Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

3776, 歳時記 [Saijiki] (Natural Make)

Pochette de Saijiki de 3776En japonais, le terme 歳時記 [Saijiki, littéralement chronique d’une année] désigne une liste réunissant un ensemble de kigo, des mots ou phrases associées aux saisons et utilisés dans les haïkus. À chaque période et mois de l’année est associé un corpus de termes correspondants, systématiquement inclus pour préciser la temporalité du poème. Fin avril, on évoquera ainsi les fleurs de cerisiers (sakura), comme dans ce haïku de Bashō datant du 17e siècle :

tant et tant de choses  /  samazama no

me reviennent à l’esprit  /  koto omoidasu

fleurs de cerisiers  /  sakura kana

Les cigales occupent le mois de juillet tandis que les grenouilles sont l’apanage de février et mars. La lune symbolise elle l’automne tout entier. Le saijiki forme ainsi une sorte de dictionnaire du temps qui passe et de ce cycle en perpétuel mouvement. Un calendrier d’idées. Le fourmillement de la nature en quelques lieux communs. Continuer « 3776, 歳時記 [Saijiki] (Natural Make) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Glass Beach, The First Glass Beach Record (autoproduit)

Pochette de The First Glass Beach AlbumFace à la virtuosité d’artistes en plein étalage de leurs facultés, deux réactions peuvent sauter à la gorge : une viscérale crispation, trouvant son origine dans une sorte de mépris vaguement jaloux face à tant d’esbroufe mains-dans-les-poches, ou une bien plus sereine envie d’ouvrir grand les tympans pour ne rien louper de ce perpétuel bouquet final. La frontière est mince entre l’une et l’autre, tenant bien souvent à des pas-grand-chose, des attitudes imperceptibles, des jugements sans doute superficiels. Et c’est ainsi qu’à l’opposé d’autres projets pompiers et agaçants avec lesquels ils partagent pourtant la passion des grandes fresques indie-rock épiques et doucement indulgentes (Car Seat Headrest, entre autres), les américains de Glass Beach restent profondément attachants malgré leur tendance maladive à vouloir être trente groupes à la fois. Continuer « Glass Beach, The First Glass Beach Record (autoproduit) »

Catégories disques rares et oubliésÉtiquettes , , ,

Peter Davison, Glide (Avocado Records, 1981)

La pochette de Glide de Peter DavisonIl faut croire que l’on a besoin d’un peu de paix. De silence. C’est peut-être l’époque qui veut ça. Une lourde fatigue greffée à l’échine, filant des envie d’ailleurs où s’étendre de tout son saoul pour oublier la pulsation des artères. Regardez-nous, explorateurs immobiles, ballotés au vent aléatoire des suggestions YouTube, tombant amoureux en cascade d’un obscur disque dédié aux plantes vertes, nous perdant par paquets de mille dans sa douceur analogique au point de la faire revenir des morts (immense Plantasia de Mort Garson, réédité en vinyle ce mois-ci chez Sacred Bones). Continuer « Peter Davison, Glide (Avocado Records, 1981) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Stephen Malkmus, Groove Denied (Matador)

Pochette de Groove Denied de Stephen MalkmusUne proposition musicale insensée. Un truc tellement fou que les grands pontes de Matador avaient jugé que le public n’était pas prêt pour ça. Ah ça, on nous en avait promis des choses de ce Groove Denied. Un album solo électronique de Stephen Malkmus. Mais derrière le charme de l’oxymore se cache finalement une piteuse collection de chansons usées où les moindres pas de côté, aussi hideux soient-ils, semblent être excusés invariablement par un bon vieux retour au bercail. Et plutôt qu’un équivalent au McCartney II, formidable disque mal foutu mais joueur, c’est plutôt face à un McCartney I que l’on se retrouve : le projet vaniteux et inutile d’un type se parlant tout seul pendant une demi-heure en étant persuadé que le monde y trouvera un intérêt. Continuer « Stephen Malkmus, Groove Denied (Matador) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , ,

Machine Girl – The Ugly Art (Kitty On Fire)

pochette Machine Girl, The Ugly ArtMonolithe effréné d’ultraviolence ultrasensible, The Ugly Art est le plus pur et le plus nécessaire précipité de rage punk post-moderne que pouvait sécréter un monde comme le nôtre en 2018, paysage dévasté aux horizons aussi laids que putréfiés, foutant la haine à chacune de ses circonvolutions débiles. Un disque infiniment furieux envers absolument tout, montrant les dents et écumant sa bile électronique pendant près d’une intense heure de digital hardcore buté et crâneur. Continuer « Machine Girl – The Ugly Art (Kitty On Fire) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , ,

Black Dresses – WASTEISOLATION (autoproduit)

black dresses WASTEISOLATIONComparée aux vapeurs d’une pop music pataugeant trop souvent dans de prudentes pissotières tièdes où les sentiments tirent à blanc, impossible de ne pas être violemment saisi à la gorge par l’urgence vitale qui déborde de WASTEISOLATION, le premier album monolithique de Black Dresses. Continuer « Black Dresses – WASTEISOLATION (autoproduit) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

Grouper, Grid of Points (Kranky)

Grouper - Grid of PointsDu diptyque A I A en 2011 jusqu’aux siamois Dragging A Dead Deer Up A Hill et The Man Who Died In His Boat, la discographie de Grouper semble peuplée de disques jumeaux et de doubles fantomatiques qui se seraient perdus dans les ténèbres. Ils se confondent, se répondent et se dissolvent pour ne former qu’un seul et unique sentiment flou et tendre. Un rayon parfait, droit et infini, fruit d’un songwriting dont les multiples humeurs en miroir ne font que mettre en lumière son inaltérable constance et sa désarmante pureté mélodique. Continuer « Grouper, Grid of Points (Kranky) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

The Caretaker, Everywhere at the End of Time, Stage 4 (History Always Favors The Winner)

The Caretaker - Everywhere at the End of Time, Stage 4Il n’y a aucun plaisir à tirer de cet album. Aucune joie. Aucun contentement. Il n’y a rien à y faire, rien à y vivre, si ce n’est y errer sans but dans la tempête. Un très mauvais moment à passer seul, les yeux flasques et la gueule ouverte, pour mieux subir l’irrespirable odeur de décomposition qui s’en dégage. Dans le noir, évidemment. Qui voudrait contaminer le soleil d’un tel poison ? Continuer « The Caretaker, Everywhere at the End of Time, Stage 4 (History Always Favors The Winner) »