Catégories chroniques, livresÉtiquettes , , , , , ,

Belkacem Meziane, On The One !, L’Histoire du Funk en 100 Albums (Le Mot et le Reste)

On the One ! L’Histoire du Funk en 100 Albumsde Belkacem Meziane, complète les ouvrages de l’éditeur français Le Mot et le Reste consacré aux anthologies à des genres particuliers. La structure a ainsi déjà publié des écrits, d’une approche similaire, consacrés à l’indie-pop (Indie Pop 1979-1997 de Jean-Marie Pottier), à l’easy listening (Easy Listening, Exotica et autres Musiques Légères d’Erwann Pacaud), à la techno (Techno 100 de Jean-Yves Leloup) ou encore la soul (Move On Up, la Soul en 100 disques de Nicolas Rogès). Les livres de cette série comportent ainsi généralement un essai d’une quarantaine de pages suivi d’une sélection de 100 disques avec chaque fois des pistes complémentaires pour aller plus loin. Si l’expertise ou la finesse d’écriture de certains auteurs font la différence, il faut cependant noter la qualité et la pédagogie constante de ces ouvrages. Nous ne connaissions pas Belkacem Meziane avant de lire On the One!, son choix apparaît toutefois comme un évidence à la lecture de son parcours et du livre. La passion de l’intéressé pour la musique initiée par James Brown transpire de toutes les pores de la vie de son auteur. Véritable sacerdoce, le funk se révèle être pour le chroniqueur, un moteur. Belkacem Meziane apprend le saxophone en autodidacte et joue dans de nombreuses formations. Il parfait sa maîtrise en s’initiant à l’harmonie et aux arrangements. En plus de ses activités de musicien, le militantisme funk de l’auteur se décline dans la presse (chez Soul Bag), à la radio ou à travers des conférences qu’il donne depuis 2006. Sa sélection incarne son image : ouverte, passionnée et avec de véritables choix. Loin d’avoir proposé une anthologie froide (ou tiède) sur le sujet, Belkacem Meziane y a mis beaucoup de lui et de sa personnalité sans pour autant faire l’impasse sur les grands courants qui ont traversé le funk. Depuis le P. Funk de la galaxie Parliament, jusqu’à la post-disco de Kashif, en passant par le funk de James Brown ou les envolées rock des Isley Brothers, toute la famille est présente et défendue avec le même enthousiasme. Il est ainsi très satisfaisant de voir James Brown ou Maceo Parker cotoyer le jazz-funk de Roy Ayers, l’utopie hippy de Sly and the Family Stone ou encore l’émancipation de Michael Jackson de la Motown (avec l’aide inestimable de Quincy Jones et Rod Temperton) et du giron familial. L’essai, loin d’être anecdotique, éclaire de nombreux aspects de cette musique et constitue l’un des points forts de l’ouvrage. L’auteur explique avec pédagogie l’origine du funk à travers le On the One qui donne son nom au livre. Cela permet de comprendre une évolution cruciale de la musique noire entre le R&B de Stax et le Funk de la fin des sixties dans ce changement d’accentuation si particulier. Les autres évolutions sont bien sûr également abordées, notamment le virage électronique (Midnight Star, Zapp) des années 80. Nous aurions apprécié que l’essai soit un peu plus long et détaillé, tant l’histoire de cette musique comporte de nombreuses ramifications, cependant l’introduction de Belkacem Meziane donne d’excellentes pistes pour s’y mettre, faisant de On the One une excellente entrée en matière pour découvrir la richesse de la musique funk dans sa plus belle diversité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *