Catégories chroniques nouveautésÉtiquettes , , ,

John Maus, Screen Memories (Ribbon Music / Domino)

Dès les premières notes de Screen memories, quatrième album de John Maus, le synthétiseur analogique prend une fois encore toute sa place, et ce n’est pas anodin. Crée de toutes pièces par Maus, de la gravure du circuit à l’assemblage des pièces, il définit en grande partie son esthétique. Pour l’ancien clavier d’Animal Collective ou Panda Bear, et proche d’Ariel Pink avec qui il a longtemps collaboré, les sonorités de ces instruments hâtivement estampillées eighties vont plutôt chercher les bases de leurs harmonies au milieu de la renaissance, dans certaines pièces de musique médiévale qu’il a longtemps étudiées. Continuer « John Maus, Screen Memories (Ribbon Music / Domino) »

Catégories chroniques nouveautésÉtiquettes , ,

The Make Up, I Want Some (K)

Il faut se pincer pour y croire. Très fort. Il faut se frotter les yeux pour être sûr de ne point rêver. Très longuement. Il faut être en présence d’un témoin potentiel, qui pourrait, le cas échéant, confirmer vos dires. Il faut regarder plusieurs fois le calendrier pour bien se persuader de l’année. Car, à l’heure du tout technologique, du triomphe du sampler, de la reconnaissance des remixes en tant que création artistique, découvrir un disque des Make Up peut provoquer, chez beaucoup, un choc émotionnel grave. Make Up ? Un quatuor d’allumés, emmené par un chanteur au charisme désarmant, nommé Ian Svenonius et complété par James Canty (guitare, clavier), Steve Gamboa (batterie) et Michelle Mae (basse). Un groupe pour qui le marketing n’existe pas, qui ne sait pas que Spielberg a tourné Jurassic Park, pour qui le terme house signifie, encore et toujours, « maison » et qui croit dur comme fer que l’appellation « french touch » a été inventée pour qualifier le Bande À Part de Jean-Luc Godard. Un anachronisme, un mystère, des Hibernatus de la scène musicale ? Peut-être. Sans doute… Dans l’absolu, pour cette formation pas comme les autres, le temps s’est arrêté quelque part entre 1967 et 1969. Et les nouveautés ont encore pour nom les Stooges, les Doors, Love ou le MC5. Vous aurez beau essayer de démentir ces quatre énergumènes, impossible. Au contraire… Car ces gens-là sont, à leur manière, de véritables magiciens. Sinon, comment expliquer qu’ils parviennent aujourd’hui à sonner de façon aussi pertinente, sans même avoir recours, à l’instar au hasard d’un Jon Spencer, à l’aide de producteurs en vogue. Voici un groupe capable de réaliser trois albums en une seule et même année, capable de sortir des singles à un rythme effréné quand tous ses contemporains passent deux, trois ou quatre ans à s’arracher les cheveux sur un son de caisse claire. Ici, on réhabilite, en deux temps trois mouvements, les termes soul, punk, pop. On joue sans jamais regarder dans le rétroviseur. Pourtant, I Want Some est une compilation de tous les 45 tours réalisés jusqu’à présent par le quatuor – vingt-trois morceaux –, comme de bien entendu jusqu’alors uniquement disponibles en vinyle et par la force des choses, presque tous épuisés. Une rétrospective en quelque sorte, qui se métamorphose très vite en parfait voyage initiatique. Les petits génies de la scène électronique pourront toujours s’escrimer à piller l’héritage du Philadelphia Sound, jamais ils ne parviendront à trouver une basse aussi sexy que celle de I Want Some. Sur Walking On The Dune, le groupe réunit le Joy Division de Day Of The Lords et le Neil Young de Cortez The Killer. Avec Born On The Floor, il allie la puissance des Clash à la finesse guitaristique d’Arthur Lee. Sur I Am If…, il réduit à néant tous les efforts des Charlatans. Grey Motorcycle est peut-être le morceau que Morrissey rêve encore secrètement d’écrire alors que Little Black Book est sans doute la chanson la plus mélancolique qui vous a été donnée d’écouter depuis belle lurette. Jusqu’au moment où vous entendrez les premières notes de Have U Heard The Tapes?. Les Make Up sont désespérément importants – essentiels, devrait-on dire car ils sont sans doute les derniers à ne s’embarrasser d’aucun principe, à jouer une musique sans… maquillage, sans fard, sans fioriture. Une musique qui se suffit à elle-même, toujours portée par l’incroyable chant de Svenonius – ici, guttural ; là, suraigu, toujours au bord de la rupture. Traditionalistes, ces quatre doux-dingues le sont, il serait inutile de le nier. Mais, contrairement à nombre de groupes qui vouent une adoration béate aux insouciantes 50’s et aux glorieuses 60’s, jamais ils ne tombent dans le piège de la référence dévote, de la copie carbone. Les Make Up sont – excusez le terme – le dernier groupe de rock’n’roll du monde. Les Make Up sont, en fait, le dernier groupe majeur. Après eux, le déluge. On vous aura prévenus.

Catégories sous surveillanceÉtiquettes , , , , , , , ,

The Yetis

Qui ?

Christian Luengen (voix, guitare solo)
Nick Gillespie (basse, voix)
Patrick Gillespie (batterie)
Freddy Kempel (guitare rythmique, voix) Continuer « The Yetis »

Catégories chroniques nouveautésÉtiquettes , ,

Jacco Gardner, Hypnophobia (Full Time Hobby)

Jacco Gardner avait ouvert en grand les portes de son Cabinet Of Curiosities (2013), le public s’y pressa, émerveillé par les beautés baroques qui y étaient exposées. Succès critique autant que populaire, le juvénile batave a aujourd’hui la lourde tâche de donner une suite à cette prouesse sonore, d’une délicatesse inouïe. Hypnophobia (2015) nous entraîne ainsi dans les nuits blanches du hollandais volant de vingt sept ans. Ce périple sinueux dans les tourments angoissés d’une âme romantique et pure, moins immédiat que son prédécesseur, confirme cependant les espoirs placés dans le timide jeune homme. Les chemins de traverse instrumentaux (All Over, Grey Lanes) à la croisée d’Air, Michel Legrand et Broadcast y rencontrent le psychédélisme chamarré de Syd Barrett et The Move (Find Yourself). Il flotte un doux parfum d’encens rassurant, des volutes de fumées de narguilé emplissent la pièce vide (Outside Forever). Jacco attrape sa guitare sèche, il improvise des arpèges au grès de son inspiration, laissant ses doigts filer sur le manche (Brightly). Le troubadour épigone de Donovan et Nick Drake hante ses nuits de mélodies antiques pour surmonter son insomnie (Hypnophobia). Aux rêves éveillés, bouffées de délire (Before The Dawn) succèdent berceuses en demi-teintes (Make Me See), cependant Jacco ne trouve toujours pas le repos tant désiré. Il se plonge à corps perdu dans sa collection de romans gothiques (Face To Face, Another You) préférant le mythe de Prométhée à une réalité aussi bruyante que déconcertante.

Catégories chroniques nouveautésÉtiquettes

San Carol, Humain Trop Humain (Gonzaï Records)

San Carol, Humain trop humainDe San Carol, on n’avait pas oublié La Main Invisible (2013). Un premier effort intrigant, un disque (de) solitaire entièrement tourné vers les synthétiseurs et une certaine idée des eighties, cette décennie que Maxime Dobosz n’a pas connue. Plus ramassé et percutant, ce second essai enregistré en groupe prend le rock à bras le corps, sans évacuer l’amour des claviers analogiques ni le sens du décalage. Continuer « San Carol, Humain Trop Humain (Gonzaï Records) »

Catégories chroniques nouveautésÉtiquettes , , , , ,

Tahiti 80, Ballroom (Human Sounds)

Les années 90 sont si proches et pourtant si éloignées. Nous étions fringants et beaux. Notre soif d’idéalisme n’avait pas encore été perverti par un matérialisme galopant. Que reste-t-il de nos amours de jeunesse ? Évaporées en souvenirs diffus et sibyllins, quelques chansons émergent de la brume. Heartbeat est de celle-ci. La guitare funk blanc façon Orange Juice, son motif de synthétiseur obsédant (agaçant diront certains) et l’accent français de Xavier Boyer agissent de concert pour ressusciter notre candeur. Déjà quinze ans que Puzzle (1999) est sorti ! Près de deux décennies après leur formation Tahiti 80 est encore là. Durablement installé dans le paysage musical français, le groupe n’a jamais cessé de composer de très bons disques de pop, largement boudés par un grand public frappé de cécité ! Loin de se décourager, les Rouennais ont chéri leur formule magique : une pop bien écrite, légère, dansante, optimiste mais teintée de mélancolie. Dans les grandes lignes, un programme appliqué par la Motown pendant plus d’une décennie. Ballroom, sixième album ne fait que confirmer ce que nous savions déjà : Tahiti 80 est un groupe rare et unique en France. Les normands ont fait appel à Richard Swift (Foxygen). Ce dernier a bouleversé la routine de vieux couple de la formation, la poussant à expérimenter. Revigoré par l’expérience, le groupe s’amuse, accepte ses imperfections, les cultive même ! Ballroom n’en est que plus sincère et attachant. Toujours aussi doué pour les tubes, Tahiti 80 propose en hors d’œuvre son meilleur candidat (Crush). Un single dans la grande tradition du groupe, lointain écho aux Soul Deep et Easy . Le groupe, libéré de cette obligation morale, se lâche dans un disque réjouissant et inventif. Déluge de synthétiseurs analogiques (Coldest Summer), mélodies sixties (T.D.K.), pont psychédélique baggy (Back 4 More) la formation s’éclate à emprunter les itinéraires bis, sans jamais perdre de vue leur essence: de très bonnes chansons. Solid Gold conclut l’affaire avec panache, Tahiti 80 n’a pas l’intention de rendre les armes, les normands ont encore de belles années devant eux et le font savoir avec cet excellent Ballroom.

Catégories chroniques nouveautésÉtiquettes , , ,

Bleeding Rainbow, Interrupt (Kanine)

Reading Rainbow était un charmant duo indie pop de Philadelphie. Aux côtés d’ Eternal Summers et des Young Sinclairs, ils représentaient les plus sérieux espoirs du coin. Après deux albums très chouettes dont l’excellent Prism Eyes (2009), le duo devient quatre et lâche Reading pour Bleeding. Édité dans la foulée, Yeah Right (2011) est une relative déception. Le son a gagné en puissance, mais le groupe a perdu en grâce. Interrupt, bien que dans la lignée de son prédécesseur, nous réconcilie en partie avec les Américains, sans toutefois évacuer tous nos regrets. Dans ses meilleurs moments (Dead Head, Time & Place), le disque évoque une rencontre entre les Posies et Hole, soit un album sous forte influence 90’s. On imagine volontiers Bleeding Rainbow dans le catalogue de Sub Pop produit par Don Fleming. Les batteries cognent, les guitares noisy et massives en mettent plein la gueule. Seule la voix de Sarah Everton amène un peu de lumière dans cet univers impitoyable (Out Of). La recette fonctionne assez bien. On est souvent séduit (Tell Me, Start Again), mais attention à l’indigestion cependant (Images). Un peu de légèreté aurait été bienvenue.

 

Catégories chroniques nouveautésÉtiquettes , , ,

The Young Sinclairs, This is The Young Sinclairs (Ample Play / Modulor)

The Young Sinclairs est un des secrets les mieux gardés de la scène indépendante américaine. Leur nouvel album, This Is The Young Sinclairs est le premier à bénéficier d’une distribution française grâce à une signature sur l’excellent label Ample Play (Sudden Death Of Stars, Bed Rugs). Membre de la famille informelle The Magic Twig Community (Bleeding Rainbow, Eternal Summers), le groupe de Roanoke (Virginie) s’est fait le chantre d’un folk-rock élégant et gracieux depuis une dizaine d’années. 45 Tours après 45 Tours, Sam Lunsford, principal compositeur et initiateur du groupe, a perfectionné un son majestueux et cristallin qu’il déroule fièrement sur ces quinze compositions. La première face de l’album compile une sélection de titres édités en simples dans lesquels Dylan croise les Byrds. Gorgés de Rickenbacker 12 cordes, Problems, New Day et Turned Around font mieux qu’imiter les maîtres, ils les égalent. Chansons égarées dans une faille spatio-temporelle, entre 1966 à Los Angeles et 1987 à Glasgow, l’émotion et la sincérité qui les parcourent sont intemporelles. Dans le second acte, The Young Sinclairs, à la surprise générale, remisent les guitares, place aux pianos et orgues ! That’s All Right et Between The Summer And The Fall tiennent ainsi autant d’Otis Redding et Booker T Jones que du Zimmerman et McGuinn. Country et Soul s’unissent dans un slow langoureux culminant sur la sublime All Fallen Down. Lui succède une anodine I Could Die. Conclusion bien trop bruyante pour un disque si délicat et sensible.