Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , ,

Star Feminine Band, s/t (Born Bad)

star feminine band“La musique, c’est notre affaire, la musique, c’est notre boulot”

Ce ne sera pas manquer de respect à ce collectif de jeunes femmes du Bénin que de laisser à d’autres, beaucoup plus savants et éclairés, le soin de développer l’histoire précise et le contexte géographique et culturel de la création de ce disque. Je pense notamment au brillant texte de Jacques Denis pour le site Pan African Music, agrémenté d’un entretien approfondi avec André Balaguemon, professeur et ange gardien de tout ce petit monde. Le Star Feminine Band est le fruit d’un accompagnement dans le cadre d’une école de musique, dans le village de Natitingou au nord du pays. Dans un carcan socio pédagogique qui pourrait se révéler étouffant, elles ont généré une musique d’une liberté et d’une simplicité qui donne le sourire, tout en véhiculant une énergie juvénile, comme un bain de jouvence. Continuer la lecture de « Star Feminine Band, s/t (Born Bad) »

Catégories première nécessitéÉtiquettes , , ,

Clique & Collecte chez Vicious Circle à Toulouse

Un disquaire par jour propose ses 10 albums du moment.

Vicious Circle, Toulouse.
Vicious Circle, Toulouse.

Créé en 1993 par les fondateurs du fanzine Abus Dangereux, le label bordelais Vicious Circle, fort de plus de 150 références, s’est toujours distingué par des choix éclectiques et excitants. De Shannon Wright (Atlanta), exceptionnelle songwriter réputée pour ses albums et performances live riches en émotions aux telluriques BellRays (Los Angeles) ; du hip-hop délirant des Puppetmastaz (Berlin) aux ambiances noires et langoureuses d’Elysian Fields (Brooklyn) aux chansons mélodramatiques et modernes de Mansfield.TYA (Paris). Mais aussi les cultes Chokebore et leur génie de leader Troy Von Balthazar. Sans oublier beaucoup d’autres. En 1997, l’équipe du Label Vicious Circle décide de se lancer dans l’aventure de la boutique de disques, et vingt-trois ans plus tard, la boutique a déménagé et s’est agrandie, ainsi que l’équipe. Gregoire, Xavier et Eric accueillent désormais en plein centre ville, à deux pas de la place du Capitole. Si le rock a toujours été l’ADN principale de Vicious Circle, on trouve aujourd’hui un vaste choix en magasin, allant de la pop au hardcore, de la folk au hip-hop en passant par la soul et l’electro. Dua Lipa côtoie Fat Mike, Kendrick Lamar discute avec les Oh Sees.

Vicious Circle, 56 de la rue Léon Gambetta à Toulouse est joignable via son site et assure des heures de retrait du Mardi au Vendredi de 17 à 18h et le Samedi de 16h à 18h. Un service de livraison à vélo (dans un périmètre délimité) est aussi à disposition. Et aussi, par téléphone 05 61 23 82 83, par email à shop@viciouscircle.fr ou sur leur Discogs.
Tous les articles de la série Première Nécessité (un disquaire par jour) sont visibles ici.

Continuer la lecture de « Clique & Collecte chez Vicious Circle à Toulouse »

Catégories chronique réédition, mardi oldieÉtiquettes , , ,

Tenniscoats, Music Exists Box (Alien Transistor)

Music Exists. Comme si ça pouvait être si simple. Comme si la vérité pouvait s’imposer, tout bonnement, avec la crudité sereine et inaltérable de l’évidence. C’est rare, mais cela arrive encore, pourtant. Quand une œuvre transperce les masses inertes et pesantes du quotidien et parvient à les dissiper immédiatement, sans réserve, sans nuance, sans l’ombre d’un « c’est un peu plus compliqué que ça ». Cette musique existe donc. Je l’ignorai encore il y a quelques semaines ; je le sais à présent et, jusqu’à nouvel ordre, cette révélation donne tout son sens et ses couleurs à un automne qui en manquait assez dramatiquement. Continuer la lecture de « Tenniscoats, Music Exists Box (Alien Transistor) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , , ,

La Récré, Ne Penser à Rien EP (BMM)

Un peu plus d’un an après un excellent EP chroniqué ici-même, La Récré, le duo formé par Émile Sornin (Forever Pavot) et Cédric Laban, (Isaac Delusion) revient aux affaires avec Ne Penser à Rien. Ils retrouvent à nouveau le label Black Milk Music (Fat Badgers, M.A. BEAT!…) Le groupe affine ici encore d’avantage sa formule punk jazz, selon la description bandcamp des intéressés. Du punk, les Français ont gardé la liberté de ton et cette capacité à se défaire des conventions. Leur musique est certes ancrée dans le jazz, mais ne se contente pas de réciter les fondamentaux. La simplicité d’Absolument Rien n’a, par exemple, rien d’austère. Continuer la lecture de « La Récré, Ne Penser à Rien EP (BMM) »

Catégories première nécessitéÉtiquettes , , ,

Clique & Collecte chez Le Souffle Continu à Paris

Un disquaire par jour propose ses 10 albums du moment.

Le Souffle Continu, Paris
Le Souffle Continu, Paris
Fondé en Octobre 2008 par deux anciens ténor du quartier Jussieu, Theo Jarrier (Paris Jazz Corner) et Bernard Ducayron (Jussieu Musique) Souffle Continu n’a jamais usurpé son titre de temple de l’underground parisien. Gardant et élargissant le cap de ces échoppes qui ont temporairement fait plus d’une éducation (Les Etablissements Phonographiques de l’Est, Wave) avant de devenir à raison, cultes, Souffle Continu ne propose pas seulement des disques à acheter mais surtout, une histoire oblique, une pédagogie, un accès sans contraintes à tout ce qui a pu pimenter les musiques transversales depuis deux siècles. Theo et Bernard ne s’arrêtent d’ailleurs pas là puisque Souffle Continu est également un éminent label de réédition de pointe dont les parutions hyper chiadées sont toujours des événements. Barney Willen, Steve Potts, Heldon, Red Noise, Emmanuelle Parrenin, Mahogany Brain, Mahjun, Jacques Thollot, et à mesure que la liste s’allonge, c’est bien un véritable patrimoine sonore qui se fait jour et qui ne tombera pas dans l’oubli. Le magasin prolonge ses explorations avec des rencontres, des débats et des concerts dont la liste donne le tournis et les intervenants (Thurston Moore, Don Cherry, Etienne Jaumet, Richard Pinhas, Areski ou encore Irmin Schmidt de Can) confortent toute la raison d’être de ce lieu décidément incontournable.
Le Souffle Continu, 20-22, Rue Gerbier dans le 11ème à Paris, également joignables sur leur site, leur page facebook, par téléphone au 01 40 24 17 21 et par mail : contact@soufflecontinu.com
Tous les articles de la série Première Nécessité (un disquaire par jour) sont visibles ici.

Continuer la lecture de « Clique & Collecte chez Le Souffle Continu à Paris »

Catégories mixtapeÉtiquettes , , ,

Le club du samedi soir #24 invite Le Gospel

Antonio Julio Duarte
Photo : Antonio Julio Duarte

Nous avions déjà parlé du travail de fourmi d’Adrien Durand et son fanzine Le Gospel dans l’interview donnée pour notre série Papivole, menée par Renaud Sachet. Presque deux ans plus tard, il était logique de prendre quelques nouvelles d’un fanzine né presque au même moment que nous, avec cette idée à priori tout aussi dingue de se reconnecter avec l’essentiel, à savoir nos obsessions musicales sans qu’elles soient perverties par le marketing, et une envie d’écrire de la façon la plus indépendante possible. Refaire de la passion pour la musique une histoire humaine, avec un lien simplifié entre l’auteur et le lecteur. Le Gospel est tout cela, un fanzine qui en est à son septième numéro (double : Une autre histoire du DIY / Musique et lutte des classes – en cours d’envoi), un site qui publie régulièrement du contenu indépendant du fanzine, un shop où on trouve des cassettes, des t-shirts, un beau livre pour enfants… J’ai posé cette après-midi même quelques questions à Adrien pour résumer tout ça, mais ses réponses m’ont semblé témoigner si justement de la situation complexe que nous traversons tous, avec un optimisme revigorant, qu’on a décidé de les publier. Alors pendant que vous écouterez cette mixtape qu’il nous a offerte, lisez ses propos, puis Le Gospel. Nous sommes si peu à défendre nos idéaux aussi librement.

Continuer la lecture de « Le club du samedi soir #24 invite Le Gospel »

Catégories première nécessitéÉtiquettes , , ,

Clique & Collecte chez Comme à la Radio à Nantes

Un disquaire par jour propose ses 10 albums du moment.

Comme à la Radio, Nantes.
Comme à la Radio, Nantes.

Comme à la Radio est d’abord connue comme une caverne enfermant un impressionnant stock de matériel et de disques. Sébastien et Jean, deux amis de longue date s’installent rue Marceau, à Nantes, en 2013. Cinq ans plus tard, ils sont rejoints par Clément et après une année dans le local, le volume de disques débordant, ils installent en août 2019 la section disque dans un nouveau local de la rue des antiquaires et des boutiques de matériel audio : la rue Jean Jaurès, anciennement rue des Arts. Un espace de vente avec 95% de seconde main, mais aussi une section neuf de musiques actuelles en plein essor. Pas de barrières dans l’exploration musicale, on retrouve dans les bacs du classique, du hip hop en passant par un solide rayon jazz, afro, brésilien, rare groove, sans oublier quelques milliers de 45 tours des quatre coins du monde. Comme à la radio est un voyage où la curiosité est de mise… Pour renflouer les bacs au maximum, l’équipe redouble d’efforts, avec notamment de récents voyages au Japon. La musique est toujours vivante et régulièrement, on retrouve des Dj sets et lives enregistrés sur place que l’on peut réentendre sous la forme de mixtapes k7, Chromes à la Radio : déjà 16 volumes, tous en écoute libre sur le mixcloud et en vente au shop.

Comme à la Radio, 30 rue Jean Jaurès, 44000 Nantes, également joignables sur leur page facebook, leur page Discogs, et leur page Instagram.
Tous les articles de la série Première Nécessité (un disquaire par jour) sont visibles ici.

Continuer la lecture de « Clique & Collecte chez Comme à la Radio à Nantes »

Catégories interviewÉtiquettes , , , , ,

“Mais qu’est-ce que c’est que ce TRUC?”

Interview collective autour de la sortie d'”Instruments imaginaires”, compilée par Pierre Bastien

Pierre Bastien

Il y a un truc avec les musiques instrumentales : j’y suis assez facilement sensible. Les peu de fois où j’ai mis les pieds en studio pour assister à un enregistrement, j’étais d’ailleurs très vite séduit par les pistes instrumentales, et il m’est souvent arrivé de penser qu’y poser une voix serait du gâchis. Et puis, dans les discussions, on m’a aussi parlé de la voix, et que souvent la signature d’un groupe, c’était son chanteur. Quand il y a quelques années, j’ai raccompagné Pierre Bastien à l’aéroport, après un concert à la médiathèque avec ses petites machines en Meccano, je lui ai posé la question bateau de savoir quelles chansons l’avaient marqué ses derniers temps… Il m’a répondu ceci en substance : “Des chansons? Ah non, mais moi, je déteste les voix dans la musique”. C’était la première fois qu’une personne me disait ça aussi frontalement, sans aucun fard. Continuer la lecture de « “Mais qu’est-ce que c’est que ce TRUC?” »