Catégories fanzines

Labels Pop Moderne

Petit historique des labels indépendants

Labels pop moderne par section26Édito

Quelques jours avant la première édition parisienne du Marché des Labels Indépendants en 2016, cinq ans après son modèle londonien, l’un d’entre nous, de passage dans le bureau français d’un des labels « indie » britanniques les plus importants, avait été ainsi invité à venir y faire un tour : « Passe nous voir dans le Marais si tu es là ce weekend, on sera sans doute tous seuls à attendre sur notre stand, il n’y aura probablement personne ». Le jour dit, contrairement aux prédictions les plus pessimistes, il y avait du monde, dont la plupart des futurs contributeurs de Section 26. Mais qu’est-ce que Section 26 d’ailleurs ? Un jeu de mots d’après le groupe anglais Section 25 pour qualifier les 26 pigistes qui ont choisi de quitter le magazine musical Magic pour écrire sur www.section-26.fr ou dans des suppléments comme celui-ci. Nos rêves pop modernes les plus fous ont été bercés par l’activisme des labels indépendants historiques, relayés par un Bernard Lenoir à la radio ou par un Jean-Daniel Beauvallet gardien du temple aux Inrockuptibles, tous les deux invités dans ces pages, avec comme premiers noms repérés Factory, Mute, Creation, Sub Pop ou bien Sarah, des sésames étrangers parfois mythifiés, souvent désormais disparus. Mais parmi les 60 labels, pour moitié étrangers pour moitié français, présents cette année à l’Espace des Blancs Manteaux nous avons retenu deux fois 2 + 6 labels sur lesquels il y avait matière à s’exprimer : 4AD, Domino, Full Time Hobby, Marathon, Mexican Summer, Rough Trade, Warp et Wiaiwya d’une part, Born Bad, Cracki, Croque Macadam, Her Majesty’s Ship, Microqlima, Midnight Special, Pan European et Requiem Pour Un Twister. Mais nous aurions aussi voulu écrire sur les absents Bella Union, Captured Tracks, Cherry Red, City Slang, Drag City, Heavenly, Matador, Secretly Canadian avec Jagjaguwar et Dead Oceans, Slumberland et Sub Pop témoin d’une autre époque, sans oublier plusieurs labels français de qualité. Une prochaine fois si possible, pour peu que cette édition confirme les espoirs initiés par les deux précédentes. De l’autre côté de la Manche, ce ne sont pas moins de 400 labels qui participent…

Nicolas Plommée

format A5 | 20 pages | Lire en ligneTélécharger le fichier à imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *