Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , , ,

Les australiens Low Life en pleine “Agony & XTC”

Low Life
Low Life, via leur facebook.

Si leur premier album Dogging (2016) fut apparenté à du post-punk froid et acéré, le second Downer Edn (2019) apparaissait plus innovant, mêlant des sonorités plus électroniques et l’utilisation (avec parcimonie, merci bien) de l’autotune. Tout cela revient en force avec Agony & XTC, le single du troisième album From Squats to lots : The Agony & XTC, à paraître le 5 Novembre prochain chez Alter, Lulu’s Disco Club et Goner Records. Les gars de Sydney restent fidèles à une approche à la fois lugubre et solaire de la musique, avec des guitares coupantes mais atmosphériques, une voix funèbre et des textes écrits autour d’une Australie de gouttière, totalement à l’opposé de celle du cadre sup suant en salle de gym ou de celle du backpacker chevelu et poisseux. Ils appuient là où ça fait mal, en laissant rêveur quiconque écoutera. Grosse impatience pour l’album à venir, en somme.

Continuer la lecture de « Les australiens Low Life en pleine “Agony & XTC” »

Catégories sous surveillanceÉtiquettes , , ,

Sous Surveillance : S.P.U.D

S.P.U.D
S.P.U.D
Qui ?
S.P.U.D est un trio composé de :
Tom : Guitare, Basse et chant
Alberto : Guitare et Basse
Dylan : Batterie
Alberto et Tom ont joué ensemble pendant un temps avec différentes personnes, s’essayant à plusieurs styles, mais c’est depuis leur rencontre avec Dylan qu’ils s’entendent “très bien, parce que nous trois sommes assez étranges et avons cette urgence de jouer et de foutre le bordel“.
Où ?
East London, mais ils sont espagnol, argentin et britannique.

Continuer la lecture de « Sous Surveillance : S.P.U.D »

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , ,

Smirk éléctrise L.A. avec leur nouvel EP

Smirk
Smirk

Fondé à Los Angeles autour de Nic Vicario des regrettés Autistic Youth ainsi que de Public Eye et Crisis Man, Smirk nous envoie dans les cordes après un premier long format rassemblant deux cassettes éditées aux quatre coins du monde par des labels comme Twintoe Records à Berlin, Drunken Sailor pour l’Europe et Feel It pour les États-Unis. Paru en début de semaine dernière chez l’excellent Total Punk Records, cet EP présente sept morceaux tout neufs, aux guitares saillantes et rythmiquement très efficaces, un combo basse/ batterie groovy et une voix qui enveloppe le tout d’une couche d’anxiété. Amateurs.trices des Spits et autres Minneapolis Uranium Club, cet EP agité est fait pour vous.

Catégories sous surveillanceÉtiquettes , ,

Sous Surveillance : Moleskine

Moleskine
Moleskine
Qui ?
François : Guitare / Saxophone
Paul : Batterie
Oscar : Guitare / Chant
Théo : Basse , il remplace Chloé partie à l’étranger pendant un an.
Paul et Oscar jouent ensemble dans Bande à Part et Supervelours, Théo joue dans S!ck dont nous avions parlé et Néron.

Où ?
Nantes, où ces jeunes gens sont en colocation.

Continuer la lecture de « Sous Surveillance : Moleskine »

Catégories coverÉtiquettes , , , ,

Lovers Suicide reprend “Mother Of Earth” par The Gun Club

On connaissait le français Alex Cyprine avec Quetzal Snakes, puis lors de sa migration vers Montréal où il devient très actif (Deaf, Orchids, Tallen, Broken Column). Nous vous avions également parlé de son projet solo Lovers Suicide, transformé depuis peu en groupe avec un line-up des plus alléchants : Cyril Dupont (The Wise Dude’s Revolver, Nancy), Mike Rodgers, un hyperactif Canadien, Fraser Wayne (Paul Jacobs, Fuzzy Undertones …), Zale Burley l’homme au tambourin (Orchids), Jean Sebastien Maher (Orchids également). Lors d’une live session au grain VHS, la jeune formation nous gratifie d’une cover de Mother Of Heart, cette magnifique clôture du second album du Gun Club, Miami, sorti en 1982 et réédité à de nombreuses reprises. Tous fans transis, ils ont choisi ensemble cette balade qui est leur morceau préféré, qu’ils interprètent avec cœur et respect. Le rythme est ralenti, la voix est blême mais déchaînée sur la fin, les guitares sont lancinantes, le pedal steel de Kenny Smith apporte cette touche parfaitement mélancolique. Côté actu, la bande travaille sur un album Murder at Graceland inspiré d’une nouvelle écrite par Alex lui-même qu’ils joueront live en septembre et qui devrait sortir en même temps que celle-ci.  Si le groupe compose comme il reprend, cela devrait ravir les oreilles des fans de Birthday Party à Mark Lanegan.

Catégories sous surveillanceÉtiquettes , ,

Sous Surveillance : Cuticles

Cuticles
Cuticles
Qui ?
Cuticles est formé de
Matt Plunkett : Guitare, Voix, Paroles
Austen McMillian, Batterie
Lisa Preston, Guitare, Claviers
Tom Havard : Basse, Enregistrement
Matt et Austen ont joué ensemble dans les Trendees et Lisa dans un certain nombre d’autres petits groupes comme Lo-Liners, Lux Vomica, Portage ou Spacedust.
Où?
Nouvelle-Zélande, Île du Sud, Oamaru et en périphérie (Kurow) au nord de Dunedin (ville sainte) où malgré des vies bien remplies, le groupe essaie de promouvoir une culture indé dans leur région.

Continuer la lecture de « Sous Surveillance : Cuticles »

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , ,

La compile des 20 ans de SDZ Records

SDZ Records
Pour la petite histoire, la pochette a été peinte par Max Dembo Jr.
Vingt ans déjà que Nico (alias Max Dembo) régale les oreilles et inspire les plus jeunes. En 2001, il découvre les Vipères au Canada, lieu idéal où l’idée de monter un label germe et va finir par éclore grâce à Keith du regretté disquaire Scratch Records. Sans savoir où cela allait le mener, ni même combien de temps cela allait durer, Nico a toujours voulu mélanger concerts, fanzines et rire sur la musique, chose qui lui semblait presque impossible vingt ans en arrière. Il a donc retroussé ses manches et à décidé de contribuer de manière artisanale en sortant ces groupes qui lui remuent les tripes.

Continuer la lecture de « La compile des 20 ans de SDZ Records »

Catégories coverÉtiquettes , , , , , ,

Athletico reprend “Come On Let’s Go” de Broadcast (inédit)

Artwork : Aurel Steiner
Artwork : Aurel Steiner


Ce duo parisiano-troyen qui devient groupe sur scène et dont nous avions parlé dans un Sous Surveillance l’an dernier nous gratifie de ce Come On Let’s Go de Broadcast, paru en 1998 sur un EP éponyme chez Warp Records. Athletico propose d’habitude une pop en demie teinte, tantôt obscure tantôt lunaire, pose ici une couche de froid avec des voix gutturales et des guitares qui craquent. Cette version même plus rêche respecte le tempo, et on retrouve ces petits sons électroniques qui font le charme du morceau original. Pour Lois, Broadcast “représentent pour eux tout ce qu’ils aiment dans la délicatesse pop.” 
Délicate est le bon adjectif pour définir leur musique, espérons quand à eux que l’on en entende à nouveau parler rapidement.