Catégories billet d’humeurÉtiquettes , , , , , ,

La Chemise

Au sujet de la sortie du coffret Deluxe de “Power, Corruption & Lies” de New Order

La chemise
La chemise / Photo : Étienne Greib

Il y a environ 25 ans, je collaborais à un fanzine top délire dont l’intitulé Panzerfaust has Sex W/ Bobby Briggs laissait entendre qu’on en avait suffisamment rien à foutre – et pourtant, la vie nous prouverait le contraire – pour tout se permettre.
Douce ironie des post slackers associés à la malévolence des riot grrrls, nous étions d’une idiotie rare et encore juvénile malgré nos quarts de siècle. Je me souviens que j’avais fait un petit mot d’humeur sur le coffret des Pet Sounds Sessions des Beach Boys qui sortait à l’époque (Pfiou, time flies, comme ils disent au pub) où j’ironisais fièrement sur le comportement parfaitement rétrograde qui allait devenir le moi d’après.
J’ironisais alors sur un type qui, fort content de sa personne, n’allait pas se laisser aller à être le dindon de la farce marketing, fût-ce pour le plus bel album de tous les temps.
J’ironisais, je m’emportais mais je finissais par le soumettre de vive voix.
De mémoire, la dernière phrase était quelque chose du genre : “MAIS PUTAIN CESSE DONC DE TERGIVERSER ET FERME BIEN TA PETITE GUEULE, VIRGULE, TU SAIS TRÈS BIEN QUE TU VAS Y ALLER, À LA FNAC, DÈS L’OUVERTURE ET QU’EN PLUS TU METTRAS TA PLUS JOLIE CHEMISE CE JOUR-LÀ, ALORS FAIS PAS TON PETIT MALIN DE CONNARD, OKAY ?!”

Eh bien figurez vous que pas plus tard qu’hier, d’une manière probablement inconsciente, LOL, alors que je suis plutôt du genre à acheter toujours les mêmes habits quand d’aventure j’en trouve à ma taille, une leçon apprise chez John Fogerty (de tête : « Si une chemise me va, j’en achète dix, après je suis tranquille pour un moment… », une interview parue dans R&F à l’époque de son album solo Centerfield, pas top en fait, à l’époque je m’en foutais totalement mais la phrase est restée), je me suis offert une nouvelle chemise. Une Levi’s assez cool, d’une, je cite : « matière douce conçue à partir de bois cultivés de manière durable », une bonne vieille flanelle à 80 boules, je n’ai pas de goûts de luxe et merci bien.
Elle me va à merveille, si elle a le malheur de rétrécir au lavage, je me passe la corde au cou.
Enfin bref, je me suis mis une nouvelle chemise pour aller acheter le coffret Deluxe de l’album Power, Corruption & Lies de New Order.

Qui est le tout premier compact disc que j’ai acheté en 1986.
C’était un mercredi, un mercredi après-midi.
La version avec le CD Car Carry Case chère à AH Wilson, précisément.
152 francs.
Il vous faut un dessin en plus ou c’est bon?

(À SUIVRE)

New Order, Power, Corruption & Lies (Fact 75) Deluxe Edition, (Factory/ London/ Rhino/Warner)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *