LA PLAYLIST DES NOUVEAUTES DE JUILLET 2021

Somptueux brassage de nouveautés en ce début d’été dans cette playlist de juillet, entre joliesses pop (Late Runner, Aldous Harding, Mega Bog, Aquaserge, The Umbrellas), pureté groovy (Mackenzie Leighton, Brainstory), accélérations indie (Wet Leg) ou post punk (Pigeon) et une fin toute en noise avec le nouveau Low. On vous gâte.

Écoutez cette playlist sur votre plateforme favorite : YouTube, Deezer ou Spotify et petite nouveauté, en version mixée sur Mixcloud. Et aussi, sur agnès b. radio.
NDLR : Les playlists Deezer et Spotify ne comportent pas l’intégralité des titres de cette sélection.

1. Francis LungLonesome No More (Memphis Industries)

Si l’écoute des paroles de Lonesome No More ne donne pas vraiment envie de se retrouver dans la peau de l’ex-WU LYF, on ne peut que remercier Francis Lung pour cette pop song parfaite alliant légèreté et mélancolie. (DJ)

2. Late Runner, A Handful of Dust (Crunchy Frog Recordings)

Asger Tarpgaard est une superstar au Danemark. Nous rêverions d’avoir des morceaux comme A Handful of Dust en tête des charts dans l’hexagone. Rêveuse, mélancolique, nostalgique et incroyablement bien ficelée, la pop du danois est d’une classe incroyable. (DJ)

3. Aldous Harding, Old Peel (4AD)

Cet inédit d’Aldous Harding a beau être extrait des sessions de son album précédent, beaucoup donneraient un rein pour pouvoir écrire un titre à la fois étrange et addictif de cette trempe. (DJ)

4. Mega Bog, Weight of the Earth, on Paper (Paradise of Bachelors)

Ce deuxième single extrait du prochain album de Mega Bog confirme la capacité d’Erin Birgy à produire des chansons étranges, personnelles et addictives tout en collaborant avec le gratin de l’indie pop US. (DJ)

5. Aquaserge, Un Grand Sommeil Noir (Made To Measure / Crammed Discs)

Interprétation d’une œuvre de jeunesse d’Edgar Varèse (sur un texte de Verlaine) qui convoque Brigitte Fontaine et Areski, que feront-ils de Morton Feldman alors ? En tout cas cet album à venir dans la série Made to Measure ressuscitée a déjà toute notre attention. (EG)

6. Akiko Yano, Stars Afar, Light Journey (Victor Entertainment)

Fêtant cette année ses 45 ans de carrière, l’immense Akiko Yano nous revient avec un extrait de son prochain album, Ongaku wa Okurimono (qu’on pourrait traduire par “La musique est un cadeau”), à paraître en août. Une délicieuse petite ritournelle pop jazzy comme elle en a le secret, faisant ricocher quelques syllabes pétillantes sur un refrain d’une lumineuse légèreté. (EV)

7. Mackenzie Leighton, Florist by Day (Maison Wisteria / Groover Obsessions)

4 ans après un premier EP auto-produit et auto-sorti, l’américano-parisienne revient avec un 7 titres via Maison Wisteria. Un EP moins folk que le précédent mais tout aussi authentique. Extrait de ce dernier, Florist By Day témoigne de l’évolution sonique de Mackenzie Leighton. (EB)

8. Brainstory, Long Day (Big Crown Records)

Sublime extrait du dernier EP du trio de jazz/soul californien. Passés experts dans le style du breakbeat/jazz 70s, Brainstory délivre un titre imprégné de psychédélisme qui n’a rien à envier à BadBadNotGood ou Forever Pavot. (EB)

9. Gilb’R feat. Cosmic Neman, Я не хочу знать (Versatile Records)

Premier album solo pour le boss du label Versatile, qui mélange les genres avec brio. Il s’est manifestement fait plaisir et nous fait énormément plaisir aussi avec ce disque qui déjoue les codes. (CM)

10. Dean Blunt, Sketamine (Rough Trade Records)

Suite de son magnum opus de 2014, Black Metal 2 voit Dean Blunt poursuivre ses explorations en hors-piste, avec une nouvelle démonstration de sa singulière dream pop, éternellement épuisée et ténébreuse, sur laquelle l’anglais pose sa voix trainante, compagnon du bout de la nuit. (EV)

11. Exek, Too Steep a Hill to Climb (Lulu’s Disco Club)

Nouvel album des Australiens les plus originaux du moment. La face A contient des morceaux neufs, et la B des inédits et raretés parues sur des compilations ou des face B de splits 45 tours. Too Steep a Hill to Climb, quasiment dub, est lancinant et orchestré avec un gant de velours. Dommage que le disque ne sorte qu’en Australie ; quelques copies à s’arracher chez nos amis Born Bad Record Shop et sur quelques distros. (VDPJ)

12. The Catenary Wires, Liminal (Skep Wax Records)

Stereolab + Rita Mitsouko + Young Marble Giants, qu’est-ce que tu veux de plus ? (EG)

13. Anytime Cowboy, Bug Bite (Third Coming Records)

Anytime Cowboy, projet californien de Reuben Sawyer, présente ce single mélancolique à souhait ; guitare réverbérée et voix grave, le combo parfait. On reparlera sûrement de lui et de son album qui sort chez Third Coming Records début août. (VDPJ)

14. Tracy Bryant, Candy Sky (First & Foremost Records)

Tracy Bryant, fondateur des regrettés Corners de Los Angeles, revient avec un nouveau titre sous son nom, écrit en collaboration avec Jeremy Katz, membre de Froth. (CG)

15. Alessio Peck, Amore Bipolare (Kwaidan Records)

Pour une chanson pop ensoleillée et aux guitares bien tempérées, ne jamais oublier de prendre ses régulateurs d’humeur. (XM)

16. The Telephone Numbers, Open the Door (Paisley Shirt Records / Meritorio Records)

Dernière sortie en date chez Paisley Shirt et Meritorio Records pour l’Espagne. C’est précieux, délicat et mélancolique. (VDPJ)

17. The Umbrellas, She Buys Herself Flowers (Slumberland Records)

Selon la légende, Mike Schulman, le patron de la boutique leur aurait demandé : “Would you be my new assistants?”. (XM)

18. Wet Leg, Chaise Longue (Domino Records)

Le duo de l’île de Wight aime le French disco, The Ronettes, Jane Birkin, Ty Segall et Björk – ce qui donne ce premier morceau irrésistiblement claquant. (CM)

19. Pigeon, Bad Visions (Adagio 830 / Bis Auf Der Messer)

Deuxième album pour les Berlinois de Pigeon, toujours aussi caverneux et puissant. Les maisons Adagio 830 et Bis Aufs Messer Records sont à l’initiative de cette sortie. Bravo à eux ! (VDPJ)

20. Pearie Sol, Real Happiness (HHBTM Records)

Athens, en Géorgie, Pearie Sol propose un weird rock énergique alliant mélodies rétro et immédiateté punk. La voix si singulière de Pearie enrobe le tout et le rend explosif. L’album Real Happiness est paru en juin chez HHBTM. (VDPJ)

21. Indus, La Vie au Supermarché (Entre-Soi)

“Clip interactif 360° : Léo Houët aka INDUS t’invite dans les moindres recoins d’un supermarché qu’il a scanné de manière moyennement légale. C’est un hymne techno pop”. Parfait résumé fait par Simon aka Pasta Grows on Trees, autre membre du nouveau collectif joyeusement bordélique Entre-Soi, qui se définit comme un “collectif décadence chanson pop & co ; orphelins des grandes famille du monde artistique”. A suivre ! (CM)

22. Marie Mathématique, Holopherne (SDZ Records)

Faites donc un petit tour sur notre borne d’écoute publiée cette semaine pour savoir d’où vient ce chic titre issu de la compil Spasmes du hasard – 20+1 years of sdz records by Various. Sélectorama à venir bientôt !

23. Lesneu, Est-ce de ma Faute (Music From The Masses)

Lesneu continue à nous enchanter avec ses comptines douces amères et lumineuses, et ses vidéos bidouillées maison – du talent sans esbroufe. (CM)

24. Maria Violenza, Messine (Kakakids Records)

Maria Violenza à bon goût, elle choisit ce tube qu’est Messin Plutôt que Français de Noir Boy George, ralentit le tempo et actionne cet effet orgue de barbarie, sa patte secrète. Ce split sortira chez Kakakids Records début septembre. (VDPJ)

25. Nightshift, Outta Space (Trouble In Mind Records)

Ils sont beaux, ils viennent de Glasgow. (PN)

26. Don Nino, A Beautiful Cloud (Prohibited Records)

Que ce soit avec NLF3, Prohibition ou en solo avec Don Nino, Nicolas Laureau tape juste et fort. Fruit du premier confinement, son prochain album sortira en septembre. Parti pour peindre au départ, Nicolas a réalisé cet album en quelques jours. On ne peut que s’en féliciter à l’écoute de ce premier extrait accompagné d’une vidéo DIY. (CM)

27. Six Organs of Admittance, All That They Left You (Three Lobed Recordings)

Avec un aplomb peu commun de nos jours, l’immense Ben Chasny se moque copieusement des quelques pauvres types qui ont un jour trouvé que Zooropa de U2 était un disque “intéressant”. Merci dude. (EG)

28. Damon Albarn, The Nearer the Fountain, More Pure the Stream Flows (Transgressive Records)

Après le médiocre Everyday Robots en 2014, enfin une tentative heureuse pour tonton Albarn en solitaire ? Il y a de quoi y croire en écoutant le morceau éponyme de ce nouvel album, à paraître en novembre chez Transgressive. Une balade apaisante et dépouillée (qui n’est pas sans évoquer la douceur de son Hong Kong avec Gorillaz il y a 15 ans de ça), mais où les arrangements mi-acoustiques mi-électroniques discrets semblent tirer vers une ambient pop lumineuse dans une coda désarmante. (EV)

29. Steve Gunn, Other You (Matador Records)

Le prochain album de Steve Gunn sortira fin août. En attendant, deux extraits sont disponibles à l’écoute : Reflection et Other You, une balade folk rock tout en douceur, fidèle au style du Monsieur. (CG)

30. La Luz, In the Country (Hardly Art)

Nous n’avions pas entendu le trio de Seattle (désormais installé à Los Angeles) depuis Floating Features, paru en 2018. La bande de Shana Cleveland – auteure, en 2019, d’un très joli album de folk intimiste, son premier en solitaire – revient avec In The Country, une virée spectrale, toujours chargée en fuzz, dans les grands espaces américains. (CG)

31. Afflecks Palace, This City Is Burning Alive (Spirit of Spike Island)

Au cas où le nom du groupe et/ou celui du label ne vous mettraient pas la puce à l’oreille, il s’agit d’un groupe de Manchester, qui ne s’embarrasse pas à proposer autre chose qu’une pop psyche baggy, mais avec une candeur et un talent mélodique suffisamment affirmés pour qu’on préfère aller les voir eux en concert plutôt qu’une énième reformation de groupe ayant besoin de payer ses factures. (PR)

32. Noel Gallagher, Flying on the Ground (Sour Mash Records Ltd.)

Après un passage à vide, Noel Gallagher revient vers ce qu’il sait faire le mieux : des pop songs sans grande originalité, mais si efficaces et accrocheuses qu’on les écoute en boucle. The Chief is back! (DJ)

33. Low, Days Like These (Sub Pop Records)

Glow up exponentiel du trio slowcore de Duluth depuis que BJ Burton finalise la production de leurs albums. Ici encore, lorsque Low sort un nouveau titre, le temps s’arrête. (TS)

34. Alessandro Cortini, Corri (Mute Records)

Extrait du nouvel album du synthfreak italien Alessandro Cortini, toujours aussi impressionnant avec son drone-psych ambient. (VC)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *