Catégories borne d'écouteÉtiquettes , ,

Exclu : « Pour qui est cette chanson » par Colombey

A l’Est de la Seine-et-Marne à un moment indéterminé, a lieu une fête, celles avec des sounds systems sauvages qui crachent des musiques hypnotiques et violentes. Dans son nouveau morceau Pour qui est cette chanson, Colombey nous raconte l’histoire de celui qui déambule depuis des heures au sein de ce fracas. La morosité s’installe lorsqu’il s’éloigne des enceintes, alors que le DJ ralentit le tempo en passant un 45t plus lent et mélancolique. Comme à son habitude, spleen et désolation plantent le décor, toutefois moins cafardeux qu’à l’habitude avec l’auto-tune qui confère une ambiance cotonneuse au morceau. Cette chanson sort donc aujourd’hui en exclusivité sur section26 et « se retrouvera ou pas dans mes prochaines productions », nous dit Thibault, alias Colombey.

Catégories mardi oldieÉtiquettes , , , ,

True West, Kaleidoscope Of Shadows : The Story So Far (Bring Out Your Dead Records)

Les périodes de transition musicale sont souvent les plus intéressantes et les plus riches, en particulier quand elles s’animent dans les marges. Celle dont il s’agit ici est communément désignée – aussi bien d’ailleurs par les commentateurs que par les acteurs eux-mêmes – sous le terme de Paisley Underground. Début des années 1980, sur la côte Ouest des USA : une cohorte de jeunes musiciens locaux amorce une relecture originale et considérablement influente de l’histoire du rock. Sur le fond, ils demeurent profondément marqués par les soubresauts telluriques du punk dont ils ont essentiellement retenu l’appel à la création libre, émancipée de toute contrainte technique ou commerciale. Sur la forme, en revanche, ils refusent toute prétention à la pratique nihiliste de la table rase et revendiquent d’emblée une filiation claire et assumée avec les aînés négligés de la légende alternative. The Velvet Underground sert, évidemment, de point ralliement. Mais aussi Love, The Stooges, The Byrds et pas mal d’autres. Continuer la lecture de « True West, Kaleidoscope Of Shadows : The Story So Far (Bring Out Your Dead Records) »

Catégories borne d'écouteÉtiquettes , , , , ,

« Crazy », le nouveau single de Spiritualized

La fièvre monte à mesure que la sortie du nouvel album de Spiritualized Everything Was Beautiful se rapproche (le 25/02 chez Bella Union/PIAS). Après avoir partagé le premier extrait Always Together With You il y a quelques semaines, on découvre ou presque un nouveau single intitulé Crazy. Ballade country-soul mystique magnifiée par les chœurs de l’ américaine Nikki Lane. En sus, un superbe scopitone, réalisée par Jason Spaceman himself et probablement inspiré par le Kiss d’Andy Warhol. Crazy love for Crazy days.


Everything Was Beautiful de Spiritualized sortira le 25 février chez Bella Union/[PIAS]. Interview à venir dans ces colonnes.

Catégories Chronique en léger différéÉtiquettes , , , , , , ,

Silk Sonic, An Evening With Silk Sonic (Aftermath Entertainment/Atlantic, 2021)

L’art de faire des albums à la fois populaires et exigeants est un noble sacerdoce très sous-estimé. Il est si agréable d’aimer immédiatement une chanson et d’en saisir la qualité d’écriture au fil des écoutes. Silk Sonic, le duo formé par Bruno Mars et Anderson .Paak, appartient à cette catégorie de musiciens pas si prolifiques que ça : les orfèvres de la pop. De Quincy Jones en passant par Electric Light Orchestra, Teddy Randazzo ou la Motown ; ils sont quelques uns à faire des merveilles dans le format imposé du couplet-refrain. Silk Sonic maintient en vie la tradition avec leur premier album An Evening With Silk Sonic (2021). En une trentaine de minutes, le chanteur perfectionniste et le talentueux batteur déploient huit chansons écrites, enregistrées et arrangées selon des codes plus anciens que l’âge du duo réuni. Loin d’être rétro ou un vulgaire pastiche, An Evening With Silk Sonic est une ode aux grooves ondoyants, une flamme intense de plaisir. Ce geyser de mélodies sucrées saturent les veines de douceur. Les deux musiciens convoquent le meilleur de la Philly Soul et des groupes vocaux des années soixante-dix. Qui aurait cru que nous pourrions citer les Chi-Lites ou les Stylistics dans une chronique en 2021 ? L’affaire sonne, en tout cas, merveilleusement bien. Continuer la lecture de « Silk Sonic, An Evening With Silk Sonic (Aftermath Entertainment/Atlantic, 2021) »

Catégories sunday archiveÉtiquettes , , , ,

Poésie organique : L’Altra (2002)

L'Altra
L’Altra

Il faut bien l’avouer : au bout de vingt ans les souvenirs parasites avaient fini par prendre le pas sur l’essentiel pour ce qui concerne In The Afternoon de L’Altra. D’abord ceux d’une rencontre, quelques semaines après la sortie remarquée de l’album, dans un hôtel pas très loin de la place Léon Blum, avec deux des membres de L’Altra – Joseph Costa et Lindsay Anderson – qui, sans doute fatigués par les contingences d’une première tournée européenne d’ampleur, étaient restés vautrés sur le lit pendant toute la durée de l’interview ici restituée, ne consentant à répondre qu’entre deux bouchées de ce fromage local et insipide, qui représentait peut-être à leurs yeux le comble de l’exotisme parisien, et dont le nom m’avait semblé, dans l’instant, curieusement correspondre à la beauté de leur musique. Oui, la mémoire s’obstrue de détails futiles mais je suis certain que les deux musiciens s’étaient tapé une boîte entière de Caprice Des Dieux – avec baguette, comme il se doit – en trente minutes. Les souvenirs, surtout, d’une année où ce label de Chicago – Aesthetics – s’était brutalement imposé comme l’un des épicentres les plus captivants de nos passions musicales partagées. Dans cette chaîne unissant Pulseprogramming, 33.3 ou Windsor For The Derby, L’Altra n’apparaissait plus par moments que comme un maillon parmi d’autres, à peine plus éclatant. Continuer la lecture de « Poésie organique : L’Altra (2002) »

Catégories livresÉtiquettes , , ,

Musiques : Traverses et Horizons, Philippe Robert (Le Mot et le Reste)

Au commencement était le son, ceux qui ne l’ont pas encore compris pourront toujours se pencher sur ce florilège de disques essentiels qui a le mérite de ne pas ressasser le top 100 habituel mais de nous faire cheminer dans des paysages d’air, de vibrations et d’intonations puissantes et décalées.

Traverses et horizons est un recueil d’archives qui compile l’évolution musicale du siècle dernier, une anthologie totale de 400 albums pour 100 ans de musique. S’écartant de tous les classement habituels, Philippe Robert œuvre en musicologue pointilleux qui aurait pour panneaux directionnels le folk, le jazz, le blues, le rock et les musiques expérimentales. Continuer la lecture de « Musiques : Traverses et Horizons, Philippe Robert (Le Mot et le Reste) »

Catégories coverÉtiquettes , , , , , ,

Bobby Would reprend « And I Love Her » des Beatles

Un son vaporeux, une voix caverneuse, quelques libertés sur l’orchestration et un tempo sensiblement ralenti, mettant en valeur profondeur et romantisme. Tout le travail Bobby Would est concentré dans cette reprise d’And I Love Her des Beatles. Un titre choisi sur les conseils de Roshu, une personne qu’il apprécie, car Bobby ne pratique que très rarement l’art de la cover. Nous n’en saurons pas plus, si ce n’est que cette version fait partie d’une installation, The Seventh Beatle, initiée par son ami Dennis Tyfus (Ultra Eczema Records) pour la Galerie Tim Van Laere à Anvers. Le principe est de reproduire un juke box avec des covers expérimentales des quatre de Liverpool, pourvue d’un seul bouton qui lit de façon désordonnée les morceaux repris. Après un exceptionnel album salué dans nos colonnes dans le classement de l’année passée, Bobby Would persévère dans cette croisée des chemins art / musique qu’il aime régulièrement exprimer dans son travail.

Continuer la lecture de « Bobby Would reprend « And I Love Her » des Beatles »

Catégories selectoramaÉtiquettes , ,

Selectorama : Olivier Albert Brion

Olivier Albert Brion
Olivier Albert Brion

Une orbite incertaine, une périodicité fluctuante : à l’instar de certaines comètes, Olivier Albert Brion laisse irrégulièrement entrevoir quelques-unes de ces lueurs pop fulgurantes dont il semble détenir le secret. Des apparitions aussi rares que précieuses qui s’étendent désormais sur quatre décennies. Dorian Gray, The Yachines, Discover, OHIO ou nom de baptême : les appellations changent et le contexte aussi. Cela n’a que peu d’importance puisque c’est toujours ce même sens de la mélodie nostalgique qui irradie, cette expression unique, francophone et anglophile, où les terres à fantasmes anglo-saxonnes servent souvent de toiles de fond aux projections d’un imaginaire singulier et intime. Autant dire que le retour discret et tardif d’Olivier Albert Brion dans les ultimes semaines de l’année révolue est apparu comme un événement digne de considération : un nouveau projet décliné sous forme de triptyque. Vingt et un morceaux publiés au fil de trois Ep’s numériques de vingt-et-une minutes chacun pour ponctuer la fin de l’année 2021 –Potomac, Maryland et Lady Bird.  Il y a du Felt, bien sûr, dans ce petit jeu de la numérologie obsessionnelle et ça n’est évidemment pas pour nous déplaire. En attendant les publications à venir et une évocation plus complète de ce qui pourrait bien devenir l’un des meilleurs albums de 2022, le principal intéressé s’est prêté de bonne grâce à l’exercice du Selectorama. Continuer la lecture de « Selectorama : Olivier Albert Brion »