Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , , , , , , , ,

Leon Ware, Rockin’ You Eternally (Elektra, 1981), Marcos Valle, Vontade de Rever Você (Som Livre, 1981)

Leon WareLe coup de foudre artistique entre Leon Ware et Marcos Valle est peut-être une des rencontres musicales les plus méconnues de la musique populaire moderne. À la toute fin des seventies, le duo écrit ensemble une quinzaine de chansons. Celles-ci sont enregistrées (pour certaines) sur les albums respectifs des deux musiciens de l’époque, plus particulièrement sur Rockin’ You Eternally et Vontade de Rever Vocêtous les deux publiés en 1981. Les deux disques suivants, Leon Ware (1982) et Marcos Valle (1983), accueillent également plusieurs compositions réalisées à quatre mains. Rien ne prédestinait ces deux là à collaborer. Leon Ware, afro-américain, né à Détroit en 1940, démarre sa carrière de compositeur à la Motown en 1967 écrivant pour les Isley Brothers, Jackson Five ou Martha and the Vandellas. Dans les années soixante-dix, il devient un producteur et arrangeur demandé. Continuer la lecture de « Leon Ware, Rockin’ You Eternally (Elektra, 1981), Marcos Valle, Vontade de Rever Você (Som Livre, 1981) »

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , ,

Chico Buarque, Construção (1971)

Chico Buarque de Hollanda
Chico Buarque de Hollanda

C’est peut-être le moyen de revivre ça, donner un disque à (re)découvrir : se rendre le frisson de la découverte, de la sidération, de l’arrêt de toute chose séance tenante parce qu’il est là, événement, inouï. Et vraiment Construção est un inouï de premier ordre, un archétype dont la pochette chérie ne consent qu’aux sociétés les plus joyeuses, les plus sérieuses, les plus vraies. On ne le sort pas à la légère, pour faire joli, pour faire narquois : il décore mal, ne va pas bien avec les murs et les décorations du salon, il a d’ailleurs tendance à agripper, à arracher les papiers peints et les tentures, à planter ses crocs généreux dans la sérigraphie qui trône au-dessus du phono pour en faire les confettis qu’elle mérite. Continuer la lecture de « Chico Buarque, Construção (1971) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , ,

Julien Gasc, Serpentes EP (auto production)

” Il existe d’autres corps, qu’ils soient vivants ou morts, entre toi et moi “

Pour quelqu’un qui aime l’émotion et l’urgence avant toutes autres choses, j’avais tout à craindre de l’émergence de groupes cultivés, éduqués, voire virtuoses. A la faculté, un ami, né punk, avait une expression d’alerte qui nous faisait marrer, dès que selon lui, nous accostions des rivages inamicaux peuplés de chevelus empêtrés dans leurs instruments compliqués et leurs influences savantes : ” ATTENTION JAZZ ROCK ! “, hurlait-il. Il aurait sans doute agité son safeword musical s’il était tombé sur Aquaserge. Continuer la lecture de « Julien Gasc, Serpentes EP (auto production) »

Catégories mixtapeÉtiquettes , ,

Mixtape Section26 #3 : Caio Falcão

Caio Falcão

Il y a une poignée de semaines, nous témoignions de notre enthousiasme pour le projet du pauliste Caio Falcão. Vulgar, son deuxième album chez Selo Risco, nous offrait une randonnée dans les embranchements multiples des musiques nordestines. Le jeune homme, lourd d’un folklorique bagage musical, parvient à son rythme appliqué à faire embrasser ses fantômes tropicaux d’un autre siècle aux modes de son âge. Cet été, il offre à Section26 son ombre en héritage : à travers une mixtape, il remonte le fil de ses influences comme on va de Macapa à Itaituba. Avec Timbalada, Comadre Fulozinha et Gilberto Gil, on retrouve les amours premiers de l’axé et ses percussions sur lesquelles le garçon se montre incollable. Naturellement, le conte brésilien qu’il compose se termine par Caetano Veloso, figure tutélaire dont il est difficile de l’éloigner. Complétement lusophone et tutoyant le folklore de près, la petite dizaine de pistes laisse imaginer la solidité et la fertilité des racines sur lesquelles il pose sa pop. Un attachement aux A.O.C. musicales à qui coupe court aux atermoiements déracinés et mondialisés d’une pop en quête de streams.

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Caio Falcão, Vulgar (Selo Risco)

Caio FalcãoÀ cause des beaux jours qui se sont attardés en région parisienne, j’observe tous les disques qui m’accompagnent avec suspicion. Que deviendront-ils les jours de grisaille revenus ? S’il existe d’excellentes références que l’on ne saurait écouter un jour de canicule, – et inversement – lorsque je pense aux musiques qui me saisissent dans l’allégresse d’un air trop chaud, je suis le plus méfiant des auditeurs. Les beaux jours ne portent-t-ils pas la saison maudite de la pop ? Continuer la lecture de « Caio Falcão, Vulgar (Selo Risco) »

Catégories festivalsÉtiquettes , , , , ,

FAME 2019 : Where Are You João Gilberto? de Georges Gachot

João Gilberto
Where Are You João Gilberto? de Georges Gachot

FAME 2019
En partenariat avec le festival FAME

Pour le commun des mortels amateurs de musique, João Gilberto n’est plus de ce monde… Probablement a-t-il passé la guitare à gauche comme Jobim dans les années 80 ou 90, auréolé de la gloire dont on marbre les héros de musée. Et pour cause, on est presque sans nouvelle du guitariste et poète considéré comme l’inventeur de la bossa nova. Si l’auteur de certaines des plus belles (et fameuses) chansons d’amour de ce répertoire était encore vivant, il serait admiré, invité et triomphant. Forcément, il donnerait encore de par le monde des concerts de prestige, comme Chico Buarque ou Caetano Veloso. Et pourtant, il n’en est rien : en 2019, João Gilberto vit tel un fantôme, reclus depuis 30 ans dans une chambre d’hôtel de Rio d’où il s’évade en de très rares occasions. Même au Brésil, personne ne semble se soucier de lui. Comme il le chantait jadis sur Doralice, “je préfère vivre seul, au son plaintif  de ma guitare.”

Continuer la lecture de « FAME 2019 : Where Are You João Gilberto? de Georges Gachot »