Catégories seasons greetingsÉtiquettes , ,

Ela Orleans : “Christmas fell away”

Avant-hier soir, à 18 heures précises, Ela Orleans partageait ce Christmas Fell Away accompagné d’un clip de montages d’archives en noir et blanc, véritable mise en images de la puissance évocatrice de sa musique. Dans ce Noël d’après-guerre, au cœur d’un paysage de ruines, l’année que nous venons de passer s’y superposerait presque. Sur ce morceau chanté, joué et enregistré par elle-même sur des paroles de Paul Rayson, elle nous dit : “En Pologne, la veillée de Noël est le jour le plus important, c’est le moment où l’on reçoit les cadeaux. J’ai conçu cette vidéo la nuit dernière pour tous ceux qui ont été particulièrement bons envers moi.  Joyeux Noël à tous.”

Continuer la lecture de « Ela Orleans : “Christmas fell away” »

Catégories chronique réédition, interviewÉtiquettes , , ,

Ela Orleans – À la recherche du temps perdu

L’hantologie, le terme est un peu pompeux, mais on aimerait qu’il soit disponible pour l’inaugurer avec le deuxième album d’Ela Orleans, tant il sied à merveille à Lost et à son peuple de fantômes. Depuis dix ans, cet étrange objet me fascine comme peu de disques ont su le faire. D’ailleurs, lorsqu’un disque évoque des fantômes, que ce soit chez Nora Keyes, The Caretaker ou Caroliner, c’est généralement le signe de sa qualité. La signature d’un véritable mystère et la preuve intangible que le disque commence précisément là ou s’achève généralement les autres, par quelque chose qui relève davantage de l’intuition et de la poésie que de la chansonnette. Avec Lost, Ela Orleans a inventé une curieuse machine dont les rouages font dialoguer la musique, la littérature, la poésie, le cinéma, et détournent les repères d’espace et de temps. Les romanciers surréalistes de la vieille Europe côtoient la musique africaine, le cinéma américain et français (ici, la belle citation de Pierrot Le Fou). A l’occasion de la reparution du disque chez La Station Radar, nous nous sommes entretenus avec sa compositrice toujours aussi renversante d’honnêteté – et aussi d’humour. Continuer la lecture de « Ela Orleans – À la recherche du temps perdu »

Catégories coverÉtiquettes , ,

Ela Orleans reprend “French Paradoxe” de Jacno (inédit)

Ela Orleans / Photo : Anna Bergfors

Cette reprise, je peux en parler puisque c’est chez moi qu’Ela Orleans en a eu l’idée. Alors que nous avions fini de dîner, et trinquions nos verres remplis d’une eau de vie de poire (ça ne s’invente pas) aussi vieille que nous, par une inconsciente association d’idées – où peut-être par la volonté propre du spiritueux -, j’eus l’envie de faire écouter à Ela la chanson French Paradoxe de Jacno. En dépit, des bruits de bouchon qui ponctuent le titre, j’ignorais alors de quel paradoxe il s’agissait et à quel point il était de circonstance.

La réaction d’Ela, elle aussi probablement sous l’influence de l’eau de vie,  fut immédiate : “Je pourrais la reprendre, cette chanson”. C’est ce qu’elle fit quelques mois plus tard en live invitée dans les studios de la BBC Scotland. Pour l’heure, voici la version inédite, toute en variations, enregistrée à la maison en compagnie de Richard Greenan.  A la vôtre !

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Ela Orleans – Movies For Ears (Night School Records)

C’est une histoire un peu embrumée où circulent un écrivain argentin, Dante Alighieri, deux Gustave (Moreau et Doré), Paris, Glasgow, une chanteuse itinérante, pas mal d’eau de vie et une chronique de disque… Avouons-le,  certaines sont de véritables purges à écrire. Parfois, on oublie ce qu’on a raconté une semaine après avoir posé le point final, puis on se relit honteusement (« Ce n’est pas moi, tout de même, qui ai écrit ça ! »). Rarement, quand l’évidence s’impose, c’est tout l’inverse. La première fois que j’ai rencontré une telle évidence, c’était il y a dix ans. Depuis, si ma chronique s’est égarée dans l’amnésie du web, je n’ai jamais cessé de réécouter Lost (2009), le disque confidentiel qu’un précieux petit label nommé La Station Radar avait eu la gentillesse de m’envoyer. Continuer la lecture de « Ela Orleans – Movies For Ears (Night School Records) »