Catégories chroniquesÉtiquettes ,

Kim, Les sessions du Carreau capturées par Cléa Vincent (auto production)

J’ai rencontré Kim à Colmar dans une autre vie, fin des années 90 sans doute, il venait tel un baladin jouer au Grillen, et rencontrer ses pairs de la grande international pop underground. Depuis nos échanges ont toujours été espacés mais constants : le lien était ténu, tenant pendant longtemps (avant internet) dans de petites cassettes démo, témoins des innombrables enregistrements dans lesquels le très fin musicien bordelais se perdaient parfois. Ce caractère hyper actif était déjà présent, chez lui, ce choix indiscutable de grandir en toute transparence, avec le risque de se planter, d’y laisser des plumes de crédibilité, de se perdre, et paradoxalement de disparaître. Mais Kim s’en moque, car il ne s’adresse pas à un public, mais à plusieurs, à des individus même (il réalise des concerts par Skype et ce depuis longtemps, sans attendre de circonstances exceptionnelles), un par un. Pour cela, il a besoin de se réinventer constamment, d’ajouter un instrument à son arc, d’explorer de nouveaux styles, de nouvelles géographies, de multiplier les collaborations (musiciens, labels) et comme s’il n’y en avait assez, de s’inventer de nouvelles identités pour inonder présentement les plateformes de faux tubes, de détournements comico-situationnistes. Il faudrait consacrer une vie à cette œuvre labyrinthique, et écrire une encyclopédie pour recoller les bouts de carrières qu’il ajoute tous les mois quasiment à son art total. Continuer « Kim, Les sessions du Carreau capturées par Cléa Vincent (auto production) »