Catégories interviewÉtiquettes , , ,

Domenique Dumont : “On préfère que les gens interprètent ce qu’ils entendent”

Domenique Dumont
Domenique Dumont / Photo : Ansis Starks
avec le fanzine Langue Pendue

Difficile d’imaginer un groupe aussi étrange et mystérieux que Domenique Dumont. Leur musique sautillante, légèrement psychédélique, à la douceur aquatique, envahit immédiatement l’espace tout en posant des énigmes : cette voix féminine chante en français mais un français sur lequel le voile des sens est posé. On y distingue des expressions, des mots très jolis, très chauds, qui semblent nous appeler du fond d’un tunnel. Une musique de fond, voilà, c’est ça, une toile qui protège de la lumière, et qui nous empêche de saisir ce qui se passe dans la réalité, qui nous isole. Continuer « Domenique Dumont : “On préfère que les gens interprètent ce qu’ils entendent” »

Catégories dossierÉtiquettes , , , ,

Papivole #1
 – Mes histoires avec la presse musicale, 1978-2018


Les Inrockuptibles n°9, novembre-décembre 1987, pages 16-17.
« Chilly Willy », The Chills par Jean-Daniel Beauvallet.

Les Inrockuptibles Jean-Daniel Beauvallet Illustration : Pauline Nuñez
Illustration : Pauline Nuñez

Les inrockuptibles Jean-Daniel Beauvallet The Chills1987. À peine débarqué du collège, je glande dans la cours de mon nouveau lycée, le Lycée Courbet, au centre-ville de Belfort. Mon ami Raphaël, qui m’avait fait découvrir Etienne Daho et Tears For Fears, me signale qu’un nouveau magazine propose une interview de Terence Trent d’Arby, qui cartonne, cette année-là, avec son tube Wishing Well. Depuis Michael Jackson, qui m’a scotché avec Beat It, Billie Jean et Thriller, je me trouve une passion pour les chanteurs noirs et funky qui éveillent en moi quelque chose d’inédit, une envie de danse, et sans doute de baise – ça sera pour bien plus tard. Car James Brown, Prince et toute sa clique sont associés dans mon esprit pubère à l’émission Sex Machine des deux gogoles de la télévision française, Dionnet et Manœuvre, qui avaient ouvert en grand mes sept chakras, après des préliminaires délivrés quelques années auparavant par la playmate de Coco Boy. Terence Trent d’Arby, donc, est ma nouvelle passion. Continuer « Papivole #1
 – Mes histoires avec la presse musicale, 1978-2018
 »

Catégories chronique nouveauté

Joseph Fisher, Chemin Vert (Microcultures)

Quand un musicien dépasse la quarantaine – le temps passe vite, me répétait ma grand-mère – plusieurs chemins s’ouvrent alors : se reposer sur ses lauriers et refaire pour la cinquantième fois le même disque, explorer inlassablement tous les autres moyens d’expression et loisirs créatifs qui s’offrent à lui (cinéma, peinture, poterie, couture), ou raccrocher les gants pour balancer ses avis éclairés sur les réseaux (à propos d’autotune, de la pop française, du rap, de Macron…) Il peut aussi se décider à sortir un premier disque, comme ça, pour le plaisir, mais pas que, parce que l’urgence peut se ressentir à tout âge, pas sous la même forme qu’à 17 ans, c’est sûr, mais pas moins puissante. Continuer « Joseph Fisher, Chemin Vert (Microcultures) »

Catégories billet d’humeurÉtiquettes , ,

Histoires (à peu près) vraies

La musique pop est un réservoir illimité de légendes, rumeurs, histoires invérifiables et invérifiées qui excitent notre cerveau de fan, à la fois, ou tour à tour, celui d’historien minutieux, d’archiviste fétichiste, de voyeur insatiable et de complotiste à la petite semaine. C’est dans cet univers fantasmatique que se situe la plupart des épisodes de la série Urban Myths, dont la deuxième saison est diffusée actuellement sur la chaîne britannique Sky Arts. Continuer « Histoires (à peu près) vraies »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , ,

Michniak, L’autre jeu (autoproduit)

Edité dans la nuit du lundi 23 avril via bandcamp uniquement (et pour 1 euro non négociable, obole unique), L’Autre Jeu était annoncé par son auteur dès le mois d’octobre dernier : « Ce que je fais n’est pas vraiment de la chanson, ceci explique peut-être cela. Une formule parmi d’autres, valables aussi : le jeu normal, c’est se mesurer à l’autre; l’autre jeu, c’est se mesurer à soi. » Et les six titres de nous donner des nouvelles d’Arnaud Michniak (ex Diabologum), et de cette dimension infra de la réalité dont il semble être aujourd’hui l’unique habitant.

Continuer « Michniak, L’autre jeu (autoproduit) »