Catégories sunday archiveÉtiquettes , ,

Dieu Sauvage

Il y a 20 ans, Nick Cave nous parlait de son nouveau double LP, récemment enregistré à Paris.

Nick Cave / Photo : DR
Nick Cave / Photo : DR

Alors qu’avec ses Bad Seeds, Nick Cave – que la vie n’a pas épargné ces dernières années –, s’apprête à sortir un nouvel album intitulé Wild God et annonce un concert à… l’Accor Arena le 17 novembre, retour sur la rencontre avec l’icône australienne qui accompagna la sortie du double album Abattoir Blues / The Lyre Of Orpheus. C’était il y a tout juste vingt ans. Et il s’est passé à peu près ça.

Détendu, souriant, drôle : ce n’est certes pas l’image traditionnelle que l’on se fait de Nick Cave, en particulier lors d’une journée promotionnelle. Pourtant, tel est l’Australien nouveau, visiblement très fier de ses deux nouveaux disques, Abattoir Blues et The Lyre Of Orpheus. Et il a de quoi. Ténébreux, vénéneux, dense et lumineux, en équilibre parfait entre apaisement et foisonnement, ce vrai-faux double album est sans doute l’œuvre la plus aboutie que l’homme ait jamais enregistré avec ses Bad Seeds. Il en explique ici le pourquoi du comment. Continuer la lecture de « Dieu Sauvage »

Catégories interviewÉtiquettes , , ,

Jessica Pratt : « Je vis rarement dans le moment présent. »

Jessica Pratt / Photo : Samuel Hess
Jessica Pratt / Photo : Samuel Hess

Certaines personnes semblent atterries d’un autre espace-temps. Jessica Pratt, avec sa silhouette sombre et son visage baigné de lumière, comme échappée d’un tableau en clair-obscur, est de celles-ci. Ce n’est pas que dans son apparence, mais aussi dans la sérénité qu’elle dégage, dans la lenteur de ses mouvements. Alors quand elle évoque son coup de cœur pour Anatomie d’une chute, on est un peu décontenancés : on vit bien sur la même planète, on va au cinéma voir les mêmes films et on n’en peut plus de cette pluie qui ne s’arrête pas. C’est quand elle nous parle de sa tendance à la discrétion, à percevoir des fantômes et à vivre soit dans le passé, soit dans le futur, que l’on replonge dans l’image que l’on se fait d’elle depuis douze ans maintenant : une artiste mystérieuse si ce n’est mystique, abreuvée de folk et de rock sixties, révélée au sein de la scène freak-folk de San Francisco grâce notamment à Tim Presley et son label Birth Records, le premier à l’avoir accueillie. Jessica Pratt dévoilait hier un sublime quatrième album, Here in the Pitch, sur lequel rôdent les spectres de Burt Bacharach et Scott Walker ; rien de baroque toutefois, juste l’essentiel : des mélodies et de la mélancolie.

Continuer la lecture de « Jessica Pratt : « Je vis rarement dans le moment présent. » »

Catégories selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama : Corridor

Corridor
Corridor / Photo : DR

Le temps passe si vite, semble nous dire Jonathan Robert et les musiciens du groupe montréalais Corridor Dominic Berthiaume, Julian Perreault, Julien Bakvis, et leur complice de concerts Samuel Gougoux. Mourir Demain, premier single de ce quatrième album n’est pourtant pas une complainte pessimiste mais un morceau lumineux, une ode à un passage serein. Le temps passe, certes, « on vieillit, on fonde une famille, on ralentit les choses… » nous disent-ils. Mimi est un disque au spectre musical plus ouvert, qui s’émancipe de leurs débuts post punk pour explorer des terres plus mélodiques, comme si on ouvrait les fenêtres sur la nature après un temps enfermé chez soi. Avec une poésie psyché plus contemplative et assagie, Corridor s’inscrit une fois encore parmi ceux que l’on aime voir grandir. Pour célébrer la sortie de cet album à tête de chat, second du groupe signé sur l’étasunien Sub Pop (après un LP paru par chez nous), voici dix morceaux choisis avec cœur par Dominic Berthiaume. Continuer la lecture de « Selectorama : Corridor »

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Les portraits sepia de John Canning Yates

John Canning Yates
John Canning Yates / Photo : DR

En 2004, John Canning Yates embarquait ses Ella Guru dans ses obsessions musicales avec The First Album. Publié chez Banana Recordings (où l’on a aussi pu écouter Art Brut), l’album empruntait des chemins balisés par la lumière qui émanent des disques de Low et de Lambchop. Il y a vingt ans, Liverpool écoutait Magic and Medicine des Coral, Manchester attendait un nouveau miracle dans la boutique Oasis et Sheffield ne s’était pas remise de la tornade Pulp. Ella Guru a publié un disque et est reparti discrètement. Depuis ? Silence radio. Violette Records (responsables de disques notables signés Michael Head, Studio Electrophonique ou The Reed Conservation Society), qui fait fi de la mode des radios FM, a écouté son instinct et permet aujourd’hui à John Canning Yates de faire son retour. Et quel retour. Continuer la lecture de « Les portraits sepia de John Canning Yates »

Catégories chronique réédition, mardi oldieÉtiquettes , , , , ,

Nico, The Marble Index (Elektra, 1968)

Nico, The Marble IndexC’est un calvaire, un Golgotha, un disque qu’il vaut mieux avoir sur la table qu’à l’esprit. Ce qu’un John Cale coupable en sourdine mais à peine, avait pris comme justificatif d’une déroute marchande annoncée.

« The Marble Index is an artefact, not a commodity.
You Can’t Sell Suicide. »

Cette image quand même, grand résumé parfait et moqueur de cette adolescence, la nôtre en adoration devant la figure d’un suicidé et la lente, patiente, archéologie de fait qui telle une enquête fantastique de Lovecraft nous ferait tracer les lignes de la connaissance rétrospective entre les Doors, l’incalculable Velvet Underground, et les inestimables Kraftwerk,  puis Can, trois groupes qui ont eu beaucoup de mal à descendre de l’ignoble piédestal où nous les avons placés pour l’éternité au nom de notre idolâtrie puérile mais toujours vivace pour Joy Division.

Continuer la lecture de « Nico, The Marble Index (Elektra, 1968) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Françoiz Breut, Vif ! (62 Records / PIAS)

Dans un univers fait de mille éclats et oscillant entre urbanisme bitumé et terres fertiles, Françoiz Breut déplie depuis vingt-sept ans son leporello poétique teinté de surréalisme et de ligne claire, que du très normal pour cette Bruxelloise d’adoption sans doute branchée depuis toujours sur le circuit alternatif de l’entre deux.

Son huitième album Vif !, sorti le 19 avril, convoque à la fois Desnos, Queneau ou Pérec pour les paroles et des univers sonores pop aux demi-teintes psychédéliques. Après avoir arpenté le bitume dans l’album précédent, Flux-Flou de la Foule, sorti en 2021 (PIAS), Françoiz change de décor et prend sa loupe d’entomologiste pour explorer librement une autre forme de vie. Continuer la lecture de « Françoiz Breut, Vif ! (62 Records / PIAS) »

Catégories playlistÉtiquettes , ,

LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS D’AVRIL 2024

Visuel : Pauline Nunez
Visuel : Pauline Nunez

C’est déjà notre cinquantième playlist de nouveautés du mois, comme le signalait très justement Coralie Gardet, instigatrice de l’ombre de cette sélection collégiale, imaginée par une bonne partie des contributeurs à Section26. Parmi ces 35 titres, au moins 10 morceaux en français dont 5 qui parlent du temps qu’il fait, à croire que ça nous tracasse… Avant les grandes chaleurs, voici notre récolte printanière, toujours à la croisée des chemins entre pop, indé, post-punk. Ecoutez-là avec la même passion qui nous a guidée à la composer.

Écoutez cette playlist sur votre plateforme favorite : YouTube, Deezer ou Spotify.
NDLR : Les playlists réalisées sur certaines plateformes ci-dessus ne comportent pas l’intégralité des titres de cette sélection commentée ci-dessous.

Continuer la lecture de « LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS D’AVRIL 2024 »

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , ,

Selectorama : Dog Park

Dog Park / Photo : Clara de Latour
Dog Park / Photo : Clara de Latour

Plus d’un an que nous l’attendions, le premier album de Dog Park. Suite aux singles Sunny Decadence et Rewind, le quatuor parisien avait très vite enchaîné les belles dates en 2023 : la Boule Noire ou l’Auditorium de la Fondation Louis Vuitton à Paris, ainsi que plusieurs festivals estivaux en régions. Festina Lente est arrivé ce vendredi, porté par le label Géographie (Good Morning TV, Marble Arch…), comme un parfait préambule à un printemps qui, comme « festina lente » l’indique en latin, se hâte lentement. Dix chansons pop lumineuses aux mélodies entêtantes, au fil desquelles les quatre amis s’échangent les instruments et les micros, imprégnant chaque titre de leurs influences propres. Celles-ci se reflètent dans la sélection à suivre, puisqu’on y perçoit l’appétence d’Erica – par ailleurs moitié du duo Special Friend et aux voix chez eGGs– pour le rock alternatif américain des années 1990, celle d’Isabella pour les timbres veloutés aux accents jazz, la passion de Jean pour la pop à guitares ou la nostalgie poignante de Sarah ; autant de particularités coexistant dans un album néanmoins si fluide et harmonieux.

Continuer la lecture de « Selectorama : Dog Park »