Catégories festivalsÉtiquettes , , , , , ,

FAME 2021 : “In a Silent Way” de Gwenaël Breës

Dans la sélection en ligne du festival, un documentaire évoquant Mark Hollis après Talk Talk.

"In A Silent Way" de Gwenaël Breës
“In A Silent Way” de Gwenaël Breës

Lorsque Gwenaël Breës s’est lancé dans la production de ce superbe In a Silent Way, Mark Hollis était encore vivant. À l’époque, le documentariste belge avait pour projet d’explorer la genèse de Spirit of Eden, album génial et grand virage artistique de 1988 qui avait précipité l’œuvre de Talk Talk dans une mue aussi spectaculaire que problématique, commercialement parlant. Continuer la lecture de « FAME 2021 : “In a Silent Way” de Gwenaël Breës »

Catégories selectoramaÉtiquettes , ,

Selectorama : The Shifters

The Shifters
The Shifters en 2018

Depuis la sortie en 2018 de leur très réussi dernier album Have a Cunning Plan, le groupe australien n’a pas chômé. En 2019, après un split single avec Parsnip chez le grenoblois Future Folklore qui avaient également ressorti leur tout premier disque, les Shifters avaient participé à la compil-hommage à David Berman des Silver Jews mise en place par Section 26, nous livrant une reprise très habitée de We Could Be Looking for the Same Thing. On a aussi par la suite pu se réjouir de la sortie d’un Live in Gaul, enregistré lors de leur tournée française ainsi que d’une compilation de raretés intitulée Open Vault. Mais c’est surtout leur excellent titre Left Bereft (signé chez Captured Tracks) salué par plusieurs rédacteurs de Section 26 comme l’un des meilleurs singles de 2020, qui a montré que leur inspiration était toujours intacte et le groupe prometteur. Miles Jensen, guitariste et chanteur du groupe nous a fait le plaisir d’établir une playlist des dix titres qui on sculpté sa sensibilité musicale. Continuer la lecture de « Selectorama : The Shifters »

Catégories hommageÉtiquettes , , , ,

Françoise für immer

Françoise Cactus / Stereo Total
Françoise Cactus / Stereo Total

On était très fiers, il y a deux ans, de proposer ce qui restera certainement la mixtape la plus dingue de notre collection, où nous demandons à des artistes de nous donner la clé de leur jardin secret. Stereo Total, ou un amour inconditionnel pour leur pop franco-allemande lofi, électro et punk, leur esprit barré et leur folie constante. Je ne sais pas si la disparition de quelqu’un pouvait me faire plus de peine que celle de Françoise Cactus. Elle était la bonne copine cinglée qui joue de la batterie et braille au micro d’un groupe rock de proximité, dans le sens de la petite formation punk qui vieillit bien, celle qu’on aime retrouver en concert dans de petits endroits improbables tous les deux-trois ans. Celle qui, comme une amitié de lycée indéfectible, ne s’arrête jamais. Il nous reste désormais leurs disques, témoignage indispensable d’une légèreté débridée qu’on ne connaitra peut-être plus comme avant, et cette mixtape en deux faces façon cassette oldschool, où Françoise herself joue au MC en introduisant chaque morceau d’une anecdote forcément piquante. Auf wiedersehen, mademoiselle Cactus, ich liebe dich.


Continuer la lecture de « Françoise für immer »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Gisèle Pape, Caillou (Finalistes)

Gisèle PapeC’est la lumière qui éblouit d’abord, un Soleil Blanc qui emplit tout l’espace et s’étire entre l’oreille et le monde. C’est la lumière d’un petit matin clair, le silence posé sur un bord de route où Gisèle Pape amasse des cailloux qu’elle sème, comme une petite Poucette, pour retrouver son chemin, ou plutôt ce qu’elle nomme dans le titre qui ouvre l’album, Le Chant des Pistes. Partout la terre qui se frotte à l’humanité, la terre malmenée par les hommes et les rêves qu’on piétine, des sujets empreints de gravité et traités avec une légèreté qui n’est qu’apparente, car tout est noir dès qu’on éteint la lumière. Continuer la lecture de « Gisèle Pape, Caillou (Finalistes) »

Catégories classics, mardi oldieÉtiquettes , , , , , , ,

Tangerine Dream, Phaedra (1974, Virgin)

La musique cosmique fit les beaux jours de l’Allemagne de l’Ouest dans les années soixante-dix. Deux épicentres placèrent alors le pays d’Europe continentale sur la carte mondiale des musiques actuelles : l’axe Cologne-Düsseldorf (les deux villes sont séparées par un pont) et Berlin. Du premier ensemble émergea Kraftwerk, Can ou Neu!. De son côté, la future capitale du pays fut le théâtre des expérimentations de Klaus Schulze, Manuel Göttsching , Ash Ra Tempel et bien sûr Tangerine Dream. Les deux scènes furent régies par les mêmes interrogations.

Continuer la lecture de « Tangerine Dream, Phaedra (1974, Virgin) »

Catégories À écouterÉtiquettes , ,

Effort solo, intention collective (Arvo Disques)

Arvo veut dire après-midi en argot australien, ce moment où les concerts sauvages fleurissent dans les jardins et les lieux squattés en extérieur à la belle saison. Tout le contraire de la désolation actuelle, où l’on tuerait presque pour entendre un larsen de guitare sur scène. Chez ce label nouveau-né qui prépare quelques sorties cassettes à suivre, on essuie les plâtres avec une compilation dans l’air du temps. Ouverte sur la solidarité au pire moment du désarroi de la crise sanitaire, comme l’ont voulu les deux têtes chercheuses du label. Continuer la lecture de « Effort solo, intention collective (Arvo Disques) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

City Band, s/t (Bruit Direct)

City Band Bruit DirectÀ 17 ans, on n’aurait jamais eu l’idée de chanter en français.

En revanche à 17 ans (en 1989 donc), on tentait bien de jouer dans un groupe dont les influences se rapprochaient dangereusement de celles de City Band en 2021, le disque est sorti à la fin de l’année, ce n’est pas une raison pour le passer sous silence. 

On entend donc toutes nos mauvaises fortunes adolescentes dans un disque d’aujourd’hui et franchement, ça fout les boules. En bien.

Ils sont tous là : le Velvet, les Feelies, Felt, The Bats, East Village, The Go-Betweens, la belle affaire, la belle équipe.  Continuer la lecture de « City Band, s/t (Bruit Direct) »

Catégories interview, sunday archiveÉtiquettes , , , ,

The Notwist : “Accentuer les ruptures de style, les collisions entre les références” (2014)

The Notwist
The Notwist

Sept ans après Close To The Glass évoqué dans cette interview que nous avons choisi de vous proposer, The Notwist vient tout juste d’opérer un retour inespéré et particulièrement réussi avec son nouvel album, Vertigo Days. Un disque riche et intense, émaillé de nombreux guests (Juana Molina, Saya Ueno des Tenniscoats, Ben LaMar Gay et Angel Bat Dawid). Entre psyché, kraut et expérimental, Markus Acher évoquait déjà auprès de Matthieu Grunfeld les chemins inattendus empruntés par le groupe.

Il faudra bien s’y faire. En dépit de toutes les  impatiences, attisées au passage par la luxueuse réédition du chef d’œuvre Neon Golden (2002), le quatuor allemand ne consent à sortir de son silence et de son antre bavaroise de Weilheim qu’au seul rythme imposé par les méandres de son inspiration. 6 ans déjà après la publication de The Devil, You + Me (2008), imprégné par d’ambitieux arrangements orchestraux venus se mêler aux scansions électroniques et aux structures organiques de morceaux, les frères Acher et Martin Gretschmann consentent enfin à nous faire partager le résultat de cette nouvelle séquence prolongée de délibérations expérimentales et de composition collective. Continuer la lecture de « The Notwist : “Accentuer les ruptures de style, les collisions entre les références” (2014) »