Catégories playlistÉtiquettes , , , , , , , ,

Dance to the Music #4 : Brit Funk, la playlist


Pour accompagner l’article sur la Brit Funk, une playlist pour découvrir le genre et au delà. Le renouveau du jazz funk britannique fut aussi dense que varié. Retrouvez aussi la playlist et l’article sur la Brit Soul. Continuer « Dance to the Music #4 : Brit Funk, la playlist »

Catégories playlistÉtiquettes , , , , , , ,

Dance to the Music #4 : Brit Funk (1974-1985)

Brit Funk, photo extraite de la compilation du même nom par Joey Negro.

Les années soixante et le début de la décennie suivante sont marquées en Angleterre par la recherche d’une identité pour la soul et le funk (voir le précédent épisode). L’apport de l’immigration issu des anciennes colonies, particulièrement caribéennes, amène cependant un souffle et une singularité aux productions nationales. Si les premiers succès soul sont plutôt classiques (The Foundations, Sweet Inspiration etc.), dans l’underground, des formations (Cymande) tentent de créer des ponts avec une musique à cheval entre le rock progressif et le funk, l’Afrique et les Caraïbes. 1974 marque l’émergence d’une production britannique assumée et authentique. Celle-ci culmine à la fin des seventies grâce à l’émergence d’une scène jazz-funk fertile aussi regroupée sous la bannière brit funk. Continuer « Dance to the Music #4 : Brit Funk (1974-1985) »

Catégories dossier, playlistÉtiquettes , , , , , , , , ,

Dance To The Music #3 : Brit Soul, la playlist

Pour accompagner la lecture de l’article sur la Brit Soul, voici une playlist de 20 morceaux racontant l’évolution de la musique soul, puis du funk, en Angleterre, entre 1965 et 1974. Version jukebox ou playlist commentée, pour varier les usages. Continuer « Dance To The Music #3 : Brit Soul, la playlist »

Catégories dossierÉtiquettes , , , , , , ,

Dance to the Music #3 : Brit Soul (1965-1974)

PP Arnold accompagnée par les Small Faces

Quand les Beatles sortent Love Me Do en 1962, le rock britannique n’a certainement pas l’aura de son équivalent nord-américain en dehors des frontières de l’île. La British Invasion a cependant vite pris une ampleur inédite, y compris aux États-Unis, inscrivant le pays européen comme l’une des grandes nations du genre, la seule capable de rivaliser avec les frangins du nouveau monde dans un duel esthétique relevé. Le cheminement de la soul, et plus généralement la musique noire de l’autre coté de la Manche n’a cependant pas été aussi immédiat. À quel moment les Britanniques ont su s’affranchir du modèle étasunien, s’approprier cette sweet soul music et développer leur propre esthétique ?  L’histoire commence avec les débuts de la Brit Soul, des années soixante au milieu de la décennie suivante. Continuer « Dance to the Music #3 : Brit Soul (1965-1974) »

Catégories chroniques, livresÉtiquettes , , , , , ,

Belkacem Meziane, On The One !, L’Histoire du Funk en 100 Albums (Le Mot et le Reste)

On the One ! L’Histoire du Funk en 100 Albumsde Belkacem Meziane, complète les ouvrages de l’éditeur français Le Mot et le Reste consacré aux anthologies à des genres particuliers. La structure a ainsi déjà publié des écrits, d’une approche similaire, consacrés à l’indie-pop (Indie Pop 1979-1997 de Jean-Marie Pottier), à l’easy listening (Easy Listening, Exotica et autres Musiques Légères d’Erwann Pacaud), à la techno (Techno 100 de Jean-Yves Leloup) ou encore la soul (Move On Up, la Soul en 100 disques de Nicolas Rogès). Les livres de cette série comportent ainsi généralement un essai d’une quarantaine de pages suivi d’une sélection de 100 disques avec chaque fois des pistes complémentaires pour aller plus loin. Si l’expertise ou la finesse d’écriture de certains auteurs font la différence, il faut cependant noter la qualité et la pédagogie constante de ces ouvrages. Continuer « Belkacem Meziane, On The One !, L’Histoire du Funk en 100 Albums (Le Mot et le Reste) »

Catégories dossier, playlistÉtiquettes , , , , , , ,

Dance to the Music #2 : Philly Soul

Soul Train Dancers.

Philadelphie (Pennsylvanie), l’une des villes les plus importantes de la côte Est (avec New York City ou Boston, par exemple) peut compter sur une riche histoire et un rôle prépondérant dans l’indépendance des États-Unis d’Amérique. La symbolique Liberty Bell témoigne de ce passé glorieux. Pourtant dans les années soixante, soixante-dix, l’agglomération perd de sa population, notamment ses classes moyennes. La cité industrielle est gangrenée par la violence des gangs, la pauvreté. Dans ce contexte difficile émerge pourtant l’un des genres les plus soyeux et élégants des années soixante dix : la Philly Soul, dont l’un des mots d’ordre sera justement « Let’s Clean Up The Ghetto« . Moins connue que ses cousines Southern Soul et Motown, cette variante de soul n’en a pas moins marqué l’histoire de ses mélodies satinées et de ses arrangements luxuriants, au point de servir de rampe de lancement à l’un des phénomènes sociologiques des années soixante-dix.

Continuer « Dance to the Music #2 : Philly Soul »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Stimulator Jones, Exotic Worlds And Masterful Treasures (Stones Throw)

Esthétique Super 8, couleurs pastels délavées par le soleil, le vidéoclip de Give My All, de l’américain Stimulator Jones (chez Stones Throw) exhale la Californie de toutes les pores de sa peau hâlée. Le groove, tout aussi indolent, finit de nous convaincre que ce jeune homme habite quelque part entre San Diego et Los Angeles… Continuer « Stimulator Jones, Exotic Worlds And Masterful Treasures (Stones Throw) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , ,

Louis Cole, Time (Brainfeeder)

À la faveur d’une vidéo virale sur les réseaux sociaux, nous avons découvert Louis Cole. En un peu plus de 4 minutes, le Californien déploie une pastille typique de l’humour internet (bricolée mais réalisation maline, blagues méta, etc.) et d’une musicalité étonnante. Les aventures de Louis Cole rappellent ainsi les mises en scène de Vulfpeck, un autre groupe phénomène de Youtube ayant imposé leur funk instrumental aride mais marrant à une échelle surprenante.  Continuer « Louis Cole, Time (Brainfeeder) »