Sous Surveillance : le nouveau label Too Good To Be True

Too Good To Be True
Too Good To Be True

Qui ?

Tout commença avec beko, très estimé label défricheur brestois, qui connut deux périodes – de 2009 à 2011, beko dsl, avec des singles voire des albums téléchargeables chaque semaine gratuitement, débutant par Death In Vanilla, finissant en beauté par Ela Orléans ; et à partir de 2012, beko disques, avec un passage aux réalisations physiques vinyle, k7 et CD, et une pelletée de singles digitaux. La sortie CD de La Houle marque la fin de l’aventure beko en 2017, après la publication de 370 artistes. Mais laissons la parole à Reno, grand instigateur : “Avec Emmanuel, mon acolyte, nous étions arrivés à saturation. En 2019, avec Christophe mon partenaire chez le disquaire Bad Seeds à Brest, nous avons monté Music From The Masses, avec la volonté de promouvoir la scène brestoise et bretonne foisonnante (Lesneu, Maman Küsters, Tropique Noir, Chapi Chapo, The Dale Cooper Quartet, Beach Youth, et bientôt le nouvel album de Bantam Lyons). Mais quelque chose me manquait… Pour pallier cette atmosphère de covid morose, l’envie de remonter un autre label s’est imposée. Pendant le confinement, j’ai repris contact avec d’anciens acteurs importants de beko. La première personne qui a répondu favorablement à ma demande est Rhys Griffiths, ex membre de Mooncreatures, avec qui nous avions déjà sorti grand nombre de productions, il m’a fait écouter l’album de Ski Saigon, son nouveau projet et là j’ai su que c’était gagné. Restait à convaincre Emmanuel, qui m’a accompagné durant les années beko disques, mais rapidement, il fut partant. Je voulais également que mon amie Nathalie fasse partie de l’aventure, c’est une graphiste, designeuse, imprimeuse, éditrice, directrice artistique. Son statut d’indépendante lui donne une grande liberté de travail et de créativité. Elle a également travaillé en édition dans l’imprimerie. Une activité qu’elle retrouve aujourd’hui avec SUPER BANCO, sa nouvelle activité d’impressions en risographie (ancien procédé d’impression qui est un mix entre la sérigraphie et la photocopie). Parallèlement elle a créé Les Éditions Autonomes, une maison d’édition indépendante consacrées à l’art.”

Où ?

A Brest, évidemment !

Quoi ?

Reno : “Nous avions tous les trois la volonté de proposer de très beaux objets. Ayant les outils en main grâce à SUPER BANCO, toutes les portes étaient ouvertes, confections artisanales en risographie, sérigraphies, livrets, posters…mais aussi possibilité de gaufrages, encarts avec d’autres structures amies. Chaque artwork sera différent et pensé selon notre bon vouloir, mais bien entendu les artistes y participeront aussi. Notre seul objectif, faire un beau packaging pour le format CD qui peut sembler bâtard au premier abord. Les sorties Too Good To Be True se font étroitement en collaboration avec Les Editions Autonomes.”

Première sortie

Ski SaigonSki Saigon

Auteur d’un premier EP un peu confidentiel en 2016, alors que l’aventure Mooncreatures battait son plein, Rhys Griffiths explorait l’étonnante histoire de la première piste de ski indoor au monde dans un Saïgon encore occupé par les Français, un versant plus pop et personnel de sa musique.

Avec Ski Saigon, la voix étouffée de Rhys Griffiths vous susurre à l’oreille, en privé, ses belles histoires de voyages et d’aventures sur un fond de guitares rêveuses et étincelantes. Dans Sees the Albatross, l’odyssée prend une tournure homérique grâce aux claviers et au chant de sirène de Laura Kovic (Tigercats) qui, à chaque apparition, propulse la musique de Ski Saigon dans un délicieux univers jangly un peu rétro renvoyant aux grandes heures de l’internationale pop des années 1980/90. On pense à toute cette lignée de groupes enfantés par les Young Marble Giants ou à tous ces outsiders incompris de chez Sarah Records mais aussi à Luna.

Format : CD, livret 8 pages en risographie, carte postale

Futur (très) proche

Dumb TrainDumb Train

Drug Train et beko sont liés par une évidente correspondance franco-québécoise. Depuis 2012, trois albums ou mini albums en cd ou cassette, un 7″, des EP digitaux, des apparitions sur des compilations, ce n’est plus une collaboration, c’est de l’amour ! Il était donc évident pour Too Good To Be True de retravailler avec les chums, rebaptisés aujourd’hui Dumb Train.

“Dumb Train puise la plupart de ses influences dans un medley 80’s/90’s où se croisent variété, pop, new wave, house, abstract hip hop et breakbeat. Mais là où ils excellent véritablement, c’est que, très loin de faire dans le revival, ils s’emparent des codes pour créer une musique résolument moderne et ancrée dans les 2K20’s, une musique de laquelle se dégagent une grande sensualité, mêlée à une nonchalance bien cool. L’autre force de Dumb Train, c’est un véritable talent pour les gimmicks qui illuminent la plupart de leurs morceaux dont les structures sont bien plus fouillées et complexes qu’il ne pourrait y paraître à première écoute.”

Format : CD édition limitée (deux dépliants 3 volets, imprimés en risographie, sous une belle enveloppe imprimée et ornée d’un autocollant).

NDLR : On vous reparlera très vite de cet album.

Too Good To Be True travaille déjà sur les prochaines sorties CDs, direction Leeds et Saint Jérôme, Québec. Une première sortie vinyle est également en préparation, qui risque de faire plaisir à pas mal de monde…

A voir

A suivre

Facebook : https://www.facebook.com/toogoodtobetruerecords/

Instagram : @toogoodtobetruerecords

Bandcamp : https://toogoodtobetruerecords.bandcamp.com/releases

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *