Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Jazzoux, Quand Le Jus de Rythme… (In Paradisum)

JazzouxLa dernière et toute récente édition du festival Sonic Protest a pu confirmer l’excellente santé d’une scène aux frontières souvent délicates à cerner : entre bruitisme et arythmie, improvisation néo-free et recherche électronique, elle assume avec une souveraineté radicale le multiple héritage des musiques expérimentales. Au sein de cette constellation, Amédée de Murcia (Somaticae, Balladur, OD Bongo) et Claire Gapenne (Terrine, Headwar, Me Donner) en incarnent avec brio le versant free-beat, noise et industriel. Activistes et pivots d’une mouvance toute entière dévouée au culte du feedback, de la distorsion et du bug analogique/numérique, c’est avec un projet commun, Jazzoux, qu’ils nous reviennent ici. Marquant par la même occasion le retour de l’excellent label In Paradisum, ce disque au titre improbable, Quand Le Jus De Rythme…, impose une sorte de No Techno sauvage et abrasive. Continuer la lecture de « Jazzoux, Quand Le Jus de Rythme… (In Paradisum) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Jonathan Fitoussi et Clemens Hourrière, Möbius (Transversales disques / Obliques)

Les musiciens utilisateurs du système modulaire Buchla constituent une famille singulière. Tissant un réseau affinitaire (en témoigne la récente compilation K7, Buchla Now sortie chez le label Ultraviolet Light l’an dernier), les praticiens de ce synthétiseur ont toujours emprunté des chemins buissonniers qui précisément ont su rompre avec certains gestes trop convenus ou entendus. Le plus souvent mobilisée du côté des musiques expérimentales, ou électro-acoustiques/acousmatiques (Morton Subotnick, Todd Barton), cette forme de synthèse dite « West Coast » (par opposition à celle « East Coast » de type Moog, plus connue) est aussi très présente au sein d’une scène que l’on pourrait circonscrire par les termes de planant ou d’ambient : Suzanne Ciani, Kaitlyn Aurelia Smith ou encore par exemple Caterina Barbieri, incarnent chacune à leur manière cet art de la rencontre entre boucles électroniques et psychédélisme répétitif. Assurément, les disques de Jonathan Fitoussi et de Clemens Hourrière s’inscrivent au sein de cette filiation. Continuer la lecture de « Jonathan Fitoussi et Clemens Hourrière, Möbius (Transversales disques / Obliques) »

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , ,

Autechre, Chiastic Slide, 1997 / LP5, 1998 (Warp Records)

La séquence 1997-1998 est charnière dans l’évolution du genre IDM. Un moment qui a marqué la progressive mise à distance d’une matrice post-rave en direction d’une exploration des marges les plus déviantes du dancefloor ou d’une écriture plus pop d’un côté – Aphex Twin, Boards of Canada, Bogdan Raczynski. Pour, d’un autre, voir un grand nombre de musiciens s’engager dans le formalisme et le conceptualisme arythmique – du label Mille Plateaux à la laptop music des labels Mego ou Raster-Noton par exemple. Assurément, Sean Booth et Rob Brown ont choisi d’emprunter la deuxième voie, au point d’en incarner l’une des formes idéal-typiques : c’est ce qui frappe à la réécoute de Chiastic Slide (1997) et du LP5 (1998), deux disques réédités au mois de novembre par Warp Records, qui renvoient à un tournant esthétique majeur dans une œuvre que l’on peut rétrospectivement appréhender selon certaines lignes de force. Continuer la lecture de « Autechre, Chiastic Slide, 1997 / LP5, 1998 (Warp Records) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Jerusalem In My Heart, Qalaq (Constellation)

Qalaq Jerusalem In My HeartA Granular Buzuk, un titre du deuxième LP de Jerusalem In My Heart (If He Dies, If If If If If If, 2015) qui exprime en une image frappante la singularité du projet multimédia du producteur libano-canadien Radwan Ghazi Moumneh. D’un côté le Bouzouki (« Buzuk »), un instrument à corde traditionnel du répertoire de la Méditerranée orientale. D’un autre l’adjectif « granulaire », qui renvoie à une technique de synthèse sonore bien connue des praticiens du sound-design aventureux. Une formule qui évoque un syncrétisme ethno-futuriste qui serait évidemment tout sauf arbitraire : on pense à Jon Hassel et son concept de « quatrième monde », comme esthétique de l’hybridation du modernisme avant-gardiste et des musiques dites « traditionnelles » – « Un son futuriste combinant les caractéristiques des différentes musiques ethniques et traditionnelles avec des techniques électroniques avancées ». Car les disques de Jerusalmen In My Heart explorent ces territoires aux frontières par définition indéterminées que constituent la rencontre des chants mélismatiques arabes et de l’expérimentation électro-acoustique. Continuer la lecture de « Jerusalem In My Heart, Qalaq (Constellation) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , ,

Lionel Fernandez & Jérôme Noetinger, Outer Blanc (Sonoris) / Contumace, (Matt), (Tanzprocesz)

Figure centrale de la scène expérimentale, dans son versant bruitiste/no-wave, Lionel Fernandez peut aisément être considéré comme l’idéal-type du chercheur et déconstructeur de formes. Avec Sister Iodine tout d’abord, trio emblématique d’une scène sous influence Arto Lindsay/DNA/Sonic Youth, il a pu porter haut le flambeau d’une noise maximaliste dans son appréhension du matériau sonore. Ou encore par exemple avec Discom, Minitel ou Antilles, collectifs explorant des territoires plus électroniques, qui ont su incarner une certaine radicalité caractéristique des musiques aventureuses de la période 2000/2010. Peu étonnant dès lors de le retrouver en cette rentrée avec deux projets à l’insularité sans concession. Outer Blanc avec Jerôme Noetinger d’une part, sorti début septembre sur Sonoris, qui entend confronter guitare (passée au filtre d’une multitude d’effets) et magnéto à bande. Contumace ensuite, avec un disque (Matt) prévu début novembre sur Tanzprocesz, qui s’attaque quant à lui aux esthétiques post-industrielles et minimalistes. Continuer la lecture de « Lionel Fernandez & Jérôme Noetinger, Outer Blanc (Sonoris) / Contumace, (Matt), (Tanzprocesz) »

Catégories festivalsÉtiquettes

MUSICAL ÉCRAN 2021 : « Sisters With Transistors » de Lisa Rovner

"Sisters With Transistors" de Lisa Rovner
« Sisters With Transistors » de Lisa Rovner

Le texte lu par Laurie Anderson en ouverture du documentaire Sisters with Transistors pourrait faire figure d’énoncé programmatique conférant au film sa portée et cohérence politiques : « L’histoire des femmes est une histoire de silence, mais aussi dans le même temps celle de la manière dont on peut briser ce silence. » Un fil directeur qui ambitionne de réinterroger l’histoire des musiques électroniques du point de vue d’un questionnement sur le genre donc – et plus précisément de celui de l’invisibilisation et marginalisation des femmes au sein d’un certain récit canonisé par une histoire « officielle ». Continuer la lecture de « MUSICAL ÉCRAN 2021 : « Sisters With Transistors » de Lisa Rovner »

Catégories chronique réédition, mardi oldieÉtiquettes , , , , , ,

Arpanet, Wireless Internet/Inertial Frame (Record Makers/Bigwax)

Dans More Brilliant than the Sun (1), livre considéré comme culte et étude définitive sur l’afrofuturisme, le théoricien et critique Kodwo Eshun élabore la catégorie de « Sonic Fiction » pour rendre compte du potentiel narratif et fictionnel de tout un pan de la musique afro/anglo-saxonne. Du jazz à la Jungle, en passant par le Dub, le Hip Hop et bien évidemment la techno, autant de courants qui ont en effet pu participer à la configuration d’un continuum esthétique marqué par une grande tonalité SF et futuriste. Que l’on évoque les fantasmagories cosmiques et l’imaginaire spatial de Sun Ra, ou les assauts militaro-cyberpunks et militants du label Underground Resistance, la puissance de configuration fictionnelle portée par ces musiques apparaît comme l’une de leur caractéristiques essentielles. Continuer la lecture de « Arpanet, Wireless Internet/Inertial Frame (Record Makers/Bigwax) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Michèle Bokanowski, Rhapsodia/Battements solaires (Recollection GRM/Editions Mego)

Depuis maintenant une petite dizaine d’années, l’impeccable série Recollection GRM du label Mego permet de rendre accessible les archives impressionnantes du Groupe de Recherches Musicales. Fondé par Pierre Schaeffer en 1958, ce centre de recherche a contribué de façon majeure au développement des musiques électro-acoustiques (via notamment l’invention/théorisation de la musique concrète, ou de la musique dite acousmatique), et en accueillant en son sein des figures aussi importantes que celles de Pierre Henry, Éliane Radigue, Luc Ferrari, Bernard Parmegiani ou encore François Bayle, par exemple. Avec la parution récente de ces deux pièces de Michèle Bokanowski, Rhapsodia et Battements solaires, c’est ainsi l’occasion de découvrir ou redécouvrir le travail d’une figure plus contemporaine du groupe, aux côtés de celles des « grands » pionniers et « grandes » pionnières évoqués à l’instant.
Continuer la lecture de « Michèle Bokanowski, Rhapsodia/Battements solaires (Recollection GRM/Editions Mego) »