Catégories interviewÉtiquettes , , , ,

Bill Baird ou comment réussir dans l’industrie du disque

Bill Baird
Bill Baird / Photo : Fabian Villa

Après être tombé en admiration devant Spring Break Of The Soul (2013) et avoir rédigé à la va-vite un Sous Surveillance pour la RPM sur son auteur (un Sous Surveillance sur artiste qui avait déjà enregistré une bonne dizaine de disques – quelle idée !), j’ai manqué presque toutes les occasions d’écrire sur Bill Baird. Il faut dire que le prodigieux secret-le-mieux-gardé-des-USA, qui a revisité à sa façon presque tous les genres de la pop (des Beach Boys au krautrock) sans jamais se départir de son style, fait curieusement peu de vagues, dans nos contrées comme ailleurs. Pourtant, on ne peut dire que les opportunités de chroniques ont manqué, puisque l’ancien jeune premier devenu outsider enregistre en moyenne deux albums par an depuis qu’il a claqué avec panache la porte de C(r)apitol Records. Désormais, le Texan résidant en Californie compte une trentaine de disques et cassettes à son Bandcamp sous les noms de Sound Team, Sunset et Bill Baird. Mea culpa, donc. Toutefois, à l’heure des bonnes résolutions, je prends chaque année le temps d’écouter ses derniers disques sortis confidentiellement en me disant que c’est dommage, toutes ces occasions manquées. Et puisque les dernières livraisons (composées entre autres de Gone, Owl (Arthur King Presents) et Daily Ever Drawning) sont excellentes, l’occasion semble (enfin) parfaite pour rattraper minutieusement le temps perdu.

Continuer « Bill Baird ou comment réussir dans l’industrie du disque »

Catégories interviewÉtiquettes , ,

Josephine Foster : Heure d’Hiver

Josephine Foster
Josephine Foster

A quelques jours de Noël, le label Fire réédite All the Leaves Are Gone, le premier album de Josephine Foster & The Supposed. Daté de 2004, cet album souvent génial et ravagé par une fièvre psychédélique sans équivalent dans la discographie de la chanteuse, apparaît toujours, quinze ans après sa sortie, comme l’un des plus grands disques d’acid folk des années deux mille.
Depuis une quinzaine d’années, Josephine Foster construit patiemment l’une des œuvres les plus singulières de la musique américaine contemporaine. Oscillant le plus souvent entre country atemporelle et songwriting classique fleurant bon l’esprit des standards de Tin Pan Alley, cette musicienne hors norme ne cesse de serpenter d’un registre à l’autre, alternant sans la moindre difficulté acid folk et lieder romantique allemand (1), chansons traditionnelles espagnoles (2) et adaptions chantées de poèmes d’Emily Dickinson (3). Continuer « Josephine Foster : Heure d’Hiver »

Catégories À écouter, interviewÉtiquettes , ,

Blindtest : Ezra Furman

Ezra Furman
Ezra Furman

Avec huit albums en douze ans — si l’on compte aussi ses trois albums réalisés sous le nom d’Ezra Furman & the Harpoons, entre 2007 et 2011 –, Ezra Furman est assurément l’un des songwriters rock les plus prolifiques de ces dernières années. Auteur d’une pléiade de chansons aussi mémorables que I Wanna Be Your Grilfriend, Driving Down to L.A. ou I Killed Myself But I Didn’t Die, de brillants mélodrames pop aux accents subtilement fassbindériens, Furman est aussi, avec Ty Segall, l’un des rares songwriters contemporains à avoir su faire souffler un vent de fraîcheur sur un rock classique et soigneusement référencé qui, chez lui, ressemble à un étrange compromis entre le Bowie de Diamond Dogs (1974) et le Springsteen de Darkness on the Edge of Town (1978).
Il y a quelques semaines, en marge de son excellent concert à La Maroquinerie, où il était venu présenter Twelve Nudes, son sixième album solo qui lorgne ostensiblement du côté de ses héros punks, Ezra Furman acceptait de se plier à l’exercice du Blind Test et d’évoquer, à la fois, certaines de ses influences, son œuvre passée et la nature particulière de ses engagements politiques. Continuer « Blindtest : Ezra Furman »

Catégories interviewÉtiquettes , , ,

All you need is (Simon) Love

Simon Love
Simon Love / Photo : Rose Stone

Simon Love devrait être une pop star millionnaire. Il a les tubes, il a l’attitude, il a la personnalité, il porte des costumes bien taillés et de belles chemises. Pourquoi alors n’entend-on pas en boucle à la radio une chanson comme The New Adam and Eve ? Pourquoi Love is a Dirty Word n’est-elle pas devenue le titre phare de la BO d’une comédie romantique avec Hugh Grant ? Pourquoi Xs and Os, de son premier groupe The Loves, n’a-t-elle pas atteint 1 millions de vues sur Youtube ? Pourquoi Motherfuckers n’a t-elle pas acquis le statut d’hymne de fin de soirée, qu’on chante allégrement en chœur après avoir ingurgité un nombre conséquent de pintes ? Pourquoi Joey Ramone et son clip désopilant n’a-t-elle pas fait un buzz viral sur les réseaux sociaux ? Pourquoi Not If I See You First n’a-t-elle pas été acclamée avec plus d’enthousiasme ? La musique de Simon Love est pourtant facile d’accès et même parfaitement compatible avec le succès de masse. Continuer « All you need is (Simon) Love »

Catégories interviewÉtiquettes , , ,

Moon Duo : Révolution disco

Sanae Yamada Ripley Johnson Moon Duo
Sanae Yamada et Ripley Johnson, Moon Duo

Deux ans après le remarquable Occult Architecture, diptyque aussi fascinant que bizarrement clivant, Sanae Yamada et Ripley Johnson, les deux cerveaux de Moon Duo, reviennent aujourd’hui avec Stars Are the Light, un sixième album très réussi qui, tout en faisant tourner les boules à facettes d’une disco universelle largement fantasmée, élargit spectaculairement le champ du nouveau rock psychédélique que le duo façonne patiemment depuis 2010. Pour cela, Moon Duo a choisi de prendre un surprenant virage électro-pop, délaissant d’un coup les références appuyées à Suicide et Spacemen 3 pour mieux se rapprocher de sonorités discoïdes qui tranchent singulièrement avec tout ce que le groupe a pu produire jusque-là. Continuer « Moon Duo : Révolution disco »

Catégories interviewÉtiquettes , , , ,

Paul Weller : « Je ne suis pas suffisamment arrogant pour penser que tout ce que je fais est génial »

Paul Weller
Paul Weller

Ce n’est que huit ans après une première rencontre en 1992 dans un hôtel de la place de la République que j’ai fini par me retrouver à nouveau face à Paul Weller, dans un studio de photographes londonien cette fois. Entre ces deux dates, deux rendez-vous avortés, l’homme ayant sabordé ses venues promo parisiennes en se laissant emporter par son amour de la bouteille (et par la maréchaussée) ; entre ces deux dates, surtout, un succès retrouvé, en particulier avec la sortie de Stanley Road en 1995. Continuer « Paul Weller : « Je ne suis pas suffisamment arrogant pour penser que tout ce que je fais est génial » »

Catégories interviewÉtiquettes , ,

L’enfance de l’Arlt

Arlt
Arlt

Duo à géométrie variable composé d’Eloïse Decazes et Sing Sing, Arlt s’ingénie depuis son premier album La langue (2010) à faire entrer des carrés dans des cercles. A l’occasion de la parution de Soleil enculé, leur sixième album, nous avons tiré les vers du nez de Sing Sing – chanteur, guitariste et compositeur de cet Arlt brut qui nous chamboule tant – au sujet de son écriture, l’enregistrement du disque en mode live et ses influences divines. Retrouvailles avec la parole enivrante d’un artiste passionné, érudit et sauvage à sa manière. Continuer « L’enfance de l’Arlt »

Catégories interviewÉtiquettes , ,

Rebecca Boulton : « Rob Gretton avait raison sur toute la ligne »

La femme dans l’ombre de New Order revient sur son parcours.

Rebecca Boulton, Paris, octobre 2019 / Photo : Alain Bibal

Rebecca Boulton est aux côtés d’Andy Robinson la manageuse de New Order et Joy Division depuis 1999. Celle qui a commencé en tant qu’assistante de Rob Gretton a accompli un travail monumental pour que les deux groupes figurent aujourd’hui au sommet de leur popularité. La tâche n’a pas été facile : rongé par des querelles internes, New Order est resté inactif pendant une décennie. Rebecca a malgré tout réussi à maintenir la popularité du groupe et à relancer leur carrière en 2011 avec le succès que l’on connaît. La qualité de son travail lui a valu d’être récompensée ce 14 novembre du saint graal convoité par toute équipe de management, le Manager’s Manager Award. Dans un rare entretien, elle nous parle de sa carrière qui a commencé derrière le bar de l’Hacienda, de sa relation avec New Order et de l’envers du décors d’une des réussite artistique et commerciale les plus fabuleuses de l’histoire de la musique. Continuer « Rebecca Boulton : « Rob Gretton avait raison sur toute la ligne » »