Catégories première nécessitéÉtiquettes , , ,

Clique & Collecte chez Ground Zero à Paris

Un disquaire par jour propose ses 10 albums du moment.

Ground Zero, Paris
Ground Zero, Paris

Originaire de Perpignan, Franck Pompidor débarque à Paris pour travailler dans des labels au début des années 2000. Après plusieurs stages pour Tricatel et les défunts distributeurs Source ou Poplane, il se rend compte alors que de nombreux artistes et leurs disques ne se vendent plus vraiment nulle part. Il se lance alors au pire moment, comme il le décrit, en ouvrant Ground Zero en 2004, au 12, rue de Crussol, à quelques encablures du Bataclan et du Cirque d’Hiver. La boutique aimante les fans d’indie pop, qui fouillent les bacs du disquaire avant d’aller descendre des pintes au Pop In voisin. Franck tient alors la batterie du groupe garage Hushpuppies, et parvient à fédérer une communauté solide avec des évènements dans le magasin, qui se finissent plus tardivement dans le mythique bar de la rue Amelot (ndlr. Le Pop In, donc). On se souvient particulièrement d’un concert vraiment touchant de Jeffrey Lewis, mais d’autres artistes comme Julie Doiron, Troy Von Balthazar, et Herman Düne, viennent se produire au milieu des rayons, en plein jumelage antifolk avec les open mics du dimanche au Pop In et le festival Mofo à Mains d’Œuvres à Saint Ouen. En 2008, Ground Zero quitte le 11ème arrondissement pour agrandir son espace du côté de la charmante place Sainte Marthe, sous Belleville. Ground Zero étend alors son spectre aux musiques world ou électroniques, et devient l’un des fers de lance des premières éditions du Disquaire Day français, qui symbolise ce retour de flamme hexagonal du vinyle.

Ground Zero
Ground Zero, soleil dedans.

La boutique a les honneurs du JT, car Aurélie Filippetti, alors Ministre de la Culture, vient y peaufiner sa communication, en choisissant mollement un Lp des Pixies sous le feu des caméras. Dans cet engouement généralisé, la boutique se dédouble avec Nationale 7, un espace vintage qui conjugue une fantastique collection de disques introuvables à une moderne sélection de meubles chinés par un expert.
La collaboration dure un temps, et permet à Franck de développer une activité de revendeur hi-fi et de créer et commercialiser plusieurs meubles pour ranger disques, platine et amplificateur. L’activité se recentre autour du vinyle, neuf ou occasion, et de la hi-fi, dans la seule boutique au 114, rue du faubourg Poissonnière, avec l’arrivée d’Alban Lecourt comme co-gérant. Les bonnes habitudes ne se perdant guère, les compères poussent les meubles pour accueillir des showcases très courus, où l’audience déborde régulièrement sur le trottoir face à la vitrine. Les amis Zombie Zombie, Tristesse Contemporaine ou Alex Rossi, pour n’en citer que quelques-uns, y présenteront leurs dernières créations, tout comme les Lemon Twigs, This Is The Kit, Alex Cameron ou Thousand, pour des mini concerts de proximité. C’est Flavien Berger, qui déclenchera sans doute le plus bel happening, embarquant les spectateurs loin dans la rue du faubourg Poissonnière. Ces derniers temps, Ground Zero résiste pour le plus grand plaisir de ses habitués, et propose un retrait en boutique de 10 à 13h du lundi au vendredi et de 13 à 16h le samedi, et sur rendez-vous l’après-midi. Le site internet présente l’état exact des stocks, ce qui permet aux acheteurs d’obtenir leur commande sans délai. La livraison est gratuite sur Paris, dans la journée ou le jour d’après, ce qui fait dire à Franck en riant qu’ils sont plus rapides qu’A****n !

Ground Zero, 114 rue du faubourg Poissonnière, Paris 10ème. Et aussi sur leur site, ou leur page facebook et instagram.
Tous les articles de la série Première Nécessité (un disquaire par jour) sont visibles ici.

La sélection de 10 disques de Franck Pompidor et Alban Lecourt (Ground Zero, Paris)

01. Squid, Sludge/Broadcaster (Warp, 2020)

Squid viennent de Brighton et sont signés sur Warp et nous n’en pouvons plus d’attendre le premier album ! En attendant, voici le dernier maxi, une bombe entre les Talking Heads et LCD Soundsystem.

02. Midlife, Automatic (Heavenly, 2020)

Mélange de disco-jazz-psych kraut pour ce deuxième album des Australiens Mildlife.

03. Thousand, Au Paradis (Talitres Records, 2020)

Signé sur le très bon label bordelais Talitres, Thousand est tout simplement ce qu’il se fait de mieux actuellement en pop française.

04. Steve Hiett, Down On The Road By The Beach (Efficient Space / Be With Records)

Avant tout connu comme photographe de mode, Steve Hiett a sorti ce disque en 1983, une sorte de slide guitare ambient réverbéré à souhait.

05. Greg Foat, Symphonie Pacifique (Strut Records, 2020)

Greg Foat est un représentant du jazz anglais à la sauce musique de film. De belles orchestrations et du groove, comme sur Yonaguni.

06. Fontaines D.C., A Hero’s Death (Partisan Records, 2020)

C’est le deuxième album du groupe irlandais dont on entend le plus parler en ce moment. Et il est encore meilleur que le premier !

07. The Stroopies, Look Alive (Tough Love Records, 2020)

Le deuxième album des Stroppies s’inscrit entièrement dans une parfaite tradition indie pop Click & Fresh.

08. Lee Moses, How Much Longer Must I Wait? Singles & Rarities 1965-1972 (Future Days Recordings, 2019)

Magnifique compilation de la légende soul Lee Moses. Inclus le meilleur morceau du monde, Bad Girl.

09. Demon Fuzz, Afreaka! (Sanctuary Records, 2020 / réédition de 1970)

Sorti en 1970, Demon Fuzz est le premier album du groupe anglais Demon Fuzz. Une tuerie afro jazz funk.

10. Dômo Kômo, Bugs

Groupe pop garage franco-anglais d’un des membres d’Os Noctambulos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *