Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , ,

The Boy With The Perpetual Nervousness, Dead Calm (Pretty Olivia Records)

The Boy With The Perpetual Nervousness Dead CalmParfois, l’évidence s’impose avec une clarté suffisamment éblouissante pour qu’il n’y ait plus d’autre choix que de la marteler au fil des lignes. On a déjà eu l’occasion, en ces pages, de célébrer le talent d’Andrew Taylor, l’un des tous meilleurs songwriters contemporains évoluant sur des terres où la concurrence est pourtant rude – l’Ecosse –  et qui n’a cessé, depuis une quinzaine d’années, d’aligner avec son groupe Dropkick des albums aussi précieux que méconnus. On en est intimement persuadé : serait-il précocement décédé dans des circonstances dramatiques ou doté d’un tempérament plus enclin aux addictions tapageuses que ses œuvres seraient déjà consacrées à titre posthume, dans des cercles où l’extase est trop souvent rétrospective et nécrophage. Trop discret pour échapper aux marges, trop normal pour nourrir la passion mortifère des cultes, cet artisan modeste persévère pourtant avec une admirable constance, indifférent à l’indifférence.

Continuer « The Boy With The Perpetual Nervousness, Dead Calm (Pretty Olivia Records) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Stephen Malkmus, Groove Denied (Matador)

Pochette de Groove Denied de Stephen MalkmusUne proposition musicale insensée. Un truc tellement fou que les grands pontes de Matador avaient jugé que le public n’était pas prêt pour ça. Ah ça, on nous en avait promis des choses de ce Groove Denied. Un album solo électronique de Stephen Malkmus. Mais derrière le charme de l’oxymore se cache finalement une piteuse collection de chansons usées où les moindres pas de côté, aussi hideux soient-ils, semblent être excusés invariablement par un bon vieux retour au bercail. Et plutôt qu’un équivalent au McCartney II, formidable disque mal foutu mais joueur, c’est plutôt face à un McCartney I que l’on se retrouve : le projet vaniteux et inutile d’un type se parlant tout seul pendant une demi-heure en étant persuadé que le monde y trouvera un intérêt. Continuer « Stephen Malkmus, Groove Denied (Matador) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , , , ,

Born Idiot, Coco Trip (autoproduit)

Le format EP a décidément la cote avec les groupes indés français. Tandis que nous évoquions ici même, récemment, Beach Youth ou Accident, Born Idiot propose à son tour un douze pouce dans ce format intermédiaire entre le simple et l’album. La raison n’est peut être pas tout à fait innocente, car l’EP a les faveurs de nombreux professionnels du milieu musical. Il constitue une carte de visite idéale pour un groupe. Moins complexe à digérer qu’un album pour prospecter, moins frustrant qu’un single, il offre la longueur idéale d’un échantillon à la fois suffisamment long pour donner envie sans pour autant tout dévoiler. Born Idiot n’a, en tout cas, pas ménagé ses efforts, offrant cinq chansons particulièrement réussies à travers ce Coco Trip.

Continuer « Born Idiot, Coco Trip (autoproduit) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , , , ,

Accident, Dernier Voyage (Little John)

Accident n’avait pas donné suite à son premier essai publié en 2010. Huit ans plus tard, les cousins Jérémy Monteiro et Laurent Maudoux lui assurent enfin une suite  à travers un Dernier Voyage. L’EP est publié par un nouveau label issu, comme quelques autres du terreau fertile de l’indépendance française, d’un très bon blog : Little John’s Pop Life.

Continuer « Accident, Dernier Voyage (Little John) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Irmão Victor, Irmão Victor (Pop Superette)

Irmão VictorIl aura donc fallu quelques mois avant d’oser traduire en paroles les sentiments de fascination et d’instabilité éprouvés à la découverte de ce premier album composé par le multi-instrumentiste brésilien Marco Benvegnù et publié dans nos contrées par l’entremise salutaire de Pierre Sojdrug, déjà aperçu dans les pages de Section 26. Comment rendre compte, en effet, de la profusion stylistique et de l’infinie liberté qui imprègnent cet Objet Musical Mal Identifiable sans les réduire à une liste de références académique et fastidieuse qui n’en restituerait que superficiellement la richesse ? Continuer « Irmão Victor, Irmão Victor (Pop Superette) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , ,

Thomas Pradier, Où cette histoire nous mènera (Lunadelia Records)

Où cette histoire nous mènera ? C’est la question que j’aurais dû poser à Thomas Pradier quand je l’ai croisé le mois dernier à Strasbourg, alors qu’il fumait tranquillement une cigarette après un concert où il œuvrait à la basse (une réédition de la fameuse Höfner Violin en bandoulière, les détails ont une importance) dans un backing band tranquille. Tout de vert vêtu, dans une belle veste aux motifs mexicains brodés, l’élégant jeune homme, mèche blonde et yeux bleu-clair, porte avec modestie une classe certaine, et parle de peu de mots, avec douceur. Continuer « Thomas Pradier, Où cette histoire nous mènera (Lunadelia Records) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Piroshka, Brickbat (Bella Union / PIAS)

Piroshka BrickbatJ’étais à peu près sûr de ne pas avoir jeté « jeté » ces premiers mails reçus le 18 septembre 2017, à une époque où j’avais la tête ailleurs. Je n’avais donc pas tout à fait réagi comme il se devait à la nouvelle – comme il se devait ? Faire des bonds de cabri dans le salon, ressortir tous les disques des personnes concernées (une vingtaine de disques au total), déboucher une bouteille de vin (Rioja, merci), passer une nuit blanche à tout réécouter et tirer quelques plans sur la comète. Pour résumer, depuis Londres, un ami un peu perdu de vu — mais beaucoup croisé dans les années 1990 – m’annonçait la naissance d’un nouveau projet avec sa compagne. Cette nouvelle, en fait, je l’attendais depuis plus de deux décennies. Continuer « Piroshka, Brickbat (Bella Union / PIAS) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , ,

Attic Lights, Love In The Time Of Shark Attacks (Elefant)

¡ Elefant 30 !

Attic Lights, Love In The Time Of Shark AttacksUne fois de plus, sans qu’on ne parvienne jamais à en percer les mystères, les flux musicaux transatlantiques semblent avoir miraculeusement franchi les océans pour resurgir, au mépris de toute cohérence géographique, au beau milieu des hautes terres écossaises. C’est en effet depuis une improbable enclave américaine édifiée en plein Glasgow qu’Attic Lights publie aujourd’hui son troisième album, le deuxième pour le compte du label espagnol Elefant – dont nous fêtons les 30 ans -, histoire de brouiller définitivement toute forme de cohérence spatio-temporelle.

Continuer « Attic Lights, Love In The Time Of Shark Attacks (Elefant) »