-pop a pris une certaine ampleur en France depuis quelques années, autour de formations comme En Attendant Ana, Sex Sux ou Pastel Coast. Dans l’esprit de ces groupes, les Bretons d’Origan nous plongent dans une indie-pop très canal historique.  T’es Pas Un Amour (Melotron) offre une étonnante suite au catalogue Sarah Records et notamment Field Mice. Continuer « Origan, T’es pas un Amour (Melotron) »

Catégories mixtapeÉtiquettes , , , ,

I Like 2 Stay Home #16 : Sixties Garage Etc.

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

Les États-Unis offrirent dans les années soixante une quantité de groupes phénoménale. Généralement regroupés sous l’étiquette Garage-Rock, cela ne traduit pas nécessairement la richesse de cette profusion de formations souvent semi-professionnelles et avec des discographies parfois minces. Ce mix n’a pas vocation à être représentatif de quoi que ce soit, mais il donne quand même en filigrane une certaine idée du son que pouvait avoir les jeunes groupes nord américains dans cette décennie. Qu’ils soient garage (The Standells, Question Mark and the Mysterians), psyché, bubblegum (The Ohio Express), folk-rock (The Leaves), instrumentaux (The Ventures, The Arrows) ou même hard rock, rares sont ceux à avoir véritablement marqué la grande histoire de la musique, et pourtant tous offrent une plongée fascinante dans le passé autour d’excellents morceaux. Les plus connus ici seront certainement The Byrds, The Turtles ou Iron Butterfly. J’ai pris le parti pour ces groupes de choisir des titres instrumentaux qui je l’espère s’inscrivent bien dans la dynamique générale… Les amateurs de sixties reconnaîtront beaucoup de noms (Strawberry Alarm Clock, Music Machine, Paul Revere and the Raiders etc.), surtout ceux qui ont écumé les compilations Nuggets ! J’espère néanmoins aussi arriver à les surprendre sur quelques morceaux. J’ai pioché dans ma collection des disques achetés sur une période d’une douzaine d’années, certains très récemment, d’autres que j’ai été chercher dans mes boîtes dédiées. La sélection a ainsi été enregistrée en live avec des 45 tours . Ils sont majoritairement d’époque – j’ai pris juste une petite liberté pour le magnifique In The Past – ceci peut expliquer que certains sonnent un peu lo-fi mais cela fait aussi partie du charme, non ? Continuer « I Like 2 Stay Home #16 : Sixties Garage Etc. »

Catégories dossierÉtiquettes , ,

Machines Hors Série #1: du vocodeur à l’autotune, les effets vocaux

Roger Troutman de Zapp et sa talk box home made
Roger Troutman de Zapp et sa talk box home made

En ces temps reclus, il est temps de relancer la série consacrée à ces Machines qui ont changé la donne. Certains d’entre vous auront peut-être ainsi envie d’ouvrir leur logiciel de musique ou de sortir leur guitare… Histoire de s’y remettre en douceur, voici un hors série sur les principaux effets vocaux. Nous avons choisi de ne pas parler des réverbérations, des échos ou des effets de modulations car ils ne sont pas forcément spécifiques à la voix et feront eux aussi l’objet d’un article dans ce format. Il nous a semblé intéressant d’évoquer la question du traitement créatif de la voix, car bien souvent les effets ne sont pas toujours bien identifiés, généralement mis dans le panier du vocodeur ou de l’auto-tune, selon son âge et sa sensibilité. Certains effets sont d’ailleurs difficiles à distinguer les uns des autres, y compris pour des oreilles exercées. Ainsi, nous n’avons pas mentionné certains exemples (Harder Better Faster Stronger ou Around the World des Daft Punk) car la certitude sur l’outil utilisé (vocodeur ou talkbox ?) était floue, malgré nos recherches. Continuer « Machines Hors Série #1: du vocodeur à l’autotune, les effets vocaux »

Catégories mixtapeÉtiquettes , , , ,

I Like 2 Stay Home #10: Discovid-19

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

Le 20 mars dernier, nous sortions de l’hiver lors de l’équinoxe du printemps. Le temps s’améliore, à défaut de pouvoir réellement en profiter pour le moment, la lumière qui baigne nos appartements donne une pointe d’espoir… Quoi de mieux pour avoir envie de positiver qu’une sélection disco ? Musique pour s’enjailler par excellence, elle fut souvent méprisée, généralement à tord, cependant, ne nous mentons pas, le genre a généré pas mal de daubes et… de chefs d’œuvre. Le genre n’est en effet pas à un paradoxe près. Né dans l’underground gay/latino/afro-américain new yorkais sur la base des sélections éclectiques (musique latine, rock psyché, soul philly etc.) de David Mancuso, elle saisit l’Amérique blanche des classes moyennes par ses cascades de violons mélodramatiques. Rythmique binaire simple à danser, une emphase sur les mélodies, elle se transforme en un énorme succès commercial. Le raz de marée est aussi intense que court, quelques années seulement, la seconde moitié des seventies en particulier, et boum, la voilà morte et enterrée avec l’arrivée des années quatre vingt. Telle un phénix, elle trouve cependant un second souffle avec l’émergence passionnante de la post-disco, fascinant très d’union entre la disco (donc) et la House ou le R&B moderne… Mais ceci est une autre histoire ! Continuer « I Like 2 Stay Home #10: Discovid-19 »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , , ,

V/A, Born Bad Record Shop – 20 years Anniversary (Les Disques Les Mauvais Garçons)

En 2019, le disquaire Born Bad fêtait ses vingt ans d’existence, une petite performance en soi compte tenu du contexte économique difficile de la musique sur support physique. Pour marquer le coup, le disquaire a organisé des concerts en septembre dernier et sort ces derniers jours une compilation vinyle uniquement disponible rue Saint Sabin à Paris et chez quelques collègues émérites (Total Heaven, Dangerhouse etc.). Nous avons rarement l’occasion de mettre en avant ici les disquaires, ils sont pourtant un maillon important de la musique que nous aimons. Born Bad fait partie de ces endroits de vie, point névralgique de scènes qu’il faut chérir et valoriser. Continuer « V/A, Born Bad Record Shop – 20 years Anniversary (Les Disques Les Mauvais Garçons) »