Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , , ,

Cory Hanson, Pale Horse Rider (Drag City)

La dernière fois que le guitariste et chanteur de Wand nous avait impressionnés, c’était avec Laughing Matter (2019), un album dans lequel la formation californienne poursuivait sa recherche, entamée avec Plum (2017), d’un son plus progressif et expérimental. Certains titres les rapprochaient alors davantage de Beak> que de Ty Segall, auquel Wand, avec un début de carrière étiqueté “garage” et un label en partage (Drag City), était souvent assimilé au milieu de la décennie dernière. Pour son second essai en solitaire, Cory Hanson reste fidèle au label de son groupe, et dévoile une pochette drôlement proche de celle de Laughing Matter. Par chance, ce n’est pas tout ce que Pale Horse Rider emprunte à cet album paru trois ans plus tôt : on y retrouve la même élégance, le même souci du détail. Certains noms y reviennent aussi : celui de l’ingénieur du son Zac Hernandez, ou du musicien Robert Cody, qui en signent ensemble l’enregistrement.

Continuer la lecture de « Cory Hanson, Pale Horse Rider (Drag City) »

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , , , , , ,

The Byrds, Preflyte (1969, Together)

Artistiquement, Preflyte (1969) n’est certainement pas le disque le plus intéressant des Byrds mais il n’en constitue pas moins un témoignage fascinant sur l’un des groupes américains les plus importants des années soixante. En 1964, après un set au Troubadour, Gene Clark fait la rencontre de Jim (Roger) McGuinn. Tous les deux issus de la scène café folk californienne, les musiciens partagent un amour inconditionnel pour les Beatles. David Crosby rejoint à son tour le duo qui commence à répéter à trois, aux studios World Pacific, sous la houlette de Jim Dickson, devenu leur manager. The Jet-Set n’a alors pas encore de batteur ni de bassiste. Ils arrivent cependant à convaincre Elektra de publier un 45 tours sous le nom de The Beefeaters, mis en boite avec l’aide de musiciens de studio. Continuer la lecture de « The Byrds, Preflyte (1969, Together) »

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , , , , , , , , ,

V/A, Nuggets (Elektra, 1972)

Sous-titrée Original Artyfacts from the First Psychedelic Era 1965-1968, la compilation Nuggets fut, malgré un tirage modeste, une véritable révolution. Éditer de la musique publiée une demie-douzaine d’années plus tôt n’avait rien d’une évidence au début des années soixante-dix, âge d’or du rock. Le concept de réédition était alors nouveau et peu développé. Il existe cependant quelques précédents. Au milieu des années soixante, le disc-jockey de Pittsburgh, Mad Mike (à ne pas confondre avec celui de Detroit) édita la série Mad Mike Moldies, s’intéressant déjà à des morceaux passés inaperçus et plus tout à fait contemporains. En 1969, Preflyte documenta les débuts des Byrds, avant leur premier album. Continuer la lecture de « V/A, Nuggets (Elektra, 1972) »

Catégories classics, mardi oldieÉtiquettes , , , , , , , , ,

Crosby, Stills & Nash, Crosby, Stills & Nash (1969, Atlantic)

Crosby Stills & NashÀ n’en pas douter, le premier album du trio Crosby, Stills & Nash, sobrement intitulé Crosby, Stills & Nash (1969) figure dans de nombreuses discothèques de darons à travers le monde entier. Disque hippie par excellence, l’album est l’un de ces vinyles que tout le monde a sur ses étagères. S’il est devenu un point culminant de la culture classic rock, ce n’est pas uniquement parce qu’il est sorti à la bonne période. Crosby, Stills & Nash, hors contexte, reste un très grand disque, voire un chef d’œuvre. Continuer la lecture de « Crosby, Stills & Nash, Crosby, Stills & Nash (1969, Atlantic) »

Catégories billet d’humeurÉtiquettes , , , , , ,

Garage-rock : le genre majeur des groupes mineurs

Les années soixante furent ô combien prolifiques en termes de formations essentielles. Dylan, Beach Boys, Beatles, Byrds, Kinks, Who, Pink Floyd, Rolling Stones, en moins d’une décennie, inondèrent les ondes et s’imposèrent durablement dans le cœur des amateurs de musique pop.  À l’ombre de ces idoles jamais déboulonnées, en Amérique du Nord, une frange particulièrement concurrentielle se disputa de rares places au soleil des charts, à l’assaut du cœur de la jeunesse étasunienne. Continuer la lecture de « Garage-rock : le genre majeur des groupes mineurs »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

The Young Sinclairs, This is The Young Sinclairs (Ample Play / Modulor)

The Young Sinclairs est un des secrets les mieux gardés de la scène indépendante américaine. Leur nouvel album, This Is The Young Sinclairs est le premier à bénéficier d’une distribution française grâce à une signature sur l’excellent label Ample Play (Sudden Death Of Stars, Bed Rugs). Membre de la famille informelle The Magic Twig Community (Bleeding Rainbow, Eternal Summers), le groupe de Roanoke (Virginie) s’est fait le chantre d’un folk-rock élégant et gracieux depuis une dizaine d’années. 45 Tours après 45 Tours, Sam Lunsford, principal compositeur et initiateur du groupe, a perfectionné un son majestueux et cristallin qu’il déroule fièrement sur ces quinze compositions. La première face de l’album compile une sélection de titres édités en simples dans lesquels Dylan croise les Byrds. Gorgés de Rickenbacker 12 cordes, Problems, New Day et Turned Around font mieux qu’imiter les maîtres, ils les égalent. Chansons égarées dans une faille spatio-temporelle, entre 1966 à Los Angeles et 1987 à Glasgow, l’émotion et la sincérité qui les parcourent sont intemporelles. Dans le second acte, The Young Sinclairs, à la surprise générale, remisent les guitares, place aux pianos et orgues ! That’s All Right et Between The Summer And The Fall tiennent ainsi autant d’Otis Redding et Booker T Jones que du Zimmerman et McGuinn. Country et Soul s’unissent dans un slow langoureux culminant sur la sublime All Fallen Down. Lui succède une anodine I Could Die. Conclusion bien trop bruyante pour un disque si délicat et sensible.