Mark Hollis, une interview oubliée – Janvier 1998

Le 25 février 2019 a été une journée noire pour tout admirateur de la pop anglaise dans ce qu’elle a de plus ambitieux, avant-gardiste et intemporel, un peu plus de trois ans après le chant du cygne de Bowie. La disparition de Mark Hollis, dont nous n’avions presque plus aucune nouvelle depuis 1998, sonnait le … Continuer la lecture de « Mark Hollis, une interview oubliée – Janvier 1998 »

Playlist : Mark Hollis

En quête du silence parfait, Mark Hollis a connu une trajectoire hors du commun, passé des formats (electro) pop et des hit-parades à une musique entièrement dédiée à l’acoustique et éprise de liberté. En 22 titres défiant l’ordre chronologique, retour sur un parcours pas comme les autres.

Mark Hollis – The Sound Of Silence

Le rendez-vous avait été fixé en toute fin d’après-midi, dans les locaux de son label, Polydor, à Londres. Je suis à peu près certain que c’était au mois de novembre. La nuit était tombée tôt, il pleuvait. Lors de cet entretien qui a frôlé l’heure, Mark Hollis n’a bien sûr pas du tout ressemblé à … Continuer la lecture de « Mark Hollis – The Sound Of Silence »

Karma Hollis

Je n’arrive pas à m’habituer à apprendre les disparitions par réseaux sociaux interposés. Hier soir, la joie d’avoir dîné seul à seul avec mon fils a été assombrie sitôt mon téléphone rallumé par la découverte du départ de Mark Hollis. C’est d’abord un post de Jérôme, qui résume en quelques mots ce qu’on attendait tous … Continuer la lecture de « Karma Hollis »

Climats #3 : Pedro The Lion, Martin Amis, Petite bibliothèque des Cahiers du Cinéma

This could be the saddest dusk ever seen You turn to a miracle high-alive Michael Stipe Peut-on écouter Vauxhall and I de Morrissey sous le franc soleil de juillet ? Et un Antônio Carlos Jobim empêtré dans un crachin de février, c’est toujours du Antônio Carlos Jobim ? Climats met en avant les sorties disques … Continuer la lecture de « Climats #3 : Pedro The Lion, Martin Amis, Petite bibliothèque des Cahiers du Cinéma »

Shannon Lay, Geist (Sub Pop)

J’aurais pas dû apprendre à parler Un monde sans mots Comme j’aurais préféré Vivre dans un monde où le sens ne prend pas de sens Tamura Ryûichi Le vieux Tamura n’a pas trouvé le monde sans les mots, même s’il l’a un peu vu. C’est une légère nuance. C’est une joie d’apprendre à fermer son … Continuer la lecture de « Shannon Lay, Geist (Sub Pop) »