Catégories avant-premièreÉtiquettes , , ,

Avant-première : « Diurne » de Selen Peacock en vidéo !

« Présentement, les fables tiennent la route »

L’un des plus étranges groupes du catalogue du label Another Record, Selen Peacock revient en vidéo sur un des titres de son album Horizon fondu paru au printemps de cette année. Selen PeacockLeur musique qui s’écoule tranquillement entre liberté formelle et pistes diaboliquement entêtantes s’échapperait d’une faille spatio-temporelle, qu’on n’en serait point étonnés. Peut-être d’une époque où les gens du jazz s’amourachaient de variété, où les compositeurs pour le cinéma revendiquaient des textures impures, pour emmener les auditeurs dans un voyage enfumé, sans retour. Le film d’Hugo Massa reprend ce motif de la pérégrination en pays lointains, en camion ou en Méhari orange, dans un montage de films Super 8 qui entoure Diurne d’un bel écho d’images lumineuses desquelles se dégage une langueur mélancolique. Le goût du soleil de l’ailleurs. Continuer la lecture de « Avant-première : « Diurne » de Selen Peacock en vidéo ! »

Catégories avant-premièreÉtiquettes , ,

Avant-première : Postillons* de Clara Le Meur en vidéo !

Clara Le Meur aime les fins d’année : alors qu’on avait remarqué sa cassette Hier à la plage sortie en catimini fin décembre de l’année dernière, la voilà qui ressurgit du diable vauvert (plus précisément du Mexique où elle s’est établie pour une résidence) avec une vidéo de sa chanson parfaite Postillons*, tirée de cette même cassette. On a vu dans cette pop une image un peu grise fluo, comme le tableau précis d’une errance dans l’univers synthétique des jeunes générations,  balayées par le blues confinement, COVID, climat, tout ça. La vidéo donne le parfait contrepoint à cette musique de chambre (dans sa littéralité) en s’offrant un bon bol d’air. Comme celui que prennent les deux héroïnes de la vidéo en balade en forêt. Tiens, ça donne envie de poser son clavier et d’aller faire un petit tour dans les Vosges… Fin d’année en fanfare, car Clara revient aussi avec une compilation à rallonge où elle a invité la fine fleur des nuages numériques à réinterpréter les merveilleuses chansons de sa cassette !

Catégories avant-première, borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Phil & The Tiles : un 4 titres percutant issu de la banlieue de Melbourne

Anti Fade, label de Geelong géré d’une main de maître par Billy Gardner (Ausmuteants, The Living Eyes, Smarts…), et défricheur de ce qui peut se faire de mieux en terres Australes, nous propose la première sortie sous forme de 45 tours de Phil & The Tiles, jeune formation de Moorabbin dans la banlieue de Melbourne. En dix minutes montre en main, un percutant mélange entre urgence et mélancolie, punk débraillé et mélodie, dans lequel le groupe nous parle de peines amicales et de vie asservie par le travail en usine.

Continuer la lecture de « Phil & The Tiles : un 4 titres percutant issu de la banlieue de Melbourne »

Catégories avant-première, borne d'écouteÉtiquettes , , , , ,

EggS, héros à domicile

Quelques jours avant l’arrivée de leur premier album des franciliens, un nouveau clip fait maison avec amour.

eggs / Photo : Jules Vandale
eggs / Photo : Jules Vandale

I read about your band, you don’t mention my name
I guess you said the truth Facebook is a grave
I saw you play tonight one more local show
Be sure I’ll be there dancing by the stage

Après lecture du premier couplet de Local Hero, je suis un tantinet partagé sur ce que le deuxième single de EggS tente de nous raconter. Est-ce un tacle visant ces “groupes qui se la jouent grosses rocks stars mais qui peinent à remplir une cave avec une jauge de cinquante personnes”, avec supplément mauvaise foi de l’individu visé par ce “I read about your band, you don’t mention my name” un poil désabusé ? Ou est-ce au contraire un hommage à ces “héros locaux”, ceux qui font battre le cœur des tiers-lieux qu’on affectionne tant malgré un son poussiéreux comme une Rickenbacker trouvée dans un grenier ? A en croire Charles Joujoujag, le principal intéressé : “C’est un peu ces deux choses à la fois, et c’est peut-être aussi un des morceaux les plus autobiographiques du disque. Une forme de catharsis tout en restant super accrocheur. Puis on a tous des local heroes. Nick Wheeldon à Paris, la bande de Moleskine à Nantes…


Continuer la lecture de « EggS, héros à domicile »

Catégories avant-première, borne d'écouteÉtiquettes , , , ,

Avant-première : « L’amour aux mille parfums » de Mim (avec Charlène Darling)

Mim et Charlene Darling
Mim et Charlene Darling

Second épisode des aventures de Charlene Darling et Mim après le très beau Saint Guidon, paru il y trois ans et dans lequel le garçon avait joué un grand rôle (« réalisation ») : c’est au tour de ce dernier de signer un album sur le même label, a1000p. L’aspect éthéré et vénéneux du premier essai laisse place à un univers plus minéral, plus bizarre aussi. Si Charlene Darling s’amusait à faire un album pop, du moins s’en approcher, Mim, lui déjoue : liberté dans les chants qui semblent improvisés dans l’instant, frontalité du vocabulaire (« C’est à fond que je t’aime ») et diversité des thèmes abordés. Mais on ne perd rien au change : des petits miracles se passent dans les petites constructions qui font fi des règles habituelles du son. Continuer la lecture de « Avant-première : « L’amour aux mille parfums » de Mim (avec Charlène Darling) »

Catégories avant-première, borne d'écouteÉtiquettes , , ,

« Je suis à découvert », extrait du nouvel album de Primevère, en duo avec Françoiz Breut

La dernière fois qu’on a croisé Françoiz Breut sur scène, c’était au printemps à Colmar et à Metz pour Aucunes funérailles à l’horizon, soirées consacrées au label Lithium. Elle s’était illustrée en croisant le fer avec Calvin Keller, du groupe Sinaïve, pour un duo de toute beauté plein de symboles : reprenant à deux voix et guitare électrique L’écho de Dominique A, Françoiz avait porté très haut l’émotion du public présent. C’est à nouveau en très bonne compagnie qu’on la retrouve cet automne, avec un autre garçon talentueux, Romain, qui sous le nom de Primevère s’avance avec un bel album à venir, illuminé par des chansons hypnotiques, obsédantes, qui tournoient ou par des ballades toutes en douceur. En exclusivité, le duo Primevère / Françoiz Breut donc, chanson squelettique dans le cadre duquel excelle cette dernière, agile comme une gazelle sur des terres arides. Continuer la lecture de « « Je suis à découvert », extrait du nouvel album de Primevère, en duo avec Françoiz Breut »

Catégories avant-première, borne d'écouteÉtiquettes , , , , ,

Le nouveau 4 titres de Sinaïve en écoute exclusive

Septembre 2021. Pour mes premiers concerts “officiels” après deux ans de coupure sanitaire, je ramène ma ganache au Pop-Up du Label, à deux pas de Bastille. Je ne me souviens pas avoir passé un portail d’instance à la World Of Warcraft ou être monté dans une DeLorean DMC-12, mais j’ai pourtant été téléporté quelque part dans un squat Londonien en 1987. C’est l’impression dégagée lorsque ce trésor trop bien caché qu’est Sinaïve s’est pointé sur cette petite scène, théâtre d’un mysticisme dont eux seuls ont le secret. Deux jours plus tard, c’est à l’International que je tends l’autre joue, une nouvelle claque sonore m’envoyant au Septième Ciel. Un Septième Ciel dont Super 45T doit sûrement être la bande-sonore. Continuer la lecture de « Le nouveau 4 titres de Sinaïve en écoute exclusive »

Catégories avant-première, borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Baston porte toujours bien son nom

Baston
Baston

Dire que les gaziers de Baston sont peu portés sur la communication est un doux euphémisme – ils le reconnaissent eux-mêmes : « Stratégie de comm’ : faire les morts pendant 3 ans – sortir un disque – faire les morts pendant 3 ans – sortir un disque – ad lib ». Donc, après le EP Gesture en 2015, l’album Primates en 2019, on attendait impatiemment la suite logique, et la voilà avec La Martyre, un huit titres impeccable qui sort le 13 mai chez Howlin’ Banana – un bien cool label a d’ailleurs dignement fêté ses 10 ans le week-end dernier au Point Éphémère à Paris. Continuer la lecture de « Baston porte toujours bien son nom »