Catégories track-by-trackÉtiquettes , , , ,

Track-by-track : Fugu, As Found (WW2W)

Mehdi Zannad / Photo : Matthieu Zazzo

Je n’ai jamais très bien compris les propos consistant à évaluer la capacité d’un disque à « bien vieillir ». Il peut porter, certes, les stigmates techniques de ses origines. Et alors ? Je suis donc incapable d’affirmer si, quinze ans après première publication et quelques jours avant sa réédition par l’entremise bienvenue de WeWant2WecordAs Found, le deuxième Lp de Mehdi Zannad bien vieilli ou non. Je sais simplement que j’ai vécu avec lui, régulièrement, parfois passionnément. Peut-être même ai-je un peu grandi en sa compagnie fiable et fidèle. Parce qu’il est demeuré, précisément, en dehors du flux du devenir, associé sans doute à certains souvenirs, mais également offert à toutes les redécouvertes tant sa richesse foisonnante, faite de références inépuisables mais aussi de fulgurances toutes personnelles, présente de saveurs inédites. L’amour, la mélancolie et la powerpop : quelle prise pourrait bien avoir l’âge sur ce triptyque essentiel ? Aujourd’hui autant qu’hier et probablement que demain. Et, pour le reste, la parole revient donc au principal intéressé. Continuer “Track-by-track : Fugu, As Found (WW2W)”

Catégories track-by-trackÉtiquettes , , , ,

Low’s “Double Negative” by Jonathan Caouette

Jonathan Caouette
Jonathan Caouette

After 25 years as a band, Low have reached a new high. With theit formation, the married couple Alan Sparhawk and Mimi Parker broke new ground, bringing unparalleled slow and sad intensity to every note. And yet, Double Negative (Sub Pop), their latest album, is their most radical work, underlining the fact that the band is going through a full-scale metamorphosis. They teamed up with producer B. J. Burton (Bon Iver, Lizzie, and Francis and the Lights) to make an excruciatingly minimal, bare and powerful album. I discovered Low fourteen years ago thanks to Tarnation, by Jonathan Caouette, a mind-blowing and unforgettable documentary made in 2003. Back then, the band had already produced some of its most beautiful albums. For this first autobiographical home movie edited on IMovie, the filmmaker displayed intimate and tragic snippets of his life. His whole life was laid bare through the prism of his mother’s struggle with mental illness and the exploration of his sexual identity. His experience was recorded with a hypnotic mixture of snapshots and Super-8 videos sometimes sourced from his childhood. The soundtrack to these haunting images was beautiful. It featured Lisa Germano, the Cocteau Twins, Mavis Staples, Marianne Faithful and the Magnetic Fields. It also included three Low songs (Laser Beam, Embrace and Back Home Again), which appeared symbolically in the first and final frames, as well as in the middle of the film. When I first listened to Double Negative, I immediately thought of Jonathan Caouette, wondering how he would have reviewed this album. Here is his answer. Continuer “Low’s “Double Negative” by Jonathan Caouette”

Catégories track-by-trackÉtiquettes , , ,

Double Negative de Low, par Jonathan Caouette

Jonathan Caouette
Jonathan Caouette

Il aura fallu attendre vingt-cinq ans de carrière pour en arriver là. Avec Low, le couple Alan Sparhawk et Mimi Parker ont posé les bases d’un genre à eux, comme une évocation lente et triste d’une intensité sans pareil. Double Negative (PIAS), leur nouvel album, est pourtant le plus radical de tous, comme s’ils avaient débarrassé d’un brutal revers de main sur la table la méthode qu’ils avaient créée. Avec leur producteur BJ Burton (Bon Iver, Lizzo, et Francis and the Lights), ils ont concentré leur propos à l’os, dans leur forme la plus brute, la plus nue, la plus puissante. J’ai découvert Low il y a 14 ans, alors que le groupe avait déjà quelques-uns de leurs plus beaux albums derrière eux, au détour d’un documentaire bouleversant, de ceux que l’on n’oublie jamais : Tarnation de Jonathan Caouette (2004). Pour son premier film en forme d’autofiction réalisée chez lui sur imovie, il avait mis en scène l’intime, le tragique : toute sa vie par le prisme de l’évolution psychiatrique de sa mère et la quête de son identité sexuelle, dans un tourbillon hypnotique de photos et de vidéos super 8 parfois tournées lorsqu’il était encore enfant. Ces images d’une force indélébile étaient accompagnées d’une bande son magnifique (Lisa Germano, Cocteau Twins, Mavis Staples, Marianne Faithfull, The Magnetic Fields…), et comportaient également trois titres de Low (Laser Beam, Embrace et Back Home Again), présents symboliquement au début, au milieu et à la fin de son film. Lorsque j’ai écouté Double Negative, j’ai immédiatement pensé à Jonathan Caouette, me demandant ce qu’il aurait pensé d’un tel disque. Voici sa réponse.

Continuer “Double Negative de Low, par Jonathan Caouette”