Catégories dossierÉtiquettes , , ,

Papivole #9, Mon histoire avec la presse musicale, 1978-2018 : Emmanuelle Debaussart et Best

Emmaunelle Debaussart / Photo : Richard Bellia
Emmaunelle Debaussart / Photo : Richard Bellia

Dans les années 80, mon grand frère, Eric, conservait dans sa chambre tous les périodiques, achetés par mon père, mois après mois. Il y avait des piles de magazines pour adultes (et adolescents) sur ses étagères : de la bande-dessinée (beaucoup : (À suivre), Métal Hurlant, Pilote, Charlie Mensuel, Fluide Glacial…), de la photo (Photo, La revue de la photo), des trucs érotiques (Lui surtout, quelques Absolu) et de la musique évidemment : Rock’n’Folk depuis la fin des années 70 et son grand rival, Best. Pour la presse musicale, il y avait un rituel destructeur, chaque fin d’année. Afin de gagner de la place (nous vivions dans un appartement à la surface limitée, déjà mangée par les milliers de livres de mon père), mon frère entreprenait de ne conserver que les pages qui l’intéressaient et il entamait chaque mois de décembre un grand découpage, arrachage, déchirage des revues « rock ». Continuer « Papivole #9, Mon histoire avec la presse musicale, 1978-2018 : Emmanuelle Debaussart et Best »

Catégories dossierÉtiquettes , , , ,

Papivole #8, Mon histoire avec la presse musicale, 1978-2018 : David Sanson et Octopus



A l’époque où les boussoles de papier étaient mon seul espoir de m’y retrouver dans la pop moderne, Octopus occupait une place à part : partant d’une base commune et connue (le nouveau rock américain de chez Drag City par exemple), la revue me sortait de mon cocon pop pour me prendre par la main et me promener vers des territoires dangereux à mes oreilles : absence de mélodies, occultation des guitares, larsens, textures, improvisations, électroniques, continents inexplorés, jazz… Elle était en fait mon bon de sortie de l’adolescence, mon ouverture à l’altérité, et un complément nécessaire aux Inrocks, à la RPM, au Melody Maker et au NME qui m’habitaient jours et nuits. Continuer « Papivole #8, Mon histoire avec la presse musicale, 1978-2018 : David Sanson et Octopus
 »

Catégories dossierÉtiquettes , , , , , , ,

Machines #7 : Roland TR-808, la playlist

Trente raisons de redécouvrir la TR-808, la machine culte de Roland, en complément de l’article de la série Machines #7 à lire ici.

Catégories dossierÉtiquettes , , , , , , ,

Machines #7 : Roland TR-808, transistor mi amor

Photo : Alexandre Gimenez Fauvety

La TR-808 est désormais un classique. Ses sonorités figurent sur beaucoup de nos disques favoris. Le sujet, vaste et intimidant, se devait d’être traité avec le regard Section26, mais comment faire au juste ?  À chaque interstice de la toile, des analyses ou des documentaires sur la vénérable 808 de Roland. À notre tour, nous nous penchons sur la boîte à rythmes à la robe gris métallique et aux boutons poussoirs aux allures de dégradé de coucher de soleil. Continuer « Machines #7 : Roland TR-808, transistor mi amor »

Catégories dossier, pictures on my wallÉtiquettes , , , ,

Papivole#7, Mon histoire avec la presse musicale, 1978-2018 : Edie Vee, photographe

Stephen Pastel Edie Vee
Stephen Pastel, février 1995 / Photo : Edie Vee

Je finissais par remarquer leur regard, à force. En lisant la presse musicale anglo-saxonne toutes les semaines, New Musical Express, Melody Maker, je distinguais leurs styles, différents, entre ceux qui captaient le point de bascule d’un concert dans un mouvement qui laissait des traces, ceux qui jouaient l’intimité du gros plan, seuls avec la vedette dans une chambre d’hôtel, ou encore ceux qui dans une explosion de couleurs tentaient la mise en scène, avec des accessoires ridicules, forcément ridicules. En France, je reposais mes yeux sur les noirs et blancs des Inrockuptibles et l’école MonfournyMulet, ou je prenais le plein de couleurs dans Best, chez Youri Lenquette ou Jean-Yves Legras. Et il y avait Edie Vee, mystérieuse, rare, qui capturait dans un geste naturel les étoiles filantes de mon panthéon personnel dans une revue pop moderne : la clique américaine autour de Drag City, les cousins écossais autour de Domino, les amis français autour de Lithium. Forcément, ça rapprochait. Continuer « Papivole#7, Mon histoire avec la presse musicale, 1978-2018 : Edie Vee, photographe »

Catégories dossierÉtiquettes , , , , , , ,

Dance to the Music #5 : Boogaloo

Joe Bataan

Boogaloo, Bugalu, latin-soul ou Shing-a-ling, quelque soit son nom, cette musique enregistrée à New York à la fin des années soixante fut la bande son de la jeunesse de la côte est et un formidable témoignage de la diversité de la dance music produite dans les sixties. Comme le Ska ou la Northern Soul, le genre est devenu depuis un ingrédient incontournable des soirées modernistes partageant avec ces derniers son socle R&B. Syncrétisme lié à la Big Apple, le Boogaloo n’aurait pu exister ailleurs tant il est imprégné de l’histoire et de la géographie de cette ville. Au delà d’accompagner l’époque, l’intégration puis l’émergence d’une conscience latine, le Boogaloo est surtout une formidable musique de danse, stimulante et frénétique. Continuer « Dance to the Music #5 : Boogaloo »

Catégories dossier, portfolioÉtiquettes , , ,

La dolce vita par David Rimokh

L’été italo

Ses instantanés d’un été en Italie ont illustré les articles de ce week-end dédié à l’Italo sur section26. Voici pour le clore, un portfolio par David Rimokh.

Continuer « La dolce vita par David Rimokh »

Catégories dossier, selectoramaÉtiquettes , , , , , , ,

Donald Pierre : Glace à l’italo

L’été italo

Donald Pierre
Donald Pierre

Le jeune Romain Guerret a vécu ses premiers émois dans les années 80, et l’italo disco l’a bouleversé. Le chanteur d’Aline, s’il s’est d’ailleurs par le passé rêvé crooner jetable et synthétique sur les deux albums de son projet solo Dondolo, a relancé sa carrière en marge des deux albums d’Aline et officie désormais sous le nom de Donald Pierre avec le tube (Elle Est Partie) Ma Panthère, passé beaucoup trop inaperçu en 2018. Depuis, cet infatigable jeune homme a bouclé l’album d’Alex Rossi, dont le single Tutto Va Bene Quando Facciamo L’amore avec Jo Wedin, a fondu tout l’été avant sa sortie prochaine. Il met une touche finale à la production du disque de mOnde, et retourne se consacrer à son prochain album personnel, mais a tout de même trouvé le temps de retourner dans son enfance pour partager ses vibrants souvenirs d’italo. Continuer « Donald Pierre : Glace à l’italo »