Catégories blindtest, sunday archiveÉtiquettes , , , , , , , ,

Blind Test : Electronic

Electronic (Bernard Sumner, Johnny Marr)
Electronic (Bernard Sumner, Johnny Marr) / Photo : Andrew Catlin

Lorsqu’au début de l’année 1999 on retrouve Bernard Sumner et Johnny Marr dans une salle de conférence plutôt impersonnelle d’un hôtel parisien, on n’a même pas pris conscience qu’Electronic a déjà dix ans d’âge… C’était l’été 1989, le deuxième ou troisième été de l’amour, et la nouvelle avait défrayé la chronique – deux musiciens surdoués unissaient leurs talents pour ce que d’aucuns imaginaient comme un fantasme : “Les guitares des Smiths et les synthés de New Order. Oui, mais non. L’affaire allait être un peu plus complexe que cela, mais entre nous, tout aussi géniale. Continuer la lecture de « Blind Test : Electronic »

Catégories 45 tours de confinementÉtiquettes , , , , ,

#36 : The Smiths, That Joke Isn’t Funny Anymore (Rough Trade, 1985)

The Smiths, pointillistes et pointilleux.
The Smiths, pointillistes et pointilleux.

I’ve seen this happen in other people’s
Lives
And now it’s happening in mine

Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

Inutile de gloser à n’en plus finir sur les Smiths. Encore moins sur la situation présente, qui ne fait plus rire personne.

Juste profiter pleinement de cette chanson, souffler, se requinquer, pour mieux repartir demain. Le chemin est encore long jusqu’au cap des 45.

(Pour l’anecdote et la bonne blague, That Joke est, Hand in Glove mis à part, le titre des Smiths qui s’est le moins bien classé dans le UK Single Chart, plafonnant scandaleusement à la 49ème position. Déjà en 1985, le monde ne tournait pas très rond.)

Catégories billet d’humeurÉtiquettes ,

I Won’t Share You – The Smiths

17 secondes qui ont changé ma vie

Je ne connais qu’une chanson dont les dernières mesures vous supplient à genoux de les réécouter en boucle. C’est-à-dire de reproduire à l’infini la rupture courtoise qu’organisent le textus interruptus et le « fade out » dans la relation quasi amoureuse qui s’établit, quelques minutes durant, entre un artiste et celui qui l’écoute. C’est l’effet, assez paradoxal, que produit sur moi depuis près de trente ans I Won’t Share You des Smiths. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi. Mon analyste non plus.
Continuer la lecture de « I Won’t Share You – The Smiths »