Catégories chronique rééditionÉtiquettes , , , ,

Holger Czukay, Cinema (Grönland)

KRAUTROCK Special

Environ six mois après sa disparition, l’œuvre de Holger Czukay se voit gratifier d’une dense anthologie (cinq disques, quand même) publiée chez les anglais de Grönland Records. Intitulée Cinema, elle vient nous rappeler que la vie du bassiste moustachu ne saurait, en effet, se résumer à sa seule participation au groupe allemand Can – aussi essentielle fut-elle. Continuer « Holger Czukay, Cinema (Grönland) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Swearin’, Fall Into The Sun (Merge Records)

Voilà bientôt quatre mois qu’est paru Fall Into The Sun ; le moment de se replonger dans le dernier album de Swearin’ et oublier l’annulation de la date parisienne tant attendue des cool kids de Philadelphie. Alors qu’il était déjà inespéré, suite à leur rupture amoureuse en 2015, de voir Kyle Gilbride et Allison Crutchfield collaborer à nouveau (en 2017, alors qu’elle promouvait son premier album en solo, cette dernière jurait que Swearin’ ne ferait plus aucun concert), un autre fait surprenant renforçait notre impatience : Allison et sa soeur Katie (a.k.a. Waxahatchee) sont progressivement devenues, le temps de ce hiatus, de véritables icônes pour la nouvelle génération de l’indie rock américain. Accompagner sa jumelle sur la tournée d’Out In The Storm – album le plus enfiévré d’une discographie au penchant country folk – aurait par ailleurs permis à Allison d’aiguiser son jeu et de mûrir en tant que performeuse. Une évolution que nous ne vérifierons pas sur scène cette année, mais qui se laisse deviner sur ce troisième LP. Continuer « Swearin’, Fall Into The Sun (Merge Records) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , , , , , ,

Cheap Riot, (We Might Not) Make It! (Metadrone) / Les Lullies, Les Lullies (Slovenly)

Cheap Riot / Photo : Camille Cier

Le 10 janvier dernier, l’Olympic fut le théâtre d’une messe punk aux allures de passage de relais entre deux groupes vibrants de la scène punk : Cheap Riot et Les Lullies (très bien raconté ici). Hasard du calendrier, leurs albums respectifs sont sortis à quelques semaines d’intervalle. Autre point commun, et non des moindres, ils ont été mis en boîte par Lo’ Spider à Swampland. Le producteur toulousain constitue une figure tutélaire de la scène garage/punk française, dont les enregistrements au son rugueux offrent toujours une vision franche et frénétique des formations qu’il produit (Magnetix, Crusaders of Love, Weakends, Sunsick, Os Noctambulos, Catholic Spray, etc). Continuer « Cheap Riot, (We Might Not) Make It! (Metadrone) / Les Lullies, Les Lullies (Slovenly) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , ,

Jérôme Minière, Dans la forêt numérique (autoproduit)

Jérôme Minière, Dans la forêt numériqueLe 07 décembre dernier, à l’heure où le terre entière fourbissait son Top 2018, Jérome Minière publiait en catimini un album, Dans la forêt numérique. Son dixième. Qui, au fur et à mesure des écoutes, est devenu mon disque francophone favori de l’année 2018, coiffant à la dernière minute Thousand sur la lignée d’arrivée. De la part d’un garçon que j’avais totalement perdu de vue, autant dire que je n’en attendais pas tant.

Continuer « Jérôme Minière, Dans la forêt numérique (autoproduit) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , , ,

EggS, EggS (Hellzapoppin, Howlin Banana)

EggSNous les avions découvert sur scène au Supersonic et en première partie d’En Attendant Ana au Chinois à Montreuil, voici enfin le premier EP des Parisiens de EggS. Derrière un énigmatique nom, quasiment impossible à retrouver dans les moteurs de recherche, quatre jeunes gens, croisés pour certains dans d’autres formations – notamment Joujou Jaguar pour deux d’entre eux, Charles et Greg. Le groupe, à bien des égards, matérialise particulièrement bien la dynamique de la scène indépendante francilienne actuelle. Continuer « EggS, EggS (Hellzapoppin, Howlin Banana) »

Catégories interviewÉtiquettes , , ,

Domenique Dumont : “On préfère que les gens interprètent ce qu’ils entendent”

Domenique Dumont
Domenique Dumont / Photo : Ansis Starks
avec le fanzine Langue Pendue

Difficile d’imaginer un groupe aussi étrange et mystérieux que Domenique Dumont. Leur musique sautillante, légèrement psychédélique, à la douceur aquatique, envahit immédiatement l’espace tout en posant des énigmes : cette voix féminine chante en français mais un français sur lequel le voile des sens est posé. On y distingue des expressions, des mots très jolis, très chauds, qui semblent nous appeler du fond d’un tunnel. Une musique de fond, voilà, c’est ça, une toile qui protège de la lumière, et qui nous empêche de saisir ce qui se passe dans la réalité, qui nous isole. Continuer « Domenique Dumont : “On préfère que les gens interprètent ce qu’ils entendent” »