Catégories 45 tours, chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

Kim & Cléa, Quelque chose qui me chiffone / Antinomique (autoproduction)

“Chercher à mettre un rond dans un carré / Célébrer l’animal et le manger / Hidalgo dans les limbes à Paris / Y’a du sang dans les fresques d’Annie”

Il n’est jamais trop tard : je découvre en ce moment l’objet idéal de ma vocation tardive de rock-critique (et de Monsieur Du Snob, un peu) : le tout petit tirage. Si possible amical et confidentiel, il détient ce quelque chose d’humanité et de proximité qui renverse la table de l’habitude. Pressé, dupliqué, gravé, scotché, crayonné, passé de la main à la main, ou mieux, envoyé par la Poste, il exhale à une micro échelle ce petit goût de l’attente, ce parfum de découverte, cette jouissance de l’instant, tout en trouvant la quantité adéquate à son rayonnement intime. Continuer la lecture de « Kim & Cléa, Quelque chose qui me chiffone / Antinomique (autoproduction) »

Catégories coverÉtiquettes , , ,

Kim reprend “Looking From A Hilltop” de Section 25 (inédit)

Kim
Kim / Photo : Anabelle Fadat

Kim est toujours en feu, on vous rassure. Le confinement semble avoir décuplé les activités de ce touche-à-tout passionné et volubile : entre son Super Pizza Club (joignez-vous à la fête via FB) où il fomente un album collectif travaillé avec ses fans et ses tentatives de laborantin fou de faire plier la réalité actuelle et difficile des artistes (ses concerts itinérants, ses vidéos pédagogiques, son Patreon), il trouve le temps de sortir un nouvel album de rock primitif en trio. Et de nous faire un clin d’œil avec cette reprise de Section… 25. Que Kim soit loué.

Catégories chroniquesÉtiquettes ,

Kim, Les sessions du Carreau capturées par Cléa Vincent (auto production)

J’ai rencontré Kim à Colmar dans une autre vie, fin des années 90 sans doute, il venait tel un baladin jouer au Grillen, et rencontrer ses pairs de la grande international pop underground. Depuis nos échanges ont toujours été espacés mais constants : le lien était ténu, tenant pendant longtemps (avant internet) dans de petites cassettes démo, témoins des innombrables enregistrements dans lesquels le très fin musicien bordelais se perdaient parfois. Ce caractère hyper actif était déjà présent, chez lui, ce choix indiscutable de grandir en toute transparence, avec le risque de se planter, d’y laisser des plumes de crédibilité, de se perdre, et paradoxalement de disparaître. Mais Kim s’en moque, car il ne s’adresse pas à un public, mais à plusieurs, à des individus même (il réalise des concerts par Skype et ce depuis longtemps, sans attendre de circonstances exceptionnelles), un par un. Pour cela, il a besoin de se réinventer constamment, d’ajouter un instrument à son arc, d’explorer de nouveaux styles, de nouvelles géographies, de multiplier les collaborations (musiciens, labels) et comme s’il n’y en avait assez, de s’inventer de nouvelles identités pour inonder présentement les plateformes de faux tubes, de détournements comico-situationnistes. Il faudrait consacrer une vie à cette œuvre labyrinthique, et écrire une encyclopédie pour recoller les bouts de carrières qu’il ajoute tous les mois quasiment à son art total. Continuer la lecture de « Kim, Les sessions du Carreau capturées par Cléa Vincent (auto production) »