Catégories coverÉtiquettes , , , ,

Joel Jerome reprend « MTV Makes Me Want To Smoke Crack de Beck

Cette semaine, c’est la tuile. Pas de reprise inédite à proposer. Mais puisqu’on vient d’apprendre que l’excellent Joel Jerome édite pour la première fois en vinyle When Beck Was Cool Vol. 1, sa compilation de reprises d’un autre Californien, on s’est dit que l’occasion était parfaite pour rappeler l’existence de l’une des meilleures blagues pop des dernières années. Voici donc le fameux hommage, irrévérencieux et potache, d’un fan à son idole partie trop tôt, dans des circonstances qui, vingt ans plus tard, paraissent toujours aussi nébuleuses.

RIP Beck.

PS : On apprend qu’un second volume de reprises est en préparation.

Catégories coverÉtiquettes , , , , ,

Julien Gasc reprend « Baby I’m A Want You » de The Moments (qui reprend Bread) (inédit)

portrait de Julien Gasc
Photo : Cayo Scheyven

Et voilà que la pluie et le froid reviennent subitement après l’équinoxe, mais qu’importe car aujourd’hui notre Julien Gasc national (avec à la production Aurélie Mestres), nous offre un moment tendre et doux avec sa reprise de Baby I’m A Want You inspirée par la version de 1972 de The Moments (les plus « dad rock » d’entre vous, en connaissent certainement la version originale du groupe — supposément — favori d’Homer Simpson, Bread). L’idée de la reprise de la reprise fut déclenchée par l’émerveillement de Julien à la découverte du groupe qui ne s’appelait pas encore à l’époque Ray, Goodman & Brown. Des nombreuses cordes à l’arc de Gasc, nous connaissions le tropisme vers le tempo brasileiro, le goût pour la poésie de sens en français, le nez futé de fin limier de la pop la meilleure et le voici qui nous dit : fi du Soft Rock, vive la Soft Soul !

Julien Gasc sera en concert à Bruxelles au MIMA / festival Francofaune le 13 octobre.

Catégories coverÉtiquettes , , , ,

Raoul Vignal reprend « Take Me Home (Part 2) » de Cabane

Raoul Vignal Thomas Jean Henri Cabane
Raoul Vignal et Thomas Jean Henri / Cabane

Au début, je n’ai pas voulu l’écouter. Parce que je trouve tellement parfaite la version originale de cette chanson admirable – sa douceur, sa mélancolie érigée en art de vivre, la voix feutrée de Bonnie « Prince » Billy, les chœurs qui emportent le cœur – que je me suis dit “à quoi bon” ; Et aussi, parce que je peux bien l’avouer, depuis quelque temps maintenant, je suis incapable de réécouter cette chanson, et le sublime album auquel elle appartient (Grande Est La Maison, un petit chef d’œuvre d’intimité déclinée en clair-obscur) qui ont bercé mon quotidien pendant plusieurs semaines – ces semaines de confinement dont je ne me rendais pas compte à quel point elles étaient traumatisantes. Mais ne plus pouvoir écouter un disque, ce n’est pas la première fois que ça m’arrive et en général, ça m’arrive avec des disques importants – le dernier, c’était La Question de Françoise Hardy, que j’ai tenu éloigné de ma platine pendant presque deux ans

. Continuer la lecture de « Raoul Vignal reprend « Take Me Home (Part 2) » de Cabane »

Catégories coverÉtiquettes , , ,

The Stroppies reprennent “Used To” de Wire (inédit)

The Stroppies
The Stroppies

Depuis quelques années, tout se passe comme si le centre de gravité de la pop indé s’était déplacé vers l’Australie et en particulier vers la ville hyper-créative de Melbourne, où crèchent les Stroppies. Pour mémoire, l’émission Transmission #32 de Section 26 avait donné un bel aperçu de cette nouvelle scène pop australienne en pleine effervescence.

Continuer la lecture de « The Stroppies reprennent “Used To” de Wire (inédit) »

Catégories coverÉtiquettes , , , , ,

Èlg reprend “Something Big” par Jim O’Rourke (qui reprend Burt Bacharach) (inédit)

Portrait du musicien Èlg
« Soudain, un inconnu vous offre des fleurs ». Èlg / Photo : Hélène Bernard

Au jeu des costumes et des masques, Laurent Gérard a.k.a. Èlg est très fort. Preuve en est car, qu’il soit cavalier seul ou en bande organisée (par exemple au sein d’Orgue Agnès ou d’Opéra Mort), il sort depuis plusieurs années de son chapeau de magicien démons et merveilles, autrement dit des bandes-sons intrigantes et à géométrie variable qui ravissent les oreilles en mal de révélations soniques sous forme d’inattendu. Ici musique-de-film (courez voir Les Particules de Blaise Harrison sorti en 2019) ou là tête-de-radio (écoutez un peu pour voir les 10 épisodes d’Amiral Prose), il s’amuse à se laisser aller à l’onirisme le plus délirant, tout en cris ou en murmures, et bâtit un tout fait des bris de glace d’un espace-musique en ruines. Quoi de plus normal alors qu’il nous propose aujourd’hui d’écouter, tel un Dr. Frankenstein facétieux (le titre était initialement sorti sur une compilation du label Vilain chien), une reprise d’une reprise entre quatre z’yeux bleus chers à notre cœur. Sous les visages de Bacharach et d’O’Rourke donc, « j’avais envie d’y injecter un peu de robotisation sensuelle et quelques harmonies plus mélancoliques » — nous dit-il. Something big ? Eurêka !

Continuer la lecture de « Èlg reprend “Something Big” par Jim O’Rourke (qui reprend Burt Bacharach) (inédit) »

Catégories coverÉtiquettes , , , ,

Sinaïve reprend « Move On Up » de Curtis Mayfield… et le transforme en « Mont Olympe » (inédit)

« Homme, es-tu capable d’être juste ?
C’est une femme qui t’en fait la question. »
Je ne sais pas si j’ai tout bien compris de l’idée derrière le terme de « craduction » qui m’a été soufflé par l’admirable traductrice Fanny Quément, avec qui nous échangions autour de la traduction de textes de chanson, anglo-saxonnes notamment. Il s’agirait de partir du texte d’origine et de ne pas en tenir compte ou si peu, tout simplement. Quand j’ai eu la possibilité de discuter tranquillement avec Calvin du groupe Sinaïve, nous avons devisé sur la possible édition d’une cassette qui verrait le groupuscule strasbourgeois s’aventurer sur le terrain de l’album de reprises. En toute confiance vis-à-vis de l’agilité du groupe (j’ai écrit tout le bien que je pensais deux à trois reprises dans Section 26, ici, ici, et ), je ne m’attendais pas à les voir s’aventurer sur le champ miné de l’adaptation, plus périlleux dans le sens où il s’agit de traduire dans sa langue des idées, un style, une musicalité. Évidemment, avec toujours un coup d’avance, j’aurais dû le deviner, Sinaïve a enregistré ce déroutant Move On Up de Curtis Mayfield qui ainsi « craduit » devient Mont Olympe, soit un savant essai, croisement fou entre l’agilité féline du tube du compositeur américain et un texte brûlant d’Olympe de Gouges, femme politique sous la Révolution Française, ce qui, vu d’ici, ne devait pas être une mince affaire : elle finit guillotinée, comme beaucoup. Admirable, comme tous les pas de côté du jeune groupe de Strasbourg, quartier gare, dont on est les premiers groupies. La suite des surprises, reprises, sur une petite cassette en cours de fabrication, dont on reparlera sans doute.

Catégories coverÉtiquettes , , , , , , , ,

Richard Robert reprend “Just One Kiss” de The Cure (inédit)

Je ne sais plus quel artiste avait déclaré cela, mais c’était dans un vieux numéro des Inrockuptibles – la formule bimestrielle, je crois : pour résumer, il affirmait que les chansons réussies étaient celles que l’on pouvait jouer à l’aide d’une simple guitare acoustique, débarrassées des enluminures de la production, libérées des arrangements, toujours splendides même quand elles s’offraient ainsi dans toute leur nudité. Sans bien savoir pourquoi, je trouvais cette image très belle, d’autant plus que, quelques semaines ou mois plus tard, je découvrais l’immense reprise de Bizarre Love Triangle par Devine & Statton : une guitare, donc, et la voix si blanche d’Alison métamorphosaient un maelstrom des dancefloors en une comptine d’une fragilité exquise, destinée à celles et ceux dont le cœur doute toujours un peu. 

Continuer la lecture de « Richard Robert reprend “Just One Kiss” de The Cure (inédit) »

Catégories coverÉtiquettes , , , ,

TJO reprend « Cruel Summer » de Bananarama

TJO, aka Tara Jane O’Neil

J’ai une hypothèse : on finit toujours, un jour ou l’autre, par croiser le chemin de Tara Jane O’Neil. Au hasard d’une performance, d’un film ou d’un concert plus ou moins confidentiel, ou bien au détour d’une compilation faite par un total inconnu, dont vous ne savez absolument rien mais que vous voudriez encore aujourd’hui remercier mille fois pour vous avoir un jour permis d’écouter obsessivement un seul et même disque une année toute entière ou presque.

Continuer la lecture de « TJO reprend « Cruel Summer » de Bananarama »