Catégories mixtapeÉtiquettes , , , , ,

I Like 2 Stay Home #7 : Gabi – Für immer

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.
Ce soir, hommage à la voix de DAF.

Gabi Delgado disparait à l’âge de 61 ans et n’arpentera plus les scènes auprès de Robert Görl, son partenaire au sein de Deutsche Amerikanische Freundschaft. Si Daniel Miller avait signé Gabi et Robert sur Mute en 1980 pour ce qui deviendra la première référence STUMM 1 de son balbutiant label, c’est la trilogie enregistrée par le génial Conny Plank entre 81 et 82 qui fera d’eux des pop stars, au grand dam de Miller, et portera les germes d’une certaine musique électronique européenne – un certain Martin Gore ne s’étant jamais vraiment remis de sa découverte des deux Allemands. Les albums successifs Alles Ist Gut, Gold Und Liebe et Für Immer répandent un parfum sulfureux sur les charts anglais ou en couverture du NME, avec les paroles ambigües de Gabi et les rythmes démoniaques de Robert, le sexe et les totalitarismes, l’hédonisme et l’urgence. Le duo iconique avait déjà tout dit et se sépare une première fois, avant un revirement disco bariolé au milieu des années 80 qui déroutera leurs fans les plus inconditionnels. Les incarnations méconnues de Gabi Delgado avec Saba Komossa sur son label Delkom accompagneront le mouvement techno au début des années 90, et les reformations successives de DAF ces vingt-cinq dernières années n’ajouteront rien à la gloire du duo, mais permettront aux plus jeunes d’assister à leurs performances physiques. La voix de DAF s’est tue, mais Section26 vous propose de découvrir une sélection des titres emblématiques de la discographie de Gabi Delgado, de DAF, bien entendu, à des projets plus confidentiels mais tout aussi précieux.

Continuer “I Like 2 Stay Home #7 : Gabi – Für immer”

Catégories mixtapeÉtiquettes , , ,

Mixtape Section26 #4 : Hypnolove

Depuis 20 ans, Hypnolove cultive les grands écarts. Dès leur premier maxi hors commerce playlisté par le producteur vedette Jacques Lu Cont sur son mix FabricLive 09, les têtes pensantes du trio formulent une pop vitalisante aux meilleurs extraits de leur discothèque personnelle. Une sorte de touche française ouverte au vent du large, qui sait donc trousser régulièrement des hits mineurs : Eurolove donc en 1996 déjà à Mademoiselle en 2005, Holiday Reverie en 2011 jusqu’à La Piscine en 2016. Continuer “Mixtape Section26 #4 : Hypnolove”

Catégories dossier, portfolioÉtiquettes , , ,

La dolce vita par David Rimokh

L’été italo

Ses instantanés d’un été en Italie ont illustré les articles de ce week-end dédié à l’Italo sur section26. Voici pour le clore, un portfolio par David Rimokh.

Continuer “La dolce vita par David Rimokh”

Catégories dossier, selectoramaÉtiquettes , , , , , , ,

Donald Pierre : Glace à l’italo

L’été italo

Donald Pierre
Donald Pierre

Le jeune Romain Guerret a vécu ses premiers émois dans les années 80, et l’italo disco l’a bouleversé. Le chanteur d’Aline, s’il s’est d’ailleurs par le passé rêvé crooner jetable et synthétique sur les deux albums de son projet solo Dondolo, a relancé sa carrière en marge des deux albums d’Aline et officie désormais sous le nom de Donald Pierre avec le tube (Elle Est Partie) Ma Panthère, passé beaucoup trop inaperçu en 2018. Depuis, cet infatigable jeune homme a bouclé l’album d’Alex Rossi, dont le single Tutto Va Bene Quando Facciamo L’amore avec Jo Wedin, a fondu tout l’été avant sa sortie prochaine. Il met une touche finale à la production du disque de mOnde, et retourne se consacrer à son prochain album personnel, mais a tout de même trouvé le temps de retourner dans son enfance pour partager ses vibrants souvenirs d’italo. Continuer “Donald Pierre : Glace à l’italo”

Catégories dossier, interviewÉtiquettes , , , , , , , ,

De la Hague à Rimini

L’été italo

La Dolce vita - Italie, 2019 / Photo : David Rimokh
La Dolce vita – Italie, 2019 / Photo : David Rimokh

Après plusieurs années au sommet des hit parades, l’italo disco a fait pschitt vers 1987 – 88, surpassée par l’indie rock, la techno et la house qui passionneront la décennie 90. Pourtant dans l’ombre, des collectionneurs ont continué à louer sa grandeur. C’est la ténacité d’aficionados hollandais ou australiens, véritables passeurs, qui va présenter ce genre, souvent raillé pour ses excès stylistiques à une nouvelle génération, aguerrie aux sonorités synthétiques et sans doute plus ouverte d’esprit. Depuis le début du siècle, des collectifs et des artistes ont ainsi rêvé l’âge d’or de l’italo disco et rejoué ses mélopées dansantes. Continuer “De la Hague à Rimini”

Catégories dossier, playlistÉtiquettes , , ,

Tutto va bene

La playlist Italo

Pour prolonger l’été et accompagner les témoignages et billets d’humeur de nos invités sur l’italo disco, plongeons-nous dans le bleu synthétique d’une pop sucrée aux refrains guimauve et aux rythmes dansants, qui a occupé les charts des années 80 et inspiré à de nombreux artistes des déviations électroniques plus contemporaines.

Catégories dossier, interviewÉtiquettes , , , , , ,

Génération italo

L’été italo

La Dolce vita - Italie, 2019 / Photo : David Rimokh
La Dolce vita – Italie, 2019 / Photo : David Rimokh

David Blot, Fabrizio Mammarella, Patrick Thevenin et Michel Amato aka The Hacker. Comme certains d’entre nous, ils ont grandi et fait leur éducation musicale en direct à la radio ou à la télévision d’alors, sur la RAI ou par le biais du Top 50 et son générique Dream, signé P. Lion. La petite musique synthétique qui triomphait alors dans les hit parades posait les fondations d’une révolution esthétique électronique plus underground. Nos témoins rembobinent leurs mémoires avec plaisir et nostalgie pour revivre cette fondatrice et première rencontre avec ce genre populaire, mais finalement plus avant-gardiste que les tubes de l’été qui en firent toute la renommée ne le laissaient transparaître, finissant par transfigurer les charts internationaux et préfigurant la musique électronique moderne : l’italo disco. Continuer “Génération italo”

Catégories selectoramaÉtiquettes , ,

Selectorama : Delodio

Delodio
Stéphane Bodin et François Marché

François Marché et Stéphane Bodin (plus connu sous le sobriquet de Fa Fane par les amateurs du Rochelle, le bar océanique et chic de la rue de la Folie Méricourt dans le onzième arrondissement de Paris) multiplient les collaborations depuis l’adolescence. Après avoir fondé Bosco à Niort, leur ville d’origine, on les retrouve désormais derrière le rock synthétique de Blackmail. Les deux compères s’emploient également depuis 2017 à publier l’œuvre expérimentale d’illustres inconnus sur le label Delodio. 1983-1985, la formidable compilation des travaux de la Confirmation (et son livret épatant écrit par Benoît Sabatier sur la jeunesse provinciale des années 80) inaugure la discographie du label, avant le maxi de FM (un projet en solitaire de François Marché), la seule atteinte à cet enthousiasmant travail d’archivistes iconoclastes, et l’incroyable découverte sur une brocante d’une cassette sans titre, Early Sampling Puzzle. A l’occasion de la sortie de Synthétiseurs, Samplers & Polarweiss de Patrick Michaud, François et Fa Fane concoctent une playlist forcément de travers de groupes fantastiques et méconnus d’une France pleine de folie. Continuer “Selectorama : Delodio”