Essaie de comprendre 2/8

Échantillons d’une histoire du label Lithium, prélevés dans l’édition spéciale du fanzine Langue Pendue #11, Les Années Lithium

Le groupe Institut vient de sortir un album aussi étrange que dérangeant, L’effet waouh des zones côtières dont la langue blanche, neutre en apparence, semble coller parfaitement au palais visqueux politique de l’époque. L’un des membres du trio, Arnaud Dumatin, est interviewé longuement à propos de ce nouveau disque sur un site que je vous conseille : Piste 1. Dans Les Années Lithium, il se souvient de ses débuts au sein d’Emma, dont le second album, Trade Winds In A Loft, est sorti en 1998 sur Lithium.

Peux tu nous raconter le point de bascule qui te fait passer de la musique d’Emma, une musique anglophile à guitares, à celle d’Institut, plus synthétique et scandée en français ?

Arnaud : Je serais incapable de définir le point de bascule. Il y a plutôt eu un lent glissement. C’était tout d’abord une question de légitimité et de praticité : je maîtrisais beaucoup mieux la langue française. Il est donc devenu évident que je devais m’en saisir. De 2000 à 2008, début d’Institut, j’ai écrit de nombreuses chansons, étapes transitoires. Il m’a fallu du temps pour trouver ma voie. Par ailleurs, je compose encore aujourd’hui en partie avec ma guitare. Qui effectivement disparaît souvent à l’étape du mixage.

Tu évoluais au temps de Lithium dans un environnement assez propice à l’expression en langue française (Diabologum, Dominique A…), n’avez-vous jamais été tenté par l’expérience ?

Arnaud : Si. D’ailleurs, on avait écrit plusieurs chansons en français pour l’album paru chez Lithium. Vincent n’était pas fan. Heureusement. On en a discuté et j’ai fini par y renoncer. Je n’ai jamais réécouté mais je pense que c’était très mauvais. Ampoulé et maladroit.

Votre groupe Emma avait déjà sorti un disque il me semble avant de signer sur Lithium, comment vous êtes vous retrouvés sur le label de Vincent Chauvier ?

Arnaud : Je n’avais plus de label. J’ai envoyé trois cassettes dont une à Lithium. Vincent m’a rappelé quelques jours après. Il est venu nous voir en concert et on s’est retrouvé le lendemain. Il a décortiqué le concert de la veille. Là, j’ai compris à qui j’avais affaire…  (à suivre dans Les Années Lithium !)


Hit Hit Hit 2/8 : 5 reprises vs leur original

1. Dinosaur Jr vs. Lucievacarme, Freakscene
2. Bongwater vs. Diabologum, Too Much Sleep
3. Christophe vs. Dominique A, Chiqué, chiqué
4. Sonic Youth vs. Peter Parker Experience, Schizophrenia
5. Neil Young vs. Da Capo, After The Gold Rush

JEU !

Envoyez-nous, dans les commentaires, vos Tops 5 les plus étranges, les plus pointus liés aux groupes ou à la discographie Lithium ! Les 5 plus étonnants seront publiés dans Les Années Lithium, et leurs auteurs remporteront le fanzine !


Je me souviens de Lithium

Une anecdote de Philippe Dumez

Je me souviens qu’à l’occasion de la tournée commune Mendelson / Bertrand Betsch / Françoiz Breut, est édité un sampler douze titres composé uniquement de titres inédits. Il est offert aux acheteurs de deux disques de l’écurie Lithium, et il contient un nombre invraisemblable de perles, comme Nu de Bertrand Betsch et Mon frère de Mendelson. Il comporte aussi les premières apparitions d’artistes dont les albums sont à paraître : Delaney, Emma, Holden.


Les Années Lithium, Langue Pendue n°11. Sortie : mai 2021
Institut, L’effet waouh des zones côtières (Rouge Déclic) à écouter sur leur Bandcamp.

5 réflexions sur « Essaie de comprendre 2/8 »

  1. Dominique A w/ Françoiz Brrr – You look like Sheila
    Mendelson – Par chez nous
    Perio – Billboard pt.2
    Diabologum – Mieux vaut se taire
    Peter Parker Experience w/ Dogbowl – Nuage Nuage

    1. Bonjour Thomas, quelle est la thématique de cette liste? C’est intéressant quand on a une thématique précise, comme celles des deux premiers Essaie de comprendre : 6 voix de femmes, 5 reprises et leurs originaux, les groupes en “o” (la prochaine)… Ou alors c’est votre top personnel, c’est ça?

  2. Salut ,

    J’avais adoré le premier album de Emma mais sur le label Bond Age.

    22 ans après, je découvre Institut grâce à Emmanuel Mario et je me retrouve à participer à leur EP Épanouie socialement.

    J’ignore alors totalement que Arnaud avait fait partie du groupe Emma !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *