Selectorama : Nine Antico

Laetitia Dosch et Sara Forestier dans "Playlist" de Nine Antico
Laetitia Dosch et Sara Forestier dans “Playlist” de Nine Antico

De petits boulots en coups de cœur souvent illusoires, Sophie (Sara Forestier), la presque trentaine, erre dans un Paris en noir et blanc filmé par Nine Antico, qu’on connaissait avant tout par son coup de crayon générationnel bien senti (Girls Don’t Cry, Le Goût du paradis, Coney Island Baby, entre autres). Comme dans ses BD à l’humour bittersweet, elle émaille ça et là son film de références musicales comme de petites pierres blanches qui nous ont immédiatement parlé. Jugez plutôt : Daniel Johnston, Electrelane, Yo La Tengo et trois morceaux de Lispector, dont on vous a souvent parlé ça et sont dans la BO, Bertrand Belin, Lescop et Berroyer dans le casting. Frais et piquant, Playlist s’éloigne vite d’une colorimétrie de posture pour un cadre graphique parfaitement saisi, et de la promesse de romcom vendue sur l’affiche vers un portrait de fille dans la tourmente d’une vie pas toujours facile, mais terriblement touchant et drôle. On a évidemment eu très envie de lui demander de nous détailler un peu ses choix musicaux entre trois coups de fil et deux e-mails en cette période effrénée de sortie de son film en salles.

01. Lispector, Winona For Ever (Tatoo Song)

Je suis fan de Lispector. J’ai mis ce morceau dans mon premier court-métrage, Tonite (2013). Elle rend hommage au tatouage que Johnny Depp s’était encré quand il était avec Winona Ryder. Nos icônes adolescentes, ce couple mythique… Cette chanson me retourne le ventre comme si j’avais quinze ans et que je rentrais de colo avec un chagrin d’amour. Je continue d’adorer Lispector. Dans Playlist, il y a trois morceaux à elle. Je me retrouve complètement dans sa pop mélancolique.
02. Gainsbourg, Vartan et Birkin, Les Filles N’Ont Aucun Dégoût

Je ne sais plus comment j’ai découvert ce morceau que Gainsbourg avait écrit à la demande de Maritie et Gilbert Carpentier, pour Sylvie Vartan qui était l’invitée de leur émission télé Top à Sylvie Vartan en 1972. La vidéo est superbe parce qu’on voit Gainsbourg en sandwich entre ces deux sublimes femmes, et les paroles sont dingues…
03. Catisfaction, What’s Up Girls

C’est le groupe de ma super amie, Julie, qui joue aussi dans Bitpart dont il y a deux morceaux dans mon film (et c’est le groupe qui joue dans la scène de concert) elle joue aussi dans Cookies et Going Away Party. Je l’ai mis à la fin de Playlist au lieu de conclure par le morceau de Daniel Johnston qui vient comme une ritournelle dans le film. Et ça a complètement changé le ton, évidemment. ça donne une énergie girlpower au film et ça le fait dévier de sa posture romantique.
04. Roberto de Simone, Secondo Corro Delle Lavandaie

Roberto de Simone était un musicologue et metteur en scène. La Gatta Cenerentola, dont est extrait ce morceau, est un opéra napolitain. Ce titre est sorti en single pour les discothèques, remixé pour le dancefloor, et chaque fois que j’ai mis en soirée, tout le monde devient dingue, c’est une transe, avec ce dialecte napolitain qu’elles scandent de plus en plus fort. On dirait que la meute arrive. Je voulais l’employer dans mon film, pour les scènes de restaurant mais on n’a pas pu.
05. Lucio Battisti, Gente Per Bene E Gente Per Male

Battisti, c’est l’italie, c’est mon enfance -on écoutait Battisti pour faire le trajet jusque dans les Pouilles, en voiture – c’est totalement collé à l’arrivée des vacances, la liberté, le bronzage, l’appétit. Et il a cette auto-dérision qui le rapproche de la comédie italienne, et un goût de vivre. Ultra intime, personnel, et l’association avec Mogol est démente.
06. The Dirty Cousins’ GroiXplosion, Brand New Life (Young Marble Giants cover)

J’ai été en couple avec l’un des membres de Dirty Cousins, et il m’avait demandé de chanter sur une de leurs reprises. Ces compiles (il y en a eu quatre) sont de vraies pépites 90’s. A travers ces disques, j’ai vraiment plongé dans une musique qui m’avait échappé au moment où elle est sortie : Pavement, Sebadoh, The Moldy Peaches, c’est comme avec la BD quand j’avais découvert Daniel Clowes et son Ghost World c’était WAOW.
07. Charlene Darling, La Peau Bleutée

J’ai connu Charlotte quand elle était très jeune, elle avait publié un texte magnifique sur les Shangri-Las, qui m’avait fait découvrir ce groupe. Mon premier girls band, sa façon d’écrire sur la musique a été une révélation, par sa façon de s’approprier le mythe, le fantasme.
08. Sparklehorse, Homecoming Queen

C’est vraiment un groupe que je suis allée voir complètement par hasard. J’avais acheté Libé le matin, et j’ai lu une super chronique qui parlait d’un concert le soir même au Café de la Danse, en 2003. J’y suis allée et je me suis prise une bonne claque, et c’est la première fois où je me suis mise à dessiner en plein concert. A la fin du concert, très émue, je vais voir Mark Linkous pour lui montrer mes croquis pour lui montrer ce que j’avais ressenti. On est allés boire un verre, c’était pas du tout de la drague et on s’est retrouvés un peu comme deux empotés sans se parler… Je ne l’ai plus jamais refait depuis, mais j’ai beaucoup écouté cet album.

09. Suuns, Music Won’t Save You

C’est à la fois littéral à cause des paroles de ce morceau, comme une prophétie et son contraire. J’ai rarement pris des drogues hallucinogènes, mais j’ai écouté ce morceau après avoir pris des champis, et j’ai réalisé à ce moment-là à quel point ça allait tellement bien ensemble. On l’a remis plusieurs fois d’affilée, j’en garde encore la sensation.

10. Arthur Russell, Soon To Be Innocent Fun

L’histoire autour de ce titre va bien avec Playlist : j’avais une relation avec quelqu’un avec qui on s’envoyait beaucoup de musique, il était à distance aux États-Unis, et c’était notre manière d’alimenter notre relation. Un jour, je reçois ce morceau et je lui ai renvoyé un message en lui demandant ce qu’il voulait dire par là. On essaye parfois de pousser l’interprétation, mais j’étais jeune et fougueuse et les mots avaient surement plus de poids qu’ils auraient du en avoir. Il m’a finalement répondu : mais non, c’est juste un beau morceau !


Playlist Nine AnticoPlaylist de Nine Antico (KMBO Films) est actuellement en salles de cinéma.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *