Catégories hommageÉtiquettes , , , ,

In Memoriam, Trish Keenan : Distant Call (Demo, 2000)

Trish Keenan / Broadcast
Trish Keenan / Broadcast

Plus de dix ans ont passé déjà depuis ce terrible 14 janvier 2011 et Trish Keenan nous manque toujours autant. Il est fascinant de constater à quel point, à chaque chanson, que son compagnon James Cargill a l’émouvante attention de nous adresser, à elle et à nous, par les voies de l’internet, pour ses anniversaires, révèle un peu mieux la dimension ésotérique de l’œuvre de la poétesse de Birmingham. Distant Call, Where Are You ?, Tunnel View apparaissent comme autant de psalmodies médiumniques où Trish vivante semble communiquer, inconsciemment, avec son elle-même dans l’au-delà. Comme si des voix lui commandaient d’écrire ces chansons. Cette version demo de la magnifique Distant Call, enregistrée sur bande, chantée et jouée à la guitare sèche par Trish paraît surgir de la nuit des temps. Et c’est bien ce que semble avoir toujours recherché Broadcast : jouer une musique alchimique et intemporelle, spirite et fantomatique, comme jouée par des esprits ayant pris possession des corps de simples mortels. Et l’ironie morbide du sort semble avoir rendue grâce à ce projet dont on se demande parfois dans quelle mesure il relevait sérieusement du domaine de l’occulte ou si c’était un ensemble de hasards enchevêtrés, liés aux inspirations artistiques qui donnent à cette œuvre son caractère si durablement intriguant. Trish Keenan et James Cargill ont baigné dans les séries fantastiques anglaises, les films de la Hammer et The Wicker Man, de Robin Hardy, les livres de Poe, de Lewis Carroll ou de Vítězslav Nezval, et il est singulier que des influences aussi équivoques aient marqué la musique d’un groupe, leur faisant dépasser le simple statut de groupe pop. Broadcast nous a apporté plus que d’élégantes chansons, par eux notre regard sur les choses et les œuvres a changé, à travers leurs disques, leurs mixtapes ou leurs vidéos, ils nous auront fait découvrir des musiques de films tchèques oubliés signées Luboš Fišer, Zdeněk Liška ou Alexeï Rybnikov, aimer autant Bernard Parmegiani que United States of America, Ennio Morricone et The Springfield Rifle… Peu de groupes pop vous cultivent. Les relations entre le hasard, la magie noire, et les sources culturelles dans lesquelles baignaient Trish et ses camarades des West Midlands et du Worcestershire nous intrigueront encore longtemps.

Catégories coverÉtiquettes , , , , ,

Kinrisu et Charles Virot reprennent “Oh My Love” de John Lennon (inédit)

Les confinements se suivent et se ressemblent, à quelques modalités près, et c’est peut-être une aubaine pour la prolixité de Charles Virot (dont on a pu entendre le tonitruant et complexe son de basse dans Clara Clara, et le clavier bien tempéré au sein de Vika Orline), qui continue d’envoyer, avec une belle régularité, des nouvelles sur son compte Soundcloud. Des pistes expérimentales âpres et épurées, des improvisations à la basse ou au synthé, des reprises inopinées, et des chansons aux canevas subtils, souvent bouleversantes, où affleure le désenchantement le plus implacable, que Charles écrit, ou improvise aussi parfois (L’air gelé notamment).  Continuer la lecture de « Kinrisu et Charles Virot reprennent “Oh My Love” de John Lennon (inédit) »

Catégories coverÉtiquettes , , , ,

Vika Orline reprend “Des Heures Hindoues” d’Étienne Daho (inédit)

Vika Orline
Image : Vika Orline

Vika Orline, ce n’est pas un groupe de death-metal finlandais mais au départ un duo dionyso-lyonnais composé d’Arnaud Raquin (Marie Marie Cells) à la guitare et Charles Virot (Clara Clara) au clavier, très vite rejoints par François Virot (Clara Clara, Réveille, et lui-même) à la batterie et Franck Testut à la basse. Sur leur premier album Tu fais partie des humains, on alterne les compositions : tantôt Arnaud écrit et chante sa chanson, tantôt c’est Charles. Chacun sa patte pour exprimer un désenchantement partagé, “Vika Orline est un être à deux têtes qui n’en fait qu’à la sienne. Il avance calmement en regardant dans plusieurs directions, jouant avec ses bras des compos pop sucrées-salées à la française, éclairées aux lueurs des incendies de son temps. Double vision, pour un même horizon. Faire au plus simple, au plus direct, pour s’incruster dans les têtes. Ils nous offrent leur reprise Des heures hindoues, d’Étienne Daho, retour aux sources pour Arnaud, fan du Saint Étienne depuis tout petit : “Enfant, j’aimais déjà beaucoup ce morceau. Ces paroles ont toujours fait écho “même si ne je suis rien, si je suis personne…” Tout le monde devrait se dire ça le matin et se le répéter comme un mantra, nous sommes tous des grains de poussière.

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Le Chevalier de Rinchy, Espace Reggae Révolution (Le Vilain Chien)

Le Chevalier de RinchySorti en janvier dernier sur Le Vilain Chien, il n’est jamais trop tard pour parler de ce classique immédiat et intemporel qu’est Espace Reggae Révolution, le second album du Chevalier de Rinchy, faisant suite à Mes Plus Belles Chansons d’Amour, paru en 2007. Entre les deux, il y a eu également le CD-R aujourd’hui introuvable Jingles, Interludes et Dimanche Minuit (2009), rassemblant nombre de jingles que Guillaume a dû composer quand il travaillait pour la publicité (il a aussi été acteur dans certaines d’entre elles). Ce nouveau disque du Chevalier propose ici vingt titres au cœur d’une trilogie impossible : l’espace, le reggae et la révolution. Vingt titres qui prennent le temps de s’étirer davantage que sur le précédent, car on y trouve cette fois des chansons quasi entières, avec des couplets, des intros, des ponts, et des refrains. Continuer la lecture de « Le Chevalier de Rinchy, Espace Reggae Révolution (Le Vilain Chien) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Julien Gasc, L’appel de la forêt (Born Bad Records)

Julien Gasc L’appel de la forêtSi vous en avez assez de votre boulot, du stress de la vie, de la misère sociale, que vous cherchez l’amour, le vrai, le passionné et romantique, celui pour lequel vous plaqueriez tout et partiriez vivre comme un punk à chiens, alors L’Appel De La Forêt est là, pour vous, avec l’amour comme principe à suivre, “surtout en ces temps tristes”. Ce disque est un bol d’air montagnard et Julien Gasc est l’Elisée Reclus de la pop. Géographe des sentiments, il s’affirme comme un poète dont les thèmes sont des plus classiques et absolus : l’amour des êtres et de la nature, le désir de faire corps et esprit avec tout. L’Appel De La Forêt, la chanson titre, est la plus belle lettre d’amour à l’âme de la forêt jamais écrite, et en l’occurrence, ici la lettre s’adresse aux premières forêts du parc du Haut-Languedoc, qui d’après les experts de la faune et de la flore que Gasc a contacté seraient nées il y a 55 000 ans. Gasc va jusqu’à hurler son amour (une première dans son œuvre) à la forêt. Et la voix de Catherine Hershey, la fée des bois, qui vient habiter tout le disque, est la chose la plus consolante qui soit. Gasc est l’ami que l’on aimerait pouvoir appeler à toute heure pour enfin pouvoir « se confier dans le calme ». Continuer la lecture de « Julien Gasc, L’appel de la forêt (Born Bad Records) »

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , ,

Selectorama : Julien Gasc

Julien Gasc
Julien Gasc / Photo : collorantstudios

Pour fêter la sortie de son troisième album solo, (L’appel de la forêt, ce vendredi 31 janvier sur Born Bad Records), nous avons demandé à Julien Gasc (membre d’Aquaserge, entre autres) de nous donner son Selectorama. Ceux qui connaissent l’animal savent que sa culture musicale est impressionnante, et particulièrement en matière de pop. Gasc est un vrai boulimique de musiques, de films, de littérature, d’art. Ses influences sont palpables, mais jamais écrasantes. Son Selectorama reflète assez bien ce qui fait la quintessence de sa musique : de la pop électronique brésilienne qui rend lascif, des vocaux soul pour garder la joie, du soft rock pour sangloter, du bricolage pop pour faire la fête… En attendant de vous parler un peu plus de L’appel de la forêt dans les jours à venir, voici donc onze titres qui ont inspiré cet enfant des bois.

Pour les bruxellois (ou pour ceux que la route n’effraie pas) : il y aura deux releases-parties au lieu Un Peu, à Bruxelles, Julien Gasc jouera accompagné de tous les musiciens ayant participé au disque vendredi 31 janvier et dimanche 2 février, et seront exposées les oeuvres de Sophie Vendryes, qui a réalisé la belle pochette de “L’appel de la forêt” . (info : https://www.unpeu.info/). Continuer la lecture de « Selectorama : Julien Gasc »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Lomboy, Warped Caress EP (Cracki Records)

LomboyLomboy est de ces projets pop sucrée et sensuelle tel qu’il en pleuvait au milieu des années 90, et dont le haut du panier était constitué des écuries très international jet-set  Tricatel (April March, Ladytron), Bungalow (Arling & Cameron, Laila France, Spring), L’Appareil-Photo (Fantastic Plastic Machine), Heavenly Records (Saint Etienne), Siesta (Mr Wright) et consorts. Mais attention, ce projet n’est en rien revivaliste dans ses ambitions.

Continuer la lecture de « Lomboy, Warped Caress EP (Cracki Records) »

Catégories chronique nouveauté

Pearl & The Oysters, Pearl & The Oysters (Croque Macadam/Elestial Sound)

Pearl & The OystersCette pépite de power pop aux parfums d’exotica est parue en septembre dernier chez Croque Macadam, et il serait dommage de l’ignorer plus longtemps.
Continuer la lecture de « Pearl & The Oysters, Pearl & The Oysters (Croque Macadam/Elestial Sound) »