Spiritualized, Ladies and gentlemen we are floating in space (Fat Possum)

On ne sait pas toujours de quoi est faite la réalité. Lorsque cet album sort, le 16 juin 1997, l’ouverture de son packaging médicamenteux et le décollement de l’opercule en alu du blister laissent planer dans toute la pièce l’aura opiacée de Jason Pierce et l’arbre généalogique chargé du groupe. Ladies and Gentlemen We Are Floating in Space est le troisième album studio de Spiritualized. A la fois vaporeux et terriblement ancré dans la matérialité physique de la musique, on y trouve des apparitions du Balanescu Quartet et du London Community Gospel Choir. Qualifié d’album space rock psychédélique, il atteindra pourtant la quatrième place des charts britanniques, au plus fort de la période Britpop.

Spiritualized
Spiritualized

La vraie came de Jason Pierce, – alias J. Spaceman- étant sans aucun doute la musique, le compositeur traine cependant avec lui un halo narcotique qu’il serait difficile de déconstruire. Son premier groupe fondé avec Peter Kember – alias Sonic Boom – , Spacemen 3 (1982-1991), est imprégné d’images de drogue, de guitares électriques saturées et de lunettes noires. Revolution donne le ton de la résistance puissante à une société violente et uniforme. Une fois les clichés intégrés, ce qui semble fonctionner pour Pierce se mâtine d’une implacable connaissance de l’histoire de la musique, du free jazz, aux Stooges, d’orchestres philharmoniques à Yoko Ono en passant par les Cramps ou Daniel Johnston.
Dans une l’époque, elle aussi, chargée, Spiritualized trace sa route pendant que les Daft Punk chantent Around The World, à l’heure où la mondialisation est en marche et que le Titanic coule sur grand écran, deux temps, deux mesures. Les années qui suivront ne présageront de rien d’autre que de la fin d’une période de faste. Pendant ce temps, l’avion qui emmène Jason et sa trousse de toilette vers d’autres cieux finira par atterrir violemment et Pierce frôlera la mort de près à plusieurs reprises.

Mais le voyage étant l’essentiel, Ladies and gentlemen… distille de subtils moments allant du gospel à la noise, embarquant de brillantes ballades pop spectrales et des morceaux comme éblouis par un soleil de plus en plus proche. Le génial I Think I’m In Love navigue entre deux niveaux de conscience. Jason, sibyllin, se répond à lui-même, avec une puissance textuelle et électrique qui rappelle ce quelque chose flirtant avec la folie et la dépendance d’un Happiness Is A Warm Gun sur l’album blanc des Beatles.

Sans quitter les bases entêtantes du rock’n’roll, l’album embrasse aussi les notions de mélodie et d’harmonie et gagne cette aura aérienne qui le caractérise, flirtant aux confins du mystique avec les élévations du London Community Gospel Choir, des additions d’orgues, Farfisa, Hammond, et aussi de la voix et des paroles de Pierce. Et les cloches floydesques de No God Only Religion. Phénix intrépide et philosophe, Jason Pierce a dû décider très tôt de quitter le niveau du sol et de se créer des endroits où disparaître ; substances, sons, expériences saturent l’espace de Spiritualized mais le groupe continue à aller de l’avant à contre-courant dans le cosmos du rock’n’roll.

Pierce a dit dans une interview que sa vie avait été modifiée par Raw Power d’Iggy et les Stooges, le premier disque qu’il ait acheté :“Il semblait tomber du ciel.”


Ladies and gentlemen we are floating in space de Spizitualized est disponible en réédition chez Fat Possum.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *