Catégories première nécessitéÉtiquettes , , ,

Clique & Collecte chez Sofa Records à Lyon

Un disquaire par jour propose ses 10 albums du moment.

Sofa Records, Lyon
Sofa Records, Lyon

Les boutiques de disques sont un maillon indispensable de la musique telle que nous la défendons à Section 26 : lieux de rencontre, de conseil et de découverte. Ils sont souvent en première ligne pour défendre la musique un peu à part, celle qui ne trouve pas le chemin du top 50 des sites de streaming. En parallèle à notre modeste contribution, ils participent à la curation de musiques qui ont réellement besoin d’être défendues et valorisées. Très vite, la question s’est posée pour nous de comment aider ses lieux que nous affectionnons tant, dont certains se retrouvent dans des situations financières critiques, malgré la maigre aide de l’état. Beaucoup d’entre-eux ont entrepris la mise en place d’un système dit de Click & Collect, c’est-à-dire la possibilité d’aller récupérer sur place des commandes effectuées via internet ou téléphone. Nous avons eu envie de leur donner la parole et leur permettre de proposer une sélection de disques qu’ils ont souhaitent défendre et que vous seriez ainsi susceptible d’avoir envie d’écouter et éventuellement d’acheter. De ces constats est née cette nouvelle série quotidienne d’articles, dont le modèle s’inspire de notre rubrique Selectorama. L’idée a germé pendant le week-end et a mobilisé de nombreux rédacteurs et rédactrices du site, enthousiastes à l’idée de pouvoir mettre en avant ces lieux que nous fréquentons nous-mêmes régulièrement.

Alexandre Gimenez-Fauvety
Tous les articles de la série Première Nécessité (un disquaire par jour) sont visibles ici.

Continuer “Clique & Collecte chez Sofa Records à Lyon”

Catégories billet d’humeurÉtiquettes , , , , ,

La stagione è gia passata *

Au sujet de Rococo, de Fabio Viscogliosi (2019, Objet Disque)

C’est un disque sorti il y a longtemps déjà, au milieu de l’automne 2019. C’est une musique qui écrit l’entre-deux, l’entre-deux saisons par exemple. Une musique de fin d’été qui réactive en moi, à chaque écoute, de façon nette et immédiate, la mémoire et les images d’un lac. Continuer “La stagione è gia passata *”

Catégories billet d’humeurÉtiquettes , , , ,

La mort, difficile.

Trey Gruber
Trey Gruber

En écoutant Jess de Trey Gruber, je me suis dit – voilà une chanson pour baignoires tristes. Ce type de baignoire définitivement délaissée du corps aimé, un corps qui résonne encore contre l’émail et en parfume, par instant, les contours blanc cassé. Peau regrettée, peau du souvenir qui s’éteint lentement, trop lentement. En écoutant Jess de Trey Gruber, je me suis dit – le tonnerre, à présent, tonnera toujours avec les battements du coeur. Voilà ce que je me suis dit, en imaginant la vie Benjamin Trey Gruber ; ce jeune homme qui, avec son groupe Parent, hantait bien des soirs le Thalia Hall à Chicago. Continuer “La mort, difficile.”

Catégories hommageÉtiquettes , , , ,

Vaughan Oliver par ceux qui l’ont aimé #2

Une célébration du travail de l’immense graphiste pour le label 4AD

Vaughan Oliver
Vaughan Oliver

En complément de l’hommage à Vaughan Oliver déjà publié, nous vous proposons trois témoignages inédits. Reçus plus tardivement, il nous est évidemment apparu indispensable de les partager, car chacun offre un éclairage supplémentaire et intime sur l’œuvre de cet artiste hors normes. Tout d’abord, celui de Simon Larbalestier, photographe, collaborateur de longue date de Vaughan (les pochettes des Pixies c’est lui). Pour cette occasion, il nous offre quelques photos de ses archives personnelles. Terry Dowling, le professeur, tuteur et ami de Vaughan revient avec émotion sur cet élève génialement rebelle qui est venu chercher conseil et approbation auprès de lui jusqu’à la fin de sa vie. Enfin, Ian Masters des Pale Saints parle de sa collaboration avec Vaughan pour la pochette de In Ribbons (1992).
Continuer “Vaughan Oliver par ceux qui l’ont aimé #2”

Catégories hommageÉtiquettes , , , ,

Vaughan Oliver by the ones who loved him #2

A celebration of the work of 4AD’s unforgettable art director

Vaughan Oliver
Vaughan Oliver

Following our tribute to Vaughan Oliver, we bring to you three previously unpublished pieces. We still felt it was essential for us to share them, despite receiving them after our original piece. First, Simon Larbalestier, photographer and long-time colleague of Vaughan’s (his credits include the Pixies album covers) shares an emotionally powerful account of his relationship with Vaughan Oliver, illustrated with photos from his personal archives. Terry Dowling, Vaughan’s teacher, tutor and friend speaks with emotion of his brilliantly rebellious student who came to him for advice and his approval until the end of his life. Finally Ian Masters of the Pale Saints recalls working with Vaughan for the cover of In Ribbons (1992). Continuer “Vaughan Oliver by the ones who loved him #2”

Catégories sous surveillanceÉtiquettes , , , , ,

Sous Surveillance : Pop Crimes

Pop Crimes / Photo : Fanny Pommé
Qui ?

Quentin – Basse chœurs

Nico – Guitare voix

Romain – Guitare voix

Morgane – batterie

Où ?

Lutèce, Seine, France Continuer “Sous Surveillance : Pop Crimes”

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Corte Real, Pays Vaincus (La Souterraine)

Corte RealIl est toujours facile de moquer les tops et autres listes de préférences qui fleurissent chaque fin d’année, quand on est toujours sûrs de ses goûts bien arrêtés, que rien, ni personne, ne pourra jamais bousculer. C’est un peu l’inverse chez moi, la musique restant pour toujours ce matériau bien mystérieux, comme des sables mouvants sur lesquels j’avance continûment et imprudemment, au risque d’être aspiré ici ou là, sans crier gare… Mon cœur d’artichaut, baigné de ce spleen de fin d’année, n’attendait que ça : être englouti, à quelques heures du minuit fatal, par le très beau disque de Corto Real, repéré, entre autres, dans le top de Baptiste W. Hamon pour les amis de Pop News, Pays vaincus. Continuer “Corte Real, Pays Vaincus (La Souterraine)”

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , ,

Pritchard & Lo, Rendez-Vous Streets (Water Music Records)

Pritchard & LoLe plus étonnant, c’est que ce ne soit pas arrivé avant… Je ne sais vraiment pas comment cela est possible. Comment peut-il se faire que ces deux hommes ne se soient pas retrouvés plus tôt dans le même studio ? Cela pourrait presque relever d’un vaudeville des années 1970 – on imagine bien les scènes, insistant sur le comique de répétition : l’un quitte la pièce au moment même où l’autre fait son entrée. Je crois que nous sommes à peu près tous d’accord : il n’est pas besoin à ce moment de l’histoire de rappeler qui sont Frédéric Lo – le Français – et Bill Pritchard – l’Anglais –, dont les parcours artistiques ressemblent à tout sauf à de longs fleuves tranquilles. Il n’en est pas besoin, certes, mais quand même. Continuer “Pritchard & Lo, Rendez-Vous Streets (Water Music Records)”