Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Minuit à midi, le clair obscur d’Astrel K

Astrel K
Astrel K / Photo : Liam Warton

Après une année de tournées tous azymuts en 2023 pour célébrer la sortie de leur magnifique et complexe LP Compact Trauma (Tough Love), les cinq londoniens Ulrika Spacek ne s’accordent presque pas de pause, puisque leur leader Rhys Edwards revient avec son projet solo Astrel K. Avec Darkness At Noon, premier single annonciateur de l’album The Foreign Department, attendu le 8 mars toujours chez Tough Love Records, tout porterait à croire que le soleil ne se lêverait pas de sitôt. N’allons pas chercher quelque métaphore saisonnière, ou même de sens caché dans le roman éponyme d’Arthur Koestler où un individu dénonce le totalitarisme, laissons-nous plutôt emporter par ce morceau idéal au tempo alangui et à la trompette détente, où la voix d’Astrel K nous dit « Je sais que je veux être vu, mais je déteste la plupart de ce qui sort de moi« . On a évidemment envie de lui dire qu’il a tort. Continuer la lecture de « Minuit à midi, le clair obscur d’Astrel K »

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , , ,

Selectorama : Karina Gill (Cindy, Flowertown)

Karina Gill, chanteuse du groupe de rock américain Cindy le 3 mai 2023 à Paris. Photo : Mathieu Zazzo
Karina Gill, chanteuse du groupe de rock américain Cindy le 3 mai 2023 à Paris. Photo : Mathieu Zazzo

« Il y a quelquefois dans les personnes ou dans les choses un charme invisible, une grâce naturelle qu’on n’a pu définir, et qu’on a été forcé d’appeler le je ne sais quoi. » remarquait Montesquieu dans son Essai sur le goût. C’est justement ce charme qu’on retrouve dans la musique de Karina Gill et les groupes auxquels elle participe, dont la beauté discrète et naïve ne peut que ravir l’âme des amateurs de pop intime et artisanale. Depuis 2018, sous les avatars de Cindy, de Flowertown ou de Hospital, souvent accompagnée par son acolyte Mike Ramos, la Californienne a su conquérir son auditoire avec ses chansons délicates, dont l’ami Xavier Mazure avait remarqué en 2021 dans les colonnes de Section 26 la troublante ressemblance avec l’univers de Slumber Party, groupe qu’on ne s’est jamais consolé d’avoir vu disparaître des écrans radars. Continuer la lecture de « Selectorama : Karina Gill (Cindy, Flowertown) »

Catégories billet d’humeur, portfolioÉtiquettes , , ,

Cindy, maintenant.

Cindy, avec Karina Gill (au centre), le 3 Mai 2023 à Paris / Photo : Mathieu Zazzo
Cindy, avec Karina Gill (au centre), le 3 Mai 2023 à Paris / Photo : Mathieu Zazzo

A la fin, se rapprocher de la scène, tout devant, pour voir du plus près possible le groupe, qui vient d’annoncer qu’il jouerait là maintenant son dernier morceau de la soirée. Tout jusqu’ici, s’était déroulé comme dans un rêve et il fallait, avant que ça ne s’achève, être proche pour être certain, en se postant au plus intime possible, de la véracité de tout ceci, comme pour se frotter à l’air même du groupe. C’est que, durant une petite heure, depuis l’entrée dans cette salle située, dissimulée presque, au fond d’un bar de Ménilmontant, rue Oberkampf, et puis durant tout le set du groupe, quelque chose s’est cristallisé. Continuer la lecture de « Cindy, maintenant. »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Cindy, Why Not Now? (Tough Love Records)

Les prénoms féminins et la musique pop (dans le sens très large du terme), ça a toujours fait bon ménage. Ou pas loin. J’ai déjà à peu près dressé une liste ici, alors je ne prendrai pas la peine de redétailler toutes les chansons qui convoquent dans leur titre ces prénoms-là, ni celle de revenir sur leur perfection mélodique. Cette fois, le prénom en question est un nom de groupe. Un nom qui brouille les pistes mais pas vraiment non plus. Si vous avez déjà lu par ici et par aussi au sujet de Cindy, vous savez déjà que ce quatuor californien est de fait bel et bien emmené par une jeune femme mais une jeune femme qui se prénomme Karina – et la nouvelle vague qui frappe à la porte comme par hasard… Continuer la lecture de « Cindy, Why Not Now? (Tough Love Records) »

Catégories interviewÉtiquettes , , , ,

Peel Dream Magazine : « Je suis un poppeux dans l’âme »

Joe Stevens - Peel Dream Magazine
Joe Stevens – Peel Dream Magazine / Photo : Samira Winter

Voilà trois semaines que Joe Stevens a quitté Los Angeles pour Londres. En résidence dans la capitale anglaise, il s’est produit chaque mercredi de janvier auprès d’invités de (son) choix, Sean O’Hagan [The High Llamas, Microdisney, Stereolab] ou Jack Cooper [Mazes, Ultimate Painting], pour ne citer qu’eux. Après quelques autres villes anglaises, c’est demain qu’il traversera la Manche pour entamer la première tournée européenne de Peel Dream Magazine, avec un premier arrêt à Paris. Un concert qui fera date, aussi parce que tant attendu par ceux qui avaient, comme nous, adoré Agitprop Alterna [chroniqué ici], paru en avril 2020, en plein confinement. Deux ans et demi plus tard, Stevens surprend avec le bien-nommé Pad, un album-concept cotonneux, fait de sonorités synthétiques et vintage, au fil desquelles évolue un personnage imaginaire. Dans un long entretien, le musicien nous explique ce virage esthétique, du shoegaze à ce qu’il nomme la « pop baroque », en évoquant évidemment ses plus grandes influences : les High Llamas, Stereolab et les Beach Boys.  

Continuer la lecture de « Peel Dream Magazine : « Je suis un poppeux dans l’âme » »

Catégories climatsÉtiquettes , , , , , , ,

Climats #1 : Adrien Bosc, JD Beauvallet, David Loca

David Horowitz, Yesterday (Détail) / Galerie Yvon Lambert, Paris

This could be the saddest dusk ever seen
You turn to a miracle high-alive
Michael Stipe

Peut-on écouter Vauxhall and I de Morrissey sous le franc soleil de juillet ? Et un Antônio Carlos Jobim empêtré dans un crachin de février, c’est toujours du Antônio Carlos Jobim ? Climats met en avant les sorties disques et livres selon la météo.

Continuer la lecture de « Climats #1 : Adrien Bosc, JD Beauvallet, David Loca »

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , , , ,

Cindy, 1:2 (Tough Love Records / Paisley Shirt Recordings / Mount Saint Mountain)

CindyOctobre 2021. Un échange de regards à la billetterie de l’International, un concert qui se prolonge en after, un baiser, une demoiselle qui monte dans mon Uber et… range les épices de mon tiroir, une nuit de sommeil, deux pains au chocolat partagés puis… plus rien. Cœur d’artichaut plus vraiment arrosé depuis quelques mois, je sais que mon moral des deux-trois prochains jours ne sera pas des plus réjouissants. D’autant plus que j’enchaîne cette soirée terminée sur les coups de l’heure à laquelle je me réveille quand je vais à la fac par un shift au vestiaire de la salle/club suscitée, shift qui lui aussi se termine à l’heure à laquelle je me réveille quand je vais à la fac. Par chance, 1:2, dernier album de Cindy en date – après Cindy en 2018 et Free Advice en 2020 – vient d’atterrir sur Spotify. Continuer la lecture de « Cindy, 1:2 (Tough Love Records / Paisley Shirt Recordings / Mount Saint Mountain) »

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

The Reds Pinks & Purples, Don’t Come Home Too Soon (Tough Love Records)

Il y a des groupes comme ça. Des groupes qui sont comme taillés sur mesure, des groupes dont on sait déjà qu’ils ne nous décevront pas – et entre nous, il n’y a que des groupes pour réussir ça. Xavier, l’ami qui m’a fait écouter les chansons de ce type-là pour la première fois (parce que oui, pour celles et ceux qui n’auraient vraiment pas suivi, cette histoire, c’est avant tout l’histoire d’un homme seul, Glenn Donaldson), aurait sans doute résumé tout cela mieux que moi, aurait bien mieux dit la fausse légèreté de ces mélodies qu’on connait par cœur avant même de les avoir écoutées… Mais voilà, Xavier n’est pas là et c’est à moi de rappeler que justement, en matière de cœur, The Reds, Pinks & Purples ne fait jamais les choses à moitié, comme sur ce nouveau single à peu près parfait pour ponctuer l’été indien et annonciateur d’un quatrième album à paraitre le 4 février 2022.

The Reds Pinks & Purples, Summer at Land's End

Alors, en trois minutes et treize secondes (environ), quand bien même on s’était juré qu’on ne se laisserait plus prendre, Don’t Come Home Too Soon (ce titre, une fois encore) porte haut les couleurs de la mélancolie en donnant une idée assez précise de comment auraient pu sonner certaines des plus belles chansons de The Field Mice (toutes, donc) reprises par St. Christopher. C’est vous dire la splendeur des ébats.


Don’t Come Home Too Soon par The Reds Pinks & Purples, premier single du nouvel album Summer at Land’s End, sortie le 4 février 2022 chez Tough Love Records.