Catégories portraitÉtiquettes , ,

Henry Nowhere

Henry Nowhere

Fin août-début septembre. La Californie se tempère enfin. Les incendies ont laissé leur empreintes massives. Les collines arborent leur décoration : un gris perle triste à mourir. C’est un paysage au delà de la mélancolie ou de la tristesse. C’est juste une sidération. Qu’est-ce qui nous enlève un peu du spectacle de ce désastre ? La musique… peut-être. Continuer « Henry Nowhere »

Catégories festivals, selectoramaÉtiquettes , , , ,

Selectorama : Xavier Boyer

Xavier Boyer
Xavier Boyer / Photo : JB Ambrosini

Ce week-end, les indie kids avertis seront (presque) toutes et tous au Paris Pop Fest au Hasard Ludique. Samedi, gardez un peu de votre attention et de votre passion pour Xavier Boyer. Si Lawrence est la tête d’affiche, il serait dommage de passer à coté du Normand, l’un des plus beaux orfèvres de la pop d’ici, dont les deux albums nous ravissent. Une carrière solo plus succincte que celle de son autre groupe (Tahiti 80), mais au charme unique qui depuis vingt ans nous séduit toujours. Après avoir discuté avec lui du Mot‘ il y a quelques mois, nous sommes ravis de l’accueillir pour un second Selectorama, fort du différent du précédent mais certainement tout aussi attachant et intéressant. Continuer « Selectorama : Xavier Boyer »

Catégories chroniques nouveautésÉtiquettes , ,

Grand Blanc, Image au Mur (Entreprise/A+LSO)

Grand Blanc suscite dégoût ou excitation, et certains adjectifs fleurissent à son égard pour parfois formuler un rejet net. D’autres, en revanche, le voient comme la relève de la french pop (que l’on aime ici), le calant sur un piédestal à filer le vertige aux allergiques. Bref, à défaut d’un genre musical précis et comme tant d’autres, Grand Blanc réhabilite le pour et le contre, non pas dans les colonnes de sites ou magazines, mais dans la vie. Et c’est ça finalement qui est le plus étonnant. Continuer « Grand Blanc, Image au Mur (Entreprise/A+LSO) »

Catégories chroniques nouveautésÉtiquettes , ,

Astronauts, etc., Living In Symbol (Company Records)

Il y a toujours une part d’imprévu dans le succès d’un album. Un soupçon de chance, parvenir à tomber dans une bonne oreille avisée, ou toucher à l’intime d’une époque. Living In Symbol d’Astronauts, etc. semble être parti dans la vie avec un jeu intermédiaire. L’album sort certes sur un bon label (Company Records monté par Chaz Bundick de Toro Y Moi), mais début août, en plein été donc. Qui achète et écoute des nouveautés en plein cagnard ? Continuer « Astronauts, etc., Living In Symbol (Company Records) »

Catégories chroniques nouveautésÉtiquettes ,

Tony Molina, Kill The Lights (Slumberland / import)

On se souvient tous plus ou moins (enfin surtout nous, les jeunes, qui l’avons vu de son vivant) de notre réaction énamourée et définitive à l’écoute du premier morceau d’Eliott Smith que nous ayons entendus. L’évidence d’un talent supérieur, d’une propension à toucher les étoiles l’air de rien, et surtout du décalage entre la vision humaine, pas ramenarde, presque banale de la chose malgré son caractère divin, et l’air de rien, rien à foutre. Cet aspect désespérément morose et déprimant, et puis, 20 ans après, des regrets et un culte aussi évident que facile.  Continuer « Tony Molina, Kill The Lights (Slumberland / import) »

Catégories chroniques nouveautésÉtiquettes , , ,

Vinyl Williams – Opal (Requiem Pour Un Twister)

Depuis quelques années, le revival psychédélique nous gratifie de disques plus ou moins réussis. Comment renouveler un genre musical qui cumule déjà plus d’un demi-siècle d’histoire, avec ses propres codes et ses icônes ? Parmi les réussites, il y a eu Thee Oh Sees et le tourbillon garageux ; plus récemment, Kikagaku Moyo et la scène japonaise. Continuer « Vinyl Williams – Opal (Requiem Pour Un Twister) »

Catégories portraitÉtiquettes , ,

Michael Head & The Red Elastic Band au Museum Of Liverpool, 24 août 2018

Michael Head & The Red Elastic Band au Museum Of Liverpool
Michael Head & The Red Elastic Band / Photo : Hannah Molin

En 1992, le documentaire exceptionnel You’ll Never Walk Alone de Jérôme de Missolz (disparu en 2016) et Évelyne Ragot, avec Jean-Daniel Beauvallet pour guide parmi la scène musicale de Liverpool du début des années 1990, s’ouvrait sur la voix de Michael Head. Tout juste trentenaire, loin des espoirs fous placés dans The Pale Fountains au début de la décennie précédente, il était déjà diminué par la drogue et l’alcool. Continuer « Michael Head & The Red Elastic Band au Museum Of Liverpool, 24 août 2018 »

Catégories chroniques nouveautésÉtiquettes , ,

Spiritualized, And Nothing Hurt (Bella Union/Pias)

Spiritualized And Nothing HurtMême si on s’en doute toujours un peu, avec une sorte d’excitation un peu stupide mais toujours renouvelée plus de trente ans après, si l’on inclut ses débuts mirobolants au sein des Spacemen 3 (Playing With Fire – 1988, meilleur somnifère imagé de nos insomnies intoxiquées adolescentes et bien au-delà…), on ne sait jamais exactement ce que Jason Pierce va mettre dans sa boîte à musique. Continuer « Spiritualized, And Nothing Hurt (Bella Union/Pias) »

Catégories festivals, selectoramaÉtiquettes , , ,

Selectorama : TH Da Freak

TH Da Freak / Photo : Nicolas Bauclin

Nous vous avions déjà parlé en mai dernier de Thoineau aka TH da Freak, phénomène slacker bordelais que nous avions placé dans notre rubrique Sous Surveillance. A la veille du Paris International Festival Of Psychedelic Music 2018 où il se produira à La Machine du Moulin Rouge avec ses 4 acolytes aux côtés de Cut Worms et Ariel Pink, nous leur avons demandé de quoi nous faire patienter : une sélection de 10 titres, mêlant essentiels et obsessions du moment. Chacun s’y est mis, et le résultat est plutôt fleuri !

Continuer « Selectorama : TH Da Freak »

Catégories festivals, interviewÉtiquettes , , , ,

Cut Worms

Cut Worms Paris Psych Fest 2018 La Route du Rock Coralie Gardet Section26
Cut Worms à La Route du Rock le 18 août 2018 / Photo : Coralie Gardet

La vie de Max Clarke aurait pu prendre une tournure tout à fait différente : c’est en terminant ses études d’illustration à Chicago que l’américain, prêt à embrasser la carrière de graphiste qui l’attend, réalise que son passe-temps, l’écriture de chansons, est bien tout ce qui ne s’apparentera jamais pour lui à du travail. Après Alien Sunset, recueil de six balades au charme brut et hors du temps révélé l’année dernière, Hollow Ground, paru en mai sur Jagjaguwar, confirme le talent d’un fin mélodiste qui ne s’est, pour sûr, pas trompé de voie. Un premier album plus sophistiqué mais toujours aussi élégant, entre folk psychédélique et pop baroque, que l’américain présente sur scène avec de musiciens de choix, échappés le temps d’un été des joyeuses bandes de Woods et de Quilt. Quelques minutes avant leur représentation à La Route du Rock, c’est avec un peu de difficulté, le regard fixé au sol, que l’artiste introverti a accepté de s’ouvrir le temps d’un court entretien sur son succès inattendu, la poésie et la mélancolie qui l’habite.

Continuer « Cut Worms »