Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

The Reed Conservation Society, La Société de Préservation du Roseau (Violette/Kuroneko)

Tout change un peu, rien ne change vraiment. Après avoir achevé une première trilogie sur format court – 3 Ep’s (2021) – The Reed Conservation Society a donc décidé de franchir le Rubicon linguistique en passant de l’anglais au français. « Je suis curieux de retrouver le cœur des chansons, mais dans un autre contexte. » C’est ce qu’annonçait déjà Stéphane Auzenet il y a bientôt deux ans, en évoquant ici ce long cheminement vers un premier album très attendu. De fait, c’est bien la même inspiration palpitante qui anime aujourd’hui ces compositions façonnées avec toute l’attention et le soin du détail qui caractérisent cet amoureux de l’artisanat pop et ses compagnons d’aventure. Continuer la lecture de « The Reed Conservation Society, La Société de Préservation du Roseau (Violette/Kuroneko) »

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , ,

Les Pheromoans en ont remis partout

The Pheromoans
The Pheromoans / Photo : le groupe lui-même

En 18 ans d’existence, c’est le déjà le treizième album du groupe du sud-est de l’Angleterre, connu et souvent adulé des féru.es de pop revêche matinée d’expérimentations mais encore trop méconnue par chez nous. Le sextette Pheromoans revient donc avec Wyrd Psearch à paraître le 1er Mars chez Upset ! The Rhythm, la bonne crèmerie Londonienne. En guise de première mise en bouche, Downtown, jolie balade sonique aux guitares carillonnantes et à la rythmique toujours solide, qui s’articule autour de la voix et des paroles de Russell Walker. Celles-ci abordent une tentative de remonter le temps, pour s’échapper de l’ennuyeuse réalité. La formule classique du morceau n’enlève pas moins toute la nostalgie qu’il dégage. Le temps qui passe et la crise de la quarantaine sont d’ailleurs des sujets récurrents dans l’album. Un premier single qui laisse à penser que ce nouvel album sera comme les précédents, un petit bijou collectif. Continuer la lecture de « Les Pheromoans en ont remis partout »

Catégories selectoramaÉtiquettes , , , , ,

Selectorama : Maxwell Farrington & Le SuperHomard

Maxwell Farrington & Le SuperHomard
Maxwell Farrington & Le SuperHomard / Photo : Anais Oudar

Il y a des villes avec lesquelles on ne plaisante pas. Brisbane est de celle-ci, berceau de groupes qui comptent, ici et sans doute ailleurs aussi – The Saints dans le rôle de parrains, mais surtout The Go-Betweens et The Apartments. C’est la ville d’où est originaire Maxwell Farrington, baryton gouailleur passionné de cuisine et de vins bio, autant de passions qui pourraient en faire, toute proportion gardée, une sorte de Pepe Carvalho de la pop moderne – version orchestrée. Cette pop moderne orchestrée, elle est imaginée par Christophe Vaillant, son acolyte de quelques années son ainé et au nom de héros de bande dessinée. Continuer la lecture de « Selectorama : Maxwell Farrington & Le SuperHomard »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , ,

Gruff Rhys, Sadness Set me Free (Rough Trade / Beggars)

Dans l’interview dans les colonnes de Section26, Gruff Rhys confesse être accro aux mauvais disques de country des 80’s. On peut lui pardonner cette sortie de route tant ses chansons adoucissent nos journées. Enregistré en trois jours dans les studios de La Frette, le nouveau disque est aussi bon que le précédent et devrait, en toute logique, être du même niveau que le prochain. Depuis que les Super Furry Animals sont rentrés en hibernation plus ou moins prolongée au début des années 2010, Gruff Rhys n’a de cesse d’étonner par sa capacité à se réinventer et surtout à publier des disques de grande qualité. Sur son nouvel album Sadness Set me Free, le Gallois rend hommage à Jean-Claude Vannier tout en prenant position contre la monarchie et les promoteurs immobiliers. Continuer la lecture de « Gruff Rhys, Sadness Set me Free (Rough Trade / Beggars) »

Catégories documentaireÉtiquettes , , , ,

Patti Smith, La Poésie du Punk

Patti Smith
Patti Smith

C’est comme ça. Il y en a qui n’aiment pas Casillas, il y en a qui n’aiment pas Coppola, il y en a qui n’aiment pas Joy Division (et encore moins New Order), il y en a qui n’aiment pas Godard, il y en a qui n’aiment pas Camus, il y en a qui n’aiment pas Leiter, il y en a qui n’aiment pas Madame Bovary, il y en a qui n’aiment pas Huguenin… Moi, je n’aime pas Patti Smith. Ou plutôt, je n’aime pas ses disques, ses chansons. Ou plutôt, je n’aime pas la grande majorité de ses chansons – parce que comme souvent, il y a une exception, et cette exception est ici son plus grand hit – “le seul”, peut-on entendre au début du documentaire et je dirais que ce n’est pas tout à fait exact, en France en tout cas, tant je me souviens des passages en boucle de People Have The Power vers 1988 et exemple quand même assez parfait que le fond, aussi intéressant et pertinent soit-il, a (presque) toujours besoin de la forme. Son plus grand hit, donc ? Une histoire d’amour sur fond de piano entêtant, à la musique composée par Bruce Springsteen, qui en a aussi coécrit le refrain. Because The Night est une belle chanson, une chanson qui fédère, une chanson qui colle des frissons. Et pour moi, ça s’arrête un peu là. Continuer la lecture de « Patti Smith, La Poésie du Punk »

Catégories playlistÉtiquettes , ,

LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS DE JANVIER 2024

Back in biz pour cette nouvelle année où le grand cirque politique nous navre de plus en plus. « Écoutez les oiseaux, pas les infos » nous suggère l’illustrartiste Clémence Michon. Nous, on vous conseille de déconnecter avec cette savoureuse playlist, riche de plein de projets aimés et de découvertes emballantes. Croyez-nous, en cette période où on essaye de nous faire croire que même les sites internet consacrés à la musique sont moribonds, c’est salvateur. (TS)

Écoutez cette playlist sur votre plateforme favorite : YouTube, Deezer, Spotify.
NDLR : Les playlists Deezer et Spotify ne comportent pas l’intégralité des titres de cette sélection.

Continuer la lecture de « LA PLAYLIST DES NOUVEAUTÉS DE JANVIER 2024 »

Catégories interviewÉtiquettes , , , ,

Gruff Rhys : « J’ai une passion pour les mauvais disques de country des 80’s ».

Gruff Rhys
Gruff Rhys / Photo : Alain Bibal

Avec 25 albums au compteur, Gruff Rhys fait désormais partie des vétérans de l’indie. Là où d’autres ont eu largement le temps de perdre musicalement en cours de route ou bien de griller leur santé physique et/ou mentale, Rhys continue d’étonner par la diversité et la qualité de son parcours artistique depuis la création de son premier groupe, Ffa Coffi Pawb, en 1988. Son dernier album en date, Sadness Sets Me Free, est sans doute l’un des plus variés de sa carrière. Ce n’est pas pour autant qu’il s’égare un focus sur les instruments acoustiques et un sens inné de la mélodie pop parfaite sont le point commun entre l’indie pop, la bossa et la country. Enregistré live en studio et en un temps record, la spontanéité de Sadness Sets Me Free en fait un disque à part, où le plaisir de jouer est palpable, et la complicité évidente entre les musiciens. Gruff Rhys, tout juste arrivé de Liverpool après un concert en ouverture de The Coral, le confirmera lors de cet entretien pendant lequel il nous parlera également du morceau qui a déclenché son envie de composer, de Lee Hazlewood et de l’importance du Surf’s Up des Beach Boys lors de la formation de son groupe Super Furry Animals. Continuer la lecture de « Gruff Rhys : « J’ai une passion pour les mauvais disques de country des 80’s ». »

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , , ,

Marbled Eye de retour après cinq ans d’attente

Marbled Eye / Photo : Jeremy Chiu
Marbled Eye / Photo : Jeremy Chiu

Cinq ans après Leisure, leur unique album, la bande d’Oakland (composée de Chris Nativitad, Alex Shen, Michael Lucero & Ronnie Portugal, qui succède à Andrew Oswald parti du groupe récemment) a su être patiente. Après moult événements de vie (séparations, naissance d’enfants ou autres déménagements), Marbled Eye nous fait le plaisir d’un nouvel album, Read The Air, enregistré dans divers lieux de répètes ou piaules de la ville, à paraître chez Digital Regress (label de qualité qui célèbre la scène locale et d’ailleurs telles les Shifters, The Kiwi Animal, Exek ou Bobby Would pour ne citer qu’eux) et Summer Shade (Tony Molina en sortie unique). Continuer la lecture de « Marbled Eye de retour après cinq ans d’attente »